Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusRichard Swedberg, Max Weber and t...

Comptes rendus

Richard Swedberg, Max Weber and the Idea of Economic Sociology | Richard Swedberg (éd.), Max Weber, Essays in Economic Sociology

Princeton, Princeton University Press, 1998, 315 p. | Princeton, Princeton University Press, 1999, 314 p.
Michel Lallement
p. 516-518
Référence(s) :

Richard Swedberg, Max Weber and the Idea of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 1998, 315 p.

Richard Swedberg (dir.), Max Weber, Essays in Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 1999, 314 p.

Texte intégral

  • 1 Pour rendre pleinement justice du travail de R. Swedberg, il faut ajouter que les Essays sont assor (...)

1Auteur d’une biographie sur J. Schumpeter, d’une histoire de la sociologie économique et co-éditeur d’un Handbook de sociologie économique, R. Swedberg poursuit son effort. Max Weber and the Idea of Economic Sociology témoigne en effet d’une ambition constante : consacrer la légitimité de la sociologie économique contemporaine en suggérant que chez les « pionniers » de notre discipline l’on trouve déjà de nombreux outils et arguments, dont l’importance aurait été sous-estimée, et qui pourtant méritent considération afin de polir de nouvelles grilles d’analyse. Édités dans un même esprit, les Essays in Economic Sociology mettent à disposition dix-huit morceaux choisis consacrés à l’analyse des capitalismes et aux aspects théoriques de la sociologie économique de M. Weber. Parmi les articles retenus, deux méritent une attention particulière. Reprise de la leçon inaugurale prononcée à l’université de Fribourg (mai 1895), le premier porte intérêt à l’État-Nation et à la politique économique. M. Weber y défend à l’époque un point de vue nationaliste, opinion sur laquelle il reviendra ultérieurement. Le second est un essai de 1908, l’un des rares dans lequel M. Weber s’aventure de plain-pied sur le terrain de la théorie économique. M. Weber y discute de la portée de la théorie de l’utilité marginale et montre que celle-ci est pertinente, non en vertu des postulats psychologiques qui la soutiennent, mais en raison de son adéquation historique avec la réalité des sociétés capitalistes modernes. Tirés pour l’essentiel d’Économie et société, du cours d’histoire économique (conférences munichoises de 1919‑1920) ou encore des travaux de sociologie des religions, les autres textes sont bien plus connus et largement accessibles en langue française. Dans la mesure, par ailleurs, où l’introduction à ces Essays est largement redondante avec l’ouvrage de R. Swedberg précité1, c’est ce dernier livre qui va retenir maintenant notre attention.

2Pour renouveler l’intelligence sociologique des faits économiques, le choix de M. Weber peut paraître a priori bien surprenant. Voilà en effet un universitaire qui, durant la plus grande partie de sa vie professionnelle, a été classé parmi les économistes et qui s’est identifié comme tel. À l’heure actuelle, ni les économistes ni les sociologues ne doutent pourtant que M. Weber ait fait avant tout œuvre de sociologue. L’espace de la science économique allemande de la fin du siècle dernier était, il est vrai, beaucoup plus ouvert et perméable aux points de vue jugés aujourd’hui hétérodoxes. La voix de M. Weber a donc pu s’y faire entendre avec un moindre risque d’étouffement et de stigmatisation. Mais, autre facteur explicatif, M. Weber a également été le premier à marier deux approches souvent présentées comme opposées : l’explication par les intérêts (point de vue des économistes) et l’explication par les interactions et les structures sociales (point de vue sociologique). Ce constat sert de fil directeur à l’ouvrage de R. Swedberg. Ce dernier souhaite plus exactement nous persuader que, en situant l’analyse des comportements au carrefour des intérêts et des déterminants sociaux, M. Weber contribue bel et bien à la fondation de la sociologie économique. Pour emprunter les termes adéquats et éviter de la sorte l’anachronisme, M. Weber milite précisément, à partir de 1903, en faveur d’une science appelée à renouveler l’économie politique : la Sozialökonomie.

3Dans son ouvrage, R. Swedberg parcourt l’œuvre de M. Weber et propose une lecture linéaire des principaux travaux qui mettent en scène l’économique. L’on est ainsi conduit à (re)lire les pages consacrées à l’histoire économique, à (re)découvrir celles qui passent au scalpel les concepts fondamentaux de la sociologie économique ainsi que toutes celles qui traitent des relations entre économie et politique, économie et droit et, enfin, économie et religion. Même si l’on peut déplorer la marginalisation de certains thèmes (celui de la bourse par exemple), rendons grâce à l’auteur d’avoir réussi à condenser en un tableau aussi clair que synthétique les multiples ramifications d’une œuvre particulièrement bourgeonnante. Mais, disons-le tout net, arrivés au terme de ce parcours, les familiers de M. Weber n’auront pas fait de découverte capitale. Car R. Swedberg s’emploie pour l’essentiel à résumer et à ordonner les constats et arguments que M. Weber a pu livrer tout le long de sa vie professionnelle. Sont ainsi rendus dans le détail les propos de l’Histoire économique, d’Économie et société, de L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme ou encore de L’Éthique économique des religions mondiales. Par ailleurs, et à la différence par exemple de W. Hennis (1987), R. Swedberg ne cherche pas à déconstruire l’image maintenant classique d’un Weber théoricien de la rationalisation et du désenchantement du monde. R. Swedberg tend même à conforter une telle représentation. Servi par un langage simple et des graphiques qui résument régulièrement les propos tenus, l’ensemble n’en constitue pas moins une introduction de premier ordre. Dans la mesure où elle se veut systématique, la présentation permet aussi de mettre à jour, ici et là, des champs d’étude, des analyses ou des arguments quelque peu oubliés. Il en va ainsi avec la sociologie fiscale, discipline en friche à l’heure actuelle et dont M. Weber a tôt perçu l’intérêt pour qui souhaite étudier empiriquement les faits de domination économique (p. 58). On peut aborder avec un même intérêt les termes du débat qui opposa M. Weber, O. Neurath, L. Von Mises et F. Hayek à propos des prix en régime socialiste (p. 80) ou suivre encore les plus récentes controverses relatives au « problème anglais ». Posé au début des années 1970 par D. Trubeck, un tel problème prend forme avec le questionnement suivant : comment expliquer d’un point de vue weberien la force et la précocité de la révolution industrielle en Angleterre alors même que le droit en vigueur dans ce pays respectait peu les canons de la rationalité légale-rationnelle ? Le système juridique n’aurait-il pas dû, par voie de conséquence, faire obstacle au développement économique ? Pour R. Swedberg, la contradiction n’est qu’apparente. M. Weber l’a d’ailleurs suggéré le premier : un faible degré de rationalité formelle n’est pas incompatible avec un niveau élevé de calculabilité. Tel était bien le cas du droit anglais (p. 105).

  • 2 Voir, par exemple, la manière dont R. Aron (1935 et 1981, p. 110) rend compte, des travaux de M. We (...)
  • 3 C’est le cas par exemple de sa théorie de la bureaucratie hydraulique. Pour M. Weber, les régions ( (...)

