Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 1Comptes rendusNouvelle théorie sociologique des...

Comptes rendus

Nouvelle théorie sociologique des professions, F. Champy

Presses universitaires de France, Paris (2011). 284 p.
Didier Vrancken et Jean-Francois Orianne
p. 155-156
Référence(s) :

Florent Champy, Nouvelle théorie sociologique des professions, Presses universitaires de France, Paris, 2011, 284 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Florent Champy apporte une contribution majeure à la sociologie des professions dans l’espace francophone. Plutôt qu’une nouvelle théorisation des professions, l’auteur nous propose un dépassement des oppositions entre les théories fonctionnalistes et l’approche interactionniste des professions.

2Après un rappel du double ancrage théorique de la théorie sociologique des professions, l’auteur s’attache à illustrer sa « nouvelle théorie sociologique des professions » à partir d’une étude de cas, le métier d’architecte, auquel il a déjà consacré de nombreuses recherches et publications antérieures. Sa théorisation s’inscrit dans une conception non déterministe des institutions qu’il qualifie de « holisme compréhensif ». Celle-ci tente « d’objectiver dans un premier temps les contraintes les plus stables de la vie sociale, en faisant abstraction des contextes locaux dans lesquels ces contraintes sont rencontrées par les acteurs, pour s’intéresser seulement ensuite aux choix qu’elles permettent » (p. 19–20).

3Tout en s’inscrivant dans cette voie, Florent Champy entend situer la spécificité de l’architecture par rapport à d’autres disciplines ou activités professionnelles, comme la construction, la sculpture ou encore le design industriel. Il dégage tout d’abord les valeurs épistémico-déontiques de l’activité architecturale, à partir d’observations menées en France et aux États-Unis. Si les valeurs épistémico-déontiques (dix valeurs récurrentes réparties entre quatre pôles : l’harmonie, la construction, le bâtiment, le site) constituent le noyau stable, fort ancien et contraignant de la profession, deux autres couches périphériques composent la structure culturelle de la profession. Outre un noyau stable, celle-ci comprend également une couche intermédiaire, celle des savoir-faire, et enfin la couche plus externe et plus labile des savoirs propres à la culture architecturale (la connaissance des matériaux et la connaissance des œuvres du passé).

4Fort de cette approche de la culture professionnelle des architectes, l’auteur s’oriente vers un projet théorique plus ambitieux : présenter une typologie générale des activités professionnelles qui puisse apporter des réponses à deux questions fondamentales qui opposent fonctionnalistes et interactionnistes, celles de la spécificité du travail et de la nécessité des statuts. L’auteur propose une typologie en accordant une attention particulière aux pratiques prudentielles, dont il esquisse les principaux traits distinctifs : traitement de problèmes singuliers et complexes ; nécessité de faire face à l’irréductible incertitude quant au déroulement du travail sur ces problèmes ; pratiques intenses de délibérations sur les cas traités et sur les finalités de l’activité ; savoirs et savoir-faire non formalisables. Sur cette base, Florent Champy établit une distinction nette entre les professions à pratique prudentielle et d’autres métiers ou activités de travail. À cette première distinction reposant sur la spécificité du travail, il ajoute un second axe de différenciation : la présence ou l’absence de protections. Procédant de la sorte, et bien que l’ouvrage porte essentiellement sur l’analyse des professions à pratique prudentielle (ex. : les architectes), l’auteur identifie deux autres types de métiers protégés : ceux qui relèvent des marchés du travail fermés et les professions assermentées (notaires, huissiers de justice, commissaires-priseurs, etc.).

5On regrettera sans doute, dans la présentation faite de cette typologie, un manque de schématisation et de systématicité précisément offertes par l’auteur dans d’autres publications antérieures. En outre, bien que stimulante, cette typologie ancrée sur une différenciation entre activités prudentielles et activités non prudentielles ne manquera pas de questionner le lecteur au fait des travaux de la sociologie des professions. On aurait ainsi pu souhaiter que la montée en généralité théorique s’appuie sur d’autres études de cas de professionnels que celui des architectes et ce, afin d’éviter de rejoindre cette position par trop essentialiste qui avait caractérisé la plupart des travaux fonctionnalistes, et qui avait notamment conduit à discriminer les professions nobles, capables de maîtriser une culture professionnelle experte, d’autres activités professionnelles de moindre prestige. Davantage d’études de cas, en particulier des pratiques délibératives prudentielles, aurait permis d’étayer le propos et d’élargir le débat tout en clarifiant la distinction entre professions à activités prudentielles et à activités non prudentielles. Ainsi, s’agissant du cas significatif des travailleurs sociaux, à qui est reconnue une activité prudentielle « à la marge », on peut se demander pourquoi ces derniers ne sont pas identifiés en tant que membres d’une profession prudentielle. Peut-on, comme le fait l’auteur, invoquer un manque d’autonomie de réflexion (constat essentiellement appuyé sur les travaux français de Delphine Serre et suédois d’Andreas Liljegren), là où précisément on est en droit de se demander si, dans un contexte généralisé d’activation des prestations sociales, des dispositifs et des usagers, on n’assisterait pas plutôt à une forte réflexivité parmi ces travailleurs sociaux ? Ne fallait-il pas établir ici un distinguo plus net entre autonomie décisionnelle et autonomie réflexive ? Certes, ces travailleurs ne maîtrisent pas un savoir abstrait, et le problème de l’inférence — cher à Andrew Abbott — se pose avec moins d’acuité que pour d’autres professions dont les savoirs apparaissent pris à défaut tant par la contingence des formes de la connaissance que par la singularité et la complexité des problèmes à traiter. Plus globalement, on se demandera, dans un monde qui a rompu avec l’optimisme technique, où la question de la prudence ne cesse de se poser, si faire précisément de l’activité prudentielle un axe central d’une typologie des professions ne contribue pas davantage à un étiolement du concept.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Vrancken et Jean-Francois Orianne, « Nouvelle théorie sociologique des professions, F. Champy », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 1 | 2012, 155-156.

Référence électronique

Didier Vrancken et Jean-Francois Orianne, « Nouvelle théorie sociologique des professions, F. Champy », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 1 | Janvier-Mars 2012, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.4675

Haut de page

Auteurs

Didier Vrancken

didier.vrancken[at]ulg.ac.be

Jean-Francois Orianne

Centre de recherche et d’intervention sociologiques (CRIS), université de Liège, institut des sciences humaines et sociales, 7, boulevard du Rectorat, boîte 49, 4000 Liège, Belgique

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search