Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusGeorge Ritzer, The Mac Donaldizat...

Comptes rendus

George Ritzer, The Mac Donaldization thesis

Sage, Londres, 1998, 212 p.
Yves-Frédéric Livian
p. 512-514
Référence(s) :

George Ritzer, The Mac Donaldization thesis, Sage, Londres, 1998, 212 p.

Texte intégral

  • 1 Éditeur : Pine Forge Press, Thousand Oaks, CA.
  • 2 Le bandeau annonce une grande controverse « dans deux cents universités américaines » (Ritzer, 1998 (...)
  • 3 Le thème de la» Mac Donaldisation » a été utilisé en France par Paul Ariès (1995), qui s'intéresse (...)

1Il s’est passé en France un phénomène bizarre : alors que les restaurants Mac Donald’s sont devenus aux yeux de certains le symbole d’une mondialisation galopante, les milieux intellectuels et académiques semblent avoir largement ignoré un débat majeur de la sociologie américaine autour de l’ouvrage de George Ritzer, professeur à l’université du Maryland. Celui-ci, rappelons-le, est l’auteur de The Mc Donaldization of Society, publié en 1993 et réédité en 19961 Cet ouvrage a connu un grand succès, a fait l’objet de nombreux articles et de travaux complémentaires. Il a été traduit en de nombreuses langues. La notion de « Mac Donaldisation » est présente dans certains dictionnaires récents de sociologie aux États-Unis. En revanche, peu d’articles s’en sont fait l’écho en France, et il a fallu attendre 1998 pour voir publier, chez un éditeur peu connu, une traduction en français, 2 ans après une traduction en espagnol ou en tchèque, par exemple2. La publication en 1998 d’un deuxième ouvrage du même auteur, développant et complétant certains thèmes présents dans le premier, est l’occasion de revenir sur ce travail3.

2Rappelons la substance du premier ouvrage : s’inscrivant dans une perspective wébérienne, l’auteur développe l’idée que la société américaine, et de ce fait certaines sociétés occidentales influencées par les États‑Unis, sont en train de se rationaliser. Le fonctionnement des restaurants Mc Donalds est considéré par l’auteur comme le symbole et la quintessence de ce phénomène. Il s’intéresse aux nouveaux modes de consommation et voit dans la restauration rapide – mais aussi la carte de crédit, à laquelle il consacre un ouvrage (Ritzer, 1995), le point culminant d’un processus de rationalisation à l’œuvre depuis le début du xxe siècle. Mc Donalds n’est pas un concept novateur en lui-même, mais réunit et concrétise à l’échelle mondiale des phénomènes jusqu’à présent dispersés. M. Weber avait considéré la bureaucratie comme le symbole de la rationalisation à son époque : à la nôtre, il importe de la remplacer par le fast food.

3Quelles sont les caractéristiques de cette rationalisation ? Pour l’auteur, elles sont au nombre de cinq :

  • l’efficience (recherche de rapidité, de fonctionnalité),

  • la prédictabilité (standardisation et uniformisation du produit),

  • la calculabilité (tout doit pouvoir être quantifié),

  • la contrôlabilité, notamment grâce au remplacement de l’homme par la machine,

  • l’irrationalité qui en résulte (excessive complexité, maintien d’erreurs, déshumanisation du travail, etc.).

4Ces caractéristiques sont toutes présentes dans les restaurants Mc Donalds (on laissera les lecteurs clients de ces restaurants procéder au rapprochement entre leur expérience et ces caractéristiques, rapprochement très convaincant sous la plume de l’auteur). Elles concernent également un nombre croissant d’activités économiques : l’ouvrage de 1998 présente par exemple le cas du tourisme (l’auteur propose la notion de « Mac Disneyisation » dans le chapitre 10).

5Après s’être inspiré de Max Weber, l’auteur reprend les thèses du sociologue Karl Mannheim (1929, 1935) et montre une certaine convergence de l’analyse, fournissant ainsi pour sa thèse un substrat théorique élargi : la rationalisation de la société est fondée sur l’établissement de procédures routinières, qui envahissent la société ; la formalisation qui en résulte menace l’innovation ; enfin, cette rationalité « fonctionnelle » est une menace pour la pensée individuelle, tant la normalisation restreint l’initiative et la liberté de jugement.