4En dépit de ces éclairages originaux et ponctuels, on ne pourrait surestimer la portée et la nouveauté des informations délivrées dans les chapitres I à V qui constituent le gros du corps de l’ouvrage. Nous savons depuis longtemps déjà comment et combien M. Weber a pu contribuer au développement de l’analyse sociologique des faits économiques2. Contrairement à ce que laisse entendre l’auteur, l’intérêt premier de son livre n’est donc pas de nous le faire découvrir mais plus modestement de nous le rappeler de manière systématique, y compris d’ailleurs en pointant les erreurs et les conjectures hasardeuses de M. Weber3. Ajoutons que, en dépit de son titre, la véritable innovation de ce livre est à chercher aux marges du texte principal et ailleurs, surtout, que sur le strict terrain des idées. L’épilogue (chapitre VI) et l’annexe sont de loin, en effet, les pages les plus passionnantes. Ces deux dernières sections nous font découvrir les arcanes concrètes de la production intellectuelle de M. Weber : son parcours universitaire haché par la maladie, l’évolution de ses pôles d’intérêt et son recours extrêmement tardif au vocabulaire sociologique, les réseaux et débats dans lequel celui-ci s’est impliqué, etc. En suivant ces cheminements institutionnels et intellectuels, l’on voit par exemple un M. Weber en tension permanente entre le parti pris empiriste de l’école historique (Bücher, Schmoller, Brentano, etc.) et l’ambition théorique de l’école autrichienne (Hayek, Menger, von Wieser, etc.). Mais le plus intéressant reste l’histoire du Grundiss der Sozialökonomie. Destiné à remplacer le vieux Handbuch der Politischen Oekonomie de G. Schonberg, cette vaste synthèse a rassemblé, sous la houlette de M. Weber, les contributions d’une cinquantaine d’économistes aux sensibilités théoriques les plus diverses. L’ensemble a paru en douze volumes entre 1914 et 1930. On sait qu’une partie d’Économie et société est tirée de ce Grundiss. On sait peut-être moins que deux autres contributions ont connu, sous forme d’ouvrages séparés également, une véritable carrière internationale. Il s’agit en l’occurrence du segment consacré à l’histoire économique (J. Schumpeter) ainsi que de la partie théorique prise en charge par F. von Wieser (traduite en anglais dès 1927). Toujours méconnus des sociologues, le contenu et l’architecture du Grundiss sont plus révélateurs encore du projet intellectuel dont R. Swedberg souhaite faire son miel afin de fournir une nouvelle légitimité à la sociologie économique contemporaine. Le programme est aussi simple qu’ambitieux : il convient d’étudier les faits économiques en interaction avec les phénomènes non économiques et d’introduire en sus une perspective sociologique dans l’étude de ces mêmes faits économiques. Il est difficile de ne pas être convaincu de l’intérêt et de l’actualité d’une telle plate-forme. Mais il faut s’empresser d’ajouter que c’est certainement la concrétisation empirique d’un tel programme qui est, et restera à l’avenir, la meilleure garantie de sa crédibilité scientifique. On ne peut que savoir gré à R. Swedberg de nous le rappeler avec force et conviction.

Haut de page

Bibliographie

Aron R., (1935) La sociologie allemande contemporaine, Puf, coll. « Quadrige », Paris, 4° édition, 1981.

Gerth H., Mills C.W., From Max Weber: Essays in Sociology, New York, Oxford University Press, 1946.

Hennis W., Max Webers Fragestellung, Tübingen, J.C.B. Mohr (P. Siebeck), 1987. Traduction française : La problématique de Max Weber, Puf, Paris, Sociologies, 1996.

Kaster D., Klassiker des soziologischen Denkens, Band 1l, München, Verlag C.H. Beck, 1978.

Haut de page

Notes

1 Pour rendre pleinement justice du travail de R. Swedberg, il faut ajouter que les Essays sont assortis d'un glossaire des termes utilisés et-ou forgés par M. Weber et d'une bibliographie qui recense plus de deux cents ouvrages et articles, en langue anglaise pour l'essentiel, consacrés partiellement ou exclusivement à la sociologie économique de M. Weber.

2 Voir, par exemple, la manière dont R. Aron (1935 et 1981, p. 110) rend compte, des travaux de M. Weber et celle dont D. Käsler (1978, p. 55), spécialiste allemand de M. Weber, présente lui aussi l’homme et l’œuvre ou encore les textes de M. Weber retenus par H. Gerth et C.W. Mills (1946, 3° partie).

3 C’est le cas par exemple de sa théorie de la bureaucratie hydraulique. Pour M. Weber, les régions (ancienne Égypte, Mésopotamie, Chine) où l’accès à l’eau dépend d’un système d’irrigation – et non pas simplement de la pluie – auraient été davantage tentées par la bureaucratie et le despotisme de façon à gérer au mieux la technique hydraulique. Et cela aurait fait barrage, si l’on ose dire, au développement du capitalisme rationnel. Cette intuition a été, depuis, démentie par de nombreuses recherches historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lallement, « Richard Swedberg, Max Weber and the Idea of Economic Sociology | Richard Swedberg (éd.), Max Weber, Essays in Economic Sociology », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 516-518.

Référence électronique

Michel Lallement, « Richard Swedberg, Max Weber and the Idea of Economic Sociology | Richard Swedberg (éd.), Max Weber, Essays in Economic Sociology », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38390

Haut de page

Auteur

Michel Lallement

Groupe de recherche Innovations et Sociétés-GRIS, Département de sociologie, Université de Rouen rue Lavoisier, 76821 Mont-saint-Aignan cedex

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search