Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 3Comptes rendusPhilippe Longchamp, Kevin Toffel,...

Comptes rendus

Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik, L’espace infirmier. Visions et divisions d’une profession

Livreo-Alphil, Neuchâtel, 2020, 258 p.
Muriel Surdez
Référence(s) :

Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik, L’espace infirmier. Visions et divisions d’une profession, Livreo-Alphil, Neuchâtel, 2020, 258 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Livreo-Alphil

1Les infirmières forment-elles une profession unifiée ou divisée ? C’est sur cette question centrale que cet ouvrage écrit à quatre mains propose un éclairage original, alors que ce groupe professionnel, déjà abondamment étudié, retient l’attention des médias en ces temps de pandémie.

2La démarche consiste à prolonger les travaux sur la structuration du champ et des spécialités médicales menés dans une perspective bourdieusienne, en pariant sur le fait que les professions prestigieuses ne sont pas les seules à être clivées et hiérarchisées. La gageure vise aussi à mettre au jour un « espace infirmier » relativement autonome et à caractériser les interdépendances, les positions ainsi que les tensions qui le constituent, notamment autour du futur de la profession. Cet ouvrage intéressera donc le lecteur souhaitant acquérir une vue d’ensemble de la profession infirmière ou curieux de voir les outils conceptuels de la sociologie bourdieusienne à l’œuvre sur les professions et le travail, objets longtemps restés en arrière-plan dans cette perspective (Quijoux, 2015).

3Examiner la structure de l’espace infirmier, en l’occurrence en Suisse, suppose d’abord, comme le note Patrice Pinel dans sa postface, une enquête approfondie. Menée en Suisse francophone, celle-ci se fonde dans une première phase sur des entretiens (21), puis sur un questionnaire, et se termine par des entretiens (10) avec un nouveau type d’infirmières « sélectionnées en raison de l’académisation de la profession qu’elles incarnent tout particulièrement » (p. 225). Le questionnaire a été largement distribué à travers l’association professionnelle nationale, des associations régionales ou regroupant des statuts particuliers (infirmières exerçant en libéral) et les diverses institutions dans lesquelles travaillent des infirmières : hôpitaux, filières de formation et de recherche, cliniques privées, soins à domicile, établissements pour personnes âgées dépendantes, laboratoires d’analyse, services de santé scolaire ou de la jeunesse, cabinets médicaux. L’ancrage des auteurs dans une école de formation aux professions de la santé a concouru à un bon retour, avec plus de 3900 questionnaires remplis.

4Quels résultats font apparaître les traitements statistiques ?

5La description générale de l’espace infirmier présentée dans la première partie de l’ouvrage permet d’identifier l’opposition structurante entre le « capital médical » et le « capital infirmier », dont l’opérationnalisation est décrite précisément dans l’annexe. Les chapitres suivants déclinent les quatre sous-espaces créés par la combinaison de cet axe d’opposition avec un axe mesurant le volume des capitaux : dominantes et dominées médicales, versus élites infirmières et infirmières hétérodoxes. Les infirmières du pôle médical n’ont en effet pas les mêmes formations, ne mobilisent pas le même type de connaissances et de compétences dans leur travail et surtout n’exercent pas dans les mêmes secteurs que leurs collègues du pôle infirmier. Ces dernières se caractérisent par leurs efforts pour développer une vision du métier non réductible à la maîtrise des techniques médicales et, partant, plus autonome à l’égard des médecins. Elles déclarent un intérêt plus fréquent pour des approches psychologiques ou sociales ou pour les médecines alternatives, alors que l’élite de ce pôle suit des formations avancées en sciences infirmières, englobant des connaissances scientifiques liées à la clinique et des savoirs gestionnaires.

6Cette opposition entre infirmières situées au pôle médical et celles appartenant au pôle infirmier ressemble à la division indigène (reprise souvent en sociologie de la santé) entre infirmières « techniques » et « relationnelles ». Mais l’apport de l’ouvrage est de considérer cette tension comme un continuum, tous les membres de la profession se réclamant, à des degrés et avec des acceptions différentes, d’un travail relationnel — y compris aux soins intensifs, avec la préparation des patients. La présentation de chaque sous-espace débouche sur le portrait d’une figure typique par sa trajectoire et les compétences valorisées. La différenciation entre les deux capitaux s’articule donc à une volonté de description analytique, laissant en suspens la question théorique de la multiplication des types de capitaux nécessaire à l’étude des espaces professionnels.

7La suite de l’ouvrage questionne les dynamiques à l’œuvre dans cet espace infirmier. S’attachant aux carrières et aux possibles déplacements d’un pôle à l’autre, elle met en évidence une tendance massive à quitter les organisations ou les services les plus technico-médicaux avec l’arrivée des enfants et la progression en âge, égratignant au passage l’idée d’une sortie anticipée du métier. Les trajectoires sont aussi scrutées en amont, avec des motifs contrastés d’entrée dans le métier qui, fortement corrélés avec l’origine sociale, favorisent non seulement l’occupation de telle ou telle position au sein de la profession mais aussi des positionnements divergents sur ce que devrait être le travail infirmier. On reconnaît là les traits principaux d’une analyse en termes de champ, avec l’usage connexe des concepts de « doxa professionnelle » (le consensus autour du relationnel) et de « l’ethos professionnel », axé ici sur les conceptions professionnelles et préféré à la notion d’habitus.

8Clairement structuré et concis, cet ouvrage met à nu les apports de l’analyse en termes de champ pour objectiver la segmentation et les hiérarchies au sein d’un groupe professionnel. Il parvient partiellement à complexifier une catégorisation en sous-groupes dominants et dominés, trop simple et statique. Ainsi, le pôle des « dominantes médicales » se trouve dans une position de domination relative puisqu’elle découle de l’assujettissement aux médecins et qu’elle se voit concurrencée par le pôle dominant infirmier. Cette élite infirmière est présentée comme susceptible de perturber à l’avenir la hiérarchie établie en cumulant capital infirmier, scientifique et gestionnaire, même si les relations avec les cadres infirmiers et les fonctions managériales ne sont pas traitées ici. Les pôles dits dominés, surtout du côté médical, sont eux décrits plus succinctement, ce qui pointe une limite potentielle de l’approche. Les positions des infirmières « étrangères » — presque 40 % de la profession en Suisse (p. 30), dont 27 % résidant en France — ne sont pas non plus approfondies, car elles se répartissent dans les quatre sous-espaces. Les rapports de genre sont abordés plus explicitement, à travers les assignations qui marquent les trajectoires, surtout féminines.

9En définitive, cet ouvrage montre qu’une analyse en termes de champ professionnel n’est pas synonyme d’une appréhension statique des clivages, dès lors qu’elle identifie des carrières et qu’elle les met en relation avec les origines sociales. L’hétérogénéité sociale des infirmières en tant que groupe de classe moyenne recouvre un contraste entre les fractions les plus populaires, enclines à adopter une « vision enchantée » fondée sur l’adhésion à la vocation, et celles d’origine plus élevée, qui développent un rapport à la profession « normalisé », plus critique et insatisfait. En second lieu, la perspective bourdieusienne adoptée par les auteurs invite au dialogue avec la sociologie des professions, en offrant une complémentarité à la notion de « segment », étonnamment ignorée dans le livre. Si l’approche interactionniste s’intéresse initialement peu à la hiérarchisation des segments — Rue Bucher et Anselm Strauss (1961) mentionnaient pourtant les conflits autour de la maîtrise des recrutements —, les inégalités de prestige et de ressources entre segments et les modalités de leur coexistence sont de plus en plus prises en compte par les travaux récents (Hénaut et Poulard, 2018). L’identification des convergences et des incompatibilités entre les deux courants d’analyse serait d’autant plus pertinente que l’objectif est de mettre en évidence des clivages au sein de groupes professionnels qui ne sont pas placés en haut de la structure sociale et professionnelle. Alors que la variété des contextes d’exercice du métier d’infirmière se prête bien à une telle démonstration, la piste reste à explorer pour des métiers pratiqués majoritairement avec un statut d’indépendant (coiffeuses, boulangers, etc.) ou des catégories professionnelles subalternes dépendantes d’une organisation spécifique, telles les aides-soignantes. Par rapport à la sociologie du travail centrée sur la relation salariale et la division hiérarchisée du travail, des clivages en partie similaires sont examinés mais sous un angle différent — tel le prestige des services au sein de l’hôpital. Enfin, l’analyse systématique d’un espace professionnel qui est proposée complète le renouveau des recherches sur le travail inspirées par Pierre Bourdieu, l’ouvrage susmentionné dirigé par Maxime Quijoux se focalisant sur les notions d’habitus et de trajectoires propres à des (sous-)groupes et moins sur la structuration interne des groupes professionnels.

Haut de page

Bibliographie

Bucher, R., Strauss, A., 1961, « Professions in Process », American Journal of Sociology, vol. 66, n° 4, p. 325-334.

Hénaut, L., Poulard, F., 2018, « Faire groupe au sein d’un groupe : la structuration des segments professionnels. Le cas des conservateurs de musées en France », SociologieS, en ligne : https://doi.org/10.4000/sociologies.8798.

Quijoux, M. (dir.), 2015, Bourdieu et le travail, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Surdez, « Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik, L’espace infirmier. Visions et divisions d’une profession »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 3 | Juillet-Septembre 2021, mis en ligne le 10 septembre 2021, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/39860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.39860

Haut de page

Auteur

Muriel Surdez

Université de Fribourg
Département des sciences sociales, Boulevard de Pérolles 90, 1700 Fribourg, Suisse
muriel.surdez[at]unifr.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search