Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 66 - n° 2Comptes rendusFrédéric Goulet et Dominique Vinc...

Comptes rendus

Frédéric Goulet et Dominique Vinck (dir.), Faire sans, faire avec moins. Les nouveaux horizons de l’innovation

Presses des Mines, Paris, 2022, 252 p.
Gérald Gaglio
Référence(s) :

Frédéric Goulet et Dominique Vinck (dir.), Faire sans, faire avec moins. Les nouveaux horizons de l’innovation, Presses des Mines, Paris, 2022, 252 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Innovation, Retrait, Usage
Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses des Mines

1Cet ouvrage collectif a pour origine un article de Frédéric Goulet et Dominique Vinck (2012) traitant de « l’innovation par retrait ». Il s’appuyait sur le développement de l’agriculture sans labour en France. Si cette analyse, située, avait permis de mettre en évidence des mécanismes et des propositions probantes (sur la dialectique attachement-détachement et l’opportunité de rajouter un principe de symétrie à l’Actor Network Theory, par exemple), ses auteurs ont souhaité élargir le propos en explorant de nombreux autres domaines.

2Pour ce faire, le livre se découpe en cinq parties et comporte treize chapitres où les auteurs ont tous fait l’effort de s’approprier le paradigme du retrait, ce qui procure au lecteur un sentiment de cohérence. L’ouvrage débute par une introduction consistante qui positionne son objet (le « faire sans et/ou avec moins ») dans la littérature sur l’innovation. La première partie poursuit dans cette veine en offrant un cadre conceptuel et historique à la réflexion. Pour commencer, le regretté Benoît Godin défend que le retrait ou l’éviction imprègnent depuis fort longtemps les trajectoires d’innovation. Il en veut pour preuve les querelles politico-religieuses autour de la Réforme (« acte de retour au passé ») en Angleterre au XVIe siècle et plus particulièrement les débats concernant le monarque Charles 1er. Cela l’amène à soutenir que le retrait en matière d’innovation ne saurait être pensé indépendamment de l’appréciation de cette notion (très négative à l’époque, souvent enchantée aujourd’hui) à un temps t. La deuxième contribution restitue le thème du retrait au sein de la problématique de l’arrêt de grands systèmes sociotechniques (dans le secteur de l'énergie nucléaire par exemple), ce qui impose de mettre en œuvre des alternatives concrètes (des « bifurcations ») et de raisonner de façon systémique, au-delà de l’abandon d’un élément particulier : il est ainsi rappelé que l’interdiction du puissant pesticide DDT (Dichloro Diphényl Trichloréthane) aux États-Unis au début des années 1970 a ouvert la voie au déploiement de nombreux autres produits chimiques, ce qui a déplacé le problème de la toxicité sans le résoudre.

3La deuxième partie de l’ouvrage concerne des habitudes et des pratiques à la base non questionnées mais que des individus vont entreprendre de limiter voire d’exclure. Un chapitre sur la consommation sans gluten l’inaugure. L’on y apprend notamment, via l’examen de « trajectoires d’éviction », que celles-ci passent généralement par une période longue d’errance ou d’ambiguïté diagnostique où les symptômes corporels prévalent, et que l’adoption d’un régime sélectif s’impose le plus souvent sur une éradication totale du gluten. Un texte sur l’alimentation sans animaux s’ensuit. L’examen de différents modes de substitution existants, à l’aide d’études de cas, est fort instructif, tant il montre que le « sans » (animaux, élevages) peut emprunter à l’« avec » (ressemblance visuelle avec la promotion de nouveaux hamburgers, ressemblance gustative à l’aide de produits végétaux, etc.). La partie se clôt en orientant du côté des politiques publiques et de la régulation, où le concept de « négawatt » (où l’absence de consommation devient production) a tenté d’être décliné. On découvre la difficulté de mettre en œuvre un principe d’équivalence entre non-consommation et production, ainsi que le rôle parasite d’intermédiaires qui dévoient l’intention première en pouvant conduire à une grande complexité, voire à de l’absurdité.

4Dans le prolongement, la troisième partie a trait spécifiquement au domaine de la santé. Elle débute par un chapitre portant sur l’hésitation vaccinale au Québec, saisie encore dans le temps long et au sein d’une polarisation où la radicalité de certaines têtes d’affiche controversées a pour pendant des comportements de modération vaccinale qui s’imposent peu à peu, où le « moins » cherche à trouver plus de sens, dans un « contrat sanitaire » qui s’éprouve et se redéfinit entre les citoyens et l’État. La partie se poursuit avec une contribution qui examine, au sein d’une comparaison entre la France, l’Argentine et le Brésil, le renoncement aux pesticides. L’accent est ici mis sur le travail de catégorisation, dans l’action publique, de la principale alternative plausible (à savoir le biocontrôle), qui, selon l’espace de validité plus ou moins étendu qu’on lui assigne, ouvre la voie à un retrait « fort » (cas français) ou « faible » (cas sud-américains). La partie se termine avec une réflexion concernant la réduction du recours aux antibiotiques en élevage en France, dans trois filières distinctes (poulets, porcs et bovins laitiers). Au-delà des disparités entre ces espèces, on saisit que tout le système technique de l’élevage est affecté par ce retrait (partiel) et que la dimension marchande, à appréhender au sein de l’ensemble du système agro-alimentaire, déborde les aspects strictement sanitaires.

5La quatrième partie met l’accent sur les intermédiaires et les réagencements des marchés. Un chapitre sur les circuits courts implantés dans le secteur de la restauration collective montre d’abord combien il est difficile de se détacher de liens existants avec des prestataires installés, ainsi que l’existence de situations d’entre-deux comme celle de « quasi-détachement ». Un deuxième chapitre nous plonge aux confins du paradigme du retrait, quand une solution de centralisation de données dans le domaine agricole en Suisse tente d’être retirée alors qu’elle n’existe pas encore. Une dernière contribution revient sur la vente en vrac « nouvelle génération », dans l’alimentation biologique, pour indiquer notamment que cette résurgence d’une pratique commerciale ancienne amène à soustraire une certaine forme d’emballage tout en en ajoutant d’autres et en mettant au travail le consommateur.

6La dernière partie traite des résistances au retrait. Une première configuration porte sur un perturbateur endocrinien qui persiste dans toute une série de produits, du fait d’un règlement bureaucratique établi au niveau européen en 2006 (nommé REACH : « Registration, Evaluation and Autorisation of Chemicals ») que les industriels de la chimie ont orienté et au sein duquel ils profitent de brèches pour enregistrer de façon lacunaire les substances qui composent les produits ou pour obtenir des dérogations, par exemple. Pour terminer, un chapitre se penche, en insistant sur la spécificité des régimes de régulation nationaux, sur le retrait de médicaments du marché, en distinguant les « retraits planifiés » des « retraits d’urgence », liés à des scandales. Les enjeux marchands et thérapeutiques se mélangent, des événements impromptus s’invitent (usage récréatif ou stimulant professionnel) et les industriels déploient une grande créativité pour maintenir un produit ou ne réaliser qu’un retrait partiel, en modifiant seulement une partie de sa formule chimique.

7L’ensemble des chapitres, qui invite à chaque fois à s’immerger dans de nouveaux univers, montre à quel point l’heuristique du retrait est féconde pour décrire et analyser des phénomènes variés. Cet angle de vue servant à pénétrer des réalités diverses est ce faisant étoffé et décliné via ces cas. On perçoit ainsi que la notion de retrait, qu’on pourrait voir engendrer trop hâtivement et exclusivement de la substitution, demande à être ramifiée par une série de notions (hybridation, éviction partielle, bifurcation, etc.) qui mettent en évidence des situations intermédiaires où les éléments soustraits ne disparaissent pas totalement, au moins en tant que repères. Des configurations de retrait et de détachement sont aussi identifiées, donnant à voir des nuances et des continuums. Les obstacles et les réticences qui se présentent lorsque des initiatives de « sans » ou de « moins » sont engagées sont également particulièrement bien illustrées : ces difficultés à se défaire d’attachements nocifs rendent pessimiste à un moment historique où la préservation de l’environnement suppose des changements de cap. Sur un plan méthodologique, le paradigme du retrait profite également de comparaisons internationales, ainsi que d’analyses multiniveaux et menées sur un temps long, en étant parfois alimenté par des modèles théoriques voisins (les agencements marchands, typiquement).

8La suite de la réflexion pourrait consister à théoriser plus avant le retrait comme un registre d’action collective. Un dialogue plus poussé pourrait également être initié avec des perspectives plus normatives contestant l’idée même d’innovation en promouvant par exemple le démantèlement, ou d’autres qui prônent des innovations raisonnées appuyées par la sobriété. L’ouvrage appelle enfin à une vigilance, le « sans » ou le « moins » pouvant être récupérés pour devenir des chevaux de Troie de politiques de rationalisation.

Haut de page

Bibliographie

Goulet, F., Vinck, D., 2012, « L’innovation par retrait », Revue française de sociologie, vol. 53, n° 2, p. 195-224.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Gaglio, « Frédéric Goulet et Dominique Vinck (dir.), Faire sans, faire avec moins. Les nouveaux horizons de l’innovation »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 66 - n° 2 | Avril - Juin 2024, mis en ligne le 15 mai 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/45875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11o57

Haut de page

Auteur

Gérald Gaglio

Université Côte d’Azur
28, avenue de Valrose, 06103 Nice Cedex 2, France
Gerald.GAGLIO[at]univ-cotedazur.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search