Navigation – Plan du site
Articles

Le travail en chambre mortuaire : invisibilité et gestion en huis clos

Working in the mortuary: Invisibility and management behind closed doors
Judith Wolf
p. 157-177

Résumés

Comment la société gère-t-elle ses morts ? Souvent situées au fond des hôpitaux, délaissées des soignants comme des directions d’établissement, marginalisées, voire stigmatisées, les chambres mortuaires reçoivent pourtant près d’un défunt sur deux, représentant ainsi l’un des principaux lieux d’accueil de la mort en France. Agents hospitaliers, thanatopracteurs, employés des pompes funèbres, représentants religieux, etc. : toute une microsociété se déploie là, à la frontière du monde médical et du monde funéraire. On y découvre un univers paradoxal, aux hiérarchies bousculées. À partir d’une étude ethnographique, cet article décrit les processus de prise en charge des corps au sein des chambres mortuaires. En mettant l’accent sur les séries de collaborations qui forment la trame du traitement des défunts, il s’interroge sur le rôle de chacun et sur la portée de ce travail collectif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier vivement Isabelle Baszanger pour ses relectures successives, attentives et exi (...)

1Comment la société gère-t-elle ses morts ? Se poser cette question de manière empirique, c’est-à-dire en cherchant à savoir ce qui se joue dans les espaces et les temps qui sont consacrés aux défunts, amène inévitablement à se tourner vers l’hôpital1. En France, en effet, dès le milieu des années 1970, le nombre des décès survenant à l’hôpital devient supérieur au nombre des décès survenant à domicile, faisant de l’hôpital le premier lieu d’accueil de la mort (Barrau, 1992 ; Monnier et Pennec, 2004). Aujourd’hui, sur les 530 000 décès annuels que l’on dénombre en France, plus de la moitié (58 %) se produisent dans un établissement de santé (Lalande et Veber, 2009).

2La prise en charge des morts par l’hôpital n’est pas un phénomène nouveau. Il s’inscrit dans un mouvement plus général de médicalisation des sociétés (Foucault, 2001) et a fait l’objet de nombreuses études notamment de la part d’historiens (Ariès, 1975, 1977 ; Vovelle, 1974, 1983), d’anthropologues (Thomas, 1975, 1980) ou de sociologues (Glaser et Strauss, 1965, 1968 ; Sudnow, 1967). Pourtant, il est un domaine où la situation reste peu lisible, mal connue : celui de la gestion hospitalière de l’après-décès. Comment les défunts sont-ils pris en charge, quelle place est faite aux familles durant les quelques jours précédant les obsèques où les corps peuvent reposer dans l’enceinte de l’hôpital ? Peu d’études ont éclairé ce petit espace-temps. Il y a là un moment charnière — où les corps ne dépendent plus d’une prise en charge soignante et ne sont pas encore placés dans le circuit d’une prise en charge funéraire — qui se soustrait aux regards et échappe à l’action des politiques publiques.

3En amont, la gestion de la fin de vie par l’hôpital a entraîné tout un mouvement de réflexions, de critiques (Elias, 1987 [1982] ; Déchaux, 2001), de réaménagement des pratiques, notamment à travers la mise en place des soins palliatifs qui se sont développés depuis une trentaine d’années (Baszanger, 2000, 2002 ; Baszanger et Salamagne, 2004 ; Castra, 2003 ; Moulin, 2000 ; Mino et Frattini, 2007). Mais en aval, rien de tel ne s’est observé : tandis qu’à l’extérieur, les pratiques funéraires connaissaient d’importantes évolutions, notamment sous l’effet de la fin du monopole des pompes funèbres en 1993 (Trompette, 2008), à l’hôpital, le temps de l’après-mort n’a fait l’objet d’aucun investissement particulier. Contrairement à ce qui se passait dans le secteur funéraire — où l’on a vu apparaître de nouveaux métiers (notamment, à partir des années 1960, celui de thanatopracteur) — à l’hôpital, aucun nouveau segment professionnel ne s’est constitué autour des patients devenus des défunts. L’augmentation du nombre des décès accueillis par l’hôpital depuis une cinquantaine d’années s’est en quelque sorte faite insensiblement, l’institution absorbant les défunts dans ses structures de fonctionnement et ses modes d’organisation. Avec cette absorption silencieuse, c’est tout un pan du rapport à la mort — celui qui a trait aux rapports aux corps qui s’instituent lorsque les morts sont encore physiquement présents dans l’espace des vivants — qui semble disparaître de la scène publique. Paradoxalement, alors que leur gestion est devenue plus collective et s’est professionnalisée, on sait mal ce qu’il advient des corps des morts après le décès.

4C’est à cette question que cet article est consacré. Il s’attache, d’une part, à étudier le travail hospitalier qui se déploie autour des morts — en montrant qu’il est le résultat d’un ensemble de collaborations entre groupes professionnels distincts — et, d’autre part, à rendre compte de la dimension sociale et politique de ce travail qui, du fait d’un déficit de gestion politique, se construit, pour une large part, dans une relative invisibilité.

  • 2 C’est ainsi qu’un grand hôpital parisien récemment construit avait tout simplement omis, dans son a (...)

5Pour mener cette recherche, je me suis placée dans un espace de l’hôpital bien particulier, tout entier centré sur la prise en charge des morts : la chambre mortuaire. La chambre mortuaire est, par excellence, le lieu dont un hôpital, entièrement tourné vers la préservation de la vie, souhaiterait pouvoir se passer2. Parallèlement, ces espaces hospitaliers constituent, de fait, un lieu central dans l’accueil des morts et de leurs familles (un défunt sur deux est amené à y être pris en charge). Situés à la fois à la marge et au centre, ces espaces sociaux sont paradoxaux. On y découvre, en effet, une configuration assez inédite où des agents, situés au plus bas de la hiérarchie hospitalière, se trouvent en première ligne non seulement pour s’occuper des corps et recevoir les familles, mais finalement pour s’acquitter d’une fonction bien plus vaste qui, faute d’une véritable politique de gestion de la mort à l’hôpital, leur revient. Tout se passe comme si la question de la gestion de la mort, après avoir été, à l’échelle de la société, déléguée à l’univers hospitalier, était en quelque sorte, au sein de l’hôpital, déléguée, par défaut, à la chambre mortuaire et à ses agents.

1. Découvrir la chambre mortuaire

1.1. Un monde à part

  • 3 La législation impose, en effet, que toute chambre mortuaire soit divisée en deux zones distinctes, (...)
  • 4 Pour reprendre une expression utilisée par Danièle Hervieu-Léger, lors de son audition dans le cadr (...)

6Souvent située au fond de l’hôpital, parfois près des poubelles, rarement mentionnée sur les plans, délaissée des soignants qui, sauf circonstances particulières, en ignorent pour la plupart la localisation, la chambre mortuaire n’est pas un espace anodin. Les lieux eux-mêmes souvent vétustes, chargés d’histoire, peuvent être impressionnants (Genyk, 2005). Certaines chambres mortuaires ont ainsi des chambres basse-température collectives aménagées dans de grandes caves voûtées dans lesquelles les brancards portant les corps, enveloppés dans un drap, s’alignent côte à côte. D’autres ont été récemment entièrement restructurées, modernisées. Dans une pièce on trouve alors une série de cases réfrigérées superposées sur plusieurs niveaux. Un élévateur électrique, sur lequel les brancards contenant les corps viennent s’insérer permet d’accéder à chacun d’eux. Quelle que soit sa forme, ce dispositif de conservation des corps est placé hors de la vue des familles, dans la zone technique de la chambre mortuaire3. Cette présence des corps morts rassemblés en un même lieu est naturellement le premier élément à travers lequel la chambre mortuaire est identifiée. Elle est même fréquemment réduite à cette identité, appréhendée comme un simple local de conservation des corps, une « consigne à cadavres »4.

7Pourtant, ce que l’on découvre en premier lieu en pénétrant dans cet endroit, ce ne sont pas tant des morts qu’un monde au travail. Des agents en blouse blanche accueillent les proches des défunts, des brancardiers transportent des corps, des employés des pompes funèbres viennent faire des levées de corps, des médecins légistes font leur expertise, des thanatopracteurs pratiquent des soins, des policiers posent des scellés, des représentants de cultes officient, des toiletteurs religieux s’affairent auprès des défunts, des fleuristes, des livreurs de cercueils apportent leurs livraisons...

8Toute une microsociété se déploie là, à l’intersection du monde médical et du monde funéraire. Loin d’être un service clos, la chambre mortuaire est un lieu de travail que se partagent plusieurs groupes professionnels. À l’échelle locale du quartier, de l’hôpital, le milieu mortuaire est un petit milieu où, à force de se croiser, des hommes et des femmes de métiers divers finissent par se connaître, par former une petite communauté.

  • 5 À l’exception de quelques entretiens, ce travail d’enquête a été entièrement réalisé en région pari (...)

9C’est dans ce réseau, fait de relations qui se tissent par petites séquences de courtes collaborations répétées dans le temps, que les familles sont accueillies, que les corps sont pris en charge. Il convient, dès lors, afin de rendre compte de ce travail « en actes » (Bidet et al., 2006 ; Bidet, 2004, 2011), de l’observer dans son déroulement concret (Arborio et al., 2008), de se situer au cœur de ces interactions. Cette étude est ainsi principalement fondée sur une enquête ethnographique au cours de laquelle j’ai passé huit mois au sein des chambres mortuaires de deux hôpitaux parisiens de l’Assistance publique–Hôpitaux de Paris. J’ai fait le choix de mener cette enquête en parallèle sur deux sites hospitaliers, non dans le but de faire une étude comparative à proprement parler, mais parce que ce double regard offrait une mise en perspective intéressante, aidant à distinguer ce qui, sur chaque terrain, était de l’ordre de contraintes spécifiques de ce qui relevait de problématiques plus générales. Ce travail d’observation participante de longue durée a été complété par des entretiens avec des agents et des responsables de chambre mortuaire travaillant dans d’autres établissements et par des observations ponctuelles d’une journée dans d’autres chambres mortuaires5.

10Les deux hôpitaux qui sont au centre de cette étude ont pour particularité d’accueillir un nombre important de décès (1000 et 1500 par an). Une équipe d’agents (composée d’infirmiers, d’aides-soignants et d’agents de service hospitaliers et comptant cinq personnes dans un cas et sept dans l’autre) travaille donc à temps plein à la chambre mortuaire. Bien qu’ils occupent une position centrale — puisqu’ils ont la charge de ce service où ils sont donc les « maîtres du lieu » (qui plus est, on le verra, dans des conditions où ils jouissent d’une relative autonomie de fonctionnement) — ils n’ont qu’un rôle partiel, à l’instar de n’importe quel autre intervenant, dans le processus de prise en charge des défunts. Ils se trouvent ainsi régulièrement décentrés dans leur propre espace de travail, placés en position d’adjuvants ou d’auxiliaires des groupes professionnels « visiteurs » qui effectuent des actes sur lesquels ils ont toute autorité.

11Ce qui est premier, dans la prise en charge des défunts, ce n’est donc pas l’action d’un groupe professionnel distinct, mais une série de collaborations.

1.2. Une levée de corps

12Chambre mortuaire, hôpital parisien, le 31 octobre 2002, 10 h 35 (Notes de terrain).

13Quatre agents de la chambre mortuaire sont dans le bureau d’accueil.
La sonnerie de la porte cochère retentit. Un des agents, depuis le bureau, actionne le mécanisme d’ouverture de la porte. Tous les regards se tournent vers la fenêtre. Une jeune femme traverse la cour, entre dans le bureau.

— « Salut ! »

14Sur la mallette, gris métallique, qu’elle pose sur le bord du bureau, on peut lire : « BPAIJ-GSVP » (Bureau de police administrative et instruction judiciaire - Groupe de surveillance de la voie publique). La jeune femme, fonctionnaire de police, vient poser un scellé.

  • 6 Tous les prénoms ont été changés.

— « Alors, demande un des agents, ça va, c’est tranquille ? »
— « Oh, oui. Y’a Bruno6 qui est malade, on tourne à cinq ».

15Tout en parlant, elle ouvre sa valise, en sort un appareil en forme de pistolet dans lequel elle glisse un long bâtonnet de cire rouge. Elle branche le pistolet pour faire chauffer la cire.

— « Et votre petite sortie entre filles, l’interroge un autre agent, c’était sympa ? »
Elle rigole : « Très ! »

16Entre l’équipe de la chambre mortuaire et le service du commissariat du quartier qui s’occupe des « OM » (« opérations mortuaires »), les relations sont simples et cordiales. D’abord, parce qu’étant donné que les trois quarts des convois nécessitent la présence de la police, les policiers viennent presque quotidiennement (parfois jusqu’à trois, quatre fois par jour) à la chambre mortuaire (ils sont sept à venir à tour de rôle, cinq hommes et deux femmes). Ensuite, parce qu’ils ont, dans l’ensemble, sensiblement le même âge, une trentaine d’années, ce qui sans doute les rapproche, rend les échanges faciles. Très vite, donc, les policiers et les agents ne sont plus les uns pour les autres des fonctions, mais des individus singuliers. L’ambiance entre eux est détendue.

17Un livreur de cercueil passe la tête dans l’entrebâillement de la porte :

— « Bonjour ».
— « T’as une petite boîte pour nous ? » lui demande un des agents.
— « J’en ai deux, je peux les apporter ou.. ».
— « Tu peux attendre 5 minutes ? »
— « Pas de problème », répond l’homme et il ressort. Il attendra que les proches soient entrés dans le salon où se fait la levée de corps pour traverser la cour, vide, avec ses cercueils.

18Le téléphone sonne. « Chambre mortuaire, bonjour... Attends, je regarde ». L’agent tourne les pages du registre de destination des corps posé devant lui. « K. c’est ça ?... Un soixante-quinze ».

19Deux hommes, pantalon foncé, veste noire, chaussures noires, cravate, viennent d’entrer dans le bureau : un maître de cérémonie et un porteur.

— « Dis donc, t’as pas maigri, toi ! », lance un des agents à l’un d’eux.
— « M’en parle pas, j’ai pris quatre kilos en un mois ! »

20La policière lui remet l’autorisation de transport de corps délivrée par la préfecture.

— « Merci. On peut y aller ? ajoute-t-il, ma famille est prête ».

21La policière interroge du regard l’agent de la chambre mortuaire assis derrière le bureau. Il se tourne vers une horloge accrochée au mur : 10 h 44.

— « Oui, oui, tu peux y aller ».

22Les deux opérateurs funéraires sortent. La policière débranche le pistolet.

— « Tu viens prendre un café avec nous après ? », lui propose un des agents.
— « J’peux pas, j’ai un domicile à 11 h ».

23La policière se dirige vers le salon de départ. Changement d’atmosphère : à la chaleureuse convivialité du bureau succèdent le silence et la réserve qui accompagnent souvent la mise en présence des professionnels et des familles. La pièce est petite, rectangulaire, sans fenêtre, éclairée par un néon. Au fond, une double porte est fermée. La pièce est à peine plus large que ces portes. Au centre, un cercueil, encore ouvert, est posé sur deux trépieds en bois. Il occupe presque tout l’espace. Le couvercle est posé sur le cercueil, mais il n’en couvre que les deux tiers ; il est décalé, placé de façon à ce que le visage du mort soit apparent. La famille, les employés de l’entreprise funéraire et un agent de la chambre mortuaire se trouvent rassemblés. En voyant la policière entrer, le maître de cérémonie a fait un signe de tête : il est temps de fermer le cercueil.

24L’agent de la chambre mortuaire, placé à la tête du cercueil, ramène le bord du capiton à l’intérieur du cercueil, recouvrant ainsi le haut du corps du mort. À l’autre extrémité, un des porteurs appuie sur le bas du couvercle qui se soulève. L’agent en saisit le haut et, à deux, ils le positionnent lentement et sans faire de bruit sur le cercueil. Les autres porteurs se sont rapprochés du cercueil. L’agent leur tend des vis et des cache-vis qui étaient disposés sur une toute petite table dans un coin de la pièce. Les hommes glissent les vis dans les trous prévus : quatre de chaque côté, une à chaque extrémité. De la poche intérieure de leur veste, ils ont sorti des tournevis. Tandis qu’ils vissent silencieusement, la policière pose ses scellés, sur les vis destinées à cet usage, placées aux deux extrémités du cercueil : elle les recouvre de cire et y appose le sceau de la préfecture. Puis elle sort de la pièce. Son intervention a duré à peine plus d’une minute. Au pied du cercueil, le maître de cérémonie s’adresse aux porteurs : « Messieurs.. ».. Les quatre hommes soulèvent le cercueil par des poignées. L’agent de la chambre mortuaire retire rapidement les tréteaux pour qu’ils ne gênent pas la marche. Les porteurs, le cercueil à l’épaule, sortent, suivis par la famille.

25Réception des défunts, toilettes, habillage, présentations aux proches, levées de corps... : chacun de ces moments de prise en charge se présente comme une petite séquence d’action mettant en scène divers protagonistes.

26Ce qui apparaît très vite, lorsqu’on se trouve pris dans ce quotidien, c’est la segmentation des prises en charge et le nécessaire travail de coordination qu’implique chacune de ces séquences. Ce qui, au contraire, a tendance à disparaître du regard, à ne plus être perçu, à devenir « invisible », c’est la continuité d’une prise en charge particulière. Le caractère morcelé des prises en charge apparaît dans ce lieu comme un des éléments les plus caractéristiques de l’organisation hospitalière. Chacun travaille sous contraintes, sans avoir une conscience claire de celles qui pèsent sur les autres. Aucun des intervenants n’a de vue d’ensemble sur le processus.

27La professionnalisation de la gestion des morts se traduit ainsi d’abord par un morcellement des domaines de compétence. Certains actes deviennent ainsi le noyau autour duquel se forment de nouvelles professions (la thanatopraxie en est le modèle type), tandis que d’autres gestes, situés à la frontière de ces zones de professionnalisation (comme l’habillage, par exemple), apparaissent, par contraste, comme peu signifiants, sont banalisés et ne dotent pas les professionnels qui les exécutent d’une identité qui leur assurerait lisibilité et reconnaissance. Il en va ainsi, notamment, des agents de chambre mortuaire, dont les attributions ne s’unifient pas autour d’une compétence unique (puisqu’ils sont, comme on le verra, « multitâches ») et qui peinent à construire une identité professionnelle spécifique. Mais cette situation a également des conséquences sur la lecture que l’on peut faire de l’évolution des rapports aux corps morts. Il est aisé de dire que ces rapports ont été marqués par une augmentation de la pratique de la crémation ou par une large diffusion des soins de thanatopraxie : nous disposons, pour cela, d’indicateurs fiables (Michaud-Nérard, 2007). Mais qu’en est-il de ce que l’on pourrait appeler la relation de « corps à corps » avec le défunt, c’est-à-dire de ce qui a lieu dans les moments où les vivants doivent composer avec la matérialité du mort ? Sur ces rapports-là, sur la manière dont la présence de ces corps se donne à voir, à toucher, à manipuler, nous ne savons pas dire grand-chose, nous ne disposons pas de données fines, précises. Ce que nous savons des rapports au corps mort est totalement dépendant du découpage en territoires professionnels dont il fait l’objet.

28Observer la prise en charge des défunts à l’hôpital, c’est d’abord observer ces partages de territoires.

2. Une prise en charge collective

29« Tout travail, nous dit Everett Hughes, implique une sorte de matrice sociale », prend place dans un système d’interactions qui met en relation des individus qui occupent des fonctions différentes. Par conséquent, « si l’on veut comprendre tel ou tel travail, il faut d’abord comprendre le rôle des différentes personnes qui y sont impliquées » (Hughes, 1996a, p. 95).