6Dans son nouvel ouvrage, G. Ritzer s’applique à intégrer dans son approche les apports complémentaires de Mannheim, tout en les soumettant à la discussion.

  • 4 Voir notamment S. Dubuisson (1999).

7Par exemple, Mannheim évoque l’« auto-rationalisation » par laquelle l’individu contrôle ses pulsions et intègre en lui-même les contraintes qui l’entourent. Ce que la rationalité fonctionnelle ne peut contrôler directement (les idées, les sentiments), l’auto-rationalisation y parvient. G. Ritzer souligne que les systèmes « Mc Donaldisés » se moquent éperdument d’une telle internalisation des normes : l’essentiel est que le salarié fasse son travail selon les procédures prescrites. Il signale cependant que cela s’applique plutôt aux clients, qui doivent se comporter de manière conforme, calme et rapide (le critère d’efficience ne serait pas compatible avec des clients hétérogènes et individualistes). L’analyse ainsi faite rejoint celle concernant la codification des goûts du consommateur4.

8Outre ce complément théorique, le nouvel ouvrage de G. Ritzer cherche à prolonger la Mc Donaldisation sur de nouveaux terrains. Celui des emplois dans le chapitre 5 est peu original et aurait nécessité de plus amples développements. Selon lui, les « Mac Jobs » d’aujourd’hui ont bien les caractéristiques générales précitées (G. Ritzer signale que Mc Donalds à lui seul représente le premier emploi d’un jeune Américain sur quinze, et ce type d’emploi se développe). La littérature européenne concernant la précarité et les risques de déqualification de certains emplois tertiaires est plus riche. G. Ritzer s’interroge aussi sur le développement international du modèle Mc Donalds (chapitres 6 et 7) et les résistances auxquelles il peut se heurter. Le chapitre sur les nouvelles attitudes de consommateur qu’adoptent les étudiants et la manière dont les universités s’y adaptent (chapitre 11 sur les « Mac University ») rejoint également de nombreuses analyses européennes et est très stimulant.

9Le chapitre qui étonnera le plus les sociologues porte sur une analyse de l’évolution de la sociologie américaine elle-même, qui, selon l’auteur, se fige et se normalise : accent sur le quantitatif, uniformité dans la construction des articles, soumission aveugle à des instruments techniques, standardisation des manuels, etc. Est-ce d’ailleurs le propre de la sociologie ?

10Quelle que soit l’opinion que le lecteur puisse se forger à la lecture de cet ouvrage, il est indéniable que certaines analyses revêtent une grande actualité pour qui s’intéresse aussi bien au fonctionnement des organisations qu’aux évolutions des modes de consommation. Le débat sur les nouvelles formes de rationalisation n’est certes pas absent en France, mais il bénéficierait d’y intégrer l’œuvre de G. Ritzer, qui va au-delà du phénomène médiatique que son premier ouvrage a suscité à l’origine.

Haut de page

Bibliographie

Ariès P., Les fils de Mc Do. La Mc Donalisation du monde, L’Harmattan, Paris, 1997.

Dubuisson S., Les recettes du restaurant. La codification comme moyen de créer des opportunités d’action, Sciences de la Société 46 (1999).

Ritzer G., Expressing America: a Critique of the Global Credit Card Society, Thousand Oaks, Pine Forge Press, CA, 1995.

Ritzer G., Tous rationalisés, Alban, Paris, 1998.

Haut de page

Notes

1 Éditeur : Pine Forge Press, Thousand Oaks, CA.

2 Le bandeau annonce une grande controverse « dans deux cents universités américaines » (Ritzer, 1998).

3 Le thème de la» Mac Donaldisation » a été utilisé en France par Paul Ariès (1995), qui s'intéresse à la consommation alimentaire. Son analyse reste proche du restaurant Mc Donalds lui-même mais certains des thèmes évoquent de manière insistante ceux de G. Ritzer, cité en bibliographie dans sa traduction espagnole !

4 Voir notamment S. Dubuisson (1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves-Frédéric Livian, « George Ritzer, The Mac Donaldization thesis », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 512-514.

Référence électronique

Yves-Frédéric Livian, « George Ritzer, The Mac Donaldization thesis », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38368

Haut de page

Auteur

Yves-Frédéric Livian

Institut d’administration des entreprises, Université de Lyon-3 15, quai Claude-Bernard, BP 0638, 69239 Lyon cedex 02

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search