Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 66 - n° 2Comptes rendusJames C. Scott, L’œil de l’État. ...

Comptes rendus

James C. Scott, L’œil de l’État. Moderniser, uniformiser, détruire

Traduit de l’anglais par Olivier Ruchet, La Découverte, Paris, 2021, 600 p.
Brice Laurent
Bibliographical reference

James C. Scott, L’œil de l’État. Moderniser, uniformiser, détruire (traduit de l’anglais par Olivier Ruchet), La Découverte, Paris, 2021, 600 p.

Full text

couvertureFull size image
Credits: La Découverte

1Plus de vingt ans après sa publication en anglais, la traduction française de l’ouvrage de l’anthropologue James Scott est bienvenue car elle permet d’élargir encore la diffusion d’un texte devenu une référence dans les sciences sociales. L’ouvrage n’a rien perdu de sa force ni de sa richesse. Les multiples exemples dont il traite sont mobilisés au service d’une thèse extrêmement claire, critique d’une idéologie « haut moderniste » fondée sur « l’idée voulant qu’il sera toujours possible d’accroître les progrès techniques et scientifiques […] et, avant tout, de parvenir à un modèle rationnel d’ordre social d’un niveau comparable à la maîtrise scientifique des lois naturelles » (p. 19). On peut résumer ainsi l’argument principal de l’ouvrage : en simplifiant la nature et la société pour les rendre lisibles et ainsi agir sur elles, les projets haut modernistes ont mobilisé une « mentalité planificatrice impérialiste ou hégémonique qui passe sous silence les rôles pourtant nécessaires joués par les savoirs et les savoir-faire locaux » (p. 21).

2La clarté des exemples choisis et l’écriture efficace sont des atouts certains de la démonstration de James Scott. Chapitre après chapitre, l’auteur mobilise de nombreux travaux qui ont mis en évidence les conséquences environnementales et sociales catastrophiques de grands projets de modernisation, qu’ils aient été menés par les États coloniaux ou par le Parti Communiste Soviétique. La volonté de lisibilité qui intéresse James Scott se repère dans des projets urbains, agricoles ou industriels mais ne s’y limite pas. Elle s’étend jusqu’aux infrastructures techniques et sociales qui sont au cœur du fonctionnement des sociétés humaines modernes, depuis le cadastre et la métrologie jusqu’aux nomenclatures qui définissent les noms et les prénoms des habitants d’un pays. Au fil de tous ces exemples, James Scott montre que rendre visible est synonyme non seulement de contrôle, mais aussi de modelage et, bien souvent, de destruction.

3Le cas de la sylviculture ouvre l’ouvrage, et fournit une illustration que James Scott utilise tout au long de sa démonstration pour mettre en évidence l’opposition entre des projets rationalistes qui transforment les choses pour mieux les contrôler et les pratiques locales non réductibles à la volonté de lisibilité qui sont menacées, voire éradiquées, par le haut-modernisme. Le développement urbain, depuis les visions du Corbusier jusqu’aux aménagements des villes nouvelles, offre une autre source d’exemples saisissants pour comprendre comment la volonté modernisatrice ignore la diversité et la complexité des pratiques et des savoirs locaux au service d’une idéologie de la lisibilité et de l’efficacité. James Scott met ici à profit les travaux de la sociologue Jane Jacobs pour montrer le décalage entre la volonté modernisatrice et la richesse de la vie urbaine menacée par un objectif de rationalisation qui chercherait, par exemple, à distribuer les activités humaines dans différents lieux de la ville sans égard pour la richesse des échanges quotidiens en milieu urbain. Les cas relatifs à la domestication de la nature permettent à James Scott de mettre en évidence l’alliance entre lisibilité, manipulation et contrôle dans l’organisation spatiale des terres agricoles et le choix des espèces, mais aussi, et surtout, les conséquences environnementales et sociales dévastatrices des approches qui conduisent à ignorer la complexité des situations locales pour promouvoir une vision simplificatrice et unifiée. Pour James Scott, ces conséquences sont le fruit d’un « mépris non scientifique envers le savoir pratique » (p. 493), qui lui s’intéresse aux interactions entre espèces vivantes et porte attention aux particularismes locaux.

4Tout au long de l’ouvrage, les situations sur lesquelles le regard de l’anthropologue se porte sont remarquablement parlantes. Mais leur particularité force le lecteur à s’interroger sur l’opération de mise en visibilité (et donc de réduction et de contrôle) que réalise l’anthropologue lui-même en insistant sur l’affrontement bien souvent asymétrique entre volonté modernisatrice venue d’en haut et diversité des pratiques et des savoirs qui permettent de connaître et de faire avec les situations concrètes locales — ce que l’auteur désigne par le terme mètis. Pour efficace qu’elle soit, cette opération laisse dans l’ombre des situations plus complexes. Le cas de la sylviculture sur lequel revient James Scott tout au long de l’ouvrage pour illustrer l’opposition entre planification rationnelle et pratiques locales est intéressant à cet égard. Alors que le changement climatique devient un problème incontournable pour nombre d’acteurs publics et privés, des entreprises investissent dans des plantations pour des objectifs de compensation carbone, des organisations publiques s’efforcent de protéger des forêts en suivant les principes d’une exploitation dite « à faible impact », et le caractère local des usages de la forêt est controversé lorsque des dispositifs cherchent à inclure les savoirs locaux dans les pratiques de gestion des ressources.

5Ce type de situation invite à explorer d’autres manifestations du haut-modernisme qui pourtant se décrivent mal dans les termes de la dichotomie entre vision de l’État et mètis. D’une part, la puissance planificatrice de l’État, dont James Scott montre d’ailleurs qu’elle n’est jamais qu’imparfaitement réalisée, est largement mise à mal dans le monde contemporain à l’heure où le rôle des entreprises multinationales est crucial dans des secteurs comme la santé ou le numérique. À la fin de l’introduction de l’ouvrage, James Scott se défend d’attaquer l’État pour mieux renforcer les acteurs privés. « Les conclusions qui peuvent être tirées des échecs des projets modernes d’ingénierie sociale s’appliquent tout autant à la standardisation engendrée par le marché qu’à l’homogénéité bureaucratique » (p. 24), nous dit-il. Néanmoins, tous les exemples choisis par James Scott font de l’État le principal protagoniste, et c’est bien l’État dont l’œil donne son titre à l’ouvrage. On peut alors s’interroger sur ce que serait « l’œil » des entreprises, notamment celles qui disposent de moyens de contrôle issus des données qu’elles collectent. En retour, les problèmes contemporains comme le changement climatique semblent bien requérir des interventions publiques susceptibles de contraindre des acteurs économiques et, s’il s’agit d’aller vers d’autres modes de production et de consommation, des formes de planification.

6D’autre part, si l’insistance de James Scott sur la mètis lui permet de mettre le doigt sur la diversité des pratiques et des savoirs locaux menacés par des projets techniques et industriels supposés rationnels, elle est peut-être moins une alternative à la puissance planificatrice et simplificatrice de l’État qu’une forme d’action plurielle, imbriquée dans des modes d’intervention de différentes institutions, dont l’État lui-même. Après des années de New Public Management qui ont radicalement transformé les possibilités d’action de l’État, le recours aux « savoirs locaux » est devenu une composante de nombreuses interventions publiques. En conséquence, l’identité « locale » des savoirs et des pratiques est elle-même un enjeu de lutte, et l’intégration des acteurs « locaux » dans des outils de gestion publique ou privée peut provoquer des conflits sur ce qui est « local » et ce qui ne l’est pas.

7Ces éléments suggèrent de considérer l’analyse de l’œil de l’État que propose l’ouvrage de James Scott comme une invitation à étendre la critique du haut-modernisme. La confiance dans le progrès et dans la force de la raison est souvent mobilisée aujourd’hui pour répondre à des crises sociales, géopolitiques ou sanitaires, en ignorant la diversité de la « raison » et le caractère problématique de la notion même de « progrès ». Ainsi, des projets de mise en visibilité et de contrôle, tout comme les tentatives d’ingénierie sociale analysées dans l’ouvrage de James Scott, risquent fort d’ignorer la diversité des situations sociales et la dimension systémique des problèmes qu’ils sont censés résoudre. Dans un monde contemporain où les crises donnent bien souvent lieu à l’appel à la rationalité de la science pour répondre à des problèmes complexes, il est crucial de ne pas prendre pour acquise la raison modernisatrice. En ouvrant des possibilités d’extension de la critique du haut-modernisme au-delà de l’opposition entre planification et mètis, l’œuvre de James Scott offre des moyens analytiques et critiques indispensables pour mener cette entreprise.

Top of page

References

Electronic reference

Brice Laurent, “James C. Scott, L’œil de l’État. Moderniser, uniformiser, détruireSociologie du travail [Online], Vol. 66 - n° 2 | Avril - Juin 2024, Online since 15 May 2024, connection on 25 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/sdt/45600; DOI: https://doi.org/10.4000/11o4x

Top of page

About the author

Brice Laurent

Centre de sociologie de l’innovation (CSI), Mines Paris, PSL Research University
60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, France
brice.laurent[at]minesparis.psl.eu

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search