Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusTravailler sans les autres, D. Li...

Comptes rendus

Travailler sans les autres, D. Linhart

Seuil, Paris (2009). 212 p.
Nicolas Jounin
p. 147-148
Référence(s) :

Danièle Linhart, Travailler sans les autres, Seuil, Paris, 2009, 212 p.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Danièle Linhart se revendique explicitement comme une intervention dans le débat public, motivée par le « malaise lié au décalage profond (et grandissant) entre l’opinion publique, le discours que les décideurs économiques et politiques tiennent sur cette réalité, sur ses évolutions, et les mouvements d’ampleur qui sont à l’œuvre dans le monde du travail » (p. 12). C’est donc à cette aune que l’ouvrage doit être apprécié : si son contenu est informé par de nombreuses études dans des milieux de travail variés, il convoque les exemples empiriques à titre d’illustrations — au lecteur de se reporter aux études dont ils sont issus pour voir explicitées les modalités d’enquête.

2L’ouvrage, bref, est ramassé sur une thèse forte : la dimension altruiste du travail [le sentiment de « contribuer à faire exister la société » (p. 23)] est menacée par la « modernisation du travail ». Contrairement à ce que promettent les discours managériaux, et en raison même des pratiques que ces derniers recommandent, la reconnaissance de la créativité et de l’autonomie des travailleurs se mue en atomisation des collectifs et prescription de la subjectivité. L’ouvrage manifeste ainsi une sorte de nostalgie pour les formes tayloriennes à la fois les plus stabilisées et les plus contestées (en exagérant peut-être leur généralité), lorsque la dimension altruiste du travail « se trouvait concentrée au sein de collectifs, et moulée dans une volonté de transformation historique de la société » (p. 23) ; lorsque les savoir-faire étaient partagés « non seulement parce qu’ils [étaient] indispensables pour s’acquitter de sa tâche, mais parce qu’ils intègr[ai]ent aussi d’autres logiques sociales que celles imposées par la direction » (p. 60).

3La partie la plus originale de l’ouvrage concerne plutôt le secteur public, piochant dans des études des années 2000 aux prises avec la « modernisation », encore, de l’État. Elle montre comment la dimension altruiste du travail (construite par le travail en lui-même plutôt que par les motivations à prendre un emploi public, souvent plus prosaïques) est susceptible de rendre l’emploi supportable même quand on déplore l’absence de « métier » ou la faiblesse des promotions professionnelles. Il ne s’agit pas de louer le dévouement des agents publics mais « de mettre en évidence le fait que les conditions de travail dans le secteur public permettent souvent à n’importe lequel des salariés [...] d’adopter une posture orientée vers la société dans son ensemble » (p. 101–102). Approfondissant l’analyse, l’auteure montre comment la standardisation des procédures (fondement du respect de la légalité et de l’égalité de traitement) n’échappe à la « toute-puissance effrayante » de « la logique bureaucratique » que lorsqu’elle coexiste « avec des éléments essentiels qui la bordent de près, parmi lesquels notamment le métier (ou l’expertise technique) et le sens du service public (le sentiment d’appartenance à l’institution) » (p. 103). Exemple a contrario, les agents du rectorat, frileux et démoralisés, semblent pâtir de ce que, « au sein du ministère de l’Éducation nationale, un groupe accapare symboliquement ces valeurs, à savoir les enseignants, laissant les autres prisonniers d’une bureaucratie humiliante » (p. 122).

4Les situations décrites dans les entreprises ou services publics semblent trop diversifiées pour en tirer des généralités ou pour repérer une cause unique au malaise ressenti par les agents : par exemple, les formes de la « modernisation » semblent différentes dans une poste qui se prépare à la concurrence et à la préfecture ; de même que les ruptures de l’égalité de traitement n’ont pas exactement le même sens dans la distribution du courrier ou au service des étrangers. Il reste que le « chassé-croisé » relevé par Danièle Linhart entre le privé et le public apparaît comme une piste stimulante : les entreprises privées requièrent de leurs salariés un dévouement qui s’inspire du public, alors même que ce dévouement tend à y être dévalorisé. Mais la loyauté demandée est au service de l’entreprise, non de ce qui est présenté dans le public comme intérêt général ; et surtout, l’engagement des salariés ne se paie pas de retour par une sécurisation de l’emploi.

5L’ouvrage a donc le mérite d’amener à rediscuter de la finalité du travail, et pas seulement des conditions auxquelles s’échange la force de travail. Mais à la question « pour quoi travaille-t-on ? », il aurait été intéressant d’ajouter « pour qui travaille-t-on ? ». L’auteure se limite à dire que les salariés du privé sont appelés à s’engager « au profit d’objectifs auxquels ils n’adhèrent pas nécessairement, qui ne comportent que rarement des dimensions universalistes » (p. 127). Elle minore peut-être, ce faisant, la dimension altruiste du travail dans le privé, l’éventualité que les salariés puissent adhérer à la finalité de la production de l’entreprise ou, dit autrement, croire à l’importance de sa valeur d’usage. Ils sont alors partagés — cette contradiction est certes bien antérieure à la « modernisation » du travail, mais faut-il penser qu’elle s’éteint avec elle ? — entre l’adhésion à leur travail et le refus « du rapport d’exploitation » institué par le contrat de travail (p. 31).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Jounin, « Travailler sans les autres, D. Linhart », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 147-148.

Référence électronique

Nicolas Jounin, « Travailler sans les autres, D. Linhart », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4605

Haut de page

Auteur

Nicolas Jounin

CSU, université Paris-8, 59, rue Pouchet, 75017 Paris, France
nicolas.jounin[at]univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search