Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusGilles Nezosi, La fin de l’homme ...

Comptes rendus

Gilles Nezosi, La fin de l’homme du fer – Syndicalisme et crise de la sidérurgie

L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 1999, 303 p.
Claude Durand
p. 506-507
Référence(s) :

Gilles Nezosi, La fin de l’homme du fer  Syndicalisme et crise de la sidérurgie, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 1999, 303 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une monographie du mouvement ouvrier de Longwy dans la période de désindustrialisation du bassin sidérurgique lorrain. L’auteur montre comment une profession fière et puissante « du Panthéon ouvrier » se trouve désagrégée par les plans de restructuration de la sidérurgie.

2La démarche est présentée en grandes phases suivant l’évolution historique des luttes. L’histoire documentaire de la naissance du syndicalisme à Longwy montre que les premières organisations ouvrières de masse naissent en 1936. La Seconde Guerre mondiale unifie le mouvement ouvrier dans la résistance. Les nombreux conflits sociaux de l’immédiat après-guerre (1947‑1953) dénotent une forte mobilisation et l’implantation d’un bastion cégétiste puissant (70 à 80 % des suffrages aux élections professionnelles).

3La période 1963‑1975 révèle déjà une chute importante de la syndicalisation (des deux tiers) qui dépasse la diminution de la main-d’œuvre employée dans les usines (‒42 %). L’auteur attribue cet effritement à l’échec des grèves de 1967 : ces grèves qui se sont étendues sur un mois, ont été victimes d’une fluctuation des objectifs, passant d’une solidarité avec les mineurs à un appui de la négociation du Plan professionnel de la sidérurgie pour se replier finalement sur des revendications salariales. La grève fut peu active et sans résultats. Elle révèle, à la reprise, les dissensions entre ouvriers et responsables, la base se montrant peu sensible aux premiers objectifs proposés et ne comprenant pas le déplacement du conflit vers des enjeux nationaux (nationalisation de la branche).

4La faible mobilisation du bassin en mai 1968 est le résultat de cette combativité brisée. En revanche, 10 ans plus tard, le plan Barre de fermeture d’une grande partie des usines du bassin qui devait supprimer, à court terme, la moitié des emplois dans la sidérurgie de Longwy déclenche un mouvement d’une grande ampleur qui s’étendra de décembre 1978 à l’été 1979. L’auteur analyse les objectifs des deux syndicats et leurs arguments qui montrent des différences entre la CGT, essentiellement branchée sur le maintien de l’activité sidérurgique et la CFDT plus ouverte aux reconversions. La CFDT est en pointe dans les formes d’action nouvelles : opérations « coups de poings » spectaculaires qui touchent l’opinion publique ; la CGT s’appuie sur des formes d’action plus traditionnelles, meetings, manifestations, occupations d’usines, tout en se laissant entraîner par l’action de rue et les interventions médiatiques (création d’une puissante radio locale). Malgré d’importantes concessions sociales, la CGT refuse de signer la convention sociale à la différence de la CFDT dont la signature est désavouée par son union locale.

5La dernière partie de l’ouvrage retrace, avec l’échelonnement des fermetures d’usines, l’effritement du syndicalisme, malgré le sursaut de 1984 lié à la disparition de l’usine de Rehon qui représentait l’une des plus grandes implantations syndicales de la région.

6Les perspectives de Gilles Nezosi font une place importante à l’analyse organisationnelle des syndicats. Dans un même syndicat, les sections locales se singularisent selon les usines où elles sont implantées. L’analyse comparée de la CGT de Rehon et de celle d’Usinor est tout à fait intéressante à cet égard : Rehon représente le type de syndicalisme d’industrie, plus syndical que politique ; section puissante (comptant jusqu’à 25 % d’adhérents) dont l’autonomie d’action est très contrôlée par la base ; conception du syndicalisme qui responsabilise les salariés, exalte la convivialité et la fraternité ouvrière, mais se méfie des interférences politiques. Par opposition la CGT Usinor se révèle politisée, animée par un petit groupe militant peu appuyé par la base. L’institutionnalisation progressive du syndicat va estomper la fonction revendicative au profit d’activités militantes gestionnaires et déplacer la lutte syndicale vers le combat politique. Ces clivages vont jouer dans la gestion des conflits, de même qu’ils expliquent les divergences entre une CGT s’appuyant sur les traditions de l’aristocratie ouvrière et une CFDT représentant les ouvriers moins qualifiés et moins attachés à l’idéologie de « l’homme de fer ».

7L’ouvrage s’appuie sur une documentation sérieuse, de nombreuses recherches existant déjà sur le sujet que l’auteur utilise et cite largement. L’insertion de ces recherches dans une démarche couvrant une longue période en approfondit la signification. Mais on peut s’interroger sur l’utilité de longues citations de textes extérieures au sujet. Outre ce travail d’intégration documentaire, l’auteur analyse soigneusement les statistiques d’adhésions et de cotisations des ouvriers aux différents syndicats, selon leur localisation et leur relation aux événements. Il se réfère d’autre part aux interviews approfondies d’une vingtaine de militants des deux syndicats dont plusieurs ont joué un rôle capital dans les conflits de Longwy.

8Le récit détaillé des tiraillements entre organisations et entre sections cégétistes dénote une originalité d’approche qui montre la diversité d’un mouvement ouvrier qu’on a trop souvent l’habitude de présenter de façon monolithique. Dans le mouvement de 1978‑1979, le désaveu de la CGT à l’égard des pratiques libérales des organisateurs de la radio Lorraine cœur d’acier aussi bien que le désaveu de la fédération CFDT de la métallurgie à l’égard des pratiques « gauchistes » et des orientations industrialisatrices de sa section locale ont beaucoup remué le milieu militant de Longwy : si l’on observe les transferts d’adhésions provoqués par ces divergences internes, on peut légitimement admettre qu’elles n’ont pas été sans répercussion sur la mobilisation militante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Durand, « Gilles Nezosi, La fin de l’homme du fer – Syndicalisme et crise de la sidérurgie », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 506-507.

Référence électronique

Claude Durand, « Gilles Nezosi, La fin de l’homme du fer – Syndicalisme et crise de la sidérurgie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38335

Haut de page

Auteur

Claude Durand

Centre Pierre-Naville, Université d’Évry, Boulevard des Coquibus, 91025 Evry cedex

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search