Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 64 - n° 1-2Comptes rendusAlessandro Stanziani, Les métamor...

Comptes rendus

Alessandro Stanziani, Les métamorphoses du travail contraint. Une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles)

Presses de Sciences Po, Paris, 2020, 336 p.
Léa Renard
Référence(s) :

Alessandro Stanziani, Les métamorphoses du travail contraint. Une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles), Presses de Sciences Po, Paris, 2020, 336 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses de Sciences Po
  • 1 Après de nombreux travaux sur l’histoire de la pensée économique, notamment dans l’espace russe, le (...)
  • 2 Pour un aperçu, voir Brass et van der Linden, 1997.

1Le spécialiste d’histoire globale et des questions de travail Alessandro Stanziani réunit dans cet ouvrage en langue française des réflexions et des terrains développés jusque-là séparément et pour la plupart dans des publications anglophones1. Il s’inscrit dans la lignée de travaux d’historien·nes du travail2 qui depuis plusieurs décennies s’interrogent sur la frontière entre travail libre et travail contraint ainsi que sur le sens donné par les acteurs sociaux à ces catégories aux différentes époques. Ces recherches ont contribué à remettre en question l’opposition binaire entre ces deux pôles et à appréhender le monde du travail comme un continuum, mais restent largement inconnues de la sociologie du travail.

2Alessandro Stanziani développe son argumentation sur plus de deux siècles, du XVIIIe au début du XXe, et à partir de terrains géographiquement éloignés mais connectés : la Russie, la France et le Royaume-Uni ainsi que leurs colonies dans l’Océan Indien (Réunion, Maurice) et en Afrique (Congo français puis Afrique équatoriale française, AEF, à partir de 1910). L’analyse se déploie sur plusieurs échelles, alliant sources secondaires et archivistiques : l’échelle institutionnelle des codes juridiques et de leur interprétation devant les tribunaux, analysée à partir d’archives judiciaires ; celle des savoirs et théories sur le travail et de leur circulation ; mais aussi l’échelon individuel, à travers la manière dont les acteurs se saisissent et négocient ces règles en pratique. L’auteur prend soin d’intégrer également les représentations culturelles à travers des récits littéraires (notamment ceux de Joseph Conrad), tout en soulignant leurs points aveugles.

3Il part du constat d’une distance entre le droit et les « conditions réelles des travailleurs ». Le travail libre constitue un horizon normatif qui va être progressivement codifié par le droit au cours du XIXe siècle, mais qui est bien loin de se traduire dans la réalité en Europe et dans le monde. Malgré le mouvement des abolitions, le travail contraint ne disparaît pas, il se métamorphose. L’ouvrage se termine en 1924 sur un bateau qui transporte des hommes, des femmes, des enfants qui « casseront des pierres, creuseront la chaussée, en échange d’un bol de riz » (p. 315), suggérant ainsi une forte continuité des conditions par rapport au début de la période étudiée.

4Dans un premier chapitre consacré aux transformations de l’institution du servage en Russie, l’auteur montre que son abolition en 1861 constitue « davantage l’aboutissement d’un long processus qu’une rupture soudaine de l’ordre constitué » (p. 42), les affranchissements s’étant multipliés auparavant. Il démontre en outre à partir de l’exemple russe que « les marchés peuvent très bien se développer sans démocratie » (p. 47). Le chapitre 2 porte ensuite sur la marine française et britannique, secteur dans lequel l’État et les compagnies utilisent de manière combinée ou parallèle incitations financières et coercition (enrôlement de force connu sous le nom de « système de la presse ») pour recruter. Même lorsque la contrainte ne résulte pas d’une condamnation judiciaire (peine des galères), le recrutement des marins peut être forcé et les conditions de vie et de travail peuvent être insoutenables (punitions corporelles). L’exploration des évolutions du travail salarié en France et au Royaume-Uni dans le chapitre 3 met au jour des relations profondément asymétriques entre maître et employé·e (servant ou domestique) telles que codifiées par le droit jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les travailleurs et travailleuses peuvent craindre des sanctions pénales en cas de rupture de contrat, tandis que l’employeur a la possibilité de le rompre à tout moment. On comprend ainsi que la révolution industrielle est basée sur un système qui lie l’augmentation de la productivité à la contrainte de la main d’œuvre (p. 107).

  • 3 Le contrat d’engagement prévoit qu’un ou une travailleuse fournit sa force de travail pour une duré (...)

5Le chapitre 4 dédié aux mouvements abolitionnistes français et anglo-saxons, ainsi que les suivants, analysent les ambiguïtés du processus d’abolition sur la longue durée. Plutôt qu’un alignement des conditions de travail, la période qui suit l’abolition de l’esclavage va voir se renforcer la distinction entre colonies et métropole à travers une grille de lecture raciste. Au Sud des États-Unis, l’emploi et les déplacements des ancien·nes esclaves sont contrôlés et des sanctions spécifiques leur sont réservées pour s’assurer la mainmise sur leur force de travail (chapitre 6). L’engagisme et l’indenture3, étudiés à partir des exemples de la Réunion et de Maurice (chapitre 5), vont prendre leur essor après l’abolition de l’esclavage pour transporter des travailleurs et travailleuses venues d’Asie ou d’Afrique vers les plantations coloniales. Sous ce système mis en place par l’État, la contrainte peut prendre plusieurs formes : recrutement forcé, remboursement des frais de voyage qui se transforme en endettement à vie, violences physiques. Enfin, au moment où un système de protection sociale est établi en métropole (chapitre 6), l’administration coloniale française organise en AEF le « rachat » d’esclaves, contraints par la suite de rembourser leur « dette » en travaillant pour l’État ou les compagnies françaises (chapitre 7). L’introduction en 1900 de l’impôt par capitation, dont les populations locales doivent s’acquitter par le travail, sous peine de devoir faire face à des enlèvements ou des meurtres à grande échelle perpétrés par des agents de l’État ou des compagnies (p. 289-292), vient compléter ce que l’auteur nomme une « économie de prédation » (p. 278).

6Le mérite principal de l’ouvrage réside moins dans l’originalité des sources analysées ou dans l’éclairage d’aspects historiques qui auraient jusque-là été peu étudiés, que dans la connexion d’histoires s’ignorant mutuellement. L’auteur parvient à lier l’histoire de l’esclavage et son abolition avec les évolutions des réglementations du travail dit libre et du contrôle des pauvres en Europe, tout en montrant systématiquement les entrelacements entre mondes coloniaux et métropolitains ainsi que ceux des contextes français, britanniques et russes qui se développent dans leurs relations militaires et économiques.

7Outre cet éclairage novateur pour la sociologie du travail, l’apport essentiel de l’ouvrage pour un public sociologue se situe dans l’absence d’automatisme entre économie de marché, démocratie et liberté dans le travail : les cas étudiés démontrent que croissance économique, contrainte et exclusion de larges parties de la population des droits politiques, sociaux et au travail peuvent faire bon ménage. Les processus engendrés par les révolutions industrielles européennes étant très friands de force de travail, les propriétaires et employeurs cherchent par tous les moyens à s’assurer une main-d’œuvre nombreuse et bon marché. L’ouvrage nous rappelle non seulement que les droits sociaux en Europe sont récents, qu’ils ont été conquis par des luttes et qu’ils peuvent être remis en question, mais surtout que les puissances européennes n’ont pas hésité à exclure les populations coloniales des droits accordés aux travailleurs en métropole au même moment, cela sous couvert de principes présentés comme universels.

  • 4 Sur ce point, voir Patterson, 2012.

8Précisément parce que l’auteur s’intéresse aux entrelacements, il aurait pu être intéressant de se pencher plus en profondeur sur la situation des femmes, qui révèle souvent les frontières floues entre les différents mondes du travail. L’agencement entre contrainte, violence et domesticité ainsi que les mécanismes de servitude semblent se présenter sous un angle différent en fonction du genre4. On pourrait également regretter l’effet de juxtaposition des cas étudiés, dont la sélection aurait pu être davantage justifiée. Où l’auteur situe-t-il les différentes formes de travail contraint entre esclavage, servage et salariat ? Où perçoit-il les frontières, où les chevauchements entre ces différentes formes ? Le riche tour d’horizon proposé aurait pourtant donné matière à systématiser les nuances, les degrés, sans négliger les continuités. Il s’agit néanmoins d’une somme minutieusement documentée et essentielle pour tout·e sociologue du travail qui souhaite comprendre les sociétés capitalistes et les inégalités globales persistantes aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Brass, T., van der Linden, M. (dir.), 1997, Free and Unfree Labor. The Debate Continues, Peter Lang, Berne.

Patterson, O., 2012, « Trafficking, Gender and Slavery. Past and Present », in Allain, J. (dir.), The Legal Understanding of Slavery. From the Historical to the Contemporary, Oxford Univ. Press, Oxford, p. 321-359.

Stanziani, A., 2014a, Bondage. Labor and Rights in Eurasia, 16th-20th Centuries, Berghahn Books, New York.

Stanziani, A., 2014b, Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914, Palgrave Macmillan, New York.

Stanziani, A., 2018, Labor on the Fringes of Empire. Voice, Exit and the Law, Palgrave Macmillan, Cham.

Haut de page

Notes

1 Après de nombreux travaux sur l’histoire de la pensée économique, notamment dans l’espace russe, les recherches récentes d’Alessandro Stanziani ont porté sur différentes formes de travail contraint, leurs connections et leur abolition en Russie, en Europe et dans l’Océan indien (voir notamment Stanziani, 2014a, 2014b, 2018).

2 Pour un aperçu, voir Brass et van der Linden, 1997.

3 Le contrat d’engagement prévoit qu’un ou une travailleuse fournit sa force de travail pour une durée déterminée (entre 5 et 10 ans) « en échange de l’avance des frais de voyage » par l’employeur (p. 190). Ici, la frontière floue entre travail libre et travail contraint se superpose à celle non moins floue entre migration libre et migration forcée.

4 Sur ce point, voir Patterson, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Renard, « Alessandro Stanziani, Les métamorphoses du travail contraint. Une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 64 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2022, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/41004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.41004

Haut de page

Auteur

Léa Renard

Freie Universität Berlin
Lateinamerika-Institut
Boltzmannstrasse 1, D-14197 Berlin, Allemagne
lea.renard[at]fu-berlin.de

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search