Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Militant Lactivism? Attachment Parenting and Intensive Motherhood in the UK and France, C. Faircloth

Berghahn Books, New York (2013). 278 p.
Tania Navarro Rodríguez
p. 113-114
Référence(s) :

Charlotte Faircloth, Militant Lactivism? Attachment Parenting and Intensive Motherhood in the UK and France, Berghahn Books, New York, 2013, 278 p.

Texte intégral

1Issu d’une recherche doctorale et postdoctorale, ce livre s’inscrit dans le courant de l’anthropologie de la parenté. Il analyse le rapport entre l’alimentation infantile et le travail de construction de l’identité maternelle à partir du cas de La Leche League (LLL) à Londres et à Paris. Fondée en 1956, LLL est une organisation non gouvernementale présente dans soixante-dix pays, qui développe un réseau de groupes de soutien aux mères souhaitant allaiter. Charlotte Faircloth identifie la construction d’un réseau d’aide entre pairs qui encourage la pratique de la « maternité intensive » et montre comment celle-ci participe à l’accomplissement personnel des mères. Partant d’une analyse de la manière dont les mères participant à ces groupes défendent la pratique des allaitements longs (au-delà d’un an), l’auteur reconnaît la formation d’un « militant lactivism ». Cette activité militante est propre aux mères qui pratiquent l’attachement « maternel intensif » et promeuvent les bienfaits de l’allaitement au sein. D’une grande richesse empirique, cette recherche a nécessité un travail de terrain mêlant des entretiens, des observations dans différents espaces (groupes de soutien de LLL, réunions thématiques, conférences, ateliers et séminaires organisés par LLL, maternités) ainsi qu’une enquête par internet.

2L’ouvrage comprend quatre parties proposant une réflexion sur la pratique de la « maternité intensive » au Royaume-Uni, au miroir du cas français. L’analyse de ce type de pratique parentale révèle des différences de conception selon les contextes nationaux. En revanche, d’éventuelles différences au sein de chaque pays selon le lieu de résidence ou l’appartenance sociale n’y sont pas discutées.

3La première partie présente des éléments historiques et conceptuels sur l’allaitement maternel au Royaume-Uni durant les dernières décennies du xxe siècle. La lutte pour la « maternité intensive » prend une place importante dans l’histoire récente de ce pays dans un contexte d’intégration accrue des femmes au marché du travail. Celles-ci sont partagées entre le souhait de maintenir « une efficacité rationnelle au travail » et « une maternité intensive à la maison ». C. Faircloth avance qu’indépendamment du mode choisi par une femme pour éduquer son enfant, celle-ci devra le faire d’une manière intensive. La maternité intensive est une « idéologie » qui positionne la mère comme une « figure amoureuse et responsable », essentielle pour la santé mentale de l’enfant. Dans une telle perspective, l’attachement mère-enfant est le facteur central à partir duquel se construit le rôle maternel, et le mode d’alimentation d’un enfant constitue un « devoir moral » fondé sur l’information et la réflexivité des mères (responsables).

4La deuxième partie de l’ouvrage analyse la structure, la philosophie et les actions de LLL. L’idée du partage de valeurs est centrale pour expliquer comment se créent des liens d’appartenance à une « communauté » qui permet à cette association de se maintenir au fil des années. Parmi ces valeurs figurent le droit de l’enfant à décider de la fréquence des tétées et de la durée de l’allaitement, la nécessité de la proximité de la mère avec l’enfant, la famille comme fondement de la société et une alimentation « naturelle et efficace ». C. Faircloth affirme que c’est par le partage de ces valeurs et pratiques que LLL s’établit comme un réseau qui non seulement soutient l’allaitement, mais contribue également à sa promotion.

5La troisième partie du livre étudie les stratégies de responsabilisation mobilisées par les mères pour justifier rationnellement leur choix d’allaiter au sein sur une longue durée. Alors qu’elles plaident pour une culture « naturelle » à propos de l’éducation de leurs enfants, elles s’appuient sur la science pour soutenir leur pratique de l’attachement parental. Par ailleurs, ces mères justifient leur décision d’allaiter et d’être attachées à leurs enfants par la mise en avant du souci de « bien faire ».

6La dernière partie du livre aborde la question de la « subjectivité maternelle », en confrontant le contexte de maternité intensive tel qu’il existe en Angleterre à celui de la France. Les différences entre ces deux pays s’expliquent notamment par une plus grande reconnaissance de la pratique parentale intensive au Royaume-Uni, alors qu’en France la séparation et l’autonomie mère-enfant sont reconnues comme idéales. Dès lors, le fait d’allaiter pendant longtemps est perçu, dans le cas des mères de LLL à Londres, comme un renforcement de l’attachement, alors qu’à Paris cette pratique est plutôt perçue comme un moyen de gérer la séparation. En France, un nombre plus élevé de femmes ayant des petits enfants travaillent en dehors de la maison et il existe une plus forte pression sociale pour reprendre le travail après l’accouchement.

7Focalisé sur les mères, le livre ne prend guère en compte le rôle des pères dans la décision de la mère de pratiquer un allaitement de longue durée. Il aurait également été souhaitable que ce travail prenne davantage en considération les acteurs qui contribuent à légitimer et faire exister la norme de l’allaitement maternel. Une approche plus large permettrait notamment de saisir comment les associations en faveur de l’allaitement (nationales ou locales), ainsi que les professionnels de santé et les pouvoirs publics, contribuent à la cause de l’allaitement maternel, et comment s’instaure une tendance à la professionnalisation du soutien à l’allaitement au sein (consultants en lactation certifiés, réseaux périnataux).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tania Navarro Rodríguez, « Militant Lactivism? Attachment Parenting and Intensive Motherhood in the UK and France, C. Faircloth », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 113-114.

Référence électronique

Tania Navarro Rodríguez, « Militant Lactivism? Attachment Parenting and Intensive Motherhood in the UK and France, C. Faircloth », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/386

Haut de page

Auteur

Tania Navarro Rodríguez

Risques, travail, marchés, État (RiTME)
Institut national de la recherche agronomique, 65, boulevard de Brandebourg, 94205 Ivry-sur-Seine Cedex, France
tania.navarro[at]ivry.inra.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals