Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 65 - n° 3Comptes rendusSoline Blanchard et Sophie Pochic...

Comptes rendus

Soline Blanchard et Sophie Pochic (dir.), Quantifier l’égalité au travail. Outils politiques et enjeux scientifiques

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2021, 396 p.
Cléo Chassonnery-Zaïgouche
Référence(s) :

Soline Blanchard et Sophie Pochic (dir.), Quantifier l’égalité au travail. Outils politiques et enjeux scientifiques, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2021, 396 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses universitaires de Rennes

1Calculer l’écart de salaire moyen entre femmes et hommes, énumérer les féminicides par an, révéler le coût de la virilité : la mise en chiffres des inégalités et de la violence liées au genre est rarement critiquée pour son réductionnisme. Cela est peut-être dû à la réaction évidente que provoquent ces mesures : ces chiffres sont trop élevés. Réduire la complexité du social pour produire une mesure synthétique est le principal avantage et la principale limite des processus de quantification. Quantifier l’égalité au travail offre une analyse essentielle des ambivalences de la mesure du genre : est-ce une stratégie efficace et, surtout, efficace pour quels objectifs ? La réponse collective de l’ouvrage est « cela dépend », notamment du type de quantification, qui peut soit renforcer les logiques existantes, soit les transformer.

2Soline Blanchard et Sophie Pochic proposent dans l’introduction une synthèse complète du champ de la sociologie de la quantification et des principales tensions qui le traversent. Si les chiffres sont toujours l’objet de discussions et de co-constructions, la quantification repose sur des conventions et des rapports de pouvoir qui conditionnent son usage. Rappelant les analyses plus récentes de la mobilisation militante de la quantification — le « statactivisme » —, les coordinatrices de l’ouvrage décrivent en quoi la quantification est loin d’être univoque, pouvant servir d’outil de contrôle comme de support d’émancipation. Et lorsqu’elle saisit le genre, les effets de la mise en chiffres semblent encore plus ambivalents.

3La première partie de l’ouvrage analyse une série d’instruments utilisés dans le cadre de négociations collectives : le rapport de situation comparée (RSC) des femmes et des hommes, les indicateurs sexués de santé au travail et un palmarès de féminisation. La seconde partie se concentre sur les inégalités salariales. La troisième partie est consacrée aux usages et effets des indicateurs dans des organisations spécifiques : les tribunaux français, des entreprises, une université belge, le secteur de la finance londonienne.

4Dans la première partie, Vincent-Arnaud Chappe décrit les origines et évolutions du RSC de sa création en 1967 à sa disparition en 2015. En effet, son progressif encastrement dans des dispositifs de plus en plus contraignants se termine, en 2015, par son intégration au sein d’un indicateur général. La contribution de Sophie Binet renforce cette analyse de l’ambivalence des outils de l’égalité, dont l’encadrement des usages, plus que le contenu de l’indicateur lui-même, détermine l’efficacité. Elle insiste sur les effets de cadrage des indicateurs, qui impliquent de négocier dans les limites imposées par ce qui est mesuré, quand les écarts se situent en réalité ailleurs : le RSC produit une vision statique de l’entreprise, qui ne permet pas d’intégrer dans la mesure les écarts accumulés au cours des carrières ou encore la ségrégation occupationnelle. Les deux chapitres suivants montrent deux effets opposés de la mesure. Florence Chappert, responsable du projet « égalité » de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, montre comment les indicateurs sexués de santé au travail ont « objectivé » un sujet invisible, remettant en cause le principal récit de l’institution : si les accidents du travail baissent en général, ils augmentent pour les femmes — invitant à transformer les cadres de l’action publique. Soline Blanchard montre au contraire comment le palmarès de féminisation créé par la Société des bourses françaises (le SBF 120) renforce les logiques managériales existantes.

5La deuxième partie de l’ouvrage montre la pertinence de l’étude des contextes de quantification et est composée de quatre études de cas du traitement de l’égalité salariale au niveau national : le chapitre écrit par Valérie Tanguay est consacré au Québec (chapitre 5) ; la contribution de Séverine Lemière et Rachel Silvera se concentre sur la France (chapitre 6) ; Susan Milner propose une comparaison des cas suédois et danois dans le chapitre 7 ; enfin, Hazel Conley analyse le « devoir d’égalité » au Royaume-Uni (chapitre 8). Parmi ces études de cas, les changements les plus significatifs en termes de politiques d’égalité — le « devoir d’égalité » mis en place par le gouvernement travailliste entre 1997 et 2010 au Royaume-Uni, les modèles québécois et suédois d’obligation d’évaluation des emplois (job evaluation en anglais) — reposent sur des obligations légales, largement dépendantes des cycles électoraux. L’obligation réglementaire, qui existe au niveau international depuis la Convention 100 de l’Organisation internationale du travail (OIT), est la condition de la quantification : la plupart des entreprises n’ont aucun intérêt à quantifier les inégalités de genre structurelles. En pratique, l’évaluation des emplois repose sur l’attribution de points aux caractéristiques des métiers (compétences requises, responsabilités, pénibilité, etc.) suivie d’une comparaison du classement des métiers en fonction de ces points avec la hiérarchie des salaires : si un même score ne correspond pas au même salaire, c’est un cas potentiel de sous-évaluation. Cette logique repose sur une évaluation des métiers, et non des individus. La sous-valorisation des métiers féminisés reste difficile à intégrer dans les mesures déjà existantes et se heurte à des résistances institutionnelles. Des contextes socio-culturels spécifiques — la « culture nationale » de l’égalité au Québec, le statut des syndicats au Danemark et en Suède — semblent être les facteurs les plus significatifs dans l’adoption d’une telle approche.

6La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à des institutions spécifiques : ces chapitres, bien que tous informatifs et stimulants, sont inégaux quant à la place accordée à l’analyse de la quantification. Michel Miné propose une introduction au droit de la discrimination, largement transformé par le régime de la preuve importé du droit européen, mais échoue à saisir l’usage de la quantification comme preuve. En particulier, la méthode des « panels », qui semble être une spécificité française, aurait mérité davantage qu’une mention. Par contraste, Vincent-Arnaud Chappe et Sophie Pochic analysent les batailles méthodologiques avec précision dans le cas de deux multinationales. La « technicisation » de l’égalité (ici à travers l’usage de méthodes de régression multiple) implique une redistribution de l’influence en fonction des compétences de chacun en termes de manipulation de chiffres. Le recours à l’expertise quantifiée clôt rarement les débats, mais devient un point focal, passage obligé et coûteux des négociations collectives. Dans ce cas, la « retraduction » des enjeux politiques dans des termes techniques fait appel à l’argument de l’objectivité des chiffres mais ne neutralise pas les rapports de force. Pierre Lescoat et Claire Dambrin mettent en évidence la construction genrée du mérite dans le cas des traders et analystes financiers — la combativité et la technicité étant considérées comme des qualités négatives pour les femmes, et positives pour les hommes dans les systèmes d’évaluation qui sont en réalité « objectivement subjectifs » (p. 333). Le court historique sur les mesures de performance est très éclairant sur la manière dont ces mesures « fabriquent » plus qu’elles ne « reflètent la réalité d’une performance » (p. 336). Leur pouvoir performatif tient à l’invisibilité des conventions sur lesquelles ces indicateurs reposent — mais aussi à l’opacité de chiffres significatifs comme les contributions individuelles des traders en termes de profit.

7Enfin, je souhaite ajouter deux remarques plus générales sur l’ensemble de l’ouvrage. Certains chapitres manquent l’enjeu de la quantification. Cela tient peut-être à un élément central : dans beaucoup de cas, les processus décrits ne produisent que des quantifications « incomplètes », c’est-à-dire dont le contenu n’est pas standardisé et accepté de manière consensuelle. Dans le cas de processus plus stables en revanche, il manque des descriptions plus précises. C’est le plus visible dans le chapitre juridique (Michel Miné) mais également dans la seconde partie consacrée aux écarts de salaire : les modèles ne sont pas décrits et par conséquent les différences en termes d’usages ne sont pas toujours explicites. Or c’est dans le détail du choix des variables, des paramètres et techniques d’estimation, mais aussi des logiciels utilisés, que se situent des jugements de valeur et des choix politiques. L’analyse des logiciels cités tout au long de l’ouvrage (EqualPacE, logib, logib-D, la méthode EVA, les modèles Excel synthétiques de RSC, etc.) aurait mérité un traitement transversal.

8Un gros plan sur les logiciels aurait également permis de s’intéresser davantage aux acteurs de la quantification de l’égalité, et en particulier aux consultants. L’inclusion d’entretiens et de contributions d’actrices de terrain est une des originalités de ce volume. Cette fenêtre sur la pratique aurait pu être complétée par des réflexions plus directes sur la pratique d’expertise des consultants en égalité, mais aussi des chercheurs en sciences sociales. Certains des auteurs et autrices sont engagés comme experts dans certains des cas d’étude qu’ils traitent dans leurs chapitres : un retour réflexif plus direct, et notamment sur la tension entre objectivité et intervention, aurait permis d’enrichir l’ensemble.

9En dehors de ces deux limites relatives, Quantifier l’égalité au travail est un ouvrage collectif nécessaire et pionnier dont la lecture est vivement recommandée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cléo Chassonnery-Zaïgouche, « Soline Blanchard et Sophie Pochic (dir.), Quantifier l’égalité au travail. Outils politiques et enjeux scientifiques »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 65 - n° 3 | Juillet-Septembre 2023, mis en ligne le 25 août 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/43881 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.43881

Haut de page

Auteur

Cléo Chassonnery-Zaïgouche

Université de Bologne, Dipartimento di Scienze Economiche
Piazza Antonio Scaravilli, 2, 40126 Bologna BO, Italie
cleo.chassonnery[at]unibo.it

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search