Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusL’activité en dialogues, Entretie...

Comptes rendus

L’activité en dialogues, Entretiens sur l’activité humaine (II), Y. Schwartz, L. Durrive (Eds.)

Octares, Toulouse (2009). 268 p.
Nicolas Hatzfeld
p. 151-153
Référence(s) :

Yves Schwartz et Louis Durrive (dir.), L’activité en dialogues, Entretiens sur l’activité humaine (II), Octares, Toulouse, 2009, 268 p.

Texte intégral

1L’ouvrage s’inscrit dans une continuité de publications exposant la démarche ergologique. Outre les ouvrages propres d’Yves Schwartz, un premier volume de dialogues intitulé Travail et ergologie était paru en 2003. Le mode dialogué, repris ici, permet d’échapper à une présentation linéaire et compacte en faisant entrer en conversation des intervenants différents tels que des philosophes, des spécialistes des sciences de l’éducation ou de la prévention en entreprise, un médecin du travail et quelques ergologues. Les uns sont des chercheurs confirmés tandis que d’autres rédigent leur thèse, et une minorité brésilienne s’ajoute aux auteurs français. Aussi, ne faut-il pas chercher ici un résumé des analyses ergologiques, mais la mise en lumière de quelques aspects parmi la diversité des points de vue développés.

2Ergologie : le mot désigne une convergence de savoirs et d’analyses tournée vers l’étude de l’activité humaine, initiée à l’université d’Aix-en-Provence dans les années 1980. Au fil des coopérations, cette démarche s’accompagne d’une élaboration théorique à laquelle renvoie un « Manifeste pour un ergo-engagement » situé à la fin de l’ouvrage. Signé par Yves Schwartz, celui-ci rassemble quelques axes forts. C’est le cas des rapports entre l’activité et les normes, élément essentiel de la théorie. Héritant d’un état de normes en place destinées à guider son déroulement, l’activité procède à leur mise en question et en modifie l’agencement. Cette mise en cause par une personne agissante permet de faire germer les ressources d’innovation que l’ergologie nomme réserves d’alternative. Au cœur de l’activité se situe donc un débat de normes, entre les règles du métier et les exigences de la tâche et plus largement entre les normes reçues et celles que l’on tend à leur substituer. Un tel débat ne peut se jouer que dans les conditions concrètes, situées et personnifiées, de la situation. Variable à l’infini, jamais totalement prévisible, ce débat constitue le cœur de l’activité et se noue au sujet de l’usage de soi qui est en jeu. Cette notion, plus complexe que la référence qu’y font certains travaux, renvoie essentiellement à la perception par le travailleur de l’usage de sa propre personne dans le cours de l’activité. Usage volontaire de soi-même, ou usage de soi par autrui suivant des normes imposées, le débat évoqué ici peut devenir contradictoire. L’arbitrage entre ces normes pratiques et les logiques qui les sous-tendent mobilise des valeurs ou des combinaisons de valeurs auxquelles renvoient ces normes, et qui pèsent dans les choix effectués ainsi que dans l’intensité mise à s’impliquer pour les mettre en œuvre. L’activité est donc définie comme une déclinaison et une réappropriation de valeurs à travers l’évaluation et le réagencement des normes pratiques. Ainsi toute activité débouche sur une réinterprétation et une recomposition des normes pratiques de l’activité, la renormalisation.

3À partir du nœud que constitue l’activité singulière, l’ouvrage procède à différents ajustements. L’accent mis sur les arbitrages effectués par les personnes permet de distinguer l’ergologie d’analyses centrées sur la souffrance au travail, ou sur l’activité empêchée. La première est vue comme fermant la porte aux possibilités d’alternative inhérentes à l’activité. La seconde paraît à certains intervenants négliger le fait que l’activité est toujours empêchée par les décalages entre tâche et service, entre tradition professionnelle et demande concrète, et que la résolution de ce problème n’est pas toujours source de souffrance. C’est même le propre de l’effort que d’effectuer le rapprochement entre ces termes et de réunir les différents aspects du métier. À cet égard, l’ergologie paraît proche de l’ergonomie. De fait, des ergonomes comme Jacques Duraffourg ont contribué à la formation de cette démarche. Certes, ses références fortement ancrées dans la philosophie, la volonté d’étendre son champ d’intervention à l’ensemble de l’activité et la large pluridisciplinarité indiquent des traits spécifiques, tandis que les interventions ne répondent peut-être pas à la même technicité. Toutefois, la démarche consistant à comprendre les situations de travail pour les transformer en impliquant les acteurs ainsi que l’éthique de la responsabilité correspondent aux orientations de l’ergonomie. La relation entre ces deux modes d’étude du travail, sans doute étudiée de fac¸on circonstanciée dans d’autres ouvrages, est plutôt esquissée dans celui-ci.

4Centrées sur l’espace de travail, les analyses ne s’y cantonnent pas, comme pourraient le faire croire les indications théoriques évoquées plus haut. Mentionnées en des termes parfois voilés, les valeurs du capitalisme (argent, marché) et celles des travailleurs (justice, santé, etc.) entrent en conflit au cours du travail. Cette imbrication des valeurs dans les activités concrètes apparaît au fil des dialogues pour la majorité des cas exposés. Au Brésil comme en France, la dureté voire la violence des rapports sociaux ressort dans bien des situations présentées, issues de milieux de travail très divers. Au final, ce livre apporte sous une forme accorte des éclairages sur la proposition ergologique. De plus, en les mettant en système, il enrichit des notions qu’on utilise sans toujours en saisir les ressources.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Hatzfeld, « L’activité en dialogues, Entretiens sur l’activité humaine (II), Y. Schwartz, L. Durrive (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 151-153.

Référence électronique

Nicolas Hatzfeld, « L’activité en dialogues, Entretiens sur l’activité humaine (II), Y. Schwartz, L. Durrive (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4635

Haut de page

Auteur

Nicolas Hatzfeld

Laboratoire d’histoire économique sociale et des techniques (LHEST), université d’Évry-Val-d’Essonne, boulevard Franc¸ois-Mitterrand, 91025 Évry cedex, France
hatzfeld[at]univ-evry.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search