Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 3Comptes rendusClémentine Gozlan, Les valeurs de...

Comptes rendus

Clémentine Gozlan, Les valeurs de la science. Enquête sur les réformes de l’évaluation de la recherche en France

ENS Éditions, Lyon, 2020, 266 p.
Jordan Gamaire
Référence(s) :

Clémentine Gozlan, Les valeurs de la science. Enquête sur les réformes de l’évaluation de la recherche en France, ENS Éditions, Lyon, 2020, 266 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : ENS Éditions

1La loi de 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) a été à l’origine de nombreux bouleversements. L’un d’eux a été la réforme profonde de l’évaluation des établissements, formations et laboratoires avec la création de l’Agence pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES). Le processus de définition de ses prérogatives et de ses instruments a été l’occasion de débats et de réflexions autour de la collégialité et de la place des pairs dans l’évaluation de la recherche, de l’harmonisation des procédures dans des domaines aux méthodes et cultures scientifiques variées, ou encore de la définition même de ce qu’est une production scientifique. C’est à la construction de cette agence, et aux nombreuses questions et oppositions qu’elle a soulevées, que Clémentine Gozlan a consacré sa thèse de sociologie, réalisée à Sciences Po Paris sous la direction de Christine Musselin. Cet ouvrage en est issu, reprenant les matériaux d’une enquête de terrain au cœur de l’agence, fondée sur l’étude de sources écrites, d’entretiens avec les protagonistes de sa construction et d’observation dans des cadres de débats et d’élaboration des instruments d’évaluation. L’étude de cette institution particulière permet d’apporter des réponses à des questions sociologiques plus générales, et notamment en sociologie des sciences comme celles des controverses qui génèrent les tentatives de régulation des pratiques scientifiques par les politiques publiques, des rapports de force et différences de légitimité existants entre les actrices et acteurs de la recherche scientifiques, de la coexistence des différentes conceptions de la science et pratiques scientifiques ou encore des clivages pouvant apparaître entre les disciplines ou les chercheuses et chercheurs.

2Dans les deux premiers chapitres, l’autrice s’intéresse à la construction de la légitimité de l’AERES et à la bureaucratisation de l’évaluation de la recherche, ainsi qu’aux rapports de force entre les acteurs et particulièrement la place des scientifiques dans ces processus. L’agence a pu être vue, à sa création, comme un « bras armé du ministère » (p. 30) traduisant une volonté de l’État de reprendre la main sur la recherche. Le premier chapitre met en évidence les résistances, même internes à l’agence, de certaines disciplines au pilotage par indicateurs imposé par la Direction générale de la recherche et de l’innovation. Ces résistances ont permis l’abandon progressif de la notation publique et la révision de certains indicateurs, ce qui « témoigne de la mise à distance des requêtes ministérielles par les membres de l’AERES » (p. 38). L’autrice se concentre ensuite particulièrement sur les délégué·es scientifiques de l’agence, qu’elle qualifie d’« élites intermédiaires de la profession académique » (p. 53), en cela qu’iels ne sont ni des expert·es extérieur·es aux laboratoires, ni des « ex-pairs » (p. 53) qui auraient quitté la recherche pour se consacrer exclusivement à des fonctions politiques ou administratives. Elle interroge d’ailleurs plus précisément leurs profils en procédant à une analyse des correspondances multiples pour analyser le champ des délégué·es scientifiques, réparti·es principalement autour de deux axes correspondant au nombre de responsabilités administratives occupées et aux capitaux scientifiques. On y trouve trois profils : la ou le « scientifique » qui participe peu aux instances gouvernantes de la profession, la ou le « responsable universitaire » qui exerce des responsabilités à l’échelle locale ou de sa discipline, et la ou le « responsable politico-administratif » qui en exerce à l’échelle nationale. L’autrice soulève que ces divisions ne se font pas entre disciplines, mais se retrouvent à l’intérieur de celles-ci. La place de ces scientifiques est aussi centrale dans le second chapitre qui porte sur la bureaucratisation de l’évaluation de la recherche. L’autrice décrit presque une taylorisation des procédures, mises à l’écrit dans le moindre détail dans un souci d’objectivité des évaluations, qui contraste avec « une part importante de tâtonnement, de bricolage, et de corrections successives » (p. 80) dans la mise en place de ces procédures. Elle met aussi en lumière certains enjeux politiques en prenant l’exemple des débats sur « une opération apparemment technique » (p. 99) comme la composition des comités d’experts et d’expertes, dont l’objectif semblait être de « libérer » l’évaluation des enjeux « corporatistes », c’est-à-dire de mettre de côté les syndicats et certaines institutions évaluatrices concurrentes comme le Comité national du CNRS.

3Les deux chapitres suivants sont des études de cas, autour de questions qui se sont posées à l’AERES. La première est celle de la hiérarchisation des supports de publications scientifiques. L’un des objectifs de l’AERES était d’élargir cette pratique aux disciplines qui ne s’y prêtaient pas encore. Le troisième chapitre de l’ouvrage analyse la mobilisation des acteurices littéraires (en lettres et en langues) pour rendre illégitimes ces classements dans leur domaine. Elle témoigne des réactions diverses que peuvent avoir les disciplines en fonction de leurs pratiques de recherche et de la légitimité variable qu’elles donnent à la publication dans les revues. Les littéraires mobilisé·es ont mis en avant un « arsenal argumentatif » (p. 117), pour repolitiser cet instrument et les enjeux de sa mise en place, et pour remettre en question sa prétendue neutralité. Dans leur argumentaire ont été notamment invoqués le flou autour de la notion de « revue internationale », revues qui sont pourtant valorisées par l’agence, et les spécificités de la discipline qui rendent impossible « toute définition standardisée de ce qui constitue une revue de qualité » (p. 124). Les littéraires opposant·es aux classements, qui ont su se faire écouter de par les positions clés qu’iels occupaient dans le gouvernement de la discipline, ont aussi pu faire valoir leurs compétences de jugement, indépendamment des instruments d’objectivation imposés de l’agence. La seconde question est celle de la définition même de la production scientifique. Le chapitre 4 nous éclaire sur les débats qui ont eu lieu en fin d’année 2011, lors d’un séminaire interne à l’AERES qui avait pour objectif de déboucher sur la rédaction d’un référentiel de critères d’évaluation des entités de recherche. Les réflexions sur les frontières de la production scientifique ont fait apparaître trois lignes de démarcation : entre science et vulgarisation, entre science et création, et entre science et militantisme. Si les quelques semaines de discussion sur ce sujet ont apporté autant de nouvelles questions que de réponses, un consensus s’est néanmoins dessiné autour d’un point : il n’est pas du ressort de l’AERES de juger la qualité des productions scientifiques, mais plutôt d’encadrer les pratiques de publication de celles-ci.

4Le cinquième chapitre, enfin, s’intéresse au processus d’évaluation à proprement parler, et à l’appropriation plus ou moins importante des instruments de l’AERES par les comités selon leurs disciplines. L’autrice a choisi de comparer deux domaines, la littérature et la géographie. Après avoir montré que le principe de collégialité et la proximité des évaluateurs et évaluatrices avec les évalué·es étaient essentiels pour un travail efficace, elle décrit les disparités entre les deux domaines dans l’appropriation ou la mise à distance des critères de l’agence. Les littéraires justifient un certain retrait vis-à-vis de ces critères en évoquant l’importance des travaux dans les revues locales et une culture du travail en autonomie, qui vont à contre-pied de la volonté de l’agence de pousser au travail collectif et à la publication dans des revues à rayonnement international. Quant aux géographes, historiquement plus proches des sciences dites dures, iels s’accommodent davantage de ces injonctions, plus proches de leurs habitudes de travail.

5En s’appuyant sur des données issues d’une solide enquête de terrain, et en se plaçant au carrefour de la sociologie des sciences, de l’action publique, des organisations et des mobilisations, ce travail de recherche s’avère très éclairant quant aux enjeux sous-tendus par la création de l’AERES et l’élaboration de ses outils. Au fil des chapitres, il met en lumière les arguments mobilisés par les acteurs en présence pour justifier les réformes ou au contraire pour s’y opposer. En cela, en cohérence avec la volonté de l’autrice de ne pas prendre de parti, il donne du grain à moudre tant aux défenseurs du modèle d’évaluation porté par l’AERES qu’à ses détracteurs. Les limites de cette enquête relèvent de la nécessité pour l’autrice de borner son terrain et ses groupes d’enquêté·es en se focalisant sur l’AERES. Si cela ne remet pas en cause ses conclusions, la question du rôle des acteurs extérieurs à l’institution se pose. Dans la redéfinition des pratiques d’évaluation, on peut en effet se demander quel a été le rôle, entre autres, des groupes de pression que sont les syndicats et les réseaux professionnels de l’enseignement supérieur (comme la Conférence des Présidents d’universités), ou de manière générale des « instances présumées défendre des intérêts corporatistes » (p. 130) mises de côté par l’agence.

6Comme il est dit en quatrième de couverture, cet ouvrage s’adresse aux universitaires qui s’intéressent à ce domaine d’étude, « mais aussi plus largement aux étudiants et aux scientifiques qui s’interrogent sur les instruments d’évaluation avec lesquels ils doivent composer au quotidien ». Il apporte des éléments nécessaires à une réflexion plus que jamais d’actualité sur la place de l’évaluation dans le fonctionnement et le financement de la recherche en France. Cette enquête ouvre sur de nouvelles interrogations, sur les raisons qui ont poussé à la suppression de l’agence en 2013 pour la remplacer par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES), sur la construction de cette nouvelle institution, sur son rôle dans les réformes successives et sur l’évolution des rapports de forces, récemment exprimés dans les contestations contre la Loi de programmation de la recherche (LPR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordan Gamaire, « Clémentine Gozlan, Les valeurs de la science. Enquête sur les réformes de l’évaluation de la recherche en France »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 3 | Juillet-Septembre 2021, mis en ligne le 10 septembre 2021, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/39909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.39909

Haut de page

Auteur

Jordan Gamaire

Université de Limoges, Université Gustave Eiffel
jordan.gamaire[at]unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search