Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusJan Spurk, Une critique de la soc...

Comptes rendus

Jan Spurk, Une critique de la sociologie de l’entreprise. L’hétéromanie productive de l’entreprise

L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 1998, 247 p.
Philippe Bernoux et Dietrich Hoss
p. 509-512
Référence(s) :

Jan Spurk, Une critique de la sociologie de l’entreprise. L’hétéromanie productive de l’entreprise, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 1998, 247 p.

Texte intégral

1. Compte-rendu, par Philippe Bernoux

1Livre alléchant, en particulier par le fait qu’il annonce une comparaison des approches allemandes et françaises de l’entreprise. À quelques exceptions près, les travaux des sociologues allemands de l’entreprise sont peu connus pour ne pas dire franchement méconnus en France. Il y a là une vraie régression par rapport aux périodes passées. Sans remonter au xviiie siècle, rappelons que les grands sociologues français et allemands du xixe se lisaient et se critiquaient, tout autant que ceux du xxe. En 1932, Raymond Aron publie son premier ouvrage ; il porte sur la sociologie allemande. Nous en sommes loin aujourd’hui et un des intérêts de cet ouvrage serait d’aider à recréer des échanges dans ce domaine.

2Malheureusement, il faut admettre que la lecture est très unilatérale. On peut ne pas apprécier certains auteurs, comme Kem et Schumann. Lorsque l’on traite de la sociologie de l’entreprise, il est regrettable de ne pas les citer, au moins pour les situer dans le débat allemand actuel et dans une comparaison avec ce qui se fait en France.

3Jan Spurk présente le concept d’hétéronomie (encore que le lecteur puisse en douter, le titre « hétéromanie » étant sur la couverture mais disparaissant dans le livre où le terme « hétéronomie » lui est substitué. Ce qui est pour le moins une lourde faute d’édition) comme central dans la définition de l’entreprise. L’hétéronomie consiste en ce que « les fonctions que les individus accomplissent sont coordonnées de l’extérieur par une organisation préétablie » (p. 18). On attendrait que cette définition soit étayée sur une démonstration montrant que c’est bien le cas des entreprises, et sans doute aujourd’hui davantage qu’hier par la mise en œuvre des techniques de gestion sophistiquées (cf. par exemple, l’article de D. Courpasson et le débat engagé avec lui — Sociologie du travail nº 1/97 et 3/98). Or, il n’en est rien. Jan Spurk ne présente pas les évolutions de l’entreprise, mais cite longuement des philosophes dont les analyses vont dans le sens de cette hétéronomie. Il s’agit donc ici essentiellement d’une présentation des textes des philosophes engagés au côté de la classe ouvrière, voire dans « le camp prolétaire » et d’une polémique avec tous les sociologues qui n’ont pas fait cette lecture.

4Y a-t-il une organisation préétablie qui coordonne les actions des individus dans l’entreprise ? Cet ouvrage n’en avance aucune preuve. Il ne s’intéresse pas vraiment aux observations de terrain dans la tradition des sociologues du travail et de l’entreprise. Qu’il y ait toujours, dans tout ensemble humain, une partie des actions qui sont coordonnées de l’extérieur, c’est évident. Mais toutes les observations convergent sur le constat que les membres de l’entreprise ont toujours été, en toutes circonstances, capables d’autonomie dans la coordination de leurs actions. Mieux même, ces membres attachent une grande importance à reconstituer ces actions car cette reconstitution définit leur identité. Ce sont les coordinations (informelle, clandestine, etc.) qui permettent le fonctionnement des entreprises. Ignorer cette reconstitution, c’est nier le construit que constitue l’entreprise, construit dont le sociologue a à rendre compte avant de discuter sur la portée de ce construit.

5La plupart des références aux philosophes paraissent peu pertinentes pour un ouvrage de sociologie. Par exemple, Kant est cité pour affirmer que « l’hétéronomie s’installe si la volonté cherche les lois dans les traits caractéristiques de son objet au lieu de les fonder par elle-même. Par conséquent, les lois ne résultent pas de la volonté de l’homme » (pp. 18‑19). Si cette affirmation est prise au sérieux, elle disqualifie toute observation et toute approche sociologique. Kant est cité comme s’il s’agissait de théoriser sur les conditions a priori de la connaissance. En tirer argument contre l’observation est un contresens. Si le recours aux arguments philosophiques est licite dans la mesure où ils éclairent des observations en permettant une théorisation, ce recours ne peut en aucun cas se substituer aux observations, fondement de l’approche sociologique. Cela est vrai du choix des références philosophiques dans cet ouvrage, très abondantes par ailleurs alors que les données d’observation sont absentes.

6Faut-il rappeler que la sociologie a le droit de se donner l’entreprise comme champ d’observation, car celle-ci est un lieu autonome de construction de règles et de sens, et donc le lieu où s’observe un phénomène social. Il s’y crée des règles particulières. Si la classe ouvrière est bien née, au xixe siècle, de la création des manufactures et des règles particulières qui y étaient imposées, en particulier de la discipline, de la journée de travail — ce qui est de l’hétéronomie — ce sont les luttes ouvrières qui ont modifié ces règles et qui ont permis la constitution de la classe ouvrière. Elles l’ont fait souvent à l’aide de théories, de mouvements extérieurs au monde ouvrier le pense, par exemple, au Méthodisme, cité par E. P. Thomson) ou d’alliés divers. Mais à la source de ces mouvements, il y a la manière dont est vécue la discipline de l’usine par les ouvriers, le résultat de la concentration humaine dans les fabriques. L’entreprise est lieu de socialisation et donc objet, comme tel, de l’observation des sociologues. Les structuralistes de toute obédience ont toujours nié ce fait. L’exclusive de ce rejet est très dommage car il a bloqué et bloque toujours toute discussion.

7Ce n’est pas parce que la plus-value et le profit sont un des — et non pas les — principes de base des entreprises que cela signifie que les entreprises sont un être dépassé, même avec l’appui de Sartre (référence, p. 57 — Sartre ne voulait pas « désespérer Billancourt », une entreprise que l’on sache). On ne voit pas en quoi cela empêche que la concentration des hommes crée une autonomie, des manières de faire, qui ont un poids dans la constitution de la plus-value et du profit.

8Faire une sociologie de l’entreprise, ce n’est pas en faire « le » centre de la constitution du lien social, comme l’auteur l’insinue, mais un des lieux de constitution de ce lien. Il s’agit d’abord de constater l’existence d’un objet qui sera conceptualisé à partir de l’observation par le sociologue. On peut faire une sociologie de l’entreprise sans être taxé d’inféodation aux courants managériaux, auxquels elle ne saurait être réduite. Depuis Simmel, nous savons que la sociologie doit rechercher les règles par lesquelles, en vertu de leurs actions réciproques, les individus constituent des groupes et sont conditionnés par l’existence de ces groupes. Ce qui est le cas dans l’entreprise où les individus se constituent en groupes par la réciprocité de leurs actions et pas seulement par une organisation préétablie. L’étude de ces règles est un des objets de la sociologie.

9Lieu de constitution d’une forme particulière de lien social, mais pas pour autant objet sociologique, l’entreprise n’est pas en effet une construction théorique fondée sur des observations, mais le lieu de cette observation. Par opposition, par exemple, l’organisation que l’on peut observer à partir des entreprises est, elle, un objet sociologique. Elle est une construction théorique fondée sur des observations, qui n’épuise pas l’objet observé mais qui lui donne sens. De même, et pour prendre un exemple célèbre, le suicide est un lieu d’observation à partir duquel Durkheim construit le concept d’anomie. Faire une sociologie du suicide est donc possible en construisant un concept sociologique, qui sera l’anomie, à partir de l’observation du phénomène.

10La lecture de ce livre suggère, ce que n’évite pas toujours l’auteur, de sortir d’une polémique stérile, qui frise parfois sinon l’injure au moins la caricature — « extrêmement naïf », « coups de canif dans une guerre de chapelles », « vieille stratégie participationniste », ouvrage (de sociologie des entreprises) qui « représente le véritable corpus d’une discipline établie, fermée et par conséquent inapte à penser (le) rapport vivant », « consensus mou qui se fonde sur une hypothèse profondément conservatrice », etc. — Il y a matière à débat sérieux. À condition de chercher à faire progresser la réflexion en théorisant à partir des observations et non en éliminant les secondes, au profit de théories choisies a priori.

