Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 66 - n° 1Comptes rendusColin Robineau, Devenir révolutio...

Comptes rendus

Colin Robineau, Devenir révolutionnaire. Sociologie de l’engagement autonome

La Découverte, Paris, 2022, 224 p.
Michel Kokoreff
Référence(s) :

Colin Robineau, Devenir révolutionnaire. Sociologie de l’engagement autonome, La Découverte, Paris, 2022, 224 p.

Texte intégral

couvertureAfficher l’image
Crédits : La Découverte

1« Comment devient-on autonome » ? Tel est le thème central de ce livre, qui s’inscrit dans la perspective théorique de Pierre Bourdieu et Gérard Mauger en termes de dispositions et d’habitus. Son intérêt principal — mais aussi sa limite au plan méthodologique, assumée par l’auteur (p. 24) — est l’enquête ethnographique réalisée dans un lieu collectif auto-géré (anonymisé et nommé dans le texte « La Kuisine ») dans le XXe arrondissement de Paris, entre 2013 et 2015, qui lui a permis de faire des entretiens au fil du temps auprès de 18 individus.

2Les « autonomes » ? Ce label ne va pas de soi, aussi Colin Robineau dresse-t-il en introduction un rapide tableau historique de cette mouvance, de l’autonomie italienne des années 1970 à son importation en France à la fin de cette dernière décennie, soulignant la force de ce courant en Allemagne dans les années 1980, avant de présenter son enquête, sa position sur le terrain et la méthode des récits de vie adoptée.

  • 1 Commune des Yvelines, en Île de France.

3L’ouvrage est organisé en deux grandes parties. La première aborde la sociogenèse des dispositions militantes. Le sociologue commence par se munir de « jumelles » pour décrire le milieu familial des enquêté·es (12 hommes et 6 femmes, dont 10 ont moins de 30 ans, 6 ont entre 30 et 40 ans, et 2 ont plus de 40 ans). Bien qu’ils appartiennent plutôt aux diverses fractions de la classe moyenne, ils constituent un groupe socialement hétérogène. En revanche, les parents sont d’extrême-gauche et de gauche pour treize d’entre eux, trois sont « sans position », deux d’extrême-droite. Puis l’auteur repère « à la loupe les plis politiques de leur socialisation politique ». De l’importance de la politique dans la vie familiale, de l’« effet 68 » et de l’inscription dans un milieu alternatif, il ressort une sensibilité particulière à l’égard des injustices sociales. Cependant, d’autres enquêté·es ont grandi loin des discussions politiques enflammées lors des repas de famille, tel Salim qui a grandi dans une cité d’Orly et dont le père était ouvrier ; c’est son cursus scolaire et sa mobilité sociale qui le conduiront à militer. Pour Clara, la socialisation a d’abord été urbaine, aux Mureaux1, en bas des tours, avant de devenir politique à mesure de sa trajectoire scolaire. Il y a aussi ceux qui ont grandi dans un foyer acquis aux valeurs d’ordre et à des pratiques autoritaires, tel Salvo dont les parents, militaires, « confondaient la caserne avec la maison » (p. 53).

4Le chapitre 2 analyse ce que l’auteur appelle un « habitus polarisé » (p. 57), c’est-à-dire empruntant à des univers sociaux hétérogènes particulièrement manifestes au regard de la distance sociale entre les grands-parents (et les parents) de huit des enquêté·es. Au croisement des lignées familiales, ces individus éprouvent un décalage entre leurs aspirations sociales et leurs engagements militants. Les entretiens illustrent le sentiment d’être « hors place » (p. 68). Les incidences politiques de cette polarisation sont variées. De façon générale, elles apparaissent dans « la capacité à naviguer dans divers mondes sociaux » (p. 72) et/ou dans « l’intranquillité » qui en résulte.

5L’auteur aborde ensuite le rôle de l’école dans la socialisation politique. Il ressort des entretiens de fréquentes indisciplines et des violences physiques (subies et agies). Telle est la « modalité agonistique de l’ethos rebelle » (p. 83), nourrie par la violence symbolique de l’école. Mais ces indisciplines scolaires prennent aussi des formes plus soft, de la mise en cause de l’autorité à une défiance en résonnance avec les valeurs contre-culturelles des parents. Colin Robineau y lit la genèse d’un « tempérament réfractaire » qui précède « la rébellion proprement politique » (p. 90). S’y ajoute le fait que certain·es ont connu une forte mobilité résidentielle et été socialisé·es en partie avec des enfants de milieux populaires, offrant un cadrage, d’un déménagement et d’un établissement à l’autre, des injustices scolaires et discriminations raciales. La dissonance est d’autant plus forte lorsqu’elle se nourrit de différents « biens culturels » (films, livres, presse, radio) souvent synonymes de « révélations » (p. 105), ainsi que de la participation à des mobilisations collectives.

6Nécessaire, l’analyse des dispositions n’est pas suffisante ; encore faut-il comprendre comment elles sont activées. Aussi la seconde partie aborde-t-elle les trajectoires de vie des membres du groupe et les processus qui ont contribué à la constitution d’un « entre-soi quotidien » (p. 114). Le chapitre 4 décrit l’entrée dans la militance à travers les divers mouvements sociaux qui ont marqué les générations depuis 1968. On retrouve le rôle des premières manifestations et assemblées générales dans les apprentissages militants — mouvement des chômeurs en 1997-1998, « Loi Fillon » en 2005, CPE (Contrat première embauche) en 2006, loi LRU (Loi relative aux initiatives et responsabilités des universités) en 2007-2009 — ayant comme point commun la lutte « contre le déclassement » (p. 146). Les biographies s’accélèrent et se recomposent. La plupart des enquêté·es se sont politisé·es lors de leurs études supérieures, en particulier suite à leur orientation en sciences humaines et sociales. « Ce n’étaient pas que des études », s’exclamera Clara, étudiante à Jussieu. Nicole, partie étudier la philosophie à Lille en 1963, ne dira pas autre chose, elle qui rentrera à Ligue communiste en 1969 et deviendra militante « à plein temps » (p. 131). De même, Maëlle raconte l’ambiance des grandes grèves de 1995 contre le plan Juppé sur les retraites, qui la conduit à s’engager dans le Collectif d’agitation pour un revenu minimal garanti, jusqu’à sa dissolution en 1998. C’est une phase d’enchantement, le temps des bifurcations biographiques.

7Le chapitre 5 porte sur les variations des trajectoires distribuées entre militant·es à temps plein et militant·es à temps partiel, les frontières entre les deux étant poreuses. Au sein du premier groupe, plusieurs trajectoires individuelles et collectives sont abordées à travers de riches extraits d’entretiens. Elles se caractérisent par un « engagement total » où le mode de vie dans le monde des squats, marginal et centré sur le groupe affinitaire, n’est jamais séparé d’actions diverses à la lisière des illégalismes (vols, drogues, actions violentes). Marquées par une forte mobilité tant en France qu’en Belgique, en Islande et en Allemagne pour certain·es, elles impliquent aussi une rupture avec les « impératifs sociaux » (emploi, études, famille). Au sein du second groupe, les engagements militants cohabitent avec d’autres investissements (étudiants, professionnels, syndicaux). Ce chapitre montre ainsi à quels moments ces militant·es se sont radicalisé·es, mais aussi quels freins ils et elles ont rencontrés (trauma de la répression, « embrouilles du milieu », sentiment d’enfermement), les conduisant à faire une « pause » et à reconfigurer leurs investissements selon l’âge. Fait intéressant, toutes et tous vont se retrouver à La Kuisine en terrain d’interconnaissance.

8Le dernier chapitre propose de systématiser les ressorts et rétributions de ces socialisations militantes, considérées au sens d’une « institution autonome ». L’auteur y analyse la place des apprentissages idéologiques, le répertoire d’action collective partagé et le travail sur soi et sur les corps qu’il implique, ce qui l’amène — enfin ! —à discuter des normes et conversions de genre induites par le virilisme des autonomes. Les bénéfices et les coûts de l’engagement militant sont ainsi théorisés, que ce soit sur le plan de l’endogamie et de l’homophilie, ou par le désinvestissement social et les effets de la répression. C’est cette balance incertaine entre coûts et bénéfices qui donne toute son importance à La Kuisine, pensée comme un lieu tourné vers les profanes, ouverte depuis 2013. Se défaire de « l’identité autonome » est donc un choix ou, mieux, une stratégie plutôt gagnante dans la durée, comme en témoignent les positions occupées par la suite.

9Cet ouvrage appelle un certain nombre de remarques. La première concerne le déni d’antériorité. Il est difficile d’affirmer les lacunes du savoir à propos des autonomes (p. 6) alors que nombre de travaux leur ont été consacrés et sont partiellement cités. Au plan analytique, la transposition du concept d’« institution totale » d’Erving Goffman à « l’institution autonome » dans le dernier chapitre ne va pas du tout de soi, de par la nature coercitive de l’asile ou de la prison (p. 213), et faute de définition précise de l’institution. La notion d’« expérience totale » de Robert Castel serait moins équivoque, bien que non généralisable. On pourrait objecter que le « bord sociologique » adopté (p. 209) ne prend pas assez en compte les acquis de la pensée de Jacques Rancière. Selon ce dernier, ce sont les événements qui (re)politisent les gens. Mais est-ce contradictoire avec les théories bourdieusiennes ? Au fond, on pourrait lire les deux parties et les matériaux empiriques mobilisés comme tendant à un certain équilibre entre ces deux approches. On serait à cet égard curieux de savoir ce que les intéressé·es ont pensé du point de vue situé du sociologue. On regrettera aussi que la séquence la plus récente — certes hors d’enquête —, durant laquelle les autonomes ont été un acteur central de la contestation sociale, soit à peine évoquée. Une dernière faiblesse de l’ouvrage concerne, enfin, son support empirique. Le problème n’est évidemment pas qu’il s’agisse d’un travail monographique fondé sur une longue enquête ; il réside plutôt dans le nombre d’entretiens réalisés et dans un recrutement peu diversifié. Il n’est pas sûr que cela suffise à saisir pleinement — c’est difficile — cette « constellation » qu’est l’autonomie en France, ses divisions et ses conflits internes.

10Il n’en reste pas moins que ce livre sur les trajectoires militantes est d’un grand intérêt, solide et accessible à un large public. Il vient prendre place dans une littérature foisonnante sur les sociologies de la contestation et les mouvances radicales qui, du reste, est loin de se limiter à la sphère académique.

Haut de page

Notes

1 Commune des Yvelines, en Île de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Kokoreff, « Colin Robineau, Devenir révolutionnaire. Sociologie de l’engagement autonome »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 66 - n° 1 | Janvier-Mars 2024, mis en ligne le 05 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/45111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.45111

Haut de page

Auteur

Michel Kokoreff

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris,
équipe Genre, travail, mobilités (CRESPPA-GTM)
UMR 7217 CNRS, Université Paris 8 et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense
59-61, rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, France
michel.kokoreff[at]univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search