Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusLe travail à cœur. Pour en finir ...

Comptes rendus

Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Y. Clot

La Découverte, Paris (2010). 190 p.
Stéphane Latté
p. 145-147
Référence(s) :

Yves Clot, Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, La Découverte, Paris, 2010, 190 p.

Texte intégral

1Longtemps confiné à l’espace des spécialistes de la psychologie du travail, la question de la santé mentale au travail a acquis au cours des dernières années une visibilité publique inédite, d’abord autour de la promotion du label de « stress », puis plus récemment sous l’étendard accueillant des « risques psychosociaux ». C’est à ce « retournement de conjoncture » qu’Yves Clot consacre son dernier ouvrage Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux. L’actuel titulaire au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de la chaire de psychologie du travail y propose une réflexion critique sur le cadrage contemporain de la question et une analyse originale du développement de l’insatisfaction au travail. Pour l’auteur, « c’est d’abord le métier qui est en souffrance », et c’est donc le travail, plutôt que les salariés, qu’il convient de soigner.

2Dans un premier chapitre, Yves Clot rappelle quelques jalons de l’histoire récente de la mise sur agenda de ces malheurs privés constitués en problème public. Objets d’une improbable attention médiatique à la suite des épisodes de suicides chez Renault et France Télécom, les risques psychosociaux ont emprunté aux modèles de la « crise sanitaire » et de « l’épidémie » pour s’institutionnaliser comme une nouvelle catégorie d’intervention publique, armée de rapports ministériels (rapport Nasse-Légeron en 2008), de commissions parlementaires dédiées (commission Copé-Méhaignerie en 2009), d’une production juridique propre (accord national interprofessionnel sur le stress au travail en 2008). L’ouverture de ce nouveau front de la veille sanitaire a par ailleurs favorisé le développement d’un marché de « l’ingénierie de la souffrance professionnelle » sur lequel des cabinets spécialisés se bousculent pour proposer aux entreprises dépistages des « populations à risques », numéros verts, cellules de soutien, « guide de bonnes pratiques » et consultations destinées aux salariés. Or, pour Yves Clot, « c’est à une renaissance de l’hygiénisme que nous assistons, avec sa volonté de cautériser les conflits » (p. 129) : « on célèbre les vertus de la parole en la stérilisant » (p. 143).

3Contre les attendus de ce « marché du risque psychosocial », peuplé de « négociants du risque » et de « machines à guérir », l’auteur propose une étiologie alternative du mal-être au travail dont les causes seraient à rechercher non plus du côté de l’inadaptation des individus mais dans les transformations qui ont récemment affecté leur activité quotidienne. Dans de nombreux secteurs, la montée des impératifs gestionnaires (culture du résultat, optimisation des ressources, mesure des performances, pressions commerciales, etc.) parasite en effet le souci du « travail bien fait », « l’honneur du métier » ou la « beauté du geste » qui auparavant façonnaient les identités professionnelles. Dans la riche palette de vignettes empiriques que dessine l’auteur des chapitres deux à quatre, défilent ainsi des chirurgiens absorbés par l’activité de codage nécessaire à « l’optimisation du bloc », des magistrats peinant à maintenir l’idéal du débat contradictoire pour satisfaire au modèle d’une justice « en temps réel », des guichetiers imprégnés de « l’esprit de service public » mais habillés à contrecœur du costume de « vendeurs », des cheminots pressés par le souci de ponctualité, là où primait l’impératif professionnel de la « sécurité des circulations ». Ces salariés doivent alors se muer en « acrobates du compromis » pour tout à la fois préserver leur « cœur de métier » et répondre aux obligations de résultats. Or, selon Yves Clot, c’est de ces multiples « activités empêchées » que naissent les « souffrances éthiques », les renoncements, les frustrations qui désormais ne sont plus gérés collectivement, mais individuellement (par l’activisme ou le défaitisme, par le cynisme ou l’hyperactivité). Une fragilisation qui parfois peut « devenir fonctionnelle dans certaines organisations du travail où on l’utilise pour mobiliser les “réserves cachées” de chaque opérateur » (p. 111).

4L’auteur engage alors, dans les trois derniers chapitres, une vigoureuse critique des dispositifs contemporain de l’écoute professionnelle — « cette assistance extérieure, qu’on est bien obligé de regarder comme une sous-traitance et une externalisation des risques psychosociaux » (p. 135). Plutôt que de percevoir les salariés comme une « collection d’individus à soigner » (p. 128) ou « comme des infirmes à qui envoyer l’ambulance de la cicatrisation sociale » (p. 125), Yves Clot milite pour une « clinique de l’activité » soucieuse de réformer le travail plutôt que les travailleurs : « il y a un souci de soigner les personnes là où c’est le travail qu’il faut soigner, dans tous les sens du terme » (p. 113). Plus précisément, il s’agit d’opposer la délibération collective à l’accompagnement individualisé, de privilégier l’action sur les causes de la souffrance au travail plutôt que le traitement de ses seuls symptômes, de substituer la négociation entre pairs à la dépossession des salariés par des experts, de préférer le bruit du conflit au silence du consensus psychosocial. Bref, l’auteur préconise de remettre le travail sur le métier en réinstituant dans l’entreprise des espaces où puissent s’exprimer les conflits sur la nature et sur la qualité de l’activité, des lieux où la définition du « travail bien fait » serait de nouveau l’objet de disputes et de controverses.

5Sans doute le genre revendiqué par l’auteur (« l’essai », le « livre de circonstance », l’instruction « d’un dossier à chaud ») a-t-il ses limites. La percussion du propos s’appuie notamment sur un goût pour les formules acérées : « despotisme compassionnel », « police sanitaire », « hygiénisme conquérant », « management de la souffrance », « nouvelle orthopédie sociale ». Or ces dernières laissent dans l’ombre les usages sans doute complexes et ambivalents que les salariés et leurs syndicats peuvent faire des dispositifs d’écoute de la souffrance au travail. Mais s’il est écrit de la plume d’un « clinicien de l’activité », le travail à cœur saura répondre aux préoccupations de lecteurs sociologues par son souci de la description empirique, par sa volonté également de réinscrire la souffrance psychique dans des histoires sociales — celles des entreprises, des métiers, des professions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Latté, « Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Y. Clot », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 145-147.

Référence électronique

Stéphane Latté, « Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Y. Clot », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4595 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4595

Haut de page

Auteur

Stéphane Latté

Université de Haute-Alsace, 16, rue de la Fonderie, 68093 Mulhouse cedex, France
stephane.latte[at]uha.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search