Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, T. Mitchell

La Découverte, Paris (2013). 280 p.
Guillaume Yon
p. 268-270
Référence(s) :

Timothy Mitchell, Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, La Découverte, Paris, 2013, 280 p.

Texte intégral

1Traduit de l’américain par Christophe Jaquet, Carbon Democracy défend une thèse forte et iconoclaste sur l’histoire du XXe siècle. L’auteur, Timothy Mitchell, soutient que les énergies carbonées (le charbon d’abord, le pétrole ensuite) ont joué un rôle essentiel dans la définition des contours des régimes démocratiques. L’argument ne relève pas du simple déterminisme technique ; l’auteur ne prétend pas que ce sont les propriétés physiques du pétrole et de son exploitation qui expliquent mécaniquement la nature des régimes politiques et toutes les facettes de leur organisation. Dans la droite ligne de la théorie de l’acteur-réseau, il part plutôt du principe qu’il y a plusieurs manières de produire, transporter, distribuer et consommer une même ressource énergétique, car il y a plusieurs manières de faire société avec elle. Armé de cette règle de méthode, il peut suivre la piste du pétrole et établir la généalogie des formes socio-techniques prises par son exploitation. Il peut alors démontrer que ces formes ont eu pour effet de soustraire à l’inspection et au débat public toute une série de questions portant sur la composition du monde commun. Le pétrole a redéfini, de manière beaucoup plus restrictive que le charbon selon T. Mitchell, les contours de la démocratie — certains de ses contours seulement, non pas la totalité de ses aspects — en interdisant l’expression du désaccord sur certains problèmes.

2Au XIXe siècle, l’exploitation massive du charbon dans les pays occidentaux s’accompagne d’une forte concentration des flux énergétiques. Les bassins miniers, les canaux, les ports, les voies de chemin de fer deviennent autant de goulots d’étranglement qui n’existaient pas lorsque les principales sources d’énergie étaient la motricité animale ou humaine, l’eau et le vent. Le nouvel agencement des flux énergétiques connecte les mines avec les usines et les villes et rend possible, au tournant du siècle, la popularisation de la théorie et de la pratique du sabotage. Quelques travailleurs peuvent, s’ils agissent au bon endroit, interrompre les flux énergétiques et relier techniquement les revendications des mineurs, cheminots, dockers, ouvriers, produisant de grandes grèves générales. Pour T. Mitchell l’avancée, à partir des années 1880, de revendications touchant les salaires, les conditions de travail, les horaires ou les dispositifs assurantiels, en Europe comme aux États-Unis, ne sont pas à rechercher dans une quelconque conscience collective ouvrière apparue comme par magie. C’est le produit des relations concrètes que tisse le charbon entre les secteurs industriels, et de la capacité d’action que confère aux ouvriers la concentration des flux d’énergie. L’auteur montre bien comment les formes prises par l’exploitation du charbon ont pu jouer un rôle essentiel dans l’émergence des démocraties de masse dans l’Europe de la fin du XIXe siècle.

3L’exploitation du pétrole a un temps ressemblé à celle du charbon. C’est ce qui fait des puits de Bakou le fer de lance de la révolution russe de 1905 ; le jeune Staline était travailleur du pétrole. Mais très vite, les Britanniques au Moyen-Orient comme les Américains sur leur territoire organisent les flux pétroliers de façon à pouvoir contourner les blocages ouvriers, exploitant le caractère liquide de la ressource. Les oléoducs sont automatisés, le transport sera assuré surtout par voie maritime. C’en est fini des réseaux dendritiques du charbon, avec leur tronc principal facile à contrôler. La distribution du pétrole fonctionne comme une grille : les tankers peuvent facilement changer d’itinéraire et même de port de destination pour contourner un éventuel blocage. Un tel agencement socio-technique empêche de faire de la condition des travailleurs du pétrole au XXe siècle le sujet d’un débat démocratique.

4L’auteur souligne la place centrale occupée par les grandes compagnies dans cette démocratie du carbone. Proposant un récit alternatif de l’apparition de l’industrie pétrolière moderne en Mésopotamie au début du siècle, il montre que la firme pétrolière n’a jamais été une entreprise héroïque cherchant à mettre à disposition des consommateurs tout le pétrole dont ils ont besoin, luttant contre les difficultés techniques et les conflits locaux. Pour T. Mitchell, les compagnies n’ont jamais cherché qu’une seule chose : organiser la rareté. Le pétrole se présente de manière immédiatement abondante ; donner accès à cette abondance conduit à un effondrement des prix et des profits. La firme transnationale se met à fonctionner comme « un ensemble coordonné mais largement dispersé de réglementation, de dispositifs de calculs, d’infrastructures et de procédures techniques » permettant de parasiter (au sens de Michel Serres : vivre en tirant profit de plus gros que soi, par blocage et dysfonctionnement) les flux pétroliers. Les mécanismes du parasitage vont bien au delà des accords de cartel. Ils reposent par exemple sur le développement de modes de vie voraces en pétrole. Le sabotage est passé des mains des ouvriers du charbon aux compagnies pétrolières, privatisant les questions de mise en forme de l’offre et de la demande.

5À partir de 1946 et du conflit avec l’Union soviétique pour le contrôle de concessions en Iran, le pétrole a été requalifié par le pouvoir politique américain comme bien stratégique. L’auteur souligne avec justesse les effets de cette opération sur le débat démocratique : la doctrine de guerre froide prive de nombreux peuples du droit à disposer d’eux-mêmes, et permet le contournement du contrôle du Congrès sur la politique étrangère américaine. Le champ est libre pour la violence politique brute — services secrets, coups d’États, belligérants soutenus plus ou moins ouvertement. T. Mitchell ajoute à ce récit une nouvelle connexion, surprenante mais qui nous semble particulièrement pertinente pour l’analyse politique de la finance internationale. La doctrine agressive de guerre froide assure aux compagnies pétrolières américaines le contrôle de la production au Moyen-Orient. Or, depuis la Seconde Guerre mondiale, le pétrole est devenu le bien le plus important du commerce international, en valeur comme en volume. Singularité du pétrole : l’achat et la vente ne se font pas dans la monnaie du pays producteur mais dans celle du pays de la compagnie pétrolière qui le vend. Posséder des dollars devient nécessaire pour tous les pays qui veulent en acheter. Des acteurs privés, les compagnies pétrolières américaines, gagnent alors un pouvoir colossal et totalement opaque sur le circuit monétaire international. Leurs profits gigantesques, la concentration en leurs mains des pétrodollars, leur donne les clefs de l’équilibre financier mondial, écartant toute maîtrise démocratique de leurs opérations de spéculation.

6La grande réussite de l’ouvrage tient à sa capacité à dévoiler, dans un même geste, la fragilité des fondements de l’ordre pétrolier mondial et les limites que cet assemblage impose à nos démocraties. L’enquête fournit des prises, donne des cibles (des méthodes d’organisation du travail, des outils de production de la rareté, l’organisation des flux de pétrodollars, des techniques de calcul économique) pour renverser ce qui, à partir de l’organisation de l’extraction pétrolière, entrave systématiquement la discussion collective, démocratique, sur certaines questions pourtant essentielles.

7On peut émettre quelques réserves sur le rôle donné par l’auteur aux théories économiques dans la construction de la démocratie du carbone. Il a raison de souligner combien le déploiement des savoirs économiques keynésiens, construits autour de la circulation de la monnaie et de la croissance illimitée, a rendu invisible le problème de l’épuisement des ressources en pétrole. Mais cela le conduit à une généralisation abusive : à plusieurs reprises il semble affirmer que l’expertise et le calcul économique font barrage à une démocratie plus étendue et qu’il faudrait donc les remplacer par une approche socio-technique, proche de celle que l’auteur lui-même met en œuvre. Cet argument ignore la pluralité des manières de construire des savoirs économiques : nombre de traditions en la matière ne relèvent pas de l’imposition de politiques économiques au nom de la science, mais de l’élaboration de modèles et de scénarios en appui de négociations. Et on peut raisonnablement douter de la capacité d’une analyse socio-technique littéraire à se substituer à la puissance de prévision des modèles économiques. Autrement dit, si un certain nombre de savoirs, notamment keynésiens, enracinés dans certaines pratiques d’expertise peu démocratiques, font bien partie des verrous qu’il faut faire sauter pour en finir avec les limites imposées à nos formes de vie démocratiques par l’organisation du secteur pétrolier, cela ne signifie pas que la démocratie n’a pas besoin du calcul économique. Mais ce point n’efface pas l’effet principal du livre : donner des prises pour hâter la fin de cette étrange démocratie du carbone, dont les déchaînements de violence de l’empire américain, dans les années 2000 au Moyen-Orient, sont la dernière manifestation en date.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Yon, « Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, T. Mitchell », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 2 | 2014, 268-270.

Référence électronique

Guillaume Yon, « Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, T. Mitchell », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 2 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 24 avril 2014, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4045

Haut de page

Auteur

Guillaume Yon

Centre de sociologie de l’innovation (CSI), UMR 7185 CNRS et Mines ParisTech
60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, France
guillaume.yon[at]mines-paristech.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals