Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusL’entreprise en restructuration, ...

Comptes rendus

L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, C. Didry et A. Jobert (Eds.)

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2010). 272 p.
Jens Thoemmes
p. 142-143
Référence(s) :

Claude Didry et Annette Jobert (dir.), L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, 272 p.

Texte intégral

125/10/2018

2L’ouvrage se propose de faire le point sur un enjeu social de première importance. En effet, le problème actuel des restructurations, des licenciements collectifs, mais aussi la réorganisation des activités productives ont préoccupé les entreprises depuis l’industrialisation. L’ouvrage vise à saisir la complexité de ce phénomène sans tomber dans le réductionnisme d’une perte d’emploi inéluctable face à la mondialisation. Les contributions des auteurs mettent en valeur les multiples déterminants des restructurations au sein des entreprises (les crises depuis les années 1930, le rôle des organisations ouvrières, les institutions représentatives des salariés, l’évolution des modes de production, le cadre communautaire, le droit du travail national, la négociation collective, la sous-traitance, les délocalisations et les dynamiques transnationales).

3Organisé en cinq parties, la première partie de l’ouvrage revient sur l’histoire des restructurations en France. De la crise des années 1930, en passant par le tournant des années 1960 et par les restructurations dans les années 1980, les auteurs insistent sur la particularité des périodes qui se distinguent selon les gouvernements, les besoins de rationalisation, les modes de production et selon les dispositifs légaux qui ont accompagné les restructurations. La seconde partie éclaire les cadres juridiques dans une perspective comparée. L’importance du cadre européen et la comparaison des expériences nationales de la Grande-Bretagne et du Canada permettent de situer l’environnement dans lequel les entreprises agissent. Les systèmes nationaux des relations professionnelles sont abordés par le prisme de la difficile construction d’une action publique européenne. La troisième partie envisage les restructurations comme le résultat d’une négociation d’entreprise. Les accords d’entreprise (dit « de méthode ») constituent à la fois une dérogation aux obligations légales, mais aussi une opportunité de discussion sur les solutions locales pour maintenir l’emploi. Le rôle des experts dans ces processus de négociation est analysé ainsi que le cas d’un grand groupe industriel. La quatrième partie s’interroge sur le rôle de la représentation des salariés dans ce processus. La comparaison sectorielle (les banques et les télécommunications) est examinée, ainsi que le rôle des institutions représentatives des salariés. La question du comité d’entreprise européen est abordée sous l’angle de son histoire récente et face aux enjeux de l’internationalisation des échanges. La dernière partie s’intéresse alors plus fondamentalement aux firmes multinationales. L’analyse des restructurations au sein d’un grand groupe dans trois pays met en tension le cadre d’action économique commun et les traditions nationales des relations professionnelles. Dans un autre cas, la sous-traitance et la délocalisation d’une grande entreprise préfigure la fin du secteur du textile en France. L’ouvrage se termine par un retour sur le rôle des comités d’entreprise européens, considérés comme l’institution la plus apte à gérer les négociations dans les entreprises transnationales.

4Ce livre collectif discute les principaux enjeux liés aux restructurations. Il permet au lecteur de se familiariser avec un domaine empreint d’une grande complexité juridique et sociale. La thèse de l’ouvrage pourrait être que les restructurations « se négocient ». Dans cet espace de discussion ouvert interviennent alors de nombreux acteurs. L’ouvrage contribue à une évaluation des pratiques de restructuration, des solutions plus ou moins favorables en matière d’emploi et concernant la place réservée à la participation des salariés. Ainsi, certains systèmes de relations professionnelles ont mieux négocié que d’autres le maintien de l’emploi et la survie des activités. C’est l’une des perspectives comparatives qui pourrait être poursuivie en matière d’analyse socioéconomique des restructurations, comme l’illustre l’importance des recherches monographiques qui compose cet ouvrage. La connaissance profonde des logiques d’action semble cruciale pour l’analyse de l’effet des restructurations. Les progrès en matière institutionnelle au niveau de l’Europe, bien qu’ils soient incontestables, ne semblent alors que très partiellement à la hauteur du défi que pose l’emploi européen aujourd’hui.

5Pour mieux comprendre ces enjeux, ne faudrait-il pas revenir sur les origines de l’Europe qui, rappelons-le, s’est construite aussi pour accompagner les restructurations dans les secteurs du charbon et de l’acier ? La situation de l’emploi aujourd’hui dans certains domaines, notamment dans la filière automobile, justifierait ce regard historique. D’autres questions émergent à la lecture de cet ouvrage. Les logiques d’action, notamment syndicales et patronales, pourraient faire l’objet d’un inventaire critique pour analyser leur rôle dans les restructurations. Différents types d’actions (l’initiative juridique, la négociation collective et l’action illégale) pourraient être évalués en fonction des résultats qu’ils produisent en matière d’emploi. L’ouvrage nous montre que cette actualité n’a pas fini de préoccuper les chercheurs en sciences sociales. Son mérite est de faire réfléchir sur un des corollaires de la crise économique et d’ouvrir un débat sur les solutions pour maintenir l’emploi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jens Thoemmes, « L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, C. Didry et A. Jobert (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 142-143.

Référence électronique

Jens Thoemmes, « L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, C. Didry et A. Jobert (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4562

Haut de page

Auteur

Jens Thoemmes

CERTOP, UMR 5044, CNRS, maison de la recherche, université de Toulouse II-Le Mirail, 5, allée Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France
thoemmes[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search