Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 3Comptes rendusMuriel Cohen, Des familles invisi...

Comptes rendus

Muriel Cohen, Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985)

Éditions de la Sorbonne, Paris, 2020, 456 p.
Julia Descamps
Référence(s) :

Muriel Cohen, Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985), Éditions de la Sorbonne, Paris, 2020, 456 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Éditions de la Sorbonne

1Les familles immigrées algériennes en France se sont longtemps caractérisées par une « double absence » : absence de reconnaissance par les pouvoirs publics et absence historiographique. En étudiant les raisons de la première, l’ouvrage tiré de la thèse de doctorat de Muriel Cohen entend répondre à la seconde. Conciliant « approches par le haut et par le bas de l’histoire des familles algériennes en France » (p. 27), cette étude se donne pour objectif de pointer l’ancienneté de leur enracinement, et a fortiori le paradoxe de la « légende noire du regroupement familial » (p. 13). En effet, la prétendue institutionnalisation du regroupement familial en 1976 continue d’être médiatisée comme cause des problèmes urbains associés à la jeunesse algérienne à partir des années 1980 ; or, il n’est ni le point de départ, ni un vecteur d’accélération de l’immigration de ces familles. Le logement est au cœur de la réflexion de l’ouvrage, puisqu’il s’impose comme un « outil de justification discursive à la fermeture du territoire aux familles algériennes, et comme un critère de sélection » (p. 288).

2Muriel Cohen propose une réflexion riche, tant sur le plan méthodologique que disciplinaire, au croisement de la sociohistoire migratoire, urbaine et juridique. Elle s’appuie sur des matériaux divers : archives ministérielles et administratives, études statistiques, dossiers de regroupement familial des archives départementales des Hauts-de-Seine, entretiens ethnographiques avec d’anciens habitants du bidonville de Nanterre, archives personnelles de Monique Hervo. Cette ancienne militante est d’ailleurs une véritable « alliée » de l’enquête historique de terrain, se faisant l’intermédiaire tant ethnographique que générationnelle entre le monde de l’enquêtrice et celui des enquêté·es. L’ethnographie est menée en France et en Algérie : Muriel Cohen embrasse les préconisations d’Abdelmalek Sayad dans son étude des « trois âges de l’émigration algérienne » qui entendait appréhender « les deux bouts de la chaîne migratoire » (Sayad, 1977). Les données ainsi récoltées sur les parcours résidentiels des familles pointent la diversité des profils au sein de la population algérienne de France, témoignant des différences économiques et professionnelles des trajectoires.

3L’ouvrage est composé de trois chapitres chronologiques. Le premier (1945-1962) s’attache à décrire le plus finement possible le profil des familles algériennes « pionnières » arrivées en métropole au début des années 1950. Les travailleurs stables et qualifiés sont alors surreprésentés parmi ceux qui font venir leur famille en métropole. Les logements qu’occupent ces familles immigrées sont souvent insalubres, à l’instar de ceux de la classe ouvrière non qualifiée : « le mal-logement est alors un problème national » (p. 58). L’immigration familiale algérienne révèle les clivages de la sphère scientifique : elle est tantôt considérée comme inassimilable et indésirable, tantôt « encouragée » car elle permettrait une stabilisation des travailleurs. Cette dernière posture pragmatique trouve des échos du côté de la sphère politique. Dans ce contexte, la guerre d’indépendance algérienne est un tournant : les violences de guerre sur place accélèrent l’émigration familiale de réfugiés, et donc le développement des bidonvilles à Nanterre. L’autrice interroge leur rôle : « s’agit-il de lieux de passage ou d’enracinement durable ? » (p. 108). Les chemins du bidonville sont multiples, entre déclassement et stratégie d’ascension résidentielle. L’habitat au sein des bidonvilles est certes précaire, mais aménagé ; l’iconographie riche de l’ouvrage se fait le témoin de ces conditions de vie, avec pertinence et sensibilité. L’autrice convoque les outils de l’anthropologie de la parenté pour décrire l’importance des solidarités familiales, contribuant à enrichir d’une perspective historique les travaux sociologiques contemporains sur le fonctionnement des maisonnées. Ainsi, malgré le fort contrôle exercé sur elles, les familles algériennes s’installent et s’implantent en France dès les années 1950.

