Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 2Comptes rendusPierre Odin, Pwofitasyon. Luttes ...

Comptes rendus

Pierre Odin, Pwofitasyon. Luttes syndicales et anticolonialisme en Guadeloupe et en Martinique

La Découverte, Paris, 2019, 320 p.
Lionel Arnaud
Référence(s) :

Pierre Odin, Pwofitasyon. Luttes syndicales et anticolonialisme en Guadeloupe et en Martinique, La Découverte, Paris, 2019, 320 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : La Découverte

1Départements français depuis 1946, la Guadeloupe et la Martinique forment, pour paraphraser Aimé Césaire, des territoires à part, parce qu’ils sont souvent soumis à un régime d’exception (notamment en matière de droit du travail et de santé, comme l’illustre depuis cinquante ans le scandale du chlordécone), mais aussi parce leurs réalités sociales et sociologiques sont encore mal connues, car trop peu étudiées. C’est dès lors tout le mérite de l’ouvrage de Pierre Odin que de se pencher sur l’histoire et la sociologie du syndicalisme antillais, depuis les luttes révolutionnaires et anticolonialistes des années 1960 jusqu’à la grève générale de 2009 qui a marqué, pendant plus d’un mois et demi, la vie des habitants de ces deux îles françaises des Caraïbes, situées à près de 7 000 km de Paris. Issu d’une thèse de science politique soutenue en 2017, l’ouvrage s’appuie sur une enquête mêlant principalement entretiens et observations participantes, auxquels s’ajoutent l’élaboration d’un corpus documentaire (presses nationale et locale, matériel politique et militant) et, de façon plus limitée, un travail sur archives (l’auteur à eu accès au fonds personnel d’une des figures historiques du militantisme martiniquais), pour tenter de comprendre les ressorts de cette grève sans précédent et identifier les caractéristiques singulières de ce syndicalisme « ultra-marin ».

2Dans un premier temps, Pierre Odin s’attache à retracer la genèse du syndicalisme aux Antilles, en s’interrogeant plus particulièrement sur l’impact de Mai 68. Dans les faits, la charnière des années 1960-1970 se caractérise par une succession de mobilisations et de confrontations avec l’État français : la création de mouvements politiques clandestins tels que l’Organisation de la jeunesse anticolonialiste de la Martinique (OJAM) en 1962 ou le Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe (GONG) en 1963, le massacre de « Mè-67 » en Guadeloupe et la répression des grévistes du Chalvet en 1974 en Martinique… L’auteur rappelle ici combien le contexte international, alors marqué par la révolution cubaine et la guerre d’Algérie, a contribué à alimenter le sentiment national et l’appétence révolutionnaire des Guadeloupéens et des Martiniquais.

3Dans une deuxième partie, Pierre Odin analyse deux grandes orientations politiques qui émergent à cette période, et qui continuent à structurer la vie syndicale des deux îles : l’approche nationaliste d’une part, avec l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG, fondée en 1973), et la voie révolutionnaire d’autre part, qui s’affirme localement via la création de sections CGT émancipées de leurs tutelles « françaises », à partir de 1974 en Guadeloupe et de 1976 en Martinique. Or, si l’UGTG se caractérise par une forte discipline militante, un répertoire d’action qui n’hésite pas à recourir à la force et une valorisation de la langue et de la culture guadeloupéennes, la CGT-Guadeloupe et la CGT-Martinique sont, pour leur part, largement influencées par le travail idéologique des militants trotskistes de Combat Ouvrier.

4Passées ces deux grandes parties, qui agissent comme de longs préambules à l’analyse détaillée et circonstanciée des mobilisations de 2009, la troisième partie se révèle passionnante. Pierre Odin y analyse les mécanismes sociologiques qui ont présidé au succès de la grève générale. Il montre que la mise en avant, par les organisations syndicales, de la lutte contre la « pwofitasyon », autrement dit contre l’exploitation outrancière des Guadeloupéens et des Martiniquais, voire du pays Guadeloupe et du pays Martinique, leur a permis d’afficher un cadre de revendication et de mobilisation commun. Les coalitions qui se sont formées à cette occasion sont parvenues à rassembler des dizaines d’organisations syndicales, associatives, politiques voire culturelles en affirmant un point de vue similaire sur la dégradation des conditions de vie des habitants des deux îles. À partir du 5 décembre 2008 en Guadeloupe, avec la création du Liyannaj Kont Pwofitasyon (LKP), et au début de février 2009 en Martinique, avec le Kolectif 5-Févrié (K5F), ces rassemblements ont su imposer un cadre d’action et de réflexion qui leur a permis de peser dans le débat public, en reliant leurs revendications à un diagnostic rigoureux de la situation sociale et économique, via en particulier la mise en place du Bureau d’études ouvrières guadeloupéen, consacré à la surveillance des prix. Cette mise en forme de la réalité sociale, qui s’appuie sur une interprétation statistique et chiffrée de la cherté de la vie, a permis d’interpeller les pouvoirs publics mais aussi de valoriser l’expertise des militants du LKP. Pierre Odin souligne le rôle déterminant de la télévision, la diffusion en direct du déroulement concret de négociations permettant de dévoiler un aspect de la lutte syndicale qui reste généralement à l’abri du regard des profanes. Cette publicisation des débats a démontré la capacité de contre-expertise des syndicalistes face à des interlocuteurs (le préfet, les élus, les représentants du patronat) peu au fait de la réalité sociale vécue par les Guadeloupéens. Au-delà, et plus généralement, les négociations ont permis d’exposer à la critique les personnalités qui incarnent le pouvoir, et de réévaluer le rôle et le professionnalisme des syndicalistes nationalistes et révolutionnaires, critiqués jusque-là pour leur radicalité et/ou leur irréalisme.

5Tout au long de ces trois parties, Pierre Odin accorde une grande place à la parole des militants, dont les points de vue sont largement et longuement cités. Dirigeants syndicaux ou militants de base, l’auteur décrit les différents parcours qui les ont conduits non seulement à se syndiquer mais aussi à se politiser, en se rapprochant d’une lecture nationaliste ou d’une approche révolutionnaire de la situation des Antilles françaises. Mais si l’ouvrage propose une analyse des cultures syndicales riche d’enseignement pour qui veut comprendre la formation aux Antilles d’un syndicalisme de lutte, l’auteur semble hésiter entre une mise en abîme de l’extraordinaire de la grève de 2009 et le temps long de la sociographie des mouvements antillais. Et tandis que le titre et la couverture de l’ouvrage laissent présager une étude approfondie de la grève générale, Pierre Odin s’attache surtout à montrer comment 2009 a constitué un tournant dans la vie syndicale aux Antilles, tout en se gardant des discours a posteriori qui surestiment l’unité affichée dans ces coalitions. Ainsi, il ne manque pas d’analyser certaines divergences de conceptions qui continuent à prévaloir entre organisations indépendantistes et syndicats révolutionnaires, que ce soit en termes de stratégie (solidarité nationale vs lutte des classes) ou de représentation (un mouvement de masse hiérarchisé et discipliné vs une organisation « flexible » et « démocratique »). Il montre aussi comment la mobilisation a pris une tournure différente en Guadeloupe et en Martinique, parce que les Guadeloupéens sont rentrés en lutte dès décembre 2008, mais aussi parce que le LKP est parvenu à élargir la plateforme de ses revendications autour des questions agraires, environnementales, culturelles et mémorielles, là ou la mobilisation martiniquaise est restée concentrée sur des problématiques liées à l’emploi, aux salaires, aux conditions de travail…

6En dépit de ces différences, la grève de 2009 apparaît bien comme un événement clé de l’histoire syndicale des Antilles françaises, en même temps qu’un moment d’intense politisation de la société martiniquaise et guadeloupéenne. Le blocage de l’île et la pénurie alimentaire ont en effet conduit certains habitants à redécouvrir certaines productions locales et à s’interroger, au moins un temps, sur les effets de la dépendance économique de l’île, tandis que les piquets de grève, les manifestations au rythme des tambours et les discussions engendrées par ces moments d’effervescence collective ont favorisé un intérêt renouvelé pour la culture et l’histoire locale, voire de nouveaux engagements syndicaux et associatifs chez des Guadeloupéens et des Martiniquais qui se montraient jusque-là détachés de la chose politique. À ce niveau, le livre aurait certainement gagné à présenter le caractère singulier (comparé au contexte « métropolitain ») des relations de travail et plus généralement des relations sociales sur les deux « îles-sœurs », éloignées du centre « névralgique » que constituent Paris et Bruxelles, et dont la géographie mais aussi l’histoire et les modes de vie restent en grande partie associés au continent américain. Pierre Odin le dit en tout cas en conclusion, son ouvrage ne constitue pas une lecture critique du (post-)colonialisme aux Antilles et son objectif n’était pas de réfléchir aux configurations dans lesquelles naissent et se développent des conflits d’ampleur en Guadeloupe et en Martinique. Il n’en rappelle pas moins comment l’héritage colonial continue à peser sur les imaginaires et les relations sociales et institutionnelles de ces deux départements français « d’outre-mer », et ce n’est pas le moindre apport de ce livre que de montrer comment la revendication anticoloniale continue à structurer fondamentalement l’espace des mouvements sociaux antillais, et les relations au sein même des syndicats guadeloupéens et martiniquais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Arnaud, « Pierre Odin, Pwofitasyon. Luttes syndicales et anticolonialisme en Guadeloupe et en Martinique »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 2 | Avril-Juin 2021, mis en ligne le 07 juin 2021, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/39178 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.39178

Haut de page

Auteur

Lionel Arnaud

LaSSP – Sciences Po Toulouse – Université Toulouse 3
2 Ter Rue des Puits Creusés, 31000 Toulouse, France
lionel.arno[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search