2. « À propos de la critique de P. Bernoux », par Dietrich Hoss

11Contrairement à P. Bernoux, le livre de J. Spurk m’a fortement intéressé. Je ne reconnais pas seulement dans ce livre une certaine affinité intellectuelle de compatriote originaire comme moi de Francfort mais surtout une remise en question des démarches établies de la sociologie des organisations et de l’entreprise proche de la réorientation des axes de recherche et du cadre théorique entreprise par le Glysi-Safa, ces dernières années. Même si J.S. adopte une autre perspective théorique, il s’agit pour moi d’une contribution intéressante à une même interrogation.

12Au centre du livre se trouve une comparaison entre deux « sociologies de l’entreprise » — celle qu’accompagnait d’une certaine manière, la république de Weimar en Allemagne entre les deux guerres et celle développée en France dans les années 1980. Une telle comparaison des périodes historiques éloignées dans deux pays différents peut paraître méthodologiquement contestable mais une critique du livre doit se référer à cette démarche. L’omission des auteurs d’après-guerre comme Kern et Schumann par exemple s’explique par ce simple fait.

13Le point commun de ces deux sociologies d’entreprise est aux yeux de J.S. qu’elles isolent, toutes les deux, leur objet d’une façon illégitime, qu’elles font largement abstraction de l’insertion de l’entreprise dans le contexte socio-économique donné. Dans les deux cas la sociologie de l’entreprise participe d’un « enchantement » conjoncturel de l’entreprise comme lieu de création de liens communautaires et elle sert de cette manière comme appui à une réorientation de stratégies managériales qui se développent en parallèle dans le sens d’une nouvelle gestion de « ressources humaines ». La critique de J.S. ressemble donc fort à la critique formulée jadis par Friedmann à propos de l’étude de Hawthorne : « La principale faiblesse de la psychosociologie de l’entreprise est de considérer obstinément celle-ci comme une structure sociale arrondie, fermée ». Elle ignore « que chaque ouvrier en même temps qu’il est membre de diverses collectivités intérieures à l’usine, l’est aussi de collectivités extérieures, plus vastes, telles que syndicat, classe sociale, nation, etc. » (Problèmes humains du machinisme industriel, 19461968, p. 317).

14J.S. montre d’ailleurs que le changement du paradigme de la sociologie du travail à celui de la sociologie de l’entreprise ne s’est pas produit sans contestation et que de nombreux chercheurs ont mis en question les orientations de la sociologie de l’entreprise dans le contexte actuel. Alors, même si ses références épistémologiques et philosophiques occupent une place importante dans son argumentation, il cherche à s’appuyer en même temps sur les résultats de travaux empiriques de la sociologie du travail contemporaine. Ses réflexions théoriques, en revanche, sont d’un intérêt particulier parce qu’elles ne présentent pas seulement un rappel historique des grands classiques français et allemands de l’analyse critique de nos sociétés modernes mais constituent surtout une mise au point actualisée des notions utilisées en permanence d’une façon inflationniste voire défigurée comme par exemple « l’autonomie ».

15C’est au lecteur de juger s’il ne faut pas considérer le caractère militant et polémique du livre — avec toutes les faiblesses de forme qui en découlent — comme une « légitime défense » face à une réalité où on a tendance à glorifier chaque élargissement de la marge de manœuvre d’un groupe de travail comme nouvelle « autonomie » en fermant les yeux devant l’hétéronomie réelle grandissante de tout acteur économique et social introduite par les nouvelles dynamiques financières et concurrentielles de la « mondialisation » néolibérale. Dans un article en cours d’élaboration sera bientôt explicitée plus largement la nouvelle orientation du Glysi-Safa qui guide ces lignes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bernoux et Dietrich Hoss, « Jan Spurk, Une critique de la sociologie de l’entreprise. L’hétéromanie productive de l’entreprise », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 509-512.

Référence électronique

Philippe Bernoux et Dietrich Hoss, « Jan Spurk, Une critique de la sociologie de l’entreprise. L’hétéromanie productive de l’entreprise », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38353

Haut de page

Auteurs

Philippe Bernoux

Glisy - Safa CNRS - université Lyon-2 - 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex, France

Articles du même auteur

Dietrich Hoss

Sociologies et anthropologies des formes d’action Glysi Université de Lyon-2, 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 7, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search