Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Viol d’Europe. Enquête sur la disparition d’une idée, R. Salais

PUF, Paris (2013). 444 p.
George Ross
p. 270-272
Référence(s) :

Robert Salais, Le Viol d’Europe. Enquête sur la disparition d’une idée, Presses universitaires de France, Paris, 2013, 444 p.

Texte intégral

1Le Viol d’Europe offre un essai riche et complexe d’histoire analytique de l’Union européenne (UE). Selon Robert Salais, l’unification européenne était une noble idée au départ. Mais elle fut trahie par des décisions fondamentales et des pratiques dangereuses, qui ont conduit à la situation difficile actuelle. Avant même de présenter les arguments de l’auteur, on voudrait ici proposer aux lecteurs potentiels de l’ouvrage une stratégie inhabituelle : ils devraient débuter leur lecture à la conclusion du livre, où R. Salais développe sa vision d’une UE différente, avant de la reprendre au début.

2Pour l’auteur, des choix importants sont à l’origine des difficultés de l’Europe. Les premiers ont été faits à Bretton Woods en 1944 et puis avec le Plan Marshall, au moment où les Américains voulaient encadrer la reconstruction économique européenne de l’après-guerre. R. Salais raconte et regrette la défaite de John Keynes, qui avait proposé un système d’échange commercial international qui aurait permis un équilibre entre les excès des importateurs et ceux des exportateurs. Mais à Bretton Woods l’équipe de Washington (il vaudrait mieux dire « de Wall Street ») a défendu un système de commerce régulé par le Fonds monétaire international (FMI). Celui-ci annonçait la libéralisation des flux de capitaux, des prêts conditionnels pour les pays sévèrement endettés, et l’ouverture néo-libérale du commerce international par l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Le Plan Marshall a ensuite exporté la vision d’une Europe intégrée à l’américaine, épousant le modèle libéral-fordiste.

3La deuxième erreur est survenue au moment de la Guerre Froide, quand les États-Unis ont décidé de créer et d’armer la nouvelle République Fédérale d’Allemagne. Le « problème allemand » s’est posé immédiatement, parce que les desseins américains défiaient les objectifs de plusieurs pays européens, notamment ceux de la France. Le plan Schuman pour la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) a été conçu comme une réponse européenne qui pouvait, mieux que d’autres solutions venant États-Unis, résoudre des situations comme l’occupation française de la Sarre et de la Ruhr. Mais, selon R. Salais, la réponse européenne portait en germe ses propres problèmes. Les institutions de la CECA incluaient une Haute Autorité, prédécesseur de la Commission Européenne, qui pouvait réglementer de façon apolitique les industries du charbon et de l’acier des États membres. R. Salais soutient que ces institutions, dont l’architecte était Jean Monnet, contenaient des éléments antidémocratiques et produisaient une dépolitisation. Ces institutions allaient toutefois fournir les bases institutionnelles de l’intégration à venir.

4Le troisième choix fut opéré avec le Traité de Rome (1957), qui fondait une union douanière et un « marché commun » entre les six États de la CECA. Les intérêts des pays du Benelux et de la RFA à faire tomber les barrières commerciales internes, ainsi que les institutions de la CECA, s’inscrivaient alors dans le processus d’ouverture de marchés, entamé de manière technocratique par la Communauté économique européenne (CEE). Plutôt réticente face à ce projet, la France signe le Traité de Rome après avoir obtenu la politique agricole commune (PAC), l’intégration de ses « futures ex-colonies » dans le nouveau marché, ainsi que certaines concessions mineures sur les politiques sociales.

5Ces trois décisions, avec les cycles du GATT, ont placé l’Europe sur la voie de l’Union européenne d’aujourd’hui. Refusant tout fatalisme, R. Salais ne croit pas que l’affaire était jouée d’avance. La conciliation des prérogatives économiques nationales avec l’ouverture intelligente du commerce aurait pu laisser la place à la participation démocratique, mais les crises internationales des années 1970 ont agi en faveur de la fermeture. Les États-Unis ont fixé un programme néolibéral messianique, suivi par plusieurs membres de la CEE et qui a restructuré les conditions auxquelles l’Europe tout entière allait faire face. Mais, selon R. Salais, les choix politiques des années 1980, qui furent déterminants, ont été faits par la gauche française et François Mitterrand. Après 1983, alors que le programme radical de la gauche était contrecarré par le système monétaire européen (SME) et le pouvoir monétaire allemand, la France a adopté une politique de déflation compétitive dans l’espoir de réduire l’avantage monétaire allemand. De plus, la stratégie française visait un renouvellement de l’intégration européenne où, si tout allait bien, les Français reprendraient l’initiative. À partir de 1985 vint l’achèvement du marché unique, seule voie politique possible pour réengager les États membres dans un renouveau de l’européanisation. C’est alors qu’a commencé la construction de ce qui est aujourd’hui le marché le plus ouvert du monde, au coût, dit R. Salais, d’un dédale de réglementations abstraites écrites par une Commission européenne dont l’objectif déclaré était d’aider la CEE à affronter les défis de la mondialisation. La prochaine grande étape fut alors l’Union économique et monétaire (UEM), par laquelle la France espérait restreindre la puissance monétaire allemande.

6Les meilleurs chapitres du livre (chapitres 1 et 2 dans la partie II) traitent des grands arguments au service de la libéralisation européenne. Le système international qui fut bâti au bénéfice des Américains ouvrait la voie au régime international dangereux de libéralisation financière qui aboutira à la crise mondiale après 2007-2008. L’UEM a ajouté ses propres faiblesses. Après d’âpres négociations, le Traité de Maastricht, largement influencé par l’ordolibéralisme allemand, a fait exister un système de l’UEM hautement problématique et qui allait exploser dans la crise mondiale. Il faut mettre au crédit de Jacques Delors et François Mitterrand le fait d’avoir tenté de créer parallèlement une « Europe sociale », pour compenser la logique libérale du marché unique et de l’UEM. Mais cela n’a pas suffi à ralentir les effets du marché et de la libéralisation. En fin de compte, la situation catastrophique dans laquelle s’est trouvée l’UE avec la Grande Récession et la crise de la zone euro justifie, pour R. Salais, que l’on puisse évoquer un « viol de l’Europe », en cela qu’une grande idée fut détournée et contrainte vers un néolibéralisme globalisé.

7Pourquoi faut-il aborder ce livre par sa conclusion, comme nous le suggérions ? Parce que le mérite du livre ne réside pas dans une recherche nouvelle, mais dans une relecture des idées au fondement des grands choix qui ont donné lieu à ce détournement. La conclusion de l’ouvrage énonce les espoirs et propositions de l’auteur pour une autre Europe, qui se rapprocherait davantage de la noble « idée européenne ». Mais le lecteur averti notera un décalage important entre ces espoirs et la discussion antérieure du livre, qui souligne combien le projet européen a été fortement structuré depuis ses débuts par la puissance économique et politique américaine, les choix institutionnels du Plan Schuman, les objectifs d’ouverture du marché inscrits dans le Traité de Rome, et les réponses à la crise des années 1970, tels le SME et l’UEM. De plus, la permanence institutionnelle de l’UE a empêché les changements désirés par R. Salais, vers plus de démocratie et de participation populaire, et moins de technocratie. Ses conclusions proposent donc de rejouer l’unification de l’Europe en empruntant des voies très différentes ; mais, aussi louables et chargées d’espoir qu’elles soient, et même si elles reposent sur des arguments exacts, ses propositions ont peu de chance de se concrétiser parce que les choix fondamentaux de l’UE ont créé sur le long terme une forte dépendance de sentier qui bloquerait tout changement de cap. Le lecteur achève donc le livre en regardant le rideau tomber sur une tragédie dont le dénouement laisse sans héros et sans grand espoir, et cela en dépit d’un plaidoyer final admirable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

George Ross, « Le Viol d’Europe. Enquête sur la disparition d’une idée, R. Salais », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 2 | 2014, 270-272.

Référence électronique

George Ross, « Le Viol d’Europe. Enquête sur la disparition d’une idée, R. Salais », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 2 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 29 avril 2014, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4073

Haut de page

Auteur

George Ross

Chaire Jean Monnet ad personam, Université de Montréal, Pavillon Lionel Groulx
3150, rue Jean Brillant, Montréal QC H3T 1N8, Canada
george.ross[at]umontreal.ca

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals