Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 56 - n° 2Comptes rendusUn siècle de travail des femmes e...

Comptes rendus

Un siècle de travail des femmes en France – 1901-2001, M. Maruani, M. Meron

La Découverte, Paris (2012). 230 p.
Sylvie Schweitzer
p. 252-254
Référence(s) :

Margaret Maruani et Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France – 1901-2001, La Découverte, Paris, 2012, 230 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Travail, Genre
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marchand, O., Thélot, C., 1997. Le Travail en France, 1800-2000. Nathan, Paris [1e édition : 1991, (...)

1L’histoire de l’évolution des places et rôles des femmes sur le marché du travail reste encore marquée par des représentations ancrées dans un syllogisme : femme = épouse / épouse = mère / mère = inactive. Le travail des hommes étant évident et celui des femmes contingent et noué dans le fameux arbitrage entre famille et travail, les femmes ne seraient qu’épisodiquement actives : avant d’épouser un breadwinner et après avoir élevé leurs enfants — si l’on se place du point de vue de l’individu — ou pour remplacer les absents, en particulier lors des guerres — si l’on se place du point de vue de la collectivité nationale. Reste que les chiffres ont toujours prouvé le contraire, et l’ouvrage de Margaret Maruani et Monique Meron les déploie en prenant les recensements de la population comme solide point d’appui. Et le titre du livre, Un siècle de travail des femmes en France, renvoie à l’ouvrage de référence d’Olivier Marchand et Claude Thélot, Deux siècles de travail en France, appuyé sur les mêmes corpus1. Quatre volets sont successivement explorés (et abondamment illustrés de tableaux statistiques et de graphiques) et passent au tamis les idées, reçues ou non, sur l’activité des femmes entre 1901 et 2011.

2L’ouvrage s’ouvre sur une recension au long cours des actives décomptées : quelle que soit la période considérée, les femmes représentent toujours au moins un tiers de l’ensemble des actifs, avec un seuil au mitan des années 1960. Ensuite, leur place croît inéluctablement pour arriver aujourd’hui à une quasi-parité : 47,6 % de femmes dans la population active en 2008. Il y a ces comptes, mais aussi des mécomptes, venant parfois des femmes elles-mêmes (le recensement reste une source déclarative), mais surtout des directives de l’État, qui juge par exemple comme quantité inintéressante les épouses partageant avec leur conjoint la gestion de l’atelier, du commerce ou de l’exploitation rurale. La démonstration est ici percutante qui analyse l’exclusion d’un bon million d’agricultrices (sur 1,8 million) lors du recensement de 1954 (p. 43 et suivantes) : tout au long du XXe siècle, l’appréhension statistique de l’activité féminine est ainsi sujette à remaniements divers, et donc à caution, contrairement à celle des hommes.

  • 2 Omnès, C., 2003. Les trois temps de l’emploi féminin : réalités et représentations. L’Année sociolo (...)

3Il en va de même pour la recension des différentes formes d’inactivité, qu’il s’agisse du chômage, du sous-emploi ou de l’emploi partiel (3e chapitre) : représentations sociales et conventions statistiques étant toujours à l’œuvre, la mesure de l’inactivité des femmes est fluctuante au cours du siècle (p. 118 et suivantes). De surcroît, le genre est ici encore bien présent : une mère de famille qui ne travaille pas sera longtemps dite inactive, quand un père de famille dans la même situation sera catalogué chômeur ; de même, le temps partiel est perçu comme bon pour les mères, mais mauvais pour les pères. On peut cependant regretter qu’une lunette genrée ne soit pas plus utilisée dans ce chapitre sur le non emploi, en particulier dans le cadre des différentes branches du marché du travail et de leur segmentation. Autrement dit, qui chôme, dans quels secteurs et selon quelles évolutions au cours du siècle ? Lors de la grande crise des années 1930, on sait que les femmes chôment moins que les hommes dans les secteurs nouvellement mécanisés, puisque ce sont elles qui triment sur les machines de la rationalisation2 : en a-t-il été de même dans les dernières décennies du XXe siècle ?

  • 3 Et non pas 40 % comme l’indique un tableau de la page 173 : il y a un millier de femmes recensées d (...)

4L’analyse de la segmentation sexuée du travail est bien traitée, mais au quatrième chapitre seulement, quand elle aurait pu aider au cadrage de l’ensemble de la démonstration. Est reprise là l’évolution séculaire de la place des femmes et des hommes dans les différents secteurs économiques : le XXe siècle est celui du passage d’une France rurale à une France industrielle puis tertiaire. Et la lisibilité de l’activité féminine y devient d’autant plus forte que le salariat progresse : entre 1954 et 2000, sa part dans l’emploi des femmes est passée de 59 % à 93 % (p. 53). Par ailleurs, ces décennies sont non seulement celles de l’élévation du niveau de la certification scolaire, mais encore celles de l’accès des femmes à l’ensemble des professions supérieures. De cet accès, elles se saisissent vigoureusement, ce qui aurait pu être plus amplement mis en valeur, y compris avec des tableaux synthétiques sur le siècle soulignant leur progression dans certains secteurs. Les interdits législatifs et sociaux sont, par exemple, bien la cause de l’évolution de la présence des femmes dans les professions libérales : d’epsilon en 19063 à 19,5 % en 1962, puis 33 % en 1996. Dès lors, les comportements masculins et féminins peuvent effectivement évoluer de manière parallèle, même si subsistent d’amples secteurs réservés aux femmes. Les chiffres montrent que cette répartition ne se résorbe guère au début du XXIe siècle, les femmes restant largement majoritaires dans les secteurs du soin et des services à la personne, et les hommes dans le bâtiment et les industries lourdes. Cependant, il s'agit là de segments peu qualifiés du marché du travail où migrantes et migrants sont en nombre : le paysage aurait pu être ici complété par une ferme incursion statistique du côté de ces populations étrangères où les femmes ont toujours compté pour au moins 30 % des actifs.

  • 4 Beau, A.-S., 2002. Les salarié-e-s du grand commerce : des "employé-e-s" ? Les parcours professionn (...)

5Le regard critique des auteures et leur relecture des dénombrements de la population active permet également une plongée au cœur des analyses des cycles de vie des femmes supposées se retirer du marché du travail pour élever leurs enfants (deuxième chapitre). On le sait, au début des années 1960 les recensements affichaient un taux d’activité de 40 % pour les 25-49 ans, contre 85 % en 2010. La relecture des courbes d’activité sur le long terme est ici instructive puisque, dans la première moitié du siècle, les femmes travaillent de manière étale à tout âge — avec, pour les moins diplômées, de très plausibles changements successifs de secteur économique (p. 67), confirmés par les études d’histoire sociale4. Et dans ces allers et retours figure un mode d’emploi mal connu, celui du travail à domicile (p. 131 et suivantes), souvent conjoncturel à l’échelle des vies individuelles, mal déclaré, mal recensé et qui croît avec chaque avancée notoire du code du travail (lois de 1892, 1915, 1936, 1945, 1968) : l’inspection du travail note systématiquement que les industriels y ont recours pour échapper à leurs obligations. Serait-il en cause dans le décrochage de la part des femmes actives durant les décennies 1950-1960 ? Quoi qu’il en soit, il y a dans ces années-là le sous-recensement déjà mentionné des agricultrices, mais aussi la force des politiques sociales de la IVe République, sans doute plus efficaces que l’idéologie vichyste ici mentionnée (p. 93). De fait, avant l’allocation parentale d’éducation, l’allocation salaire unique de 1947 accordait à une mère inactive de deux enfants l’équivalent d’un SMIC, avec une belle progressivité : un SMIC et demi pour trois enfants et deux SMIC pour quatre enfants. Mal indexée sur l’inflation, cette ressource a perdu de son attractivité au moment, notons-le, où remonte l’activité féminine, soit à la fin des années 1960.

6À la lumière de cette riche et utile synthèse, et à dénombrer convenablement les millions de non salariées des campagnes d’une France longtemps rurale, les épouses d’artisans, de commerçants, de médecins, les ouvrières et cols roses du travail à domicile, les nourrices, souvent primo-arrivantes, qui gardent dans l’ombre les enfants des femmes actives, on se laisserait aller à prendre un pari scientifique complémentaire : celui d’une proportion de femmes au travail correspondant bien à la moitié de la population active, mais ce depuis le début du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Marchand, O., Thélot, C., 1997. Le Travail en France, 1800-2000. Nathan, Paris [1e édition : 1991, sous le titre Deux siècles de travail en France. INSEE, Paris].

2 Omnès, C., 2003. Les trois temps de l’emploi féminin : réalités et représentations. L’Année sociologique 53 (2), 373-398.

3 Et non pas 40 % comme l’indique un tableau de la page 173 : il y a un millier de femmes recensées dans les professions libérales en 1906 pour 75 000 hommes, contre 117 000 femmes et 230 000 hommes en 1996 (Marchand et Thélot, op. cit., p. 232 et suivantes).

4 Beau, A.-S., 2002. Les salarié-e-s du grand commerce : des "employé-e-s" ? Les parcours professionnels des salarié-e-s du Grand Bazar de Lyon aux xixe et xxe siècles. Travail, genre et société 8, 55-72 ; Omnès, C., 1998. Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au xxe siècle, Éditions de l’EHESS, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Schweitzer, « Un siècle de travail des femmes en France – 1901-2001, M. Maruani, M. Meron », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 2 | 2014, 252-254.

Référence électronique

Sylvie Schweitzer, « Un siècle de travail des femmes en France – 1901-2001, M. Maruani, M. Meron », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 2 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/3891 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.3891

Haut de page

Auteur

Sylvie Schweitzer

Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190)
Université de Lyon 2, Institut des Sciences de l'Homme
14, avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07, France
syschweitzer[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search