Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1ArticlesLe salaire de la sueur : un éclai...

Articles

Le salaire de la sueur : un éclairage socio-historique sur la lutte anti-sweatshop

The wages of sweat: A social history perspective on the fight against sweatshops
Pauline Barraud de Lagerie
p. 45-69

Résumés

Cet article se propose d'éclairer l'essor actuel d'un mouvement pour la « responsabilité sociale des entreprises » à la lumière d'une analyse socio-historique de la lutte anti-sweatshop. Nous nous attachons à montrer que la démarche consistant à imputer à la tête d'une chaîne de sous-traitance la responsabilité d'assurer le bien-être de ceux qui en constituent les derniers maillons n'est pas contemporaine de l'internationalisation des échanges et du problème des équilibres Nord-Sud. Dès le sweating system du XIXe siècle, les défenseurs des travailleurs avaient pointé du doigt la responsabilité de ceux qui, sans exercer une contrainte directe sur la main d'œuvre, tiraient néanmoins profit de son exploitation. Mais l'analyse historique met aussi en exergue que, si le problème des médiocres conditions de travail a pu, dans d'autres contextes, trouver des solutions qui permettaient de se passer (partiellement au moins) de la responsabilisation des commettants, la lutte anti-sweatshop dans le cadre des échanges mondialisés se caractérise par un recours quasi-exclusif à l'exercice d'une pression sur les donneurs d'ordre.

Haut de page

Texte intégral

1­

  • 1 Tous les extraits de textes en langue anglaise sont traduits par nos soins.

« Je me doute que beaucoup d'entre vous se demandent quel est le sens du terme sweating lorsqu'il est appliqué au commerce de vêtements ; et je ne prétends pas, avec ce qui suit, donner la seule raison pour laquelle ce terme est appliqué au système dans lequel certains secteurs commerciaux fonctionnent. À la fin du siècle dernier et au début de ce siècle, on trouvait des gens qui plaçaient des pièces en or dans un sac et qui, en les tournant dans un sens et dans l'autre pendant un temps considérable, obtenaient une poussière d'or résultant du frottement des pièces les unes contre les autres. C'était ensuite vendu à profit par ceux qui pratiquaient ce système, alors appelé sweating ; par la suite ce fut déclaré illégal » (Shorrocks, 1877, p. 3).1

2Ainsi s'ouvrait, en 1877, une conférence syndicale tenue à Manchester sur ce qu'on appelait alors le sweating system. Elle se poursuivait par l'explicitation de l'analogie entre le commerce de vêtements et le sweating d'or. Le syndicaliste racontait ainsi comment des gens réunissaient des travailleurs dans des ateliers à domicile et, en les faisant travailler pendant un temps considérable, obtenaient des pièces de tissus qu'ils vendaient à profit. C'était bien, selon lui, le sens de l'expression sweating system appliquée à la confection textile (et plus généralement au système productif).

  • 2 Il s'agit là de la définition proposée par l'encyclopédie en ligne Wikipédia dans sa version franco (...)

3Plus d'un siècle plus tard, c'est le terme sweatshop que l'on rencontre couramment pour évoquer un certain nombre de lieux de production, notamment du secteur textile. Le terme apparaît de prime abord assez abscons, et sa signification est, au mieux, devinée à partir d'une approche littérale qui sert d'ailleurs pour sa traduction en français. Si l'expression sweatshop ou « atelier de la sueur », apparaît ainsi comme « un terme péjoratif servant à désigner une manufacture — très souvent dans l'industrie textile — dans laquelle les employés sont exploités, travaillent trop longtemps et/ou de manière forcée, dans lesquels sévissent des abus physiques ou moraux ou encore où on fait travailler des enfants »2, cet article entend aller plus loin et renouer avec la généalogie étymologique suggérée par le syndicaliste anglais de 1877. Au-delà de la caractérisation d'un lieu où l'on sue, il s'agit de montrer que la notion de sweatshop va toujours de pair avec des configurations où l'existence d'un système de sous-traitance intervient comme facteur explicatif des mauvaises conditions de travail, posant par là même la question de la responsabilité de ceux qui, sans être les employeurs directs des travailleurs, contribuent à leur souffrance.

4Le terme sweatshop a été usité dans trois contextes différents. La fin du XIXe siècle, tout d'abord, a été le moment d'une première série de réflexions sur le sweating system ; un temps tombé dans l'oubli, le terme sweatshop a fait sa réapparition un siècle plus tard pour désigner deux types de lieux de production, que nous appellerons « sweatshops domestiques » (lorsqu'ils sont situés dans les pays occidentaux) et « sweatshops offshore » (lorsqu'ils sont localisés dans les pays dits « du Sud »). Ce constat n'est pas nouveau, et la plupart des ouvrages récents consacrés à la problématique des sweatshops font eux-mêmes le lien entre les différents usages du terme (Bender et Greenwald, 2003 ; Esbenshade, 2004 ; Hapke, 2004 ; Rosen, 2002 ; Ross, 1997 ; Varley, 1998). Mais cet article propose de conduire plus loin l'étude comparée de ces trois « temps », en prenant pour traceur le terme sweatshop saisi dans les discours indigènes (des réformateurs et militants, des journalistes, des académiques, et des acteurs politiques). De ce qu'on appelait sweating system en Angleterre, aux États-Unis et en France à la fin du XIXe siècle jusqu'à ce qui est désigné aujourd'hui sous le terme de sweatshops dans le monde globalisé, en passant par ce qui fut évoqué sous l'expression « retour des sweatshops » aux États-Unis à la fin des années 1970 (et dont nous retracerons l'équivalent français, quoique le terme sweatshops ait — il faut le reconnaître — été peu usité dans ce contexte), il s'agira de suivre la carrière de ce qui, à trois reprises, a été construit comme un nouveau problème public.

5Quels acteurs ont mis à l'agenda le « problème des sweatshops » ? Que désignaient-ils sous ce terme ? Quelles solutions ont-ils proposé ? Quelle a été l'issue de leur mobilisation ? Telle est la grille de lecture qui nous permettra de saisir ce qu'il y a de commun entre les trois formes de sweatshops, mais aussi d'observer la transformation des solutions envisagées au gré de l'évolution des contextes institutionnels.

1. Le sweating system et son interdiction réglementaire

6L'image du travailleur comme d'un individu transpirant n'est pas récente. En anglais, le recours au vocable sweating comme métaphore du travail pénible remonterait au XVe siècle (Green, 2003). Ensuite, dès les années 1830, on dénonça le travail des femmes immigrées dans le secteur textile comme étant sweated (Bender et Greenwald, 2003). On parlait aussi de sweater pour désigner quelqu'un qui travaillait dur, souvent en référence à du travail à domicile (Hapke, 2004). Et c'est probablement en 1850 que le terme sweating system est apparu pour la première fois, sous la plume du romancier et clergyman anglais Charles Kingsley qui, dans son essai Cheap Clothes and Nasty, mettait en lumière les centaines d'ateliers misérables cachés derrière la soixantaine d'ateliers présentables du quartier de West End à Londres. La formule s'est déployée par ailleurs aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais aussi en France, où elle a été exportée telle quelle. Et elle a eu quelque succès, les syndicats et les réformateurs sociaux s'en étant immédiatement saisis pour placer le problème des mauvaises conditions de travail à l'agenda des pouvoirs publics.

7Dans ce premier temps, les cas anglais, américain, et français méritent d'être saisis conjointement, non seulement parce qu'ils sont très largement comparables, mais surtout parce que la construction du problème du sweating system dans ces différents pays s'est faite sur un mode spéculaire. Les penseurs et idées des milieux réformateurs circulaient déjà beaucoup (Chatriot et al., 2004). Et comme en attestent les écrits de l'époque — l'ouvrage de Théodore Cotelle (1904), cité plus loin, en est un bon exemple — les réflexions conduites dans l'un ou l'autre pays étaient systématiquement nourries des expériences étrangères.

1.1. D'où vient la sueur ?

8Qu'est-ce que le sweating system ? La question paraît compliquée si l'on en juge par les innombrables débats auxquels elle a donné lieu lors des consultations publiques, notamment au sein de la Chambre des Lords britannique, en 1888, et du Comité des Manufactures américain, en 1892. Elle l'est moins si l'on regarde avant tout ce que les observateurs désignaient communément par ce terme : un lieu de production caractérisé par de mauvaises conditions de travail, et inscrit dans une chaîne de sous-traitance.

1.1.1. Un lieu de production misérable

9La première caractéristique du sweating system est la pénibilité des conditions d'emploi et de travail. Trois critères principaux (salaire de misère, temps de travail excessif, environnement insalubre) sont présents dans toutes les définitions du sweating system, et donnent lieu à des descriptions détaillées dans les différents écrits qui lui sont consacrés.

10Les descriptions des mauvaises conditions ont en commun de présenter des lieux de production très exigus, généralement un petit atelier ou le domicile de celui qui fait office de patron et qu'on appelle sweater.

« Le Comité des Manufactures de Washington a visité un établissement sweated dans l'avenue Newberry [à Chicago]. Cet atelier était situé à un second étage au-dessus d'une écurie, et donnait sur une cour. [...] L'odeur était si écœurante qu'il était impossible d'ouvrir une fenêtre sur la cour. Il en résultait, dans la chambre de travail, une atmosphère fétide qui prenait à la gorge. Dix-huit personnes entassées, dans une demi-obscurité, la chaleur humide du poêle et l'odeur de deux cabinets voisins, tout contribuait à rendre l'appartement inhabitable. » (Cotelle, 1904, p. 106–107, évoquant le Report of the Committee on Manufactures p. 66)

11Dans le cas du sweating system, l'exagération des heures de travail est présentée comme systématique. À titre d'exemple, l'enquête de la Chambre des Lords avance le chiffre moyen de 14 à 18 heures quotidiennes pour l'ensemble des travailleurs qui, dans le quartier de l'East End de Londres, s'affairent à des travaux de couture ou de cordonnerie. La forte amplitude des horaires s'explique notamment par le mode de rémunération à la pièce, qui conduit les ouvriers à vouloir produire plus pour toucher la meilleure somme.

12Sur les salaires aussi, les enquêtes américaines et britanniques ont produit des renseignements étayés. Les chiffres bruts ne sont plus très évocateurs, mais les tableaux de comptes individuels illustrent en revanche la grande pauvreté dans laquelle se trouvent les travailleurs qui ne peuvent subvenir à leurs besoins avec le salaire obtenu. Par ailleurs, quelques mises en équivalence éclairent sur la médiocrité relative des rétributions par rapport à d'autres travailleurs. En l'occurrence, le point de repère est souvent la fabrique : des femmes de Philadelphie travaillant à domicile pendant 14 heures gagnent deux dollars par semaine tandis que, dans une fabrique, elles en gagneraient trois ou quatre pour dix heures quotidiennes ; les ouvriers employés à la confection de cigares gagnent trois à six dollars par mille cigares alors qu'ils en obtiendraient sept à quinze en manufactures (Cotelle, 1904).

13Ce dernier point est important : la plupart des observateurs du XIXe siècle décrivent le sweating system comme une organisation du travail qui s'oppose à la production centralisée dans des fabriques. Le sweatshop est un petit atelier, voire un domicile, plutôt comparable à ce que Frédéric Le Play appelait « fabrique collective ».

1.1.2. Une organisation proche de la « fabrique collective »

14La référence à la fabrique collective est omniprésente chez les auteurs français. Théodore Cotelle (1904), Georges Mény (1910), Pierre-Robert Du Maroussem (1892, vol. 2) rapprochent tous trois le sweating system du modèle de production que F. Le Play (1864) définissait comme « le régime sous lequel le patron centralise le commerce des produits fabriqués au foyer domestique ou au petit atelier des ouvriers » (cité par G. Mény, 1910, p. 18). À la différence de l'artisan travaillant chez lui à son compte, et de l'ouvrier occupé dans l'établissement d'un patron, l'ouvrier de la « fabrique collective » travaille chez lui pour le patron. T. Cotelle, G. Mény et P.-R. Du Maroussem considèrent que le sweating system relève d'une organisation similaire où de petits ateliers de production gravitent autour de grands fabricants. Et sans faire référence à l'auteur de La Réforme Sociale, ce n'est effectivement pas autre chose que décrivent les observateurs du sweating system à l'étranger.

Fig. 1. Le circuit d'une robe (Collet, 1893, p. 261).

Fig. 1. Le circuit d'une robe (Collet, 1893, p. 261).
  • 3 Je remercie le programme Neopovis (Normes économiques, ordres politiques et vie sociale) de l'unive (...)

15Nellie Auten (1901), par exemple, décrit ainsi le système de confection textile. Une grande entreprise de vêtements (ou un grand magasin) estime qu'il va lui falloir un certain nombre d'articles de prêt-à-porter pour le prochain printemps/automne. Avant d'être confectionnés dans l'un ou l'autre de ces ateliers, les vêtements sont coupés, en grandes quantités, chez un fabricant (manufacturer). Ensuite, très peu d'entreprises ont assez d'ateliers en interne pour faire tous leurs habits, et beaucoup n'en ont aucun. Mais le fabricant reçoit par ailleurs des offres d'entrepreneurs (contractors) qui proposent de faire le travail dans leurs ateliers. Équipés de quelques machines à coudre, d'une ou plusieurs tables basses et de quelques chaises, ces ateliers abritent généralement quelques couturières et autres repasseuses. L'entrepreneur a parfois également des gens qui s'occupent des finitions, mais souvent il a lui-même recours à des finisseurs (finishers) qui proposent d'assurer le travail chez eux. Ainsi décrit, le sweating system se caractérise bien par une organisation en chaîne. Dans sa contribution à l'encyclopédique Life and Labour of the People in London (volume IV, 1893), Clara E. Collet s'est attachée à tracer le parcours de confection de robes dans l'East End londonien. De l'entreprise commanditaire aux travailleurs en charge des finitions, elle a ainsi représenté tout le circuit de fabrication d'une robe (Fig. 1)3.

16Tous les auteurs de l'époque décrivent le sweating system comme relevant de cette forme organisationnelle. Une précision s'impose. Si la fabrique collective lie un travailleur à domicile à un patron, les descriptions du sweating system font généralement intervenir, en plus, un intermédiaire entre le travailleur et le détenteur du capital. C'est l'entrepreneur (contractor) chez N. Auten (1901), c'est la femme dirigeant l'atelier (workroom) chez C.E. Collet (1893), c'est plus généralement celui qui assure l'interface entre les fabricants qui passent une commande, et les travailleurs qui la réalisent. Pour beaucoup d'observateurs, ils sont la cause première de la misère des travailleurs. Ainsi C. Kingsley écrivait-il :

« Du prix payé pour chaque article, non seulement le travailleur mais aussi le sweater, et peut-être le sweater du sweater, et un troisième, un quatrième et un cinquième doivent tirer leur profit. Et quand le prix du travail a déjà été rabattu au strict minimum, ce qu'il reste aux travailleurs après toutes ces déductions, laissez ces pauvres hommes vous le dire ! » (Kingsley, 1850)

1.2. Où porter le fer ?

17Au XIXe siècle, lorsqu'a émergé la réflexion sur le sweating system, l'objectif était clair : il fallait éradiquer cette organisation du travail. Cette lutte pouvait être justifiée par des intérêts différents : la protection des valeurs nationales contre la contamination par l'« immoralité immigrée » (Bender et Greenwald, 2003), la protection des consommateurs américains contre les maladies véhiculées par les produits, la protection des travailleurs « agglomérés » contre la concurrence de la main d'œuvre sweated, ou encore la protection de ceux-là mêmes qui travaillaient dans les sweatshops. Pour ceux qui souhaitaient améliorer la condition des travailleurs sweated, deux options principales ont été retenues : responsabiliser la chaîne d'approvisionnement ou instaurer une nouvelle réglementation.

1.2.1. Responsabiliser la chaîne d'approvisionnement

18Pour un certain nombre de commentateurs, la cause du malheur des travailleurs se trouvait hors de l'atelier, hors de l'interaction bilatérale entre le malheureux travailleur sweated et celui qu'on se représentait généralement comme le terrible entrepreneur sweater.

19Dans son chapitre « how to do away with the sweating system » de l'enquête publiée en 1898 sous le titre Problems of Modern Industry, Béatrice Webb revient sur la tendance de l'opinion publique de son temps à donner à l'intermédiaire le nom de sweater pour ensuite lui faire porter l'entière responsabilité du malheur des travailleurs. Elle en donne pour preuve un dessin publié dans le magazine Punch, dans lequel l'intermédiaire est représenté comme une grosse araignée suçant le sang des travailleurs qui l'entourent. Un autre dessin de Punch représente un notable gras, cigare à la bouche et contrat dans la poche, attrapant à pleines poignées des pièces de monnaie sortant d'une machine alimentée par la sueur des travailleurs (Fig. 2).

20Pour B. Webb, c'est là une vision erronée. En fait de grosse araignée gorgée de sang ou de notable gras enrichi à la sueur des travailleurs, l'intermédiaire est généralement un ancien ouvrier qui ne vit guère mieux que ceux qu'il est supposé faire suer. Qui plus est, il peut être condamné pour vol s'il ne ramène pas les biens confectionnés aux fabricants, et se trouvera seul à la barre des accusés en cas de salaires impayés (Kelley, 1895). Dans cette perspective, ce sont les fabricants qui tirent le plus grand profit de la situation. Mais plus généralement, B. Webb décrit l'entrepreneur sweater comme l'instrument d'une oppression menée par la nation toute entière : fabricants, propriétaires, consommateurs, etc. D'après elle, la juste représentation de l'intermédiaire serait donc plutôt l'image du ver qui apparaît dans la viande avariée : sans en être la cause, il tire avantage de la pourriture qui l'entoure ; et s'il ne le faisait pas, une autre créature le dévorerait en même temps que la viande. Moins imagée, l'analyse de N. Auten va dans le même sens. Elle explique :

« Le fabricant dit : “je donne mon travail à des entrepreneurs qui se présentent devant moi très désireux de le faire ; ce n'est plus mon affaire où et comment c'est fait”. L'entrepreneur dit : “Je dois finir ce travail à telle échéance. Je dois le faire dans les temps ou on ne m'en confiera plus. Je suis obligé de faire venir mes travailleurs tôt le matin et de les faire rester tard le soir”. [...] Le consommateur dit : “où est le Sunday journal ? Montrez-moi les bonnes affaires de demain. Je peux certainement aller à la ville jeter un œil à ces bermudas à 25 et 50 centimes ; et ces robes de soirée, bonne qualité, pour 1 dollar [...]. Oui, je dois pouvoir m'acheter quelque chose”. » (Auten, 1901)

Fig. 2. La « chaudière du sweater » : Linley Sambourne, The Sweater's Furnace : or the Real “Curse” of Labour, Punch Magazine, 17 mars 1888.

Fig. 2. La « chaudière du sweater » : Linley Sambourne, The Sweater's Furnace : or the Real “Curse” of Labour, Punch Magazine, 17 mars 1888.

Reproduced with permission of Punch Ltd., www.punch.co.uk.

21Le texte sonne comme une fable, dont la morale se révèle en contre-pied radical avec le précepte mandevillien selon lequel la poursuite par chacun de son intérêt égoïste conduirait au bonheur de tous (Mandeville, 1714). Ici, si la misère du travailleur n'est le souhait de personne, elle est en revanche la conséquence du comportement de tous. Le Comte D'Haussonville se retrouve bien dans ce diagnostic, constatant tout à la fois la souffrance des travailleurs et en même temps le fait que « nulle part, dans aucun pays du monde, on ne rencontre une coalition de patrons avides, se concertant pour avilir la rémunération du travail et s'engraissant des sueurs de ceux qu'ils font travailler » (D'Haussonville, 1904, p. v). En revanche, si les diagnostics sont similaires, les conclusions de Nellie Auten et du Comte D'Haussonville sont très différentes. Car pour le Comte, la conséquence, même malheureuse, des lois économiques de rencontre de l'offre et de la demande, est une « fatalité », pas une « injustice ».

« Quelques-uns de ces nouveaux sociologues (pour employer un mot devenu à la mode) [...] ont qualifié d'injustice ce qui n'était que la conséquence fatale des lois économiques, et en répétant ce mot d'injustice [...] ils ont contribué [...] à entretenir des illusions ou à surexciter des passions dont ils sont aujourd'hui les premiers à déplorer les excès, car il est toujours dangereux de dire à des hommes qu'ils sont victimes d'une injustice, sans leur apporter ou même leur proposer quelque remède à l'injustice dont on les dit victimes. » (D'Haussonville, 1904, p. iv)

22Pour N. Auten, le système serait pourtant sérieusement enrayé si l'on faisait en sorte que quelques personnes, faisant partie du processus, se sentent responsables : le propriétaire, l'intermédiaire, le fabricant, et en dernier ressort le consommateur. Déjà au XIXe siècle, on cherche à responsabiliser les consommateurs, à leur enseigner que les pressions qu'ils exercent sur les grands magasins sont autant de souffrances reportées sur les travailleurs, et on met à leur disposition des dispositifs pour sélectionner les biens produits dans des conditions acceptables. C'est le début des ligues d'acheteuses, des listes blanches, et des labels (Chessel, 2003 ; Glickman, 2004 ; Sklar, 1998). Pourtant, il convient de clore notre histoire de la première génération de sweatshops en soulignant que c'est surtout un vaste arsenal législatif qui a conduit à la disparition progressive, au début du XXe siècle, d'un système érigé au rang d'archaïsme.

1.2.2. Réglementer le travail à domicile

23Aux États-Unis, les organisations de travailleurs du secteur textile ont poussé sans relâche à l'abolition du sweating system par voie législative (1891–1893). L'opposition à une telle loi fut portée par des fabricants qui cherchaient à défendre leurs propres intérêts, mais aussi par des activistes qui s'inquiétaient pour les veuves obligées de gagner leur vie et de s'occuper de leurs enfants à domicile. Le travail en appartement a néanmoins fait l'objet d'une interdiction dans plusieurs États (Shaw, 1894). Dans ce cadre, il n'était plus autorisé de faire travailler des gens chez soi (exception faite, parfois, de la famille), et tout travail collectif devait se faire dans le cadre d'un véritable atelier de confection, enregistré comme tel.

24Les premières décennies du XXe siècle furent ensuite un moment d'effervescence réformatrice. À la suite de grandes grèves ouvrières en 1909–1910, l'International Ladies' Garment Workers' Union (ILGWU) et l'Association des fabricants de manteaux, tailleurs et jupes signèrent un premier « Protocole de paix », le 2 septembre 1910 (les autres spécialités allaient leur emboîter le pas peu après). L'accord prévoyait la semaine de cinquante heures, la suppression du travail à domicile, une grille des salaires minimaux, et des « ateliers préférentiels » où les syndicats avaient priorité d'embauche. Les syndicats obtinrent par ailleurs des fabricants de vêtements qu'ils fassent appliquer les accords de branche chez leurs contractants. En 1933 surtout, la National Recovery Administration (NRA) confirma la responsabilité du fabricant quant aux horaires et salaires chez ses contractants (dans le domaine de l'industrie textile pour dames). Le résultat ne fut pas immédiat car les fabricants les plus attachés au sweating system ont trouvé un moyen d'y échapper (Richter et Ginsberg, 1943) : ils se sont mis à vendre le tissu à leurs contractants et à leur racheter les produits finis, juste pour pouvoir dire qu'ils faisaient appel à des « producteurs indépendants » et éviter ainsi de voir leur responsabilité engagée (il s'agissait là d'un subterfuge car la vente du tissu se faisait à un prix bien plus élevé que celui du marché, de telle sorte que la transaction n'avait rien d'un véritable échange marchand de produits). Les cours de justice de certains districts n'étaient ni dupes ni complices de cette pratique, mais beaucoup d'autres fermaient les yeux. Comme par ailleurs le contrôle des ateliers de production était difficile à mettre en œuvre, les sweatshops ne disparurent que progressivement.

  • 4 Ce qu'on appelait « marchandage », dans la France du XIXe siècle, est une forme organisationnelle s (...)

25La France du début du XXe siècle fut, comme les États-Unis, traversée d'abord par un clivage entre partisans et opposants de l'abolition du travail à domicile. Mais la première étape fut l'interdiction effective du « marchandage »4, autrement dit la disparition de la figure du « tâcheron » (sweater), intermédiaire entre le capital et le travail. Ensuite, les lois s'enchaînèrent pour protéger le travail à domicile. La loi dite « de protection du travail féminin » fut votée le 10 juillet 1915 pour faire disparaître les écarts de rémunération entre travailleuses à domicile et ouvrières des ateliers dans l'industrie de l'habillement. Elle fut étendue par décrets aux autres activités de confection (accessoires du vêtement, maroquinerie, vannerie etc.), et la loi du 14 décembre 1928 l'étendit aux travailleurs à domicile masculins. L'entrée en vigueur effective des lois de 1915 et 1928 ne suffit pourtant pas à résoudre le problème de la sous-protection des travailleurs à domicile. Ainsi que le développe Colette Avrane (2010) dans une thèse consacrée à l'histoire de l'élaboration et de la mise en œuvre de la loi de 1915, comme aucune définition précise n'était donnée du travail à domicile, le périmètre d'application de ces lois se révélait variable. Qui plus est, de nouvelles lois sociales sont venues améliorer la vie ouvrière : lois sur les assurances sociales, allocations familiales puis, avec le Front populaire, diminution du temps de travail et congés payés. Les travailleurs des ateliers et des usines en bénéficiaient de plein droit ; mais les travailleurs à domicile n'en profitaient guère, sauf générosité rare du patronat. Aussi la fin des années 1930 vit-elle se succéder plusieurs nouveaux projets de lois, qui aboutirent à la publication du décret-loi du 1er août 1941. Cette loi assimila aux salariés (pour certaines dispositions du Code du travail) les travailleurs à domicile qui, moyennant une rémunération forfaitaire, exécutent habituellement et régulièrement le travail confié pour le compte d'un ou plusieurs donneurs d'ouvrage, avec le concours restreint du conjoint, des enfants à charge ou d'un seul auxiliaire. La loi du 26 juillet 1957, enfin, codifiée ultérieurement sous les articles L. 721-1 et suivants du Code du travail, précisa la définition juridique du travail à domicile et établit que, lorsqu'il y a recours, le « chef d'établissement, dit donneur d'ouvrage, est responsable de l'application des dispositions législatives et réglementaires applicables aux salariés » (Rey, 1999).

26Ce premier temps des sweatshops présente deux intérêts. Il y apparaît tout d'abord que l'idée d'une responsabilité de l'aval de la chaîne pour ce qui se passe en amont était déjà très présente au XIXe siècle. Mais l'on retiendra aussi que la lutte anti-sweatshop s'est alors traduite par l'établissement de nouvelles réglementations, restreignant la pratique du travail à domicile à des individus (aidés au plus de leur famille), et assimilant les droits des travailleurs à domicile à ceux de salariés directs du donneur d'ordre. Dans ce cadre, tout entrepreneur s'allouant les services de travailleurs, dans quelque local que ce soit, devait désormais déclarer ses activités, obtenir une autorisation, faire des contrats de travail et respecter les conditions prévues par le Code du travail.

2. Le « retour des sweatshops » et le renforcement de la police

27Le terme sweatshop, totalement passé de mode au cours du XXe siècle, est réapparu à la fin des années 1970, sous la plume de journalistes américains effarés de découvrir les conditions de travail dans certains ateliers de leurs grandes villes. Les articles se multiplièrent, dont les titres sont éloquents : « The new sweatshops » (The Progressive, 1978) « Threadbare lives: New York's Chinese man apparel factories much like sweatshops » (Wall Street Journal, 1978), « New sweatshops : a penny for your collar » (New York Magazine, 1979). Un journaliste du New York Times rapportait ainsi :

« Environ 500 usines textiles dans la ville de New York exploitent des minorités et des étrangers en situation irrégulière, en leur payant un salaire inférieur à la réglementation fédérale, et en leur confiant du tissu pour de la couture illégale à domicile. L'International Ladies' Garment Workers' Union (ILGWU) a lancé une nouvelle attaque contre ce que les responsables syndicaux appellent “le retour des sweatshop”. » (Damon Stetson, [sans titre], New York Times, 18 septembre 1979)

2.1. Le même et l'autre

28Qu'était-ce donc que ces « nouveaux sweatshops » (que nous qualifions de « domestiques ») ? La question paraît simple si l'on y répond par la seule description des conditions de travail qui y ont cours. Elle mérite plus d'attention si l'on veut rendre compte de la place de ces ateliers dans le système productif de la fin du XXe siècle. Nous suivons en cela Manuel Castells et Alejandro Portes qui, évoquant le retour des sweatshops, soulignaient : « une ancienne forme dans une nouvelle configuration est, en fait, nouvelle, car toute relation sociale ne peut être définie que dans un contexte historique particulier » (Castells et Portes, 1989, p. 13). C'est précisément cette reconfiguration qu'il faut spécifier pour bien saisir le second « temps » des sweatshops.

2.1.1. Comme au temps de Dickens..., un siècle (de législations) après !

29Lorsque les journalistes américains ont tiré la sirène d'alarme d'un « retour des sweatshops », ce qu'ils décrivaient c'était avant tout la réapparition de lieux de travail misérables, qu'ils comparaient généralement à une réalité d'un autre temps (et dont ils n'ont cessé par la suite de souligner la subsistance) :

« Au douzième étage du 333 West 39th Street [New York], un garçon de quinze ans travaille dans des conditions qu'on considérait barbares il y a un demi-siècle. On le trouve derrière sa table... cousant des revers dans des jupes en chiffon blanc. Il espère toucher un dollar de l'heure, tandis que le vent hivernal s'engouffre par un trou dans le mur noir et lui gèle les doigts jusqu'à ne plus rien sentir. » (Témoignage d'un journaliste – USGAO, 1989, p. 8)

  • 5 Selon Michael Piore (1997, p. 140), dès lors qu'on considère les sweatshops comme une activité clan (...)

30Dans la lignée de Roger Waldinger et Michael Lapp, on peut soutenir l'idée que le diagnostic d'un « retour des sweatshops » ne faisait pas suite à une prolifération effective des ateliers médiocres, mais plutôt à une remise à l'agenda d'une réalité préexistante (Waldinger et Lapp, 1993). Les auteurs mettaient ainsi en avant le rôle crucial d'un certain nombre d'acteurs dans le processus de (re)construction des sweatshops comme problème public : les chercheurs y voyant une question de recherche légitime, les journalistes un sujet vendeur, les hommes politiques un problème porteur...5 Pour notre réflexion, nous retiendrons que, retour ou redécouverte, le problème des sweatshops a en tous cas repris alors sa carrière comme objet de dénonciation aux États-Unis.

  • 6 Carole Yerochewski, « Le travail illégal dans le collimateur », Alternatives économiques, 28 févrie (...)
  • 7 Jean-Marc Philibert, « De Bobigny au Sentier, les machines à coudre tournent sept jours sur sept », (...)

31En France, bien qu'on ne parle pas explicitement de sweatshops dans un cadre « domestique », le même problème semble avoir émergé à la même période. C'est en effet en 1980 que les ateliers de confection textile du Sentier sont sortis de l'ombre. Le vendredi 8 février 1980, la chaîne de télévision FR3 diffusa un documentaire de Michel Honorin : « French confection ou une nouvelle forme d'esclavage moderne ». Le reportage révélait les conditions de vie et de travail des sans-papiers de la confection à Paris. Il eut un certain retentissement, et le réalisateur obtint par la suite de nombreux prix dont le prix Albert Londres audiovisuel. Mais surtout, trois jours après la diffusion, 17 ouvriers entamèrent une grève de la faim. Leur objectif était d'obtenir la régularisation des travailleurs sans-papiers (et ce fut le cas pour 1500 à 2000 sans-papiers turcs) ; mais c'est ainsi que fut par ailleurs mis au jour le problème des conditions de travail dans ces ateliers. Près de 20 ans plus tard, une journaliste d'Alternatives économiques soulignait encore : « quiconque vit, par exemple, dans le quartier du Sentier à Paris peut constater que le vrombissement des machines à coudre dure tard le soir et continue le week-end »6. Et toujours en 2005, un article du Figaro titrait : « De Bobigny au Sentier, les machines à coudre tournent sept jours sur sept7 ».

  • 8 La définition du sweatshop par le US Government Accountability Office (USGAO) est à cet égard éloqu (...)

32De même qu'au XIXe siècle des commissions avaient investi la question du sweating system, on a observé dans les années 1980 une détermination des pouvoirs publics à ne pas négliger ce qu'ils s'accordaient à reconnaître comme un problème. Mais la façon d'aborder les nouveaux sweatshops était fort différente du siècle précédent. Car si la réalité observée était toujours celle de lieux de travail caractérisés par de longues heures de travail, un salaire faible et une insalubrité criante, ces ateliers étaient désormais pensés sous le registre de l'illégalité. Les sweatshops domestiques sont des sites de production en situation de violation de la législation sur le travail8. Qui plus est, ce sont souvent des ateliers clandestins ; car les dirigeants de ces lieux de production qui ne respectent pas la réglementation en vigueur prennent généralement bien soin de ne pas les déclarer aux pouvoirs publics.

2.1.2. La soupape de l'industrie textile

33Comme dans le cas du sweating system, l'une des caractéristiques essentielles des sweatshops domestiques est de produire pour d'autres. Depuis qu'on a déclaré leur retour, ce qu'on appelle sweatshops dans les pays industrialisés, ce sont toujours des petits ateliers dont les produits sont destinés à des producteurs ou vendeurs beaucoup plus gros. C'est bien le sens du schéma produit par l'US Governement Accountabilty Office (USGAO, 1994) en préambule de son rapport, et qui n'est pas sans rappeler le circuit de la robe de C.E. Collet (Fig. 3).

34

Fig. 3. La structure de l'industrie textile américaine, traduit d'après USGAO (1994, p. 4).

Fig. 3. La structure de l'industrie textile américaine, traduit d'après USGAO (1994, p. 4).

35En France, la journaliste d'Alternatives économiques citée plus haut faisait le même diagnostic que celui des observateurs de la situation américaine : ces ateliers sont des organisations de production qui permettent aux fabricants d'ajuster leur offre à la demande. La journaliste écrit :

« Les fabricants du Sentier, souvent des marques prestigieuses qui ne font en réalité que concevoir les modèles, disposent d'une ramification de sous-traitants et de travailleurs à domicile dans toute la France. Ils s'adaptent ainsi à moindre coût aux aléas de la conjoncture et aux variations de la demande, tout en fermant les yeux sur les conditions de travail des salariés de leurs sous-traitants qui assemblent les modèles produits en quinze jours. » (C. Yerochewski, « Le travail illégal dans le collimateur », Alternatives économiques, 28 février 1997)

36Pour les observateurs des sweatshops domestiques, comme pour ceux qui dénonçaient le sweating system au XIXe siècle, le haut de la pyramide est incontestablement le grand gagnant d'un tel système. Comme Florence Kelley et Beatrice Webb avant lui, Leo L. Lam (1992) souligne la position difficile des petits entrepreneurs et la position confortable des fabricants. Il note que beaucoup des petits patrons sont d'anciens travailleurs qui ont mis de côté de l'argent pour ouvrir leur propre atelier. Peu compétents en gestion, ils se trouvent dans une posture défavorable pour négocier avec les donneurs d'ordre ; nombreux, ils se livrent entre eux une concurrence sévère qui les conduit à casser les prix.

37C'est une analyse similaire que propose François Brun, dans un Quatre pages du Centre d'études de l'emploi qu'il a consacré au système du Sentier (Brun, 2002). Selon F. Brun, l'employeur est un étranger (souvent turc ou chinois), ancien travailleur devenu patron, qui est à la merci des variations du carnet de commandes et dégage de très faibles marges. De telle sorte que F. Brun conclut à une « connivence employeurs/employés » puisque les employés ont bien le sentiment que leur patron ne peut pas faire autrement. Les travailleurs n'ont donc jamais recours au droit, non seulement parce qu'ils n'ont certainement pas les compétences sociales pour le faire, mais surtout parce qu'ils se « satisfont » de cette façon de gagner leur vie.

38Contrairement à leurs ancêtres du XIXe siècle, les fabricants de la fin du XXe siècle ne peuvent plus se contenter de déplorer les conditions de travail chez leurs partenaires. Ils savent que ce genre d'atelier est désormais illégal et ne peuvent plus reconnaître ouvertement qu'ils y ont recours. Les propos du président directeur général (PDG) de la marque Nicole Miller Inc. sont à cet égard révélateurs d'une posture (réelle ou fictive) de rejet absolu des sweatshops domestiques, au nom de l'exigence de qualité :

« [Aux États-Unis], un sweatshop se met en route lorsque vous demandez à votre principal fournisseur de faire mille robes pour vendredi. Bien qu'il soit trop occupé, il accepte le travail et le sous-traite à une usine qui n'a rien à faire. Pourquoi cette usine n'est-elle pas occupée ? Parce que c'est un sweatshop. Ce n'est pas un sweatshop parce qu'elle a de faibles coûts de main d'œuvre ou qu'elle exploite les travailleurs immigrés, mais parce qu'elle fait de mauvais produits. Le moment venu, les biens vous reviennent, les coutures sont mal faites, la taille n'est pas tout à fait exacte — ça, ou je ne récupère jamais les vêtements parce que l'atelier a été fermé [...]. Je suis forcément perdant. » (Ross, 1997, p. 128)

39S'il est vrai que les sweatshops domestiques sont rarement le fournisseur principal des grosses enseignes, et jouent plutôt le rôle de soupape de l'industrie textile, il n'en demeure pas moins que les cas d'approvisionnement auprès de ces ateliers ne sont pas inexistants ; et c'est bien du côté de la responsabilisation des donneurs d'ordre que les défenseurs des travailleurs ont cherché à trouver une solution.

2.2. Espoirs et limites des poursuites judiciaires contre les commettants

  • 9 Sonni Efron, « “Hot Goods” Law Revived as Anti-Sweatshop Tool: Garment trade : Authorities turn to (...)

40De prime abord, les donneurs d'ordre ne sont pas légalement responsables des conditions de travail chez leurs fournisseurs — seul le contrat de travail est générateur d'une responsabilité du patron envers son employé. Néanmoins, dès 1989, un journaliste du Los Angeles Times mettait en avant qu'à la suite de la découverte d'une nouvelle « poche » de sweatshops (des ateliers vietnamiens dans le Comté d'Orange) les pouvoirs publics tentaient d'« exhumer » un texte de 1938 afin de poursuivre non plus seulement les propriétaires de sweatshops mais aussi les fabricants qui tiraient profit de la vente d'habits confectionnés dans ces ateliers9. Cette clause de 1938, dite des « hot goods », énonce en effet qu'il est illégal de transporter, d'expédier, de délivrer, de vendre ou d'acheter un bien dont la production a été réalisée en violation des sections 206 (salaire minimal) et 207 (temps de travail maximal) du Fair Labor Standard Act (FLSA). Le procédé nourrissait les plus grandes attentes. Mais la clause des hot goods s'est révélée une menace relativement virtuelle, tant son usage était compliqué et contraint par l'exception faite aux « acheteurs innocents » qui auraient acquis le bien en toute bonne foi (avec l'assurance écrite du producteur que les biens ont été produits dans le respect de la loi). L. Lam (1992) suggérait deux autres options pour engager la responsabilité du fabricant : la première consistait à s'appuyer sur le FLSA et à faire valoir que, dans les faits, la relation unissant le fabricant et son fournisseur est assimilable à une relation employeur-employé ; la seconde consistait à s'appuyer sur le droit civil et à faire valoir la culpabilité du fabricant pour négligence. Il s'agissait là d'hypothèses fondées avant tout sur les textes de droit, pas sur l'observation des juges. Pour autant, cela contribuait à faire du recours aux sweatshops domestiques une pratique plutôt risquée. Le cas El Monte, devenu incontournable dans l'historiographie sur les sweatshops, vient corroborer cette intuition.

41En août 1995, des agents d'État et fédéraux firent un raid dans une usine de vêtement à El Monte, en banlieue de Los Angeles. Ils y trouvèrent 72 immigrants thaï, privés de leurs passeports, retenus dans un bâtiment entouré de barbelés, qui travaillaient à l'assemblage de vêtements, 16 heures par jour, sept jours sur sept, pour un salaire de misère avec lequel ils devaient rembourser leur trajet jusqu'aux États-Unis. Dès février 1996, la Cour fédérale condamna les huit responsables de l'atelier d'El Monte pour esclavage involontaire et emploi de main d'œuvre clandestine (les peines allèrent de deux à sept ans de prison, assorties d'une amende de 250 000 dollars). Mais pendant le raid, les agents avaient par ailleurs trouvé une série de documents prouvant qu'un certain nombre de fabricants et de distributeurs américains s'approvisionnaient auprès de ce « slaveshop ». Assurant la défense des travailleurs, Julie Su construisit donc un plaidoyer contre ces donneurs d'ordre, en soulignant qu'ils ne pouvaient ignorer les conditions dans lesquelles étaient réalisées leurs commandes. Certes les opérateurs avaient mis en place quelques ateliers « propres » pour tromper les inspecteurs et les donneurs d'ordre, mais l'avocate affirmait que ces derniers ne pouvaient légitimement croire que les quelques machines à coudre qui s'y trouvaient permettaient d'assurer effectivement les commandes. De ce fait, elle soutenait que les donneurs d'ordre étaient, en pratique, les employeurs des travailleurs, et à ce titre contraints de respecter les lois en vigueur (Su, 1997). Sans préjuger du résultat, la cour de justice du district autorisa que distributeurs et fabricants soient poursuivis au titre de « co-employeurs » (joint employers). Mais l'issue de cette affaire se concrétisa finalement hors du tribunal, à l'amiable. En 1999, onze entreprises acceptèrent de payer plus de 3,7 millions de dollars aux 150 travailleurs du sweatshop d'El Monte, tout en soulignant qu'elles n'avaient commis aucune faute puisqu'elles ignoraient que leur partenaire violait la loi.

  • 10 Thomas Lebegue, « Les patrons du noir dans la lumière », Libération, 15 novembre 2000.

42En France, où la responsabilité des donneurs d'ordre peut être engagée dans le cadre de la dissimulation du travail (article L. 324-9-1 du Code du travail, 1975), un journaliste de Libération soulignait en 2000 que la traque s'accentuait contre ceux qui contribuaient, par leurs commandes, à la persistance d'ateliers clandestins. Il donnait pour preuve l'exemple de deux grands confectionneurs, Morgan et La City, qui avaient ainsi été condamnés à de lourdes amendes, malgré leur pourvoi en cassation10. D'après lui, en une année près de 50 citations à comparaître avaient été délivrées à des donneurs d'ordre. Il se faisait l'écho de Jean-Pierre Dintilhac, président du Comité de lutte contre le travail illégal (Colti), satisfait de ses poursuites, et comparant les donneurs d'ordre à des receleurs. Pourtant, les cas de Morgan et de la City ont donné lieu à une si faible couverture médiatique que l'on peine même à mesurer la véracité des faits. Et surtout, outre qu'elle ne peut concerner que des cas de travail dissimulé (ce qui exclut les sweatshops correctement déclarés), la condamnation des donneurs d'ordre se présente comme une menace davantage que comme une pratique, tant se révèle difficile la remontée des cascades de sous-traitants. Les fabricants maintiennent quant à eux une même ligne de défense : les sweatshops domestiques sont certes condamnables, mais ce n'est pas à eux d'en assurer le contrôle. Ainsi le PDG de Tati, Fabien Ouaki, affirmait-il :

« Je ne suis pas flic, pas juge et ce n'est pas à moi de dénoncer les travailleurs clandestins. Il suffit de pousser des portes cochères pour en voir. Que chacun fasse son travail, que l'État protège les salariés et les employeurs en mettant en taule ou dehors ceux qui ne paient pas les charges sociales et qui font du travail clandestin. Mais ce n'est pas au donneur d'ordre de faire la police, de savoir où il achète : c'est impossible. On paie des impôts, on a des commissaires... » (Interview de Fabien Ouaki, PDG de Tati, « La France a un problème avec le commerce », La Tribune, 3 février 1997)

43L'histoire de la lutte anti-sweatshop au tournant du XXe siècle s'était conclue par la mise en place d'une législation importante, réduisant le périmètre du travail à domicile en même temps qu'elle en augmentait la protection. Elle s'accompagnait par ailleurs d'un encadrement légal fort des conditions d'emploi en atelier. À la fin du XXe siècle, les sweatshops domestiques sont des ateliers qui fonctionnent de façon illégale et généralement clandestine. Si la nouvelle lutte anti-sweatshop a ainsi pu s'appuyer sur l'existence d'un arsenal réglementaire opposable aux patrons d'ateliers, elle a en revanche largement butté sur l'absence d'un outillage législatif permettant de poursuivre facilement leurs donneurs d'ordre. Au-delà de la stigmatisation ambiante du recours à ces sites de production, elle a donc surtout pris la forme d'un renforcement des activités d'inspection, assorties de sanctions contre les patrons d'ateliers.

3. Les « sweatshops offshore » et la régulation privée

44Ce qu'on désigne le plus souvent sous le terme sweatshops depuis le début des années 1990, ce sont les sweatshops offshore (aussi appelés sweatshops abroad ou sweatshops overseas), des lieux de production caractérisés par de mauvaises conditions (sweatshops), présents dans des pays en développement et produisant pour des entreprises des pays développés (offshore). Les sweatshops offshore n'ont rien des petits ateliers évoqués précédemment : ce sont des usines intégrées auxquelles des donneurs d'ordre achètent directement et ouvertement des produits entièrement fabriqués. Ce modèle du « full-package » ou « Original Equipment Manufacturing » (Bonacich et Appelbaum, 2003, p. 143), tranche avec celui du XIXe siècle, où l'on fournissait la matière première à des travailleurs dont on louait le travail, et même avec celui des sweatshops domestiques utilisées comme unité de secours pour la production. En revanche, comme dans les deux configurations précédentes, le sweatshop offshore se situe au bout d'une chaîne d'approvisionnement pouvant être représentée sous la forme d'une « pyramide » (Fig. 4).

45Que les sweatshops offshore soient de véritables entreprises, régies par un droit du travail local, théoriquement contrôlées par une inspection du travail locale, et avec lesquels les donneurs d'ordre font ouvertement affaire, voilà les spécificités du troisième temps du sweatshop, lesquelles vont contribuer à redéfinir la controverse autour de la responsabilité des donneurs d'ordre quant à la souffrance des travailleurs.

3.1. La mise à l'agenda du problème

46Les réformateurs sociaux avaient mis en avant les dangers du sweating system dans le courant du XIXe siècle. Les journalistes de la fin des années 1970 avaient constaté que de piètres conditions de travail se maintenaient dans certains ateliers des grandes villes occidentales. C'est à des organisations non gouvernementales (ONG) que l'on doit la primeur de la dénonciation des sweatshops que nous qualifions d'offshore.

Fig. 4. La pyramide de production des jouets, d'après Carole Crabbé et Isabelle Delforge (2002, p. 47) et « Comment l'industrie et la distribution du jouet intègrent-elles leurs engagements vis-à-vis du respect de considérations éthiques dans leurs pratiques d'achats ? », Campagne Vêtements Propres, rapport pour la séance de travail du 4 novembre 2003, Bruxelles, p. 7 ; avec l'aimable autorisation des auteurs.

Fig. 4. La pyramide de production des jouets, d'après Carole Crabbé et Isabelle Delforge (2002, p. 47) et « Comment l'industrie et la distribution du jouet intègrent-elles leurs engagements vis-à-vis du respect de considérations éthiques dans leurs pratiques d'achats ? », Campagne Vêtements Propres, rapport pour la séance de travail du 4 novembre 2003, Bruxelles, p. 7 ; avec l'aimable autorisation des auteurs.

3.1.1. La sueur délocalisée

47Dès le début des années 1990, des organisations militantes se sont souciées des conditions dans lesquelles étaient produits les biens de consommation vendus par les enseignes occidentales. Une chose était sûre, la plupart d'entre eux n'étaient pas fabriqués dans les pays où ils étaient commercialisés. Les militants ont donc regardé du côté des pays en développement et y ont trouvé des conditions misérables dont le terme sweatshop leur semblait pouvoir rendre compte efficacement. Ce qu'ils désignent ainsi, ce sont toujours les mêmes conditions de travail : des salaires de misère, un temps de travail excessif, des conditions de travail insalubres — mais aussi la discipline arbitraire et l'interdiction de s'organiser (Radin et Calkins, 2006).

48Aux États-Unis, le National Labor Committee (NLC) a joué un rôle déterminant (Krupat, 1997). À l'origine, il s'était formé en 1980 autour de syndicalistes américains inquiets de la politique étrangère américaine au Salvador, qui entrait alors en guerre civile, et du soutien que lui apportait l'American Federation of Labor-Congress of Industrial Organization (AFL-CIO). À l'occasion de ces campagnes, ils avaient découvert que plusieurs entreprises américaines délocalisaient leurs unités de production en Amérique centrale, avec de terribles conditions. Devenu directeur du NLC en 1990, Charles Kernaghan recentra son action sur la défense des droits des travailleurs. L'argument de départ fut celui de la défense des travailleurs américains. Il commença ainsi par montrer que l'Agence américaine pour le développement international (United States Agency for International Development [USAID]) aidait surtout les entreprises américaines à tirer profit des faibles normes des pays d'Amérique latine. Chiffrant à 15 000 le nombre d'emplois déplacés des États-Unis vers les zones de libre échange entre 1988 et 1992, il publia un rapport, Paying to Lose our Jobs, en 1992, dans lequel il s'attachait à montrer qu'en définitive les travailleurs américains étaient en train de payer pour perdre leurs propres emplois. Mais, nous allons le voir, la phrase « ils nous volent nos emplois » allait bientôt céder la place à une réaction plus humanitaire : « nos grandes sociétés leur volent leurs vies » (Klein, 2004 [2000], p. 395).

49Le pendant du NLC en Europe est la Clean Clothes Campaign (CCC) (Shaw, 1997). Contrairement au NLC, la CCC se forma initialement autour d'une cause portée jusqu'à elle par les travailleurs des pays du Sud. Le 20 septembre 1989 en effet, l'usine britannique IGMC, installée aux Philippines, ferma ses portes. Les 1000 employés de l'usine, où l'on fabriquait des imperméables pour le marché britannique, avaient été prévenus dans la demi-journée qu'ils étaient licenciés. Ils protestèrent et firent pression pendant plus d'un an pour obtenir la réouverture de l'usine. Le syndicat des travailleurs fit appel à l'aide des militants britanniques. Peu avant, un institut de recherche hollandais, Somo, avait en effet publié un livre sur un des plus gros distributeurs européens, C&A : The Silent Giant, dans lequel était mis en lumière le recours de la chaîne aux travailleurs à domicile et aux sweatshops. IGMC était l'un de ses fournisseurs. Le réseau de mobilisation s'organisa et la CCC fut créée en 1990, aux Pays-Bas, pour dénoncer les pratiques d'approvisionnement des entreprises européennes.

3.1.2. « L'année du sweatshop »

50Les militants anti-sweatshop relièrent rapidement la souffrance des travailleurs du Sud aux pratiques des marques et distributeurs occidentaux. Dès 1994, Sue Coe publiait ainsi dans The Progressive un dessin qui n'est pas sans faire écho à l'araignée gorgée de sang représentée dans Punch, mais où la bête qui dévore le travailleur n'est pas son employeur direct mais une grande marque textile américaine : Fruit of the Loom (Fig. 5).

51Aussi les années 1990 ont-elles été marquées par une multiplication de campagnes contre les donneurs d'ordre, dont le paroxysme fut atteint en 1995–1996. L'« année du sweatshop » (Ross, 1997) s'ouvrit en janvier 1995, lorsque le NLC rencontra un groupe d'adolescents employés par l'usine Mandarin International, située dans une zone de libre échange du Salvador. Ils assemblaient des habits pour des marques américaines. Pour 56 cents de l'heure, ils travaillaient 18 heures par jour dans les phases de pic productif, sans même pouvoir se rendre librement aux toilettes. Les travailleurs de Mandarin avaient décidé de s'organiser autour d'un syndicat, mais la direction de l'usine s'était empressée de licencier les leaders de la protestation. Le NLC lança l'alerte et concentra l'essentiel de ses forces sur la dénonciation de la marque Gap (Krupat, 1997). Au terme d'une année d'actions, en décembre 1995, Gap accepta de maintenir ses commandes avec l'usine Mandarin, de réintégrer les syndicalistes congédiés, et d'organiser un système de vérification indépendant pour contrôler les conditions de travail.

Fig. 5. Sue Coe, Garment Workers Exploited by Fruit of the Loom.

Fig. 5. Sue Coe, Garment Workers Exploited by Fruit of the Loom.

Copyright© 1994 Sue Coe. Courtesy Galerie Saint-Étienne, New York.

52À peine cette première campagne s'achevait-elle que s'ensuivit ce qui est resté comme le fait d'armes le plus marquant du NLC : le scandale Kathie Lee Gifford. Lors de l'enquête qu'ils menaient pour leur campagne contre Gap, les leaders du NLC avaient découvert des étiquettes « Kathie Lee Plus » dans une usine du Honduras. D'après Kitty Krupat, les travailleurs de l'usine Global Fashion gagnaient quelque 900 dollars par an pour produire une ligne de vêtements qui assurait à la célèbre présentatrice de télévision Kathie Lee Gifford des royalties à hauteur de neuf millions de dollars. C. Kernaghan fit témoigner devant le Congrès celle qui allait devenir une véritable icône de la lutte anti-sweatshop, Wendy Diaz. Le 29 avril 1996, cette jeune orpheline hondurienne de 15 ans raconta comment elle travaillait de longues heures pour un salaire de misère depuis l'âge de 13 ans pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses trois jeunes frères. Ce témoignage eut un retentissement considérable, d'autant plus que la griffe Gifford communiquait depuis longtemps sur son engagement en faveur de l'enfance. En pleurs à la télévision, K.L. Gifford commença par dénier les allégations, puis à rejeter toute responsabilité (n'étant pas propriétaire de l'usine, comment aurait-elle pu savoir ?). Mais peu après le syndicat du textile (Unite) découvrit un autre sweatshop qui, en plein cœur de Manhattan, produisait également des habits Kathie Lee. Acculée, la présentatrice de télévision s'engagea à assurer un travail décent aux travailleurs de New York et du Honduras. Suivant la formule piquante d'Andrew Ross : « il ne lui fallut pas trois semaines pour accéder à la sainteté d'une croisée du droit du travail » (Ross, 1997, p. 27).

53Les grandes campagnes médiatiques américaines (contre Mattel, Disney, Nike, etc.) n'ont certes pas eu leur pendant en Europe. Mais sans atteindre les coûts d'éclat du NLC, la CCC a néanmoins déployé, au cours des années 1990, une cinquantaine d'« appels urgents » épinglant les donneurs d'ordres dont le lien avec des sweatshops paraissait avéré.

3.2. La responsabilité des donneurs d'ordre

54Ce troisième temps est certainement celui où s'est posée de façon la plus appuyée la question de la légitimité de la lutte anti-sweatshop. C'est ce qui a conduit à ce que celle-ci soit essentiellement prise en charge par des acteurs privés, dans le cadre de la construction d'une responsabilité « sociale » des entreprises (c'est-à-dire d'une responsabilité extra-juridique).

3.2.1. Le problème de l'ingérence

55En droit, la régulation des conditions de travail par le truchement des donneurs d'ordre se révèle compliquée. Comme dans le cas des sweatshops domestiques, les donneurs d'ordre ne sont pas légalement responsables de la condition de travailleurs qui ne leur sont pas juridiquement subordonnés par un contrat de travail. Mais le problème est rendu plus complexe encore par l'internationalisation de la sous-traitance. Aux yeux de ceux qui souhaitent les combattre, l'existence des sweatshops est liée à deux phénomènes : parfois, la pauvreté de certaines législations locales (sur les salaires notamment) ; et plus souvent, la carence du contrôle de leur respect. Dans l'un ou l'autre cas, une intervention des acteurs occidentaux s'avère problématique : dans le premier, il s'agit de s'ingérer dans l'autonomie législative des États ; dans le second, il s'agit de se substituer au corps des inspecteurs du travail et d'appliquer des sanctions sans être détenteur du « monopole de la violence légitime » (Weber, 1919). L'une des issues à cette situation pouvait consister à établir, au sein des accords commerciaux internationaux, des systèmes de « clauses sociales », par lesquels les États fixeraient les conditions d'entrée des produits sur leur territoire. Restait encore à déterminer qui assurerait le contrôle des conditions de production. Mais surtout, beaucoup crièrent au risque de protectionnisme déguisé, ce qui conduisit au rejet de cette option. L'on touche alors à une seconde controverse sur le bien-fondé de la lutte anti-sweatshop, celle qui a traversé la communauté, non pas des juristes, mais des économistes.

  • 11 David R. Henderson, « The case for sweatshops », Fortune, 28 octobre 1996, p. 2 ; cité par Snyder ( (...)

56Après l'article de Ian Maitland (1997), « The Great Non-Debate Over International Sweatshops », c'est tout un collectif d'économistes, l'Academic Consortium on International Trade (ACIT), qui écrivit aux présidents d'universités en 2000 pour les sensibiliser au danger de modifier leurs politiques d'approvisionnement dans le sens requis par les groupes anti-sweatshop de leurs campus. Les membres de l'ACIT ne contestaient pas les descriptions des usines insalubres employant des travailleurs pour un salaire de misère. Ils mettaient en revanche en avant que ces conditions permettaient aux pays en développement d'accroître leurs activités exportatrices, de contribuer ainsi à leur croissance économique, et de produire en fin de compte une amélioration progressive des conditions de travail. Au contraire, une amélioration artificielle des conditions de travail, et notamment une hausse du salaire, ne pouvaient à leurs yeux qu'enrayer la chaîne vertueuse. En sus, ils multipliaient les témoignages de travailleurs racontant combien ce travail était important pour eux (contre l'alternative du chômage ou du travail agricole) et combien l'emploi dans un sweatshop exportateur était un privilège par rapport aux travailleurs de l'industrie domestique. Il s'ensuivait la conclusion : « Vous ne rendez pas quelqu'un plus heureux en lui retirant la meilleure de ses mauvaises options »11.

  • 12 John Miller, « Why Economists Are Wrong About Sweatshops and the Anti-Sweatshop Movement », Challen (...)

57Tous les économistes n'étaient pas pro-sweatshop (ou anti-anti-sweashop). En réponse à la lettre de l'ACIT, les Scholars Against Sweatshop Labor (SASL) diffusèrent, en 2001, une pétition de 434 signataires (dont plus de 300 économistes) pour soutenir le mouvement anti-sweatshop. Suivit, en 2003, le désormais célèbre article de John Miller : « Why Economists Are Wrong About Sweatshops and the Anti-sweatshop Movement »12. Tout d'abord, s'il ne contestait pas que les travailleurs des pays du Sud acceptaient bien volontiers les emplois des sweatshops, J. Miller avançait qu'il était moralement inacceptable qu'une moins mauvaise condition soit considérée comme une bonne chose pour eux. Mais surtout, il contestait la double affirmation de ses « collègues » que le libre développement économique conduirait à l'amélioration des conditions de travail, et que la lutte anti-sweatshop porterait préjudice aux travailleurs. J. Miller soulignait ainsi que les pays développés n'étaient pas sortis du sweating system par les seules forces du marché mais par l'action syndicale. Ensuite, il rappelait que le doublement du salaire d'un travailleur de sweatshop (au Mexique ou aux Etats-Unis) augmenterait de 50 cents le coût de production d'une chemise pour homme vendue 32 dollars au États-Unis (Pollin et al., 2001) : une hausse de prix de 1,6 % jugée indolore pour les consommateurs. Il soulignait enfin que des politiques incitatives pourraient permettre que la hausse des coûts de production ne se traduise pas mécaniquement par un fléchissement des commandes.

3.2.2. L'arsenal de la régulation privée

58Faute de pouvoir s'adosser à une législation internationale, le mouvement anti-sweatshop contemporain s'est appuyé sur l'affirmation sans cesse renouvelée d'une « demande de vertu » (Vogel, 2005). Et les militants d'appeler les entreprises à mettre en place une série de dispositifs : codes de conduite, clauses sociales, audits sociaux et actions correctives.

59Dans l'esprit des militants, les codes de conduite devaient permettre la reconnaissance, par les donneurs d'ordre, de leur obligation à promouvoir le respect des droits fondamentaux des travailleurs de leurs fournisseurs. Puisque le droit ne permettait pas de retenir la responsabilité des têtes de réseau à l'égard du bout de la chaîne, il fallait faire en sorte de la créer sur une base volontaire. Les codes de conduite sont précisément apparus comme un dispositif de soft law établissant sur papier la reconnaissance, par les donneurs d'ordre, de leur responsabilité morale vis-à-vis des salariés de leurs fournisseurs.

  • 13 Ces « clauses sociales » contractuelles sont qualifiées de « petites » par Isabelle Daugareilh (200 (...)

60Ensuite, ce qui était reproché aux donneurs d'ordre, c'était de se déplacer toujours vers les zones aux moindres coûts de production (et donc aux pires conditions de travail). Les « clauses sociales » ont été conçues pour enrayer ce phénomène de domination « connexionniste » (Boltanski et Chiapello, 1999). En demandant aux entreprises d'introduire des « clauses sociales » dans leurs contrats de fourniture13, les militants n'attendaient pas seulement des entreprises qu'elles contraignent leurs fournisseurs, mais aussi qu'elles s'engagent elles-mêmes à n'accepter dans leur parc de fournisseurs que des usines respectueuses de leurs travailleurs. Le dispositif était supposé réduire ainsi le champ des fournisseurs vers lesquels elles pourraient se mouvoir aux seuls fournisseurs « socialement conformes ». Le fournisseur moins-disant socialement ne pouvait plus faire de son moindre prix un argument de vente, et les entreprises s'engageaient à ne pas céder aux sirènes de la médiocrité. Modifier la structure d'opportunité de la tête de réseau pour réduire son intérêt à contracter avec des fournisseurs non-conformes devait permettre ainsi de mettre fin à ce que certains observateurs anglo-saxons appellent « race to the bottom » (course à l'abîme) (Hepple, 1999 ; Spar et Yoffie, 2000).

  • 14 Sur ce point, voir le litige consécutif à l'effondrement d'une usine au Bangladesh en 2005 (Barraud (...)

61Très rapidement, une question s'est posée : dans quelle mesure la signature d'un contrat incluant une clause sociale dépassait-elle l'apposition d'un nom sur un bout de papier ? Les entreprises pouvaient très bien signer des codes de conduite et introduire des clauses sociales dans leurs contrats d'approvisionnement sans se soucier pour autant du respect de cette clause par leurs fournisseurs. Et si la violation des engagements du fournisseur se trouvait mis au jour, le donneur d'ordre pouvait toujours rappeler son souci de la « qualité sociale » et déplorer le mensonge de son fournisseur signataire de la clause contractuelle. Victime sincère ou vrai manipulateur ? Pour ne pas avoir à trancher, les militants ont exigé que les donneurs d'ordre s'enquièrent des pratiques de leurs fournisseurs : l'ignorance ne pouvait plus être un argument de défense, car nul donneur d'ordre n'était censé ignorer les conditions de travail chez ses fournisseurs14.

  • 15 Cette privatisation de la responsabilisation des entreprises ne signifie nullement l'éviction total (...)

62Enfin, le projet des clauses sociales était d'éviter la course des donneurs d'ordre vers la médiocrité sociale ; mais paradoxalement, c'est la course vers l'excellence sociale qui, dans un second temps, a fait l'objet de vives critiques. En établissant un tableau de bord de la conformité sociale, l'audit social permettait aux donneurs d'ordre de sélectionner leurs fournisseurs en fonction du critère de la conformité sociale. Pour fuir les risques de scandale, certains donneurs d'ordre ont donc décidé de rompre leurs relations commerciales avec les fournisseurs trop médiocres. Et s'ils pouvaient espérer que leur rupture avec les sweatshops satisfasse les défenseurs des droits des travailleurs, il n'en a rien été. Les militants ont au contraire fermement dénoncé ce qu'ils voyaient comme un comportement de fuyard, et dont la formule « cut and run » rend bien compte. Ils souhaitaient éviter que ne se reproduise le drame de Sialkot : désertée par les entreprises occidentales à la suite du scandale des ballons de football fabriqués par des enfants, cette région pakistanaise avait subi une dégradation brutale des conditions de vie, et vu les enfants s'orienter vers de nouvelles sources de revenu (trafic de drogue, prostitution, etc.). Ce qui a été exigé des entreprises donneuses d'ordre fut alors de veiller à l'accompagnement de leurs fournisseurs non conformes. À l'issue de cette dernière section, il apparaît que la responsabilisation des commettants, mode d'action secondaire dans la lutte contre le sweating system et contre les sweatshops domestiques, se présente aujourd'hui comme l'outil principal d'éradication des sweatshops offshore. Par ailleurs, cette responsabilisation des commettants est portée par une action triplement privée, où ce sont des acteurs privés qui se chargent de rédiger les codes de conduite (entreprises, éventuellement en partenariat avec des ONG), où ce sont des acteurs privés qui se chargent d'en contrôler le respect par les fournisseurs (les auditeurs sociaux, issus de cabinets d'audit), et où ce sont des acteurs privés qui se chargent de sanctionner les donneurs d'ordre jugés défaillants (militants, consommateurs-citoyens)15.

4. Conclusion

63L'histoire du sweating system est riche d'enseignements. Les travaux de Michel Lallement l'ont déjà montré, où l'on voit combien la mise en perspective du travail à domicile d'aujourd'hui avec le sweating system d'hier se révèle éclairante pour saisir les enjeux des nouvelles formes de flexibilité de l'emploi (Lallement, 1990). C'est une autre histoire que nous avons voulu suivre ici, moins centrée sur la question du travail à domicile que sur celle de la sous-traitance. L'histoire qui conduit des appartements des sweaters des Paris, Londres ou New York du XIXe siècle aux usines intégrées de la Chine ou du Bangladesh du XXIe siècle est en effet bien différente de celle que l'on peut tracer en partant de la couturière de robes dans l'East End londonien pour arriver au télétravailleur d'aujourd'hui. Notre choix de perspective tient au projet qui fondait cette étude socio-historique : saisir comment le statut d'entreprise cliente est récemment « devenu » générateur de responsabilité vis-à-vis des travailleurs en bout de chaîne. De ce point de vue, le regard rétrospectif est éclairant. L'on voit en effet que l'idée d'une responsabilité morale des commettants à l'égard de travailleurs qui ne leur sont pas subordonnés juridiquement n'est pas apparue avec l'avènement de la thématique de la responsabilité sociale des entreprises dans notre monde globalisé, loin s'en faut.

64La façon dont les militants contemporains ont analysé le phénomène des sweatshops offshore est largement comparable à la manière dont les réformateurs sociaux du XIXe avaient abordé le sweating system. L'analogie est frappante lorsqu'on se penche sur les travaux de la philosophe militante Iris Marion Young (2004, 2006). Celle-ci considère les sweatshops sous le registre de l'« injustice structurelle », entendue comme une situation où le malheur d'un individu procède de l'agrégation des actions de plusieurs autres entités, chacun poursuivant ses propres objectifs mais aucun ne souhaitant un tel résultat. Et l'on retrouve ainsi le raisonnement que tenait N. Auten (1901) lorsqu'elle soulignait que le malheur des travailleurs du sweating system était la conséquence non-intentionnelle de la volonté de chacun des maillons de la chaîne d'approvisionnement de défendre son propre intérêt. Hier comme aujourd'hui, ce constat a conduit un certain nombre de réformateurs et militants à considérer que le seul fait d'être connecté au malheur des travailleurs est générateur de responsabilité (c'est ce que I.M. Young appelle le « social connection model of responsibility », par opposition au « liability model of responsibility »), une responsabilité d'autant plus importante pour qui est capable de modifier la situation, en tire profit, voire pire l'entretient à dessein. La responsabilité morale des commettants est justifiée aujourd'hui comme elle l'était déjà hier.

65Cela étant, le contexte institutionnel et juridique a évolué au cours des trois « temps » des sweatshops, transformant les prises des commettants pour répondre aux appels à la responsabilité. Au temps du sweating system, les réformateurs sociaux pointaient certes du doigt la responsabilité des commettants, mais ceux-ci pouvaient faire valoir que l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement était en conformité avec la réglementation (erratique) en vigueur. L'évolution législative est venue transformer cet équilibre. Les sweatshops contemporains sont aujourd'hui des sites de production contrevenant au droit en vigueur, qu'il s'agisse de sweatshops domestiques ou de sweatshops offshore (car l'inapplication de la réglementation y est plus souvent dénoncée que ne l'est son contenu).

  • 16 Et ce d'autant plus que, si le droit ne donne que de faibles prises pour poursuivre les fabricants (...)

66Dans le cas des sweatshops domestiques, la stigmatisation des donneurs d'ordre « complices » a été si puissante que les fabricants y ont recours de façon généralement ponctuelle et systématiquement masquée16 ; le renforcement de l'inspection vient alors sanctionner l'activité des sweatshops dans un contexte où la demande est déjà par ailleurs déclinante. Le cas des sweatshops offshore est différent. Longtemps le recours à ces usines contrevenant au droit local a été une pratique « normale », dont les donneurs d'ordre ne se cachaient pratiquement pas. Le premier travail des militants anti-sweatshop dans le monde globalisé a été de rendre inacceptable ce qui était jusqu'alors toléré par le plus grand nombre : le non-respect du droit en vigueur dans les pays du Sud. Mais cela pouvait-il suffire à enrôler les entreprises occidentales dans la protection volontaire des travailleurs du Sud ?

  • 17 Cette remarque rejoint les conclusions de Nancy Green, dans son étude sur la confection textile à P (...)
  • 18 Je tiens à remercier François Vatin pour cette suggestion de lecture du problème des sweatshops au (...)

67Les commettants semblent avoir toujours tiré parti de la fragilité citoyenne de certaines franges de la population. C'étaient les femmes et les immigrés de la fin du XIXe siècle, ce furent les sans-papiers de la fin du XXe siècle17. En confiant aujourd'hui le travail à l'extérieur des frontières de leurs États d'origine, les entreprises occidentales se défont désormais des contraintes juridiques internes à ces États, et délèguent de fait aux États des entreprises sous-traitantes la gestion sociale de la main d'œuvre. Le reproche qui leur est fait est alors celui de l'hypocrisie : elles savent bien qu'il s'agit d'États faibles et/ou répressifs. Mais il leur est aisé de répondre que ce qui est en jeu est une question qui les dépasse : celle de la genèse d'une citoyenneté mondiale18.

68L'appel à un comportement « socialement responsable » de la part des entreprises vient contourner cette parade en faisant valoir l'obligation d'aller « au-delà du droit », et surtout en s'appuyant sur des pressions reputationnelles et marchandes. En bout de course, le fait que la sanction de ces entreprises ne soit pas organisée par le droit mais incombe de façon diffuse aux citoyens (dans leurs pratiques militantes et dans leurs actes d'achats) ajoute néanmoins un maillon à la chaîne des responsabilités : pour que les entreprises endossent leurs responsabilités, c'est aujourd'hui à tout un chacun qu'il revient de participer à la lutte anti-sweatshop.

Haut de page

Bibliographie

Auten, N., 1901. Some Phases of the Sweating System in the Garment Trades of Chicago. American Journal of Sociology 6 (5), 602–645.

Avrane, C., 2010. Les ouvrières à domicile en France de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale : genèse et application de la loi de 1915 sur le salaire minimum dans l'industrie du vêtement. Thèse de doctorat d'histoire, université d'Angers.

Barraud de Lagerie, P., 2011. L'affaire Spectrum. La « responsabilité sociale des entreprises » à l'épreuve d'un drame. Revue française de sociologie 52 (2), 245–275.

Bender, D.E., Greenwald, R.A. (Eds.), 2003. Sweatshop USA, The American Sweatshop in Historical and Global Perspective. Routledge, Londres.

Boltanski, L., Chiapello, E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris.

Bonacich, E., Appelbaum, R.P., 2003. Offshore Production. In: Bender, D.E., Greenwald, R.A. (Eds.), Sweatshop USA: The American Sweatshop in Historical and Global Perspective. Routledge, London, pp. 141–168.

Brun, F., 2002. Usages d'entreprise et inactivation du droit du travail : l'exemple du Sentier. Centre d'études de l'emploi, Quatre Pages no 49.

Bry, G., 1902. [1895]. Cours élémentaire de législation industrielle : travail industriel et questions ouvrières, propriétés industrielles, délits de contrefaçon et concurrence déloyale. Larose, Paris.

Castells, M., Portes, A., 1989. World Underneath: The Origins, Dynamics, and Effects of the Informal Economy. In: Portes, A., Castells, M., Benton, L.A. (Eds.), The Informal Economy: Studies in Advanced and Less Developed Countries. John Hopkins University Press, Baltimore, pp. 11–33.

Chatriot, A., Chessel, M.-E., Hilton, M. (Eds.), 2004. Au nom du consommateur : consommation et politique en Europe et aux États-Unis au XXe siècle. La Découverte, Paris.

Chessel, M.-E., 2003. Aux origines de la consommation engagée : la ligue sociale d'acheteurs (1902–1914). Vingtième siècle 77, 95–108.

Collet, C., 1893. Women's Work. In: Booth, C. (Ed.), Life and Labour of the People in London (vol. IV: The Trades of East London). Macmillan, London, pp. 256–327.

Cotelle, T., 1904. Le « sweating system » : étude sociale, Deuxième ed. J. Siraudeau, Angers.

Crabbé, C., Delforge, I., 2002. Jouets de la mondialisation : dans le monde désenchanté de Walt Disney. Bruxelles, Éditions Vista-Oxfam. http://www.achact.be/upload/files/Dossier_Jouetdelamondialisation.pdf.

D'Haussonville, P.-G., 1904. Préface. In : Cotelle, T. (Ed.), Le « sweating system » : étude sociale. J. Siraudeau, Angers, pp. i–xv.

Daugareilh, I., 2009. La responsabilité sociale des entreprises, un projet européen en panne. Sociologie du travail 51 (4), 499–517.

Du Maroussem, P.-R., 1892. La question ouvrière : cours libre professé à la Faculté de droit de Paris, 1891–1896. Hachette, Paris, 1971.

Esbenshade, J., 2004. Monitoring Sweatshops. Workers, Consumers and the Global Apparel Industry. Temple University Press, Philadelphie, PA.

Fisher, J., 2006. Free Speech to Have Sweatshops? How Kasky v. Nike might provide a useful tool to improve sweatshop conditions. Third World Law Journal 26 (2), 267–310.

Glickman, L.B., 2004. Consommer pour réformer le capitalisme américain : le citoyen et le consommateur au début du XXe siècle. Sciences de la société 62, 17–43.

Green, N.L., 1997. Du sentier à la 7e avenue. La confection et les immigrés, Paris-New York 1880–1980. Seuil, Paris, 1998.

Green, N.L., 2003. Fashion, Flexible Specialization, and the Sweatshop: A Historical problem. In: Bender, D.E., Greenwald, R.A. (Eds.), Sweatshop USA: The American Sweatshop in Historical and Global Perspective. Routledge, London, pp. 37–56.

Hapke, L., 2004. Sweatshops: The History of an American Idea. Rutgers University Press, New Brunswick, NJ.

Harison, C., 1997. Organization of Labor. Laissez-Faire and Marchandage in the Paris Building Trades through 1848. French Historical Studies 20 (3), 357–380.

Hepple, B., 1999. A Race to the Top? International Investment Guidelines and Corporate Codes of Conduct. Comparative Labour Law & Policy Journal 20, 347–363.

Kelley, F., 1895. The Sweating-System. Hull-House Maps and Papers: A Presentation of Nationalities and Wages in a Congested District of Chicago. In: Together with Comments and Essays on Problems Growing Out of the Social Conditions. Thomas Y. Crowell, New York, pp. 27–45.

Kingsley, C., 1850. Cheap Clothes and Nasty. Macmillan, Londres.

Klein, N., 2004 [2000]. No Logo. La tyrannie des marques. J'ai lu, Paris.

Krupat, K., 1997. From war zone to free trade zone: a history of the National Labor Committee. In: Ross, A. (Ed.), No Sweat: Fashion, Free Trade and the Rights of Garment Workers. Verso, New York, pp. 51–78.

Lallement, M., 1990. Des PME en chambre. Travail et travailleurs à domicile d'hier et d'aujourd'hui. L'Harmattan, Paris.

Lam, L.L., 1992. Designer Duty: Extending Liability to Manufacturers for Violations of Labor Standards in Garment Industry Sweatshops. University of Pennsylvania Law Review 141 (2), 623–667.

Le Play, F., 1864. La réforme sociale en France déduite de l'observation comparée des peuples européens. Plon, Paris.

Lhomme, J., 1956. Essai de comparaison entre les structures économiques et les structures sociales. Revue économique 7 (5), 689–708.

Maitland, I., 1997. The Great Non-Debate over International Sweatshops. British Academy of Management Annual Conference Proceedings, 240–265.

Mandeville, B., 1714. La Fable des abeilles ou les vices privés font le bien public. Vrin, Paris, 1985.

Mény, G., 1910. La lutte contre le sweating-system. Thèse pour le doctorat de droit, Paris.

Mottez, B., 1966. Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l'évolution des pratiques et des idéologies patronales. Éditions du CNRS, Paris.

Piore, M., 1997. The Economics of the Sweatshop. In: Ross, A. (Ed.), No Sweat: Fashion, Free Trade and the Rights of Garment Workers. Verso, New York, pp. 135–142.

Pollin, R., Burns, J., Heintz, J., 2001. Global Apparel Production and Sweatshop labor: Can Raising Retail Prices Finance Living Wages? Political Economy Research Institute, Working Paper series no 19.

Radin, T.J., Calkins, M., 2006. The Struggle Against Sweatshops: Moving Toward Responsible Global Business. Journal of Business Ethics 66, 261–272.

Rey, C., 1999. Le travail à domicile. Avis et rapports du conseil économique et Social, no 3.

Richter, I., Ginsberg, S., 1943. Fair Labor Standards and the Contract System: Background and Some Current Problems. The Social Service Review 17 (1), 23–37.

Rosen, E.I., 2002. Making Sweatshops: The Globalization of the US Apparel Industry. University of Califonia Press, Berkeley, CA.

Ross, A. (Ed.), 1997. No Sweat: Fashion, Free Trade and the Rights of Garment Workers. Verso, New York.

Shaw, W.B., 1894. Social and Economic Legislation of the States in 1893. Quarterly Journal of Economics 8 (2), 230–240.

Shaw, L., 1997. The Labor Behind the Label: Clean Clothes Campaigns in Europe. In: Ross, A. (Ed.), No Sweat: Fashion, Free Trade and the Rights of Garment Workers. Verso, New York, pp. 215–220.

Shorrocks, P., 1877. How Contagion and Infection are Spread Through the Sweating System in the Tailoring Trade. Co-opérative, Printing Society, Manchester.

Sklar, K.K., 1998. The Consumers' White Label Campaign of the National Consumers' League 1898–1918. In: Strasser, S., McGovern, C., Judt, M. (Eds.), Getting and Spending. European and American Consumer Societies in the Twentieth Century. Cambridge University Press, Washington, D.C, pp. 17–36.

Snyder, J.C., 2008. Needs Exploitation. Ethic Theory Moral Practice 11, 389–405.

Spar, D.L., Yoffie, D.B., 2000. A Race to the Bottom or Governance from the Top? In: Prakash, A., Hart, J.A. (Eds.), Coping with Globalization. Routledge, New York, pp. 31–51.

Su, J., 1997. El Monte Thai Garment Workers: Slave Sweatshops. In: Ross, A. (Ed.), No Sweat: Fashion, Free Trade and the Rights of Garment Workers. Verso, New York, pp. 143–150.

USGAO, 1988. “Sweatshops” in the US Opinions on their Extent and Possible Enforcement Options. HRD-88-130BR, http://www.gao.gov/products/HRD-88-130BR.

USGAO, 1994. Garment Industry: Efforts to Address the Prevalence and Conditions of Sweatshops. HEHS-95-29, http://www.gao.gov/products/HEHS-95-29.

Varley, P. (Ed.), 1998. The Sweatshop Quandary: Corporate Responsibility on the Global Frontier. Investor Responsibility Research Center, Washington, DC.

Vogel, D., 2005. The Market For Virtue: The Potential and Limits of Corporate Social Responsibility. Brookings Institution Press, Washington, DC.

Waldinger, R., Lapp, M., 1993. Back to the Sweatshop or Ahead to the Informal Sector? International Journal of Urban and Regional Research 17 (1), 6–29.

Webb, B., Webb, S., 1898. Problems of Modern Industry. Books for Libraries Press, Freeport, NY, 1972.

Weber, M., 1919. Le savant et le politique. La Découverte, Paris, 2003.

Weissbrodt, D., Kruger, M., 2003. Norms on the Responsibilities of Transnational Corporations and Other Business Enterprises with Regard to Human Rights. The American Journal of International Law 97 (4), 901–922.

Young, I.M., 2004. Responsibility and Global Labor Justice. The Journal of Political Philosophy 12 (4), 365–388.

Young, I.M., 2006. Responsibility and Global Justice: A Social Connection Model. Social Philosophy and Policy 23 (1), 102–130.

Haut de page

Notes

1 Tous les extraits de textes en langue anglaise sont traduits par nos soins.

2 Il s'agit là de la définition proposée par l'encyclopédie en ligne Wikipédia dans sa version francophone. Bien que n'étant pas le produit d'instances légitimes en matière de lexicographie, on peut considérer qu'elle fournit une bonne approximation de la façon dont la plupart des gens se représentent la notion.

3 Je remercie le programme Neopovis (Normes économiques, ordres politiques et vie sociale) de l'université Paris Ouest Nanterre La Défense et la revue Sociologie du travail pour leur aide à la publication des figures.

4 Ce qu'on appelait « marchandage », dans la France du XIXe siècle, est une forme organisationnelle suivant laquelle un tâcheron négocie un contrat avec un entrepreneur qui détient le capital, et recrute ensuite des travailleurs pour réaliser la commande (Harison, 1997 ; Mottez, 1966). En 1848, la Commission du Luxembourg avait aboli les formes les plus oppressantes de marchandage. Mais en réduisant l'interdiction du marchandage aux situations d'exploitation extrême, cette décision n'avait nullement marqué la fin du marchandage (Bry, 1902 [1895] ; Lhomme, 1956).

5 Selon Michael Piore (1997, p. 140), dès lors qu'on considère les sweatshops comme une activité clandestine et donc difficilement mesurable, cette hypothèse n'est pas absurde ; mais il souligne que la logique économique des sweatshops justifie malgré tout que la baisse de la régulation publique et de la syndicalisation ait, à cette époque, conduit à leur multiplication.

6 Carole Yerochewski, « Le travail illégal dans le collimateur », Alternatives économiques, 28 février 1997.

7 Jean-Marc Philibert, « De Bobigny au Sentier, les machines à coudre tournent sept jours sur sept », Le Figaro, 29 octobre 2005.

8 La définition du sweatshop par le US Government Accountability Office (USGAO) est à cet égard éloquente : « un lieu de travail qui viole régulièrement à la fois les lois sur la santé ou la sécurité et sur les salaires ou le travail des enfants » (USGAO, 1988, p. 16).

9 Sonni Efron, « “Hot Goods” Law Revived as Anti-Sweatshop Tool: Garment trade : Authorities turn to 1938 statute to prosecute sweatshop owners and clothing manufacturers who profit from wage and labor abuses », Los Angeles Times, 28 novembre 1989.

10 Thomas Lebegue, « Les patrons du noir dans la lumière », Libération, 15 novembre 2000.

11 David R. Henderson, « The case for sweatshops », Fortune, 28 octobre 1996, p. 2 ; cité par Snyder (2008, p. 390).

12 John Miller, « Why Economists Are Wrong About Sweatshops and the Anti-Sweatshop Movement », Challenge, vol. 46, no 1, janvier/février 2003, pp. 93–122.

13 Ces « clauses sociales » contractuelles sont qualifiées de « petites » par Isabelle Daugareilh (2009, p. 513) pour les distinguer de celles qui ont été envisagées dans le cadre des accords commerciaux internationaux.

14 Sur ce point, voir le litige consécutif à l'effondrement d'une usine au Bangladesh en 2005 (Barraud de Lagerie, 2011).

15 Cette privatisation de la responsabilisation des entreprises ne signifie nullement l'éviction totale des institutions politiques du mouvement de « responsabilisation sociale des entreprises ». Qu'il s'agisse des conventions de l'Organisation internationale du travail (OIT) comme point de repère pour la définition du « travail décent » ou encore des textes successifs de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et des institutions européennes pour soutenir l'engagement des entreprises (Weissbrodt et Kruger, 2003 ; Daugareilh, 2009), la soft law s'est indéniablement adossée à des outils de régulation publique. Par ailleurs, les prises ne sont pas inexistantes pour transformer des engagements « mous » en contraintes « dures » ; les tentatives de recours au droit commercial (et à la catégorie de « publicité mensongère ») en sont un exemple — cf. le célèbre cas Nike vs Kasky aux États-Unis en 1998 (Fisher, 2006). Reste que la démarche de contrôle et de sanction des donneurs d'ordre demeure assez nettement, à ce jour, la prérogative des acteurs privés.

16 Et ce d'autant plus que, si le droit ne donne que de faibles prises pour poursuivre les fabricants lorsque les ateliers ne respectent pas le Code du travail, il prévoit néanmoins des sanctions pour tout recours à des ateliers clandestins.

17 Cette remarque rejoint les conclusions de Nancy Green, dans son étude sur la confection textile à Paris et à New York (1880–1980) : « La flexibilité de la production permet d'expliquer la composition de la main d'œuvre. Des masses d'immigrés et de femmes en sont venus à travailler derrière des machines à coudre. Sur les rives de l'Hudson et de la Seine, Juifs, Chinois, Portoricains et Pakistanais ont trouvé un emploi dans la confection et ont été confrontés à des conditions de travail semblables » (Green, 1997, pp. 397–398). On comprend mieux ainsi que la lutte anti-sweatshop se soit inscrite dans le cadre de mobilisations citoyennes plus larges pour la défense des droits des femmes, d'une part, des étrangers, d'autre part.

18 Je tiens à remercier François Vatin pour cette suggestion de lecture du problème des sweatshops au prisme des enjeux de citoyenneté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le circuit d'une robe (Collet, 1893, p. 261).
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/4303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 2. La « chaudière du sweater » : Linley Sambourne, The Sweater's Furnace : or the Real “Curse” of Labour, Punch Magazine, 17 mars 1888.
Crédits Reproduced with permission of Punch Ltd., www.punch.co.uk.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/4303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 3. La structure de l'industrie textile américaine, traduit d'après USGAO (1994, p. 4).
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/4303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 4. La pyramide de production des jouets, d'après Carole Crabbé et Isabelle Delforge (2002, p. 47) et « Comment l'industrie et la distribution du jouet intègrent-elles leurs engagements vis-à-vis du respect de considérations éthiques dans leurs pratiques d'achats ? », Campagne Vêtements Propres, rapport pour la séance de travail du 4 novembre 2003, Bruxelles, p. 7 ; avec l'aimable autorisation des auteurs.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/4303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 5. Sue Coe, Garment Workers Exploited by Fruit of the Loom.
Crédits Copyright© 1994 Sue Coe. Courtesy Galerie Saint-Étienne, New York.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/4303/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Barraud de Lagerie, « Le salaire de la sueur : un éclairage socio-historique sur la lutte anti-sweatshop », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 45-69.

Référence électronique

Pauline Barraud de Lagerie, « Le salaire de la sueur : un éclairage socio-historique sur la lutte anti-sweatshop », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4303

Haut de page

Auteur

Pauline Barraud de Lagerie

SENSE – Sociology and Economics of Networks and Services (Orange Labs), 38–40, rue du Général-Leclerc, 92794 Issy-les-Moulineaux cedex 9, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search