4Le deuxième chapitre (1962 – années 1970) examine le rôle central des conditions de logement en tant qu’outil de la procédure de regroupement familial mise en place à partir du milieu des années 1960. La question est de savoir si suite à l’indépendance « les familles algériennes [deviennent] vraiment des familles étrangères comme les autres du point de vue des institutions en charge de l’immigration » (p. 163). À partir de 1964, l’établissement en France des familles de travailleurs algériens est conditionné par l’existence d’un logement, à la différence du régime général appliqué aux autres étrangers. En pratique, les parcours résidentiels sont variés : les familles reléguées du bidonville aux cités de transit masquent la réalité des familles logées de manière confortable dans le logement ordinaire, ou dans le parc privé du logement social. À partir de la fin des années 1960, les politiques de logement ont pour enjeu la facilitation de l’accès aux HLM pour les étrangers, mais l’inquiétude sur leur « concentration » dans ce type de logement remplace celle sur leur mal-logement. Ainsi, les Algériens étant les seuls étrangers sur lesquels le maire a une possibilité d’intervention directe, certaines municipalités y trouvent un levier d’action pour restreindre l’accueil des familles algériennes.

5Dans la troisième partie de son ouvrage (années 1970 – début des années 1980), M. Cohen combat le « mythe d’une transformation des caractères de l’immigration maghrébine vers une migration de peuplement » (p. 292) à partir de 1974, date érigée comme tournant de la politique migratoire de la France avec l’arrêt officiel de l’immigration de travail. L’autrice revient sur l’idée reçue que la politique de regroupement familial a compensé cet arrêt : au contraire, l’immigration des familles est remise en cause avant celle des travailleurs et, face au tarissement des migrations européennes, connaît plusieurs tentatives de fermeture. La reconnaissance du droit au regroupement familial de 1976 est donc un « acquis fragile » (p. 339) dont les familles algériennes sont loin d’être les premières bénéficiaires. En effet, elles continuent pendant dix ans à être soumises à un régime plus restrictif, et ne rejoignent le régime général qu’en 1986. Paradoxalement, c’est dans les années 1980, au moment où plus de la moitié des familles algériennes sont implantées dans le parc social du fait de l’ancienneté de leur présence en France, qu’elles « entrent sur le devant de la scène médiatique » (p. 348) via l’assimilation aux émeutes urbaines de leurs membres les plus jeunes et les plus stigmatisés qui constituent une « minorité du pire » (Elias et Muel-Dreyfus, 1985) sur laquelle se focalise le discours public.

6M. Cohen livre une analyse historique qui, en empruntant aux méthodes et au cadre conceptuel de la sociologie urbaine et de la sociologie de l’immigration, enrichit et fait dialoguer ces deux champs. Elle nuance ainsi le texte fondateur d’A. Sayad qui avait contribué à invisibiliser ces familles algériennes émigrées en France bien avant le « troisième âge » mis en avant par le sociologue, celui des réunifications familiales de la période post-coloniale. L’étude de la sélection étatique des familles migrantes et de la ghettoïsation des quartiers dans lesquels elles s’installent inscrit quant à elle le propos dans des réflexions contemporaines autour des fractures urbaines et des discriminations interdépendantes subies par les immigré·es et leurs descendant·es. Par ailleurs, les analyses sur le processus de stigmatisation des cités HLM, à la suite des bidonvilles et des cités de transit, rejoignent les études sociologiques du déclassement résidentiel : le quartier n’est pas seulement un vecteur de la mobilité sociale individuelle, mais est aussi un espace soumis à des dynamiques de reclassement. En se focalisant sur les familles algériennes, l’ouvrage offre cependant peu de points de comparaison — autres que ceux du prisme juridique — avec les parcours migratoires et résidentiels des autres nationalités qui s’établissent en France à cette époque. De même, si le modèle du migrant pionnier rejoint tardivement par sa conjointe et ses enfants est largement déconstruit, il est regrettable que les femmes pionnières ne fassent pas l’objet d’analyses spécifiques interrogeant les différences genrées des trajectoires migratoires familiales.

Haut de page

Bibliographie

Elias, N., Muel-Dreyfus, F., 1985, « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 60, p. 23‑29.

Sayad, A., 1977, « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 15, p. 59‑79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Descamps, « Muriel Cohen, Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 3 | Juillet-Septembre 2021, mis en ligne le 10 septembre 2021, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/39539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.39539

Haut de page

Auteur

Julia Descamps

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA)
59-61 rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, France
julia.descamps[at]ined.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search