Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’inspection du travail. Une expérience du droit, L. Justet

PUR, Rennes (2013). 222 p.
Jérôme Pélisse
p. 260-262
Référence(s) :

Luc Justet, L’inspection du travail. Une expérience du droit, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 222 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Schwartz, Y., Durrive, L. (Eds), 2003. Travail et ergologie. Entretiens sur l’activi (...)
  • 2 En particulier dans Kapp, T., Ramackers, P., Terrier, J.-P., 2013 (2e édition). Le système d’inspec (...)

1Préfacé par Yves Schwartz, fondateur de l’ergologie, une « interdiscipline » d’inspiration philosophique centrée sur l’analyse de l’activité1, et doté d’une postface rédigé par Paul Ramackers, éminent inspecteur du travail qui en a analysé le système français2, l’ouvrage publié par Luc Justet apparaît bien entouré. D’autres références sont convoquées (Alain Supiot et Jacques Le Goff sont souvent cités notamment) par un auteur qui se présente à la fois comme un praticien chevronné (plus de 24 ans d’expériences dans l’inspection du travail) et un esprit formé à l’ergologie, qu’il se propose d’appliquer à un milieu d’activités : celui de l’inspection du travail. La démarche est donc novatrice, d’autant plus qu’il s’agit d’étudier « une expérience du droit », qu’on aurait pu rapprocher des études sur cette question et plus largement des études du droit en actes, qui ont contribué à renouveler depuis une dizaine d’années la sociologie du droit française.

  • 3 Voir notamment Dodier, N., 1988. Les actes de l’inspection du travail en matière de sécurité : la p (...)

2La sociologie n’est pas, toutefois, l’inspiration principale de l’auteur, dont le lectorat visé est peut-être d’abord ses collègues de l’inspection, comme il le souligne. L’analyse est en effet ergologique, partant de l’écart entre travail prescrit et travail réel, et déployant un dispositif dynamique à trois pôles (le « DD3P ») qui articule les savoirs académiques (qui servent à conceptualiser), les « savoirs investis » (qui proviennent de et sont investis dans l’activité elle-même) et « le partage des valeurs », processus « d’imprentissage » qui mêle imprégnation et apprentissage. Présentant les principaux concepts et la démarche ergologique, L. Justet propose ainsi « d’ausculter la main » de l’inspecteur du travail, afin d’en permettre « la compréhension de l’activité » (titre du chapitre 2). La métaphore de la main est employée de manière très suggestive à travers tout l’ouvrage, de la « main dirigée » (chapitre 1), qui permet à l’auteur de partir de l’activité prescrite de l’inspecteur du travail, à « la main créatrice » (chapitre 3) et à « la main apprenante » (chapitre 4), qui désignent respectivement un « aperçu de l’activité réelle de l’inspecteur du travail et des interactions avec le milieu dans lequel elle s’exerce » et l’analyse de sa formation initiale et en particulier de la part de droit qu’elle contient — ou ne contient pas. Car c’est bien là l’entrée principale choisie par l’auteur que de souligner à quel point l’activité de l’inspecteur du travail s’appuie, passe, est traversée en permanence par le droit, savoir académique autant que savoir investi lesté de valeurs. Et c’est pourquoi la seconde partie de l’ouvrage porte sur l’outil pour l’inspecteur du travail qu’est le droit. Cet outil est d’abord décrit comme un « manche rigide » (chapitre 5), celui de « la » norme. Les travaux sociologiques auraient permis ici de dépasser le rappel, qu’on peut juger déconnecté de la problématique, des débats et travaux relatifs à la norme juridique, qui fait naviguer l’auteur entre Canguilhem, Kelsen, Supiot, voire Kant, Fichte ou Hegel (p. 129-145), plutôt que d’utiliser les analyses de Nicolas Dodier3 sur ces questions. L’auteur n’oublie pas pour autant son entrée (les pratiques et expériences du droit des inspecteurs du travail), en particulier dans son dernier chapitre où cet outil qu’est le droit du travail est décrit comme « une lame émoussée » (chapitre 6). Car le droit du travail, dont l’histoire et la nature singulières sont rappelés ici, ne constituent plus un outil aussi tranchant qu’auparavant pour les inspecteurs du travail, tant dans sa dimension individuelle cadrée par le contrat de travail et la notion de subordination que dans sa dimension collective, impliquant notamment une référence au droit de plus en plus utilisée « en quête de santé ».

3In fine, l’intérêt de l’ouvrage est évident. Associée à une connaissance fine des activités et du quotidien de l’inspecteur du travail — confronté à une multitude de tâches dont rend particulièrement bien compte l’auteur —, la démarche ergologique permet à l’auteur de constamment rappeler l’entrelacement entre travail prescrit (ici par le droit ou l’administration) et travail réel, qui implique d’investir dans l’activité cet outil au maniement délicat qu’est le droit. Mettant en commun des auteurs et des perspectives qui sont rarement évoqués conjointement (des juristes comme Alain Supiot et Jean-Pierre Le Goff, des philosophes de l’activité comme Yves Schwartz ou Renato di Ruzza), tout en inscrivant l’analyse dans les évolutions récentes qu’a connu le corps des inspecteurs et contrôleurs du travail (dont on pourra malgré tout regretter la moindre évocation de leur quotidien, marqué plus que pour les inspecteurs par des situations individuelles et certaines problématiques comme celles du temps de travail), L. Justet multiplie les exemples tirés d’une connaissance intime du travail des inspecteurs du travail, tout en inscrivant toujours ces exemples dans un raisonnement et une argumentation serrés. De ce point de vue, le seul élément d’enquête — autour de la formation en droit des reçus aux concours d’inspecteurs du travail entre 2003 et 2010 — qui fonde un constat et ouvre sur une préconisation — davantage de formation juridique pour les inspecteurs du travail, en particulier en droit civil et pas seulement en droit du travail — apparaît particulièrement cohérent avec la perspective adoptée par l’auteur.

4Certes, quelques rapidités auraient mérité plus de justifications, comme le fait que le droit du temps de travail ne pourrait plus se contrôler aujourd’hui (ce que répète à plusieurs reprises l’auteur), comme si le droit d’origine conventionnelle ne pouvait par nature se contrôler. La prise en compte des conditions sociales et des transformations du sens de l’activité de contrôle auraient ici permis d’aller peut-être plus loin dans l’analyse. De même, l’analyse menée uniquement sur les lauréats aux concours, et non sur l’ensemble des candidats, pour étudier la place du droit dans les recrutements des inspecteurs, limite la portée du raisonnement. Mais, à part un oubli de la sociologie (et pas seulement des travaux de N. Dodier mais aussi plus largement de la sociologie du droit), on ne peut que saluer cet ouvrage dans une période où revient l’idée que la fonction de contrôle, si délégitimée depuis quelques années, n’est pas sans enjeux dans une société et une économie qui se prétend de droit.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Schwartz, Y., Durrive, L. (Eds), 2003. Travail et ergologie. Entretiens sur l’activité humaine. Octarès, Toulouse.

2 En particulier dans Kapp, T., Ramackers, P., Terrier, J.-P., 2013 (2e édition). Le système d’inspection du travail en France. Éditions Liaisons et INTEFP, Paris.

3 Voir notamment Dodier, N., 1988. Les actes de l’inspection du travail en matière de sécurité : la place du droit dans les justifications des relevés d’infraction. Sciences sociales et santé 6 (1), 7-28 ; Dodier, N., 1989. Le travail d’accommodation des inspecteurs du travail en matière de sécurité. In : Boltanski, L., Thévenot, L. (Eds), Justesse et justice dans le travail. Cahiers du CEE 33, PUF, Paris, pp. 281-306 ; Dodier, N., 1990. Représenter ses actions. Le cas des inspecteurs et des médecins du travail. In : Pharo, P., Quéré, L. (Eds), Les formes de l’action, Éditions de l’EHESS, Paris, pp. 115-148.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Pélisse, « L’inspection du travail. Une expérience du droit, L. Justet », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 2 | 2014, 260-262.

Référence électronique

Jérôme Pélisse, « L’inspection du travail. Une expérience du droit, L. Justet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 2 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/3955

Haut de page

Auteur

Jérôme Pélisse

Laboratoire Printemps, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
jerome.pelisse[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals