Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, J. Zask

Le Bord de l’eau, Lormont (2011). 200 p.
Jean-Louis Laville
p. 266-268
Référence(s) :

Joëlle Zask, Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Les Éditions du Bord de l’eau, Lormont, 2011, 200 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La participation est de plus en plus mobilisée comme technique de gouvernement. Mais au-delà des « formes dévoyées », comment l’envisager dans une démocratie forte qui, suivant ses partisans, ne peut se limiter à un système institutionnel et doit prendre en compte les mœurs ? Cet essai sur les formes démocratiques de la participation propose une approche théorique en trois temps : prendre part, apporter une part, recevoir une part.

2Prendre part se distingue de faire partie et relève de la sociabilité. Pour appréhender le prendre part il faut, selon Joëlle Zask, se déprendre d’un utilitarisme obsédé par la présence de passagers clandestins, critiquer l’anthropologie libérale et son atomisme, et se prémunir contre la référence à une communauté organique. Convergeant avec d’autres, l’auteure réfute toute origine commune et toute communion finale pour considérer que la sociabilité démocratique se caractérise par des moyens contenant leurs fins en eux-mêmes. Elle est le plaisir pris à la compagnie des autres, qui selon Aristote qualifie le bien vivre d’une société véritablement humaine ; elle repose sur une relation de réciprocité entre des personnes qui se considèrent comme égales ; elle n’équivaut ni à un instinct, ni à une disposition innée. Cette tendance, qui s’acquiert avec le désir d’approfondir les expériences, est le fondement universel de la vie sociale, partout et toujours constatable mais fragile et instable.

3Apporter une part amène à s’intéresser à la capacité de maintenir l’esprit public en remodelant les relations par des contributions personnelles. À cet égard, le rôle historique joué par des peuples jusqu’alors niés ou méprisés a été réévalué depuis les années 1960. La conception démocratisée de la contribution consiste à être convaincu que chacun peut façonner le commun. Dans une société ouverte, propice au changement social, le commun se différencie des collectifs, que ceux-ci émanent d’agrégats statistiques rapprochant des individus contraints, de manipulations uniformisantes conduisant à la masse ou des dynamiques fusionnelles propres à la foule. En outre, le commun n’est pas le fruit d’un accord simplement intellectuel, il est un accord sur les activités. Dans cette partie, l’auteure souligne l’apport de John Dewey à une théorie de l’enquête où l’épreuve discursive importe moins que l’entente sur un objet expérimental, qui passe par une analyse ancrée dans des pratiques et l’examen de plusieurs points de vue. Remettant en cause l’idée d’intérêts individuels ou collectifs pré-déterminés, Dewey reformule les intérêts comme « ce qui est entre », et les intérêts publics comme concernant les activités dont les conséquences affectent des gens qui n’y participent pas directement. La contribution du public à l’émergence de ses intérêts passe par l’établissement de contacts mutuels, l’identification d’un préjudice puis de ses causes, la publicité et l’intervention auprès du gouvernement. Une démocratie forte est donc celle où les publics peuvent être actifs, ce qui confère aux puissances publiques la responsabilité de leur faciliter la tâche, en particulier de les prémunir contre les lobbies d’intérêts privés. Pariant sur la capacité des citoyens, la position exprimée dans cette partie se différencie de la position libérale qui réduit l’individu à un être abstrait doté de qualités humaines génériques, mais aussi de la position républicaine, quand celle-ci procède d’une injonction à la vertu et confond les intérêts publics avec l’intérêt général.

4Recevoir une part est le troisième aspect de la participation. Il induit une comparaison avec le don selon Marcel Mauss. Néanmoins, le terme de don prête pour l’auteure à équivoque quand il est synonyme de disposition psychologique, de désintéressement, d’altruisme, de bienveillance, ou quand il engendre de fausses généralisations. Avec la notion de reconnaissance, l’individualité n’est plus admise à partir de l’identité mais de la commune humanité. Tout comme l’enfant a besoin pour se développer d’un « environnement suffisamment bon », selon Donald Winnicott, le groupe a besoin d’un environnement procurant, d’une part, des bénéfices collectifs équitablement distribués et, d’autre part, des bénéfices correspondant aux besoins singuliers des individus ou des minorités. Cette vigilance concernant la réception converge avec l’attention aux autres et le souci de leur spécificité qui définit le « care » comme prise en compte de la vulnérabilité et de la dépendance inhérentes à la condition humaine. Ici articulée à une contribution au commun, l’influence personnelle se trouve couplée au pouvoir de réaliser des actions, d’entretenir ses « capabilités » au sens d’Amartya Sen, et peut entrer en résonance avec les significations collectives dans ce qu’Edward Sapir désigne comme « une culture véritable ».

5Il ressort de l’ensemble du livre qu’une approche de l’association ne peut être fondée ni sur l’utilitarisme, ni sur la communauté organique, mais relève d’une perspective socio-communautaire faisant droit à la pluralité et à l’espace public. Il importe de ne pas séparer individuation et socialisation : en démocratie, la découverte et l’invention de buts communs fournissent une ressource d’individuation. L’auteure se démarque ainsi d’une tradition qui aborde la socialisation comme une contrainte pesant sur les individus et les soumettant à des exigences seules identifiables par le savant ; elle se méfie à l’inverse d’une pensée de l’émancipation qui conçoit celle-ci comme une rupture issue d’un effort prométhéen pour s’arracher aux conditionnements. Cette introduction de la catégorie du public ouvre à une étude du phénomène d’institutionnalisation dans sa complexité. La participation se manifeste en effet par l’élaboration de règles instituantes, entrant en tension avec un cadre institutionnel. Loin des oppositions convenues, mutualisant philosophie politique et sociologie, c’est donc une démarche interdisciplinaire qui est présentée dans ce livre.

6J. Zask invite à prolonger l’investigation des fonctionnements participatifs et associatifs dans la durée. Des indices traduisant leur normalisation pourraient être relevés quand ils se rigidifient en institutions trop avides, « en cliques, sectes ou tribus » dont les finalités deviennent étrangères à celles de leurs membres. La persistance de l’associationnisme, combinant autogouvernement et engagement personnel en faveur d’entreprises communes, serait au contraire attestée par le maintien des opportunités pour prendre part, contribuer et bénéficier. Elle suggère ici la trame d’une enquête au sens de Dewey, logiquement centrée sur le registre politique. De façon plus surprenante, quelques fils sont tirés en direction de la dimension économique. Au moment où de nombreuses expériences associationnistes lient le retour d’une capacité d’action politique à la sortie du sophisme économiste qui confond économie et marché, il convient de retenir la pertinence des trois ressorts de la participation décrits dans cet ouvrage. Ils peuvent nourrir une réflexion sur la réciprocité dans une économie tertiarisée à forte composante immatérielle. Bien d’autres questions pourraient être soulevées. À défaut de les énumérer toutes, il importe de souligner l’enjeu du livre : offrir une contribution à « la science de l’association », indissociable d’un art de participer. À l’heure où beaucoup sont tentés par le conformisme d’une sociologie du travail associatif qui reconduit un étatisme implicite et s’enferme dans une perspective étroitement nationale, la constitution d’une communauté de recherche s’impose pour approfondir ce qui est original dans la participation et l’association, en lien avec la richesse et la diversité des pratiques internationales. Cet essai s’inscrit dans une telle perspective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Laville, « Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, J. Zask », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 2 | 2014, 266-268.

Référence électronique

Jean-Louis Laville, « Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, J. Zask », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 2 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 29 avril 2014, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4031

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Laville

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), UMR 3320 CNAM et CNRS, Département DISST, Case courrier 1D4P20, 292, rue Saint-Martin, 75141 Paris cedex 3, France
jean-louis.laville[at]cnam.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals