Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusAlain Supiot (éd.), Le travail en...

Comptes rendus

Alain Supiot (éd.), Le travail en perspectives

LGDJ, coll. « Droit et société » nº 22, Paris, 1998, 640 p.
Alexandra Bidet
p. 514-515
Référence(s) :

Alain Supiot (dir.), Le travail en perspectives, LGDJ, coll. « Droit et société » nº 22, Paris, 1998, 640 p.

Texte intégral

1Rassemblant les contributions de plus de quarante auteurs, de divers pays, pour certains juristes, pour d’autres économistes, anthropologues, sociologues, ou encore philosophes, cet ouvrage se découpe en trois temps, à la fois logiques et chronologiques. S’ouvrant sur une série de points de vue problématisant la notion de « travail » comme un construit historique, il pointe sous ces « avatars du travail » le caractère nodal du droit. Un état des lieux des « frontières du travail salarié » – partie majeure de l’ouvrage – tend ensuite à montrer la déstabilisation contemporaine des schèmes fondateurs du droit du travail. C’est bien alors la question pratique de son « avenir », de ses recompositions possibles, qui – si elle conclut l’ouvrage – en est aussi le principe structurant.

2La multiplicité des perspectives convoquées et l’orientation toute concrète de l’entreprise ne desservent ni l’unité du projet, ni leur intérêt proprement scientifique. L’ouvrage intéresse au contraire à plus d’un titre la sociologie. Il enveloppe en effet à la fois une réflexion sur le statut du droit et son rapport aux sciences sociales, une préoccupation majeure pour la question des recompositions contemporaines du monde du travail, et un souci tout « durkheimien » pour les relations entre travail, économie et société. On va donc privilégier la logique d’ensemble de l’ouvrage, faute de pouvoir rendre compte en quelques lignes de la pluralité des perspectives de recherche qui s’y croisent.

  • 1 Le droit du travail crée « l'emploi » – comme horizon institutionnel – à la fois sous l'angle colle (...)

3Cet ouvrage participe tout d’abord d’une certaine conception du droit. Contre, d’une part, une conception instrumentale du droit institué qui anime les politiques de l’emploi comme leurs critiques libérales et, de l’autre, son assimilation aux sciences sociales, c’est une référence au droit instituant qui sous-tend le propos. Si aucun cadre juridique ne possède en effet une efficacité sui generis, ni ne tire directement sa légitimité d’un savoir positif sur les faits, il institue en revanche, un certain ordre économique et social, tel celui de l’emploi1 , et constitue donc un lieu éminemment politique de conflits, de négociations et de choix de valeurs. Si le droit possède alors une logique endogène d’approfondissement de ses valeurs fondatrices (liberté professionnelle, égalité et ordre public sont les principes fondateurs du droit du travail) (Supiot, 1997), tout le parti pris comparatiste de l’ouvrage repose sur les limites de cette autoréférence du droit : d’un côté, l’invention de figures juridiques relève en effet d’un processus empirique, conflictuel et négocié ; de l’autre le droit du travail peut avoir, pour et depuis sa propre normativité, bien des choses à apprendre au monde des faits et surtout à apprendre de lui, des transformations qui y sont à l’œuvre. Ici réside, pour la dynamique du droit du travail, tout le sens d’un rapport étroit aux sciences sociales, lesquelles peuvent en retour y puiser une meilleure maîtrise de leur usage des catégories juridiques.

4En un tel cadre, sont alors appréhendés les thèmes nodaux d’une « sociologie de l’emploi », aujourd’hui confrontée à un questionnement de ses objets privilégiés, du moins à un effritement du « paradigme de l’emploi ». Si le droit du travail s’est forgé en une synthèse des traditions juridiques romaniste et germanique du droit des biens et du droit des personnes, des deux figures opposées du statut et du contrat – l’invention du contrat de travail fut celle de l’insertion dans le contrat du statut comme ensemble de droits et de devoirs génériques – la notion juridique d’emploi s’est bien avérée la référence majeure d’un nombre croissant de situations professionnelles : elle unissait subordination et sécurité, avec pour horizon la figure archétypique du fonctionnaire ou de l’ouvrier industriel (Supiot, 1994). La majorité des contributions explore alors la façon dont les formes contemporaines de l’activité professionnelle remettent en cause les valeurs et les découpages constitutifs du droit du travail (entre travail dépendant et indépendant, travail à titre onéreux et à titre gratuit, travail salarié et fonction publique, travail et formation). La « vraie » crise de l’emploi serait donc celle de l’emploi comme « paradigme » : les nouvelles formes de subordination impliquent une fragmentation et une insécurité croissantes des trajectoires et des statuts professionnels, en une dualisation du monde du travail, qu’alimente le droit du travail lui-même.

5Cette perspective, en pointant tout l’enjeu d’une nécessaire ré-institutionnalisation du rapport de travail, veut se prémunir du risque d’une dualisation accrue que comporterait une simple position de résistance à l’égard de la déstabilisation du rapport salarial ou le seul projet d’aménagement d’un statut non salarial. La dernière partie de l’ouvrage propose en effet des pistes pour une « adaptation active » du droit du travail, dans la logique d’un « statut professionnel » qui engloberait la diversité des formes de travail pour instaurer une continuité de droits et d’obligations au long des trajectoires. Si les cadres cognitifs du monde industriel ou « fordiste » peuvent alors sembler périmés, on mesure combien les préoccupations du juriste, attaché à un cadrage collectif des activités de travail, rejoignent l’intérêt du sociologue pour les recompositions de l’économique et du social dans le monde du travail, c’est-à-dire pour l’évolution des formes d’activité et de rapport au travail, les modes d’appartenance et les types de légitimité à l’œuvre. À leur manière, droit du travail et sciences sociales pourraient donc se trouver face à la même nécessité de repenser des points nodaux pour toute société à économie de marché : la façon dont elle construit historiquement un mixte d’individualisation et d’interdépendance et la façon dont elle concilie le travail comme valeur d’échange sur un marché et le travail en tant qu’il est « la vie même », dirait K. Polanyi, en d’autres termes la discontinuité des engagements et le temps long de la vie humaine.

6On l’aura compris, Le travail en perspectives est moins une généalogie du concept de travail (on note sa polysémie mais pour préciser qu’on s’intéresse à l’activité professionnelle rémunérée), moins une analyse fine des formes matérielles de l’activité humaine, qu’une façon de se déprendre d’une norme datée de l’emploi, de ses catégories tant savantes qu’institutionnelles et juridiques, pour penser et poursuivre les « issues inimaginables » que l’histoire réserve aux formes sociales de l’activité de travail ; surtout, pour renouer effectivement avec la vocation du droit du travail, en étayant sur une observation des nouvelles formes de subordination l’élaboration collective de dispositifs garantissant une liberté et une sécurité concrètes en matière professionnelle ; car sans activité matérielle, « sans travail, pas d’homme » rappelle en conclusion G. Lyon-Caen.

Haut de page

Bibliographie

Supiot A, Du bon usage des lois en matière d’emploi, Droit social (9‑10) (1997).

Supiot A., Critique du droit du travail, PUF, Paris, 1994.

Haut de page

Notes

1 Le droit du travail crée « l'emploi » – comme horizon institutionnel – à la fois sous l'angle collectif et synchronique du « marché du travail » et sous celui, individuel et diachronique, de « l'état professionnel des personnes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet, « Alain Supiot (éd.), Le travail en perspectives », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 514-515.

Référence électronique

Alexandra Bidet, « Alain Supiot (éd.), Le travail en perspectives », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38383

Haut de page

Auteur

Alexandra Bidet

Travail et mobilités - CNRS, Université de Paris-X 200, avenue de la République, 92000 Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search