Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusClaude Dubar, Charles Gadéa (éd.)...

Comptes rendus

Claude Dubar, Charles Gadéa (éd.), La promotion sociale en France

Presse universitaire du Septentrion, Paris, 1999, 278 p.
Anne-Chantal Dubernet
p. 508-509
Référence(s) :

Claude Dubar et Charles Gadéa (dir.), La promotion sociale en France, Presse universitaire du Septentrion, Paris, 1999, 278 p.

Texte intégral

1Quel lien établir entre l’expression moderne et européenne de « formation tout au long de la vie » et la vieille notion française de promotion sociale ? Cette question est au cœur de l’ouvrage dirigé par Claude Dubar et Charles Gadéa, rassemblant une quinzaine de communications présentées lors d’une journée du laboratoire Printemps sur l’histoire des dispositifs de promotion sociale en France. La cohérence de l’ensemble tient, outre l’approche historique, au constat unanime de l’abandon de l’idée de promotion sociale en tant que projet collectif d’un droit à l’ascension professionnelle. On peut y voir la conjonction de trois effets majeurs : a) on retrouve, dès l’origine, une contradiction entre l’idéal de l’éducation populaire et l’utilisation des dispositifs de formation pour fournir aux entreprises la main d’œuvre qualifiée dont elles dénoncent la pénurie récurrente ; b) la loi de 1971 sur la formation continue et la crise de 1974 se sont conjuguées pour faire passer les objectifs promotionnels de la formation bien après ceux d’adaptation aux mutations des entreprises et de maintien dans l’emploi ; c) si l’idée de promotion sociale intégrait une revendication de classe qui s’exprimait de manière collective, c’est aujourd’hui le « modèle des compétences » qui s’impose, en légitimant les aspirations individuelles de « prise en charge de son propre parcours ».

2La première partie présente à la fois un aperçu historique des politiques françaises en matière de promotion sociale et de formation des adultes et des digressions éclairantes dans plusieurs pays d’Europe. Les textes de Y. Palazzeschi et C. Dubar interrogent l’évolution des notions de promotion sociale et d’éducation permanente. Le débat constant entre ces deux concepts s’inscrit dans une logique sociale qui, finalement, cédera le pas à une logique économique portée par la formation professionnelle continue. Si les termes du débat sont assez spécifiques à la France, C. Rolle montre qu’il se retrouve aussi dans d’autres pays d’Europe (ici l’Allemagne et l’Italie), et qu’apparaît une sorte de modèle commun aux pays industrialisés qui est celui de l’individualisation des promotions internes et d’une concentration des actions de formation vers le maintien ou l’obtention d’un emploi. Mais B. Boerner, en analysant les arguments publicitaires des « cours du soir » de la Suède des années 1930 à 1960, montre que cette mise en valeur de la compétence individuelle alimentait aussi le « rêve de la petite porte » des ouvriers de l’époque.

3Le chapitre suivant est consacré à une présentation de l’histoire de quatre grandes institutions de formation pour adultes : le Cnam (C. Fontanon), l’Afpa (P. Santelmann), les CFPPA (J.F. Chosson) et le Cesi (R. Lick). Ces exemples mettent en évidence la force des références qui structurent ces organismes, au-delà des publics qu’ils ciblent, d’une part à partir de leur positionnement par rapport au système des certifications nationales, d’autre part selon les outils pédagogiques qu’ils privilégient. Outre leur objectif de former des ingénieurs, le Cnam et le Cesi se distinguent des autres institutions par leur volonté de se situer en dehors d’un processus de validation centré sur le diplôme, mais leurs pédagogies divergent. Sur ce point, l’Afpa et le Cesi ont développé des méthodes dites rationnelles, privilégiant le « développement personnel », alors que les autres organismes se retrouvent sur des formes d’apprentissage plus classiques et centrées sur le savoir-faire technique.

4C. Dubar et C. Gadéa montrent ensuite comment la promotion sociale disparaît des catégories statistiques, rendant plus improbables les chances d’isoler les formations promotionnelles des autres actions de formation. Celles-ci, malgré tout, resteraient stables dans le temps malgré l’explosion de la FPC, les mécanismes promotionnels agissant comme des régulateurs des marchés internes. Selon C. Gadéa, les formations d’ingénieurs, selon qu’elles répondent aux « besoins » des entreprises ou qu’elles valorisent l’ascension individuelle, engendrent des mobilités internes ou externes. C’est aussi ce que F. Pottier met en évidence à propos du Cnam, où la réaffirmation récurrente de la vocation démocratique et non élitiste de cette institution en fait un « contre-modèle dominé », condamnant de ce fait ses auditeurs à des mobilités externes.

5La dernière partie pose la question du point de vue des salariés et de leurs chances d’accès à une promotion professionnelle. À travers les modèles Logit proposés par A. Chenu et les travaux économétriques présentés par J.J. Paul, les déterminants de la promotion et les effets de la formation sur les salaires semblent bien difficiles à isoler. La contribution de G. Podevin vient utilement proposer une interprétation prudente du constat de la progression des parcours promotionnels en montrant qu’une partie de ceux-ci sont liés à des effets de rattrapage des déclassements à l’embauche et d’évolution structurelle des qualifications dans les entreprises. Enfin, C. Dubar aborde le côté subjectif de la notion de promotion, en proposant de se placer du point de vue des acteurs, pour lesquels cette notion revêt des sens différents selon leurs « univers de croyance » et les « mondes socioprofessionnels ».

6Le thème de la « seconde chance » est-il encore d’actualité ? L’idéal de la promotion sociale doit-il être enterré au profit de l’auto-responsabilité de chacun d’assurer sa propre « employabilité » ? Le débat ouvert par cet ouvrage va bien au-delà du domaine de la formation continue, il pose réellement la question des moyens selon lesquels une orientation politique peut ou non défendre, aujourd’hui, les principes fondamentaux de « justice sociale » et « d’égalité des chances ». C’est là que réside son grand intérêt et c’est aussi là qu’il appelle à être prolongé par d’autres travaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Chantal Dubernet, « Claude Dubar, Charles Gadéa (éd.), La promotion sociale en France », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 508-509.

Référence électronique

Anne-Chantal Dubernet, « Claude Dubar, Charles Gadéa (éd.), La promotion sociale en France », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38343

Haut de page

Auteur

Anne-Chantal Dubernet

Laboratoire Georges-Friedmann, UMR-CNRS, Paris-1, MSH Ange-Guépin 21, boulevard Gaston-Doumergue, BP 76235, 44262 Nantes cedex 02

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search