Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusOn bosse ici, on reste ici ! La g...

Comptes rendus

On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, P. Barron, A. Bory, S. Chauvin, N. Jounin, L. Tourette

La Découverte, Paris (2011). 312 p.
Isabelle Sommier
p. 138-139
Référence(s) :

Lucie Tourette, Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin et Lucie Tourette, On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, La Découverte, Paris, 2011, 312 p.

Texte intégral

125/10/2018

2Le livre On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite retrace de façon extrêmement minutieuse l’histoire des grèves de travailleurs sans-papiers, du premier conflit de l’entreprise de nettoyage Modeluxe dans l’Essonne en octobre 2006 à l’occupation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration quatre ans plus tard. Inédit, le mouvement des sans-papiers l’est à plusieurs égards. Comme le signalent les auteurs, ce n’est pas la première grève de travailleurs sans papiers — la première a lieu en mai 1973 dans une usine de recyclage de papier de Nanterre et Gennevilliers — mais « c’est la première fois qu’ils appuient aussi massivement, aussi profondément et durablement sur la contradiction entre leur situation professionnelle et les politiques migratoires » (p. 5). C’est aussi le premier (le seul ?) conflit social qui fera reculer la nouvelle équipe au pouvoir. Ainsi, en 2008, l’État a attribué 2000 régularisations de plus qu’en 2007, soit 30 000 en tout (p. 297). Pour la première fois également, le cadrage des mobilisations se fera autour du travail et non plus des principes de la commune humanité qui avaient été empruntés, par exemple, lors des occupations d’églises de 1996. Elles associent ainsi un spectre large d’organisations syndicales (CGT, CNT, solidaires) ou associatives (droits devant ! !, Autremonde, Gisti, RESF, collectifs de sans-papiers) réunies dès l’été 2007 dans le groupe syndicats/sans-papiers suite à l’impulsion du collectif UCIJ (Uni-e-s contre l’immigration jetable, créé en 2006).

3Cette « enquête de terrain historique » ou cette « histoire du temps présent » repose sur un vaste corpus composé d’archives, d’une centaine d’entretiens avec des grévistes, des militants syndicaux ou associatifs, des employeurs ou leurs représentants, mais aussi des agents de l’État, et enfin d’observations conduites sous la double casquette, revendiquée, d’enquêteurs et de participants au mouvement. Les cinq auteurs présentent leur démarche comme relevant à la fois de la sociologie et du journalisme, sans cependant expliciter les points communs mais aussi les spécificités de ces deux regards. Le parti pris est en revanche très clair sur la forme de l’ouvrage : celui d’un récit chronologique sans appareillage théorique apparent qui pourrait détourner l’attention du lecteur du suivi au plus près des événements. Il lui faudra, s’il le souhaite, attendre la conclusion (p. 283–297) pour avoir des clés de lecture analytique sur les enjeux du mouvement des sans-papiers qui courent en filigrane tout au long des chapitres. Nous en retiendrons les deux principaux.

4Le premier relève de ses conditions de possibilité, inscrites, d’une part, dans les contradictions des politiques migratoires, d’autre part, dans la latitude laissée aux employeurs dans la gestion de la main d’œuvre étrangère. Le mouvement va ainsi agir comme un révélateur de l’hypocrisie générale entourant la question des travailleurs sans-papiers. Les patrons s’avèrent souvent complaisants sur leur situation juridique, profitant sans scrupule de leur malléabilité, mais sont aussi de plus en plus impliqués par l’État dans la lutte contre l’immigration irrégulière. Leur capacité à faire régulariser leurs salariés est aussi très variable « selon qu’ils possèdent ou non des connexions avec le monde politique, ce qui crée des inégalités entre grévistes » (p. 64). Le durcissement des politiques migratoires et de la chasse aux sans-papiers depuis 2003 a fragilisé l’ensemble des immigrés et a contribué à « accroître l’interdépendance forcée entre travailleurs sans-papiers et travailleurs avec papiers » (p. 36), par exemple pour emprunter de vrais papiers ou louer de vrais comptes en banque. Sur toute la séquence, l’État réagit par circulaire, voire par « télégramme » au statut incertain, s’enferre dans des décisions renforçant le côté inextricable, prend des mesures changeantes laissant une grande part d’appréciation aux préfectures et posant des obstacles au dépôt des dossiers très compliqués à monter.

5Le second point fort de l’ouvrage est de montrer au concret les difficultés que pose le mouvement aux syndicats : comment constituer en bien collectif une revendication par nature individuelle ? Comment faire tenir un collectif d’organisations hétérogènes par leurs traditions militantes et leurs stratégies — sans compter les tensions internes à certaines comme la CNT ou la CGT ? L’occupation de la Bourse du travail par la CSP 75 (coordination 75 des collectifs de sans-papiers) du 2 mai 2008 à son expulsion brutale par la CGT un an plus tard « inaugure une division durable qui va s’incarner dans l’opposition entre deux slogans : “régularisation de tous les sans-papiers” d’un côté, “régularisation de tous les travailleurs, de toutes les travailleuses sans-papiers”, de l’autre » (p. 98). Elle visibilise aussi la distance entre des syndicalistes blancs et des grévistes noirs-africains pour la plupart, en particulier pour la CGT placée par les pouvoirs publics en intermédiaire obligé du dépôt des dossiers de régularisation.

6L’économie générale de l’ouvrage peut dérouter le lecteur-chercheur, parfois susciter des frustrations, par exemple sur les relations entre centrales syndicales (notamment entre la CGT et la CFDT, qui n’arrive qu’en page 161) ou la place occupée par le recours au droit dans ces mobilisations. Mais elle procède d’un choix assumé de s’adresser tant à un public militant ou simplement citoyen qu’à des spécialistes de sociologie du travail, de l’action collective ou encore de l’immigration qui, tous, tireront profit de la lecture d’un récit exemplaire dans leurs domaines respectifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Sommier, « On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, P. Barron, A. Bory, S. Chauvin, N. Jounin, L. Tourette », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 138-139.

Référence électronique

Isabelle Sommier, « On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, P. Barron, A. Bory, S. Chauvin, N. Jounin, L. Tourette », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4534

Haut de page

Auteur

Isabelle Sommier

CNRS UMR 8209, centre européen de sociologie et de science politique, université Paris-1, 14, rue Cujas, 75005 Paris, France
Isabelle.Sommier[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search