Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusNew trade union activism, Class C...

Comptes rendus

New trade union activism, Class Consciousness or Social Identity?, S. Moore

Palgram Macmillan, London (2011). 192 p.
Paul Bouffartigue
p. 135-138
Référence(s) :

Sian Moore, New trade union activism, Class Consciousness or Social Identity?, Palgram Macmillan, London, 2011, 192 p.

Texte intégral

125/10/2018

2Au sein d’une abondante littérature témoignant de la vitalité des « Relations industrielles » britanniques, à la fois comme domaine pratique et domaine de recherche, le livre de Sian Moore constitue une excellente voie d’entrée. Il renoue en effet avec une tradition qui avait été délaissée, l’étude des modalités d’engagement dans le syndicalisme. Une nouvelle catégorie de militants syndicalistes émerge dans les années 2000. Le champ de l’action syndicale s’est élargi suite à la fois à la mise en place par le gouvernement du New Labor de nouveaux droits — nouvelle législation sur les procédures de reconnaissance des sections syndicales sur les lieux de travail, création de représentants dans les domaines de l’égalité et de la formation professionnelle — et à des efforts de redéploiement en direction des immigrés et des femmes. En même temps cet élargissement se fait dans un contexte de profondes transformations économiques, sociales et culturelles qui sont largement défavorables aux bases traditionnelles de l’action syndicale et collective. Quelles sont donc les motivations de ces nouveaux syndicalistes ? Dans quelle mesure l’activité et les idéologies syndicales permettent-elles l’expression d’identités sociales — telles celles qui sont liées au genre, à l’origine ethnique, à l’orientation sexuelle — qui tendraient à éclipser l’identité de classe ? Quel rôle joue dans leur engagement, les expériences liées aux discriminations sociales, d’une part, et les expériences réalisées dans le monde du travail, d’autre part ? L’idéologie des droits de l’homme s’est-elle substituée à la conscience de classe ?

3Pour répondre à ces questions, l’auteure a interviewé 30 délégués investis dans quatre types de responsabilités : l’action pour la reconnaissance d’une section syndicale (Shop Stewards ou activists) ; la formation professionnelle (Union Learning Representatives [ULRs]) ; l’égalité (Equality Representatives [ERs]) ; les immigrés (Migrant Workers Activists). Dans ces deux derniers domaines tous appartiennent à UNISON, aujourd’hui le premier des syndicats britanniques (1,3 millions d’adhérents), qui couvre l’essentiel des services publics ainsi que les activités de ces derniers qui ont été cédées au secteur privé. Dans les deux premiers domaines, la plupart appartiennent à UNITE, qui est le principal syndicat interprofessionnel du secteur privé. Femmes, personnes de couleur et syndicalistes chargés des migrants sont bien représentés.

4Le premier chapitre dessine le cadre théorique de la recherche. S’inspirant d’Antonio Gramsci et d’auteurs britanniques (Pollert, Skeg, Williams), l’auteure définit les notions d’identité sociale et de conscience sociale d’un point de vue résolument critique par rapport à la vague des études « postmodernes ». Contrairement à ces dernières, elle refuse de détacher les identités de leurs dimensions historiques et matérielles et de les réduire à des enjeux de langage. Pour Sian Moore, l’hégémonie de la classe dominante n’est jamais totale. Il existe des structures résiduelles, ou latentes, léguées par l’histoire des conflits sociaux, et qui peuvent être mobilisées par les acteurs sociaux. Les identités sociales ont des formes d’existence hétérogènes. Elles peuvent être « passives » (comme dans le cas de l’acteur dominant, qui se perçoit rarement comme tel), « actives » (mobilisées positivement dans des actions ponctuelles), ou « politisées » (quand elles sont les bases plus stables d’une action collective organisée). Il importe alors d’étudier comment, dans la perspective « intersectionnaliste », les diverses identités sociales se combinent dans l’expérience sociale concrète et de réaffirmer ainsi la centralité du rôle de l’expérience laborieuse.

5Le deuxième chapitre est centré sur les changements intervenus dans le contexte de l’action syndicale, notamment sur le lieu de travail. L’intensification du travail limite le temps disponible pour l’activité syndicale. La privatisation de certaines activités anciennement publiques, l’éclatement des unités de travail, et l’individualisation des modes de gestion de la force de travail tendent à émietter et à individualiser l’expérience laborieuse. Quant à l’institutionnalisation de nouvelles fonctions de représentation par le gouvernement du New Labor, elle visait à faire évoluer le syndicalisme dans le sens de son intégration dans un partenariat avec le management, et d’une activité focalisée sur la prestation individualisée de services en direction des adhérents. Mais cela supposerait que l’expérience du travail ait perdu pratiquement toute consistance collective : est-ce vraiment le cas ?

6À cette question le troisième chapitre répond frontalement et de manière très suggestive en montrant quel rôle jouent les militants dans la mobilisation collective nécessaire à la reconnaissance légale de la section syndicale. Car cette reconnaissance suppose le vote favorable d’une majorité absolue des salariés, et donc une implantation et une mobilisation syndicales préalables pour surmonter tous les obstacles que ne manquent pas de dresser la plupart des employeurs sur ce chemin : entraves à l’accès syndical aux salariés ; menaces de délocalisation ; intimidations ou propositions de promotion en direction des leaders syndicaux ; création d’autres procédures de consultation du personnel à propos du contentieux revendicatif ; recours à des consultants. Ces stratégies ne sont d’ailleurs pas sans efficacité, quand on sait que dans un cas sur trois le résultat du scrutin est négatif pour le syndicat. Face à ces obstacles, les syndicats sont contraints de développer leur travail classique — formation, protection, mise en forme de revendications collectives à partir de griefs individuels — sans attendre leur reconnaissance légale. C’est le travail de « cadrage du sens de l’injustice » qui est en son cœur et qui suppose la présence de leaders déterminés. Tous n’ont pas un passé militant, certains se révèlent dans l’action.

7Le quatrième chapitre montre que les délégués à la formation ne sont pas condamnés, loin de là, à devenir des « agents du néo-libéralisme », intégrés aux intérêts patronaux en matière de promotion de l’employabilité des travailleurs. Si cette nouvelle fonction a attiré une nouvelle génération de militants, ces derniers ne se distinguent pas fondamentalement des autres. Leur activité est généralement bien intégrée à l’activité syndicale générale et à la négociation collective. Le sens de la formation comme droit collectif et instrument de promotion de la classe ouvrière est fortement présent dans leurs discours.

8Le cinquième chapitre s’intéresse plus particulièrement aux délégués à l’égalité, qui sont souvent de nouveaux adhérents (40 % à UNISON, 18 % dans l’ensemble du Trades Union Congress [TUC]). Vont-ils être intégrés à l’idéologie individualisante de la « diversité » ou articuler leur activité à une problématique de classe ? Ici, les résultats des entretiens sont diversifiés. Pour une partie de ces militants, qui étaient auparavant inscrits dans des collectifs de « minorités » au sein du syndicat, l’identité de classe apparaît latente. Mais dans tous les cas, il n’y a pas référence à une seule identité sociale. Les diverses catégories d’appartenance sont mobilisées de manière souple et variable selon les contextes, même si l’expérience de la discrimination a pu servir de déclencheur à l’engagement syndical.

9Les militants issus des minorités ethniques font l’objet du sixième chapitre. Le syndicalisme britannique a commencé à se tourner vers les immigrés dès la fin des années 1980. Ainsi 12 % des syndicats appartenant à UNISON déclarent avoir une activité spécifique en direction des migrants. Cela l’a mis en position de ne pas rester l’arme au pied lors de la décennie suivante devant le nouvel afflux de migrants, originaires principalement de l’Europe centrale. Non sans résultats, car si le taux de syndicalisation des immigrés reste inférieur à la moyenne nationale, il n’est pas insignifiant (21 % contre 28 %). Les trois stratégies utilisées sont celles des coalitions (avec d’autres mouvements), de la mise en place de structures territoriales, et — la seule utilisée dans le cas d’UNISON — de la création de collectifs spécifiques au sein du syndicat. Dans la plupart des cas, l’auteure constate que les biographies militantes traduisent un processus d’élargissement d’une expérience identitaire à base ethnique à d’autres dimensions — de genre, d’orientation sexuelle, de classe. L’identité ethnicoculturelle ne se substitue pas à l’identité de classe, et elle peut l’informer.

10Dans le septième et dernier chapitre, S. Moore s’interroge sur les dynamiques des dimensions idéologiques du syndicalisme. Les identifications de classe paraissent plus fragiles que par le passé, mais elles subsistent, notamment parce que la vision qu’ont ces syndicalistes des relations entre travailleurs et employeurs reste antagoniste, et que le syndicalisme leur paraît demeurer un acteur central du progrès social, voire de la transformation sociale, même si le système capitaliste leur paraît en même temps sans alternative. Reprenant à Richard Hyman le modèle d’analyse du syndicalisme à partir de trois pôles identitaires — en tant qu’agent d’organisation économique du marché du travail, d’intégration sociale et citoyenne, et de lutte de classe — l’auteure situe la plupart de ces militants à proximité du second. D’ailleurs, malgré les tensions qui traversent les relations entre le syndicalisme et le parti travailliste — quelques syndicats s’en sont désaffiliés — et que l’on retrouve dans les positions critiques exprimées par la plupart de ces militants, ils continuent de le soutenir électoralement. Si conscience de classe il y a, il s’agit plutôt d’une conscience dominée, fataliste et réformiste.

11Dans la conclusion du livre, Sian Moore revient sur l’idée d’un décalage entre « action » et « conscience », et sur la manière dont la transformation de la structure de contrainte et d’opportunité du syndicalisme lui a ouvert un champ de redéploiement, qu’il est en partie parvenu à réinvestir. Tel est le cas de la restriction substantielle de l’aire couverte par la négociation collective, de l’extension du recours aux immigrés dans les activités privatisées et/ou sous-traitées, ou encore de la reconnaissance légale de nouvelles fonctions de représentation collective. Parce que l’expérience laborieuse demeure à la fois fondamentalement collective et centrale, elle est le lieu potentiel d’une activité de mise en sens collectif des expériences personnelles de l’arbitraire ou de discrimination, et d’élargissement de la conscience sociale. Même dans un contexte économique et idéologique très défensif des éléments contre-hégémoniques subsistent. C’est pourquoi on n’observe pas la montée unilatérale d’identités sociales ou culturelles à la place des relations de classe, mais des relations plus dialectiques entre classe, genre, race et ethnicité.

12Cette belle enquête est donc une introduction à la fois rigoureuse et vivante — illustrée par un bon choix d’extraits d’entretiens — aux transformations les plus récentes du syndicalisme britannique. Elle serait sans doute à prolonger auprès des nouveaux adhérents de base des syndicats afin d’étayer ces résultats établis sur la seule couche des plus militants d’entre eux. Ceux qui sont moins impliqués dans l’activité syndicale témoignent-ils tout autant de la reproduction d’une certaine orientation classiste ? Et les tendances sont-elles les mêmes dans toutes les catégories de syndiqués, femmes et hommes, relevant ou non d’une « minorité » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bouffartigue, « New trade union activism, Class Consciousness or Social Identity?, S. Moore », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 135-138.

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « New trade union activism, Class Consciousness or Social Identity?, S. Moore », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4522

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, UMR 6123, CNRS, Aix-Marseille Université, 35, avenue Jules-Ferry, 13626 Aix-en-Provence cedex 01, France
paul.bouffartigue[at]univmed.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search