Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail, M. Perrenoud (Ed.)

La Découverte, Paris (2013). 224 p.
Étienne Ollion
p. 275
Référence(s) :

Marc Perrenoud (dir.), Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail, La Découverte, Paris, 2013, 224 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Une œuvre connue de longue date peut-elle encore servir d’inspiration pour la recherche contemporaine ? Sans que la question soit posée frontalement, c’est l’interrogation qui sous-tend cet ouvrage qui examine et mobilise les concepts de Howard Becker du point de vue de l’étude des mondes du travail. Les textes, issus d’un colloque qui s’est tenu en 2011, répondent par l’affirmative, et, par petites touches, dressent un tableau des usages possibles de l’interactionnisme pour les sociologues du travail.

2Les chapitres sont rassemblés en deux parties. La première applique les concepts de H.S. Becker à différents univers : le dopage (Olivier Aubel, Christophe Brissonneau et Fabien Ohl), les directeurs de ressources humaines (Muriel Surdez, Ivan Sainsaulieu et Francesca Poglia Mileti), l’hôpital (Charles Gadea et Hélène Cléau), les tatoueurs (Valérie Rolle), ou encore « l’artisanat musical », terme sous lequel le coordinateur de l’ouvrage, Marc Perrenoud, rassemble les pratiques musicales rémunérées épisodiques. Il revient à Marie Buscatto d’éprouver l’actualité des concepts proposés par Becker dans Les mondes de l’art. Car, comme elle le souligne dans l’introduction, rien n’assure qu’un système élaboré dans un contexte socio-historique différent soit toujours pertinent. Une synthèse des travaux parus ces trente dernières années dans le domaine l’amène néanmoins à conclure à l’actualité de ces concepts. Les nouveaux terrains et objets étudiés dans ce domaine n’ont pas remisé au rayon de l’histoire de la sociologie les principaux aspects du livre, qu’il s’agisse de l’art comme travail collectif, des dynamiques internes qui conduisent à la reproduction de ce monde ou de l’analyse de ses hiérarchies.

3Rien de nouveau sous le soleil sociologique donc ? Les travaux de la seconde partie, qui reviennent sur « l’héritage interactionniste », montrent qu’au-delà des concepts, la théorie comme les méthodes forgées par Becker et ses collègues sont fécondes pour la recherche contemporaine. Michaël Meyer propose une réflexion sur une enquête menée par observation participante, appareil photo à la main. Il précise les difficultés d’une telle approche, mais analyse aussi les avantages de cette « stimulation photographique » dans le cas de son étude sur la police. Marc-Henry Soulet offre quant à lui une réflexion utile sur le statut de la théorie, des méthodes et de leur enseignement chez Becker. Faut-il, et si oui comment, les formaliser ? Il expose les réponses, nuancées, et pas toujours dénuées de contradiction, de l’auteur d’Outsiders à ces questions.

4Les auteurs de cette seconde partie évoquent la réception des travaux interactionnistes, le plus souvent en se prenant eux-mêmes comme analyseurs. Anne-Marie Arborio raconte comment sa découverte des travaux de Becker a, dans les années 1990, profondément modifié son enquête de terrain. Entre analyse distanciée et récit d’acteur engagé, Jean-Michel Chapoulie revient sur l’importation de l’interactionnisme en France depuis les années 1970. Évoquant les facteurs qui l’ont limitée puis, au contraire, favorisée, il dresse un tableau de certaines grandes transformations de la sociologie française. In fine, même si l’ouvrage verse parfois dans l’hagiographie plus que dans la critique raisonnée des apports de l’interactionnisme à la sociologie (mais est-ce le but de ces conférences ?), il n’en propose pas moins un panorama utile des usages possibles des concepts forgés il y a désormais près de cinquante ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Ollion, « Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail, M. Perrenoud (Ed.) », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 2 | 2014, 275.

Référence électronique

Étienne Ollion, « Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail, M. Perrenoud (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 2 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 29 avril 2014, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4101

Haut de page

Auteur

Étienne Ollion

Centre Maurice Halbwachs (CMH), UMR 8087
Département de Sciences Sociales de l'ENS
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
eollion[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals