Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusÉcole : les pièges de la concurre...

Comptes rendus

École : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l’école française, S. Broccolichi, C. Ben Ayed, D. Trancart (Eds.)

La Découverte, Paris (2010). 312 pp. 
Philippe Losego
p. 153-154
Référence(s) :

Sylvain Broccolichi, Choukri Ben Ayed et Danièle Trancart (dir.), École : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l’école française, La Découverte, Paris, 2010, 312 p.

Texte intégral

1Les auteurs de cet ouvrage, à la présentation résolument accrocheuse, entendent nous convaincre que la quasi-suppression de la carte scolaire, officielle depuis 2007, mais larvée depuis le milieu des années 1980, est une mauvaise chose. La forme est très didactique : l’usage des questions rhétoriques rend la problématique toujours très explicite et autorise une lecture superficielle. Et pour ceux qui la suivront en détails, la démonstration est implacable. L’ouvrage est divisé en cinq parties.

2La première montre que dans la période d’unification progressive du collège, soit entre 1959 et 1985, on a procédé essentiellement par suppression progressive des paliers d’orientation (épreuve d’accès à la sixième, sorties vers le CAP ou les classes technologiques en cinquième et en quatrième) et par diminution du redoublement. En l’absence de véritable réforme pédagogique, cette unification formelle a entraîné des désordres scolaires dans les collèges populaires qui jusque-là éliminaient drastiquement lors de l’accès en quatrième. Or, assez cruellement, c’est au moment où se sont creusées ces inégalités entre les collèges qu’un changement idéologique majeur est intervenu : on a commencé à considérer les établissements comme le siège de l’efficacité pédagogique.

3La deuxième partie consiste, en s’appuyant sur les évaluations de CE2, de sixième et sur le DNB (ancien brevet des collèges), à démontrer que la concurrence entre les collèges renforce les inégalités de performances et fait baisser l’efficacité globale du système. Les auteurs ont choisi de comparer les départements français. La performance de chaque département est caractérisée par une « sur-réussite » ou une « sous-réussite », c’est-à-dire un écart entre les résultats réels et les résultats attendus, compte tenu de leur composition sociale. Globalement, la sous-réussite est associée à une forte ségrégation scolaire, elle-même fonction de la ségrégation socio-spatiale, liée à son tour au degré d’urbanisation du département. Non seulement la ségrégation spatiale se traduit « mécaniquement » en ségrégation socio-scolaire, mais l’urbanisation favorise les pratiques de dérogation ou d’évitement, ne serait-ce que parce que les divers collèges sont géographiquement plus proches qu’en milieu peu urbanisé.

4Pourquoi la ségrégation socio-scolaire est-elle associée à une faible réussite ? Parce que les établissements les plus stigmatisés constituent de mauvaises conditions d’apprentissages (voir partie 3) et que les élèves issus des catégories sociales les plus défavorisées ont une plus grande sensibilité aux conditions pédagogiques. En cas de forte ségrégation sociale, l’impact négatif sur les collèges très défavorisés est plus fort que l’impact positif sur les collèges très favorisés. La ségrégation sociale fait donc baisser la performance moyenne du département.

5La troisième partie montre le mécanisme par lequel la concurrence conduit à l’échec : la stigmatisation sociale d’un collège (de ZEP, par exemple) provoque l’évitement ou la fuite des meilleurs élèves et des « moins défavorisés » vers d’autres collèges mieux cotés. Il en résulte une démobilisation des professionnels et en définitive un niveau de réussite scolaire plus faible « qu’attendu ».

6Mais la stigmatisation sociale n’a pas partout le même impact : dans un département socialement très favorisé, le stigmate frappant un collège défavorisé est très marqué, provoquant des phénomènes de fuite massifs de la part des « moins défavorisés » des élèves. D’ailleurs, ces phénomènes de fuite supposent des conditions proprement géographiques : dans les départements où les ZEP sont plus dispersées ou plus rares, il est plus probable de trouver à proximité un collège non stigmatisé.

7En définitive, la mauvaise moyenne des départements à la fois socialement favorisés et ségrégués s’explique par le fait que les phénomènes de fuite pénalisent plus leurs établissements défavorisés (ou de ZEP), mais aussi par la déstabilisation de certains collèges privilégiés : 40 % des catégories privilégiées sont scolarisées ailleurs que dans leur secteur alors que celui-ci n’est souvent pas défavorisé. Les collèges de ces secteurs plutôt privilégiés souffrent donc eux aussi de l’évitement et cherchent à attirer des élèves de bon niveau venus de collèges moins prestigieux, provoquant des migrations en cascades qui d’ailleurs contribuent fortement à la dégradation du climat scolaire.

8La quatrième partie fait état de trois situations de relative réussite dans des collèges défavorisés mais montre que cela suppose des construits humains très fragiles. La cinquième et dernière partie offre une interprétation d’ensemble assez critique du système éducatif français.

9En conclusion, un ouvrage salutaire, vigoureux et optimiste. Il annonce la même bonne nouvelle que les évaluations internationales depuis quelques années : on n’est pas obligé de choisir entre efficacité et réduction des inégalités. Les gisements d’efficacité à exploiter se trouvent dans la réduction des inégalités sociales.

10On peut toutefois regretter certaines faiblesses : l’introduction, les première et cinquième parties, plutôt interprétatives, apparaissent confuses et tendent à caricaturer le propos. Ainsi, dans l’introduction, l’opposition entre le modèle français dit « humaniste-égalitaire » et le modèle néo-libéral « standard européen », n’est pas des plus heureuses. Comment affirmer juste après que le modèle français n’a jamais été égalitaire ?

11On peut regretter aussi une assimilation rapide de la politique attentive aux différences du ministre Savary, de la décentralisation des années 1980 et enfin du New Public Management des années 2000 qui constituent, de fait, un nouveau dirigisme d’État. On sent, enfin, une contradiction idéologique parmi les différents auteurs, notamment dans la cinquième partie, entre la tendance qui déplore la dérégulation libérale de l’école, en appelle à un réengagement de l’État et suggère que seul un système clos peut être vraiment efficace et celle qui critique surtout la grande rigidité de l’Éducation nationale, ses routines et son irresponsabilité. Mais, après tout, cette tension n’est pas illégitime, et cet ouvrage prouve qu’elle peut être scientifiquement productive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Losego, « École : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l’école française, S. Broccolichi, C. Ben Ayed, D. Trancart (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 153-154.

Référence électronique

Philippe Losego, « École : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l’école française, S. Broccolichi, C. Ben Ayed, D. Trancart (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4651 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4651

Haut de page

Auteur

Philippe Losego

Haute école pédagogique de Lausanne, 33, avenue de Cour, 1014 Lausanne, Suisse
philippe.losego[at]hepl.ch

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search