  • 7 Si ces deux interventions sont, dans l’esprit des familles qui y ont recours, antagonistes, il arri (...)

30La prise en charge des morts à l’hôpital se prête tout particulièrement à cette approche interactionniste, dans la mesure où elle est toujours une réalisation collective, impliquant plusieurs groupes professionnels, hospitaliers et extrahospitaliers. Tous ces professionnels ne sont pas impliqués de la même manière : il y a ceux qui n’interviennent que dans un contexte mortuaire (les pompes funèbres, les thanatopracteurs.) et ceux pour lesquels la mort ne représente qu’une partie de leur activité (les brancardiers, les représentants de cultes religieux...). Il y a ceux qui prennent en charge toute une partie du processus (les agents en chambre mortuaire ou les employés des pompes funèbres) et ceux qui n’interviennent que ponctuellement (les policiers, par exemple), voire épisodiquement, dans des circonstances particulières (comme le médecin légiste). Il y a ceux qui sont en contact avec les familles des défunts et ceux qui restent « dans les coulisses ». Certains de ces professionnels travaillent régulièrement en étroite collaboration les uns avec les autres (une levée de corps, par exemple, peut ainsi réunir autour du cercueil agents en chambre mortuaire, employés des pompes funèbres, représentant religieux et policiers), d’autres ne sont jamais amenés à se rencontrer et ne se croisent que très exceptionnellement, soit parce qu’ils interviennent dans des moments distincts du processus (c’est le cas, par exemple, entre les brancardiers hospitaliers et les employés des pompes funèbres), soit parce que leurs activités s’excluent l’une l’autre (comme c’est le cas, en général7, pour les thanatopracteurs et les toiletteurs religieux). Certains travaillent en équipe (les porteurs), d’autres travaillent seuls (les thanatopracteurs).

31La chambre mortuaire apparaît comme une sorte de plaque tournante où des prises en charge de formes diverses se mêlent, chaque défunt suivant un parcours qui lui est propre. Le traitement des défunts prend ainsi la forme d’une véritable chorégraphie collective (Cussins, 1996). Suivre le parcours des défunts depuis le décès jusqu’à leur sortie de l’hôpital, c’est d’abord voir se succéder ces divers groupes professionnels qui interviennent de manière circonscrite dans le processus.

32C’est la totalité des différentes opérations réalisées (transport, habillage, mise en bière, etc.) qui, prises dans leur ensemble, constituent ce qu’on appelle « la » prise en charge. Celle-ci est donc plurielle et compartimentée.

2.1. Transporter les corps à la chambre mortuaire : les brancardiers

33Une fois le certificat de décès signé par le médecin, le corps quitte rapidement le service de soins. Dans les gros hôpitaux, ce sont des brancardiers qui se chargent de son transport vers la chambre mortuaire. De jour, le corps est directement réceptionné par les agents de la chambre mortuaire.

34Un petit déclic, le bruit de la porte réservée au personnel qui s’ouvre, le cliquetis d’un chariot qu’on roule, des bruits de voix : « Ah, voilà les brancardiers qui amènent un corps ! ». Une partie de l’équipe interrompt alors sa tâche pour aller prêter main-forte aux brancardiers, aider à faire passer le corps du chariot molletonné des services de soins à celui, métallique, de la chambre mortuaire. Le relais se prend à ce moment-là, dans ce transfert qui peut, en souplesse, être fait en commun. Ce passage de relais, routinier, s’effectue sans que les gestes aient besoin d’être commentés. La conversation, à bâtons rompus, s’engage d’emblée, facilement. Les échanges sont cordiaux, parfois personnalisés, souvent teintés d’humour.

35Le passage des brancardiers se fait de manière éclair. On prend le temps d’échanger quelques mots, mais tout va très vite. Avec eux, le temps est fractionné, morcelé. Ils ne restent jamais longtemps, mais à tout moment ils sont susceptibles de venir à la chambre mortuaire, de manière impromptue. Leur arrivée vient s’inscrire dans le travail en cours. Les interactions se font ainsi, par petites touches. Le tutoiement est de mise. À force de se croiser, même brièvement, des liens parfois se créent, au fil du temps. Je n’ai cependant jamais vu de brancardier prendre le temps de partager un café, comme cela se fait, assez régulièrement, avec d’autres professionnels passant par la chambre mortuaire. Leur rythme de travail ne le leur permet pas. En revanche, cela se fait plus naturellement avec des policiers ou des employés de pompes funèbres qui arrivent toujours avec au moins quelques minutes d’avance par rapport à l’horaire des levées de corps et doivent donc patienter pendant que les proches se recueillent auprès du défunt.

36Pendant ce passage de relais, il n’est pas fait allusion au patient décédé. L’intervention des brancardiers opère une rupture dans la prise en charge hospitalière des défunts ; s’ils font transiter le corps d’un lieu à un autre, ils ne sont pas pour autant vecteur de transmission. Ils ne savent, le plus souvent, rien de la personne qu’ils transportent et qu’ils ne voient pas : quand ils vont dans le service, le corps est, en effet, prêt à être transporté, c’est-à-dire déjà enfermé dans un drap, et ils quittent la chambre mortuaire, où ce drap sera ouvert, aussitôt après avoir déposé le corps.

2.2. Recevoir et préparer les corps : les agents de la chambre mortuaire

37Les agents de la chambre mortuaire s’occupent des défunts dès leur arrivée. Ils les « préparent ». Cette étape du traitement du mort est au centre de la prise en charge hospitalière des défunts. La « préparation » des corps se fait, en effet, de manière systématique : aucune famille n’est jamais mise en présence d’un défunt dans la chambre mortuaire avant que le corps n’ait été préparé ; tous les corps reçoivent le même traitement.

  • 8 C’est progressivement, par la lecture du bulletin d’identification puis lors de la rencontre avec l (...)

38Le corps arrive nu dans un drap noué aux deux extrémités. Le premier geste des agents consiste à ouvrir ce drap, à « déballer le corps ». La prise de contact avec le défunt se fait donc dans un face-à-face direct, qui n’est pas dénué de brutalité, avec un patient dont ils ne savent rien8.

  • 9 Les défunts qui sont porteurs d’une maladie infectieuse sont placés dans une housse en plastique.

39Dénouer un drap, ouvrir une housse9 pour découvrir un défunt n’est jamais tout à fait anodin. Ce geste a beau être routinier, il est toujours potentiellement déstabilisant — parce que le défunt est très jeune, par exemple, ou parce que le corps est dans un mauvais état. Si l’habitude agit comme un écran, si le contact avec les corps morts s’apprend, fait l’objet de socialisations particulières dans le monde médical (Fox, 1988 [1979]) et funéraire (Cahill, 1999), ces formes de familiarisation ne prémunissent pas toujours contre les émotions (Bernard, 2009 ; Wolf, 2006).

40Préparer un défunt consiste à s’assurer du bon état du corps, à faire éventuellement une toilette, à procéder, le cas échéant, à l’ablation du pacemaker, à mettre des pansements sur des plaies visibles ou sur des traces laissées par un soin. Une attention particulière est portée au visage. Ainsi, les agents font en sorte que la bouche reste fermée, en pratiquant si nécessaire une suture des lèvres, remettent en place un éventuel dentier, et veillent à ce que les paupières restent closes, au moyen parfois d’un couvre-œil qu’ils glissent sous la paupière pour compenser l’affaissement du globe oculaire. Une « têtière » — appui-tête en bois qui permet de maintenir la tête légèrement surélevée — est glissée sous la nuque. Le corps est ensuite installé entre des draps propres, le visage apparent, et placé dans un espace réfrigéré. Il n’en sera extrait que ponctuellement, pour les visites des proches, pour être habillé, ou encore pour que soient réalisés une toilette religieuse ou un soin de thanatopraxie. La préparation d’un corps se fait seul ou à deux et prend, en moyenne, entre dix et 25 minutes. Souvent, plusieurs corps sont préparés en même temps, les agents se mettent à deux pour faire certains gestes (soulever le corps pour le placer sur un drap propre, par exemple) puis terminent seuls. Ces gestes peuvent se trouver interrompus (par l’arrivée d’une famille, la livraison d’un cercueil, un appel téléphonique...). Un autre agent prendra alors éventuellement le relais. L’activité est souvent fractionnée. Les agents ont, en effet, plusieurs tâches à effectuer (mises en bière, accueil des familles, assistance aux autopsies, réception des agents des pompes funèbres, etc.) et les priorités sont susceptibles de changer.

  • 10 D’où, par exemple, le retrait systématique des prothèses cardiaques — le lithium contenu dans certa (...)

41La préparation des corps incombe entièrement aux agents de la chambre mortuaire. Par cette action, ils opèrent la transition entre une prise en charge soignante et une prise en charge funéraire. L’objectif de cette intervention est, en effet, double : s’il s’agit de faire en sorte que les corps puissent être présentés à la famille, il s’agit également de les préparer en vue de leur inhumation ou de leur crémation10. Un certain nombre de gestes est ainsi automatiquement effectué, quel que soit le défunt, indépendamment de toutes considérations liées à son appartenance religieuse ou à la suite de son parcours.

42Après ce premier moment d’accueil des corps à la chambre mortuaire, les trajectoires se diversifient. Toilette religieuse pour les uns, soins de thanatopraxie pour d’autres, ou encore retour à visage découvert à domicile ou vers une chambre funéraire ; les prises en charge varient en fonction des appartenances religieuses, des souhaits des défunts et des familles. C’est à partir de là que la chambre mortuaire s’ouvre à des professionnels extérieurs à l’hôpital. C’est également à partir de là que les corps pourront être traités en fonction de ce que demandent les familles. Jusque-là, en effet, du moins dans les gros hôpitaux qui imposent des règles de fonctionnement difficilement contournables, les défunts ont été traités de manière standard sans que les familles puissent participer à ces moments de prise en charge. Le transport et la préparation des corps se passent entièrement « dans les coulisses ».

2.3. Corps-mémoire, corps sacré : thanatopraxie et toilette religieuse

  • 11 Ces toilettes relèvent d’une pratique religieuse et ne peuvent être accomplies que par un membre re (...)

43Viennent ensuite les actes par lesquels chaque prise en charge se différencie, devient singulière. On peut distinguer deux grands types de prise en charge : une prise en charge laïque et une prise en charge religieuse. Celles-ci mettent en scène des intervenants différents, dont le thanatopracteur, d’une part, et les représentants des diverses traditions religieuses, de l’autre, sont les deux grandes figures. Dans un cas, le corps est appréhendé comme un corps-mémoire, renvoyant tout entier à ce que fut la personne de son vivant. Il apparaît alors important d’en conserver une image aussi fidèle que possible. C’est dans cette perspective que travaillent les thanatopracteurs. Leur intervention consiste à préserver l’intégrité du corps, à retarder, par des moyens physiques, sa décomposition. Il s’agit en quelque sorte de figer un état présent du corps pour ne pas laisser se perdre le souvenir d’un état passé — d’où la dénomination de « soin de conservation ». Les prises en charge religieuses se placent dans une perspective inverse puisqu’elles inscrivent le mort dans un devenir. Certaines n’entraînent pas de traitement spécifique du corps. D’autres, au contraire, imposent un rituel particulier : la toilette mortuaire religieuse11. Les toilettes religieuses sont essentiellement pratiquées dans les religions juive et musulmane. Elles mettent en scène des toiletteurs religieux — de même sexe que le défunt — qui interviennent seuls, ou à deux, mais sans se faire assister par le personnel de la chambre mortuaire. Ils officient, dans une pièce à part, à l’abri des regards. Ils perpétuent un rite qui tire une partie de son sens, de sa force symbolique, de son caractère traditionnel. À l’opposé, la thanatopraxie se présente comme une méthode moderne de traitement du corps.

  • 12 La plupart des thanatopracteurs commencent par être salariés d’une entreprise de pompes funèbