Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 4Comptes rendusSerge Proulx, La participation nu...

Comptes rendus

Serge Proulx, La participation numérique : une injonction paradoxale

Presses des Mines, Paris, 2020, 182 p.
Julien Boyadjian
Référence(s) :

Serge Proulx, La participation numérique : une injonction paradoxale, Presses des Mines, Paris, 2020, 182 p.

Texte intégral

Couverture livreAfficher l’image
Crédits : Presses des Mines

1Cofondateur du département de communication de l’Université du Québec à Montréal et sociologue à l’activité de recherche prolifique, Serge Proulx s’intéresse depuis le début des années 1980 aux conséquences sociales, économiques et politiques du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

2Dans son dernier ouvrage, l’auteur compile neuf textes plus ou moins récents, déjà publiés, autour de la thématique de la participation numérique. À l’exception de son introduction, l’ouvrage ne repose donc pas sur un manuscrit inédit. Toutefois, les textes dialoguent entre eux et forment un ensemble relativement homogène et cohérent. Si la démonstration n’est pas structurée autour d’une problématique de recherche clairement formulée en introduction, un fil conducteur se dégage néanmoins à la lecture des chapitres (que l’on retrouve dans le titre même de l’ouvrage) : le caractère paradoxal de l’injonction à participer sur les espaces numériques. La notion de participation est appréhendée dans un sens très large — « participer suppose que l’individu prenne part à la situation de façon telle qu’il puisse modifier cet état des choses par ses gestes contributifs » (p. 22) — et ne se limite pas au seul champ politique : elle concerne des secteurs et des domaines d’activités variés (comme par exemple celui la botanique ; voir le chapitre 7). Le paradoxe tient ici au fait que cette participation peut être tout à la fois un facteur d’émancipation sociale — lorsque les nouvelles technologies permettent par exemple de faciliter l’essor et la structuration des mouvements sociaux, ce dont l’auteur livre plusieurs exemples dans le chapitre 8 — et d’aliénation, dans la mesure où l’activité participative des internautes est détournée et monétisée par des firmes capitalistes à des fins de micro-ciblage publicitaire (les GAFAM, acronyme de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, ces cinq sociétés formant un oligopole de l’économie numérique).

3Trois grandes qualités de l’ouvrage peuvent être soulignées. La première est de livrer une analyse à la fois critique et nuancée des effets sociaux des nouvelles technologies de l’information et la communication (NTIC). Mettant à distance les discours enchantés et naïfs qui accordent à ces technologies un caractère intrinsèquement démocratique, Serge Proulx ne tombe pas pour autant dans une critique simplificatrice et sans nuance qui leur ôterait tout intérêt politique. Les chapitres 1, 3 et 5 mettent ainsi bien en exergue (de façon sans doute un peu répétitive) le caractère paradoxal de l’injonction participative par une mise en tension des avantages et limites des NTIC en tant qu’instruments d’émancipation sociale. Une deuxième qualité de l’ouvrage est de parvenir à articuler différents niveaux de lecture de la participation numérique, en croisant l’expérience participative appréhendée à un niveau micro-sociologique — comme dans le chapitre 7, à travers l’exemple d’une communauté numérique d’amateurs de botanique — avec une réflexion plus large consacrée à des phénomènes macrosociaux et économiques, comme l’évolution du capitalisme, dont l’auteur propose une analyse stimulante au chapitre 9. Enfin, une dernière grande qualité de l’ouvrage de Serge Proulx est de nous aider à mettre en perspective certaines notions très en vogue dans le champ médiatique, et de prendre ainsi un peu de hauteur quant à leur usage en sciences sociales. Le chapitre 2 propose ainsi de revenir sur la notion de « société de l’information » (dont l’origine remonte à la fin des années 1940) en retraçant la généalogie de cette métaphore, et en en questionnant les « impacts cognitifs et politiques » (p. 49). De la même manière, le chapitre 9 propose de discuter, toujours à partir d’une perspective historique et critique, la notion de « capitalisme cognitif » (ou de « capitalisme informationnel »). Théorisé par différents auteurs n’appartenant pas tous au même courant, le capitalisme cognitif correspondrait à un troisième stade de développement du capitalisme (succédant au capitalisme marchand, puis industriel), caractérisé par un mode d’accumulation spécifique, centré sur la connaissance immatérielle et la créativité des salariés, et par de nouvelles modalités d’exploitation du travail :

« À l’ère du capitalisme cognitif, ce sont plutôt les capacités mentales et intellectuelles des employés et des travailleurs qui sont appropriées par les firmes, ces capacités étant associées au fonctionnement des machines informationnelles (ordinateurs et téléphones intelligents connectés en réseaux) » (p. 145).

4Serge Proulx place alors au centre du débat la question du « travail » des internautes (le « digital labor »), et celle de sa rémunération : si la créativité et l’activité participative des internautes sur la toile est à l’origine de la création de richesse des firmes capitalistes, alors se pose la question de la juste rémunération de ces contributeurs amateurs. Une autre réponse politique apportée à la domination des grandes firmes du numérique est esquissée par l’auteur dans les chapitres 1, 3 et 5. Serge Proulx propose en effet en conclusion de ces différents chapitres de creuser quelques « brèches dans la logique de monétisation galopante de l’économie numérique » (p. 32), à commencer par le développement des plateformes collaboratives de type wiki (Wikipédia, Wikileaks, etc.), qu’il qualifie de « communautés épistémiques », fondées sur l’idée du logiciel libre et d’une circulation horizontale du savoir. Le chapitre 7 fournit un exemple de communauté épistémique, à travers l’étude de cas d’une association de vulgarisation botanique, Tela Botanica, et des tensions qui la traversent, notamment en ce qui concerne les résistances à la vulgarisation du savoir et les rapports de force entre experts et profanes.

5Si la lecture de l’ouvrage est globalement stimulante et aide à penser les enjeux politiques et sociaux soulevés par la montée en puissance des dispositifs numériques participatifs, on peut toutefois regretter l’absence d’un travail de réécriture, ou du moins de réagencement des différents textes qui le composent. Les trois parties qui structurent l’ouvrage manquent quelque peu de cohérence et la logique du découpage n’apparaît pas évidente : pourquoi ne pas évoquer par exemple les débats autour du capitalisme cognitif (chapitre 9) à la suite de ceux consacrés à la société de l’information (chapitre 2), tant les deux chapitres peuvent se faire écho ? Pourquoi ne pas évoquer la sociologie des usages (chapitre 4) en même temps que les usages citoyens des NTIC (chapitres 7 et 8) ? Mais surtout, cette absence de réécriture des textes entraîne de nombreuses répétitions, la thèse de l’injonction paradoxale se trouvant exposée, sous une forme certes quelques peu différente d’un chapitre à l’autre, mais sans apport réellement nouveau. Ces répétions peuvent ainsi donner rapidement au lecteur l’impression d’avoir « fait le tour » de la démonstration. Enfin, un dernier regret concerne le peu de place accordé aux résultats empiriques. Si l’auteur reprend à son compte l’idée selon laquelle la participation numérique peut être, sous certaines conditions, un facteur d’émancipation sociale et politique, peu d’exemples empiriques viennent étayer cette thèse. Dans le chapitre 7, la parole est donnée non pas aux contributeurs amateurs de la plateforme botanique participative, mais à son dirigeant. On ne sait pas, de ce fait, dans quelle mesure ce dispositif participatif peut constituer un levier d’« empowerment » pour ses usagers. Plus encore, dans le chapitre 8, consacré à l’usage des NTIC dans les mouvements sociaux (l’auteur se réfère en particulier aux Printemps Arabes du début de la décennie 2010 et aux mouvements des Indignés), très peu de données empiriques sont mobilisées afin de venir étayer la thèse de la « puissance d’agir citoyenne », dont on peut questionner par ailleurs le caractère universel. Un dialogue plus soutenu avec la science politique, et notamment la sociologie des mouvements sociaux, pourrait sans aucun doute être fécond et permettrait de densifier l’analyse théorique relative aux usages contestataires des technologies numériques durant ces périodes de crise politique.

6Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage de Serge Proulx constitue une réflexion stimulante, non seulement pour les chercheurs en humanités numériques, mais plus globalement pour les usagers des technologies numériques qui souhaitent interroger leur rapport à ces outils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Boyadjian, « Serge Proulx, La participation numérique : une injonction paradoxale »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 4 | Octobre-Décembre 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/40315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.40315

Haut de page

Auteur

Julien Boyadjian

Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS)
UMR 8026 CNRS et Université de Lille 2
1, Place Déliot, BP 629, 59024 Lille Cedex, France
julien.boyadjian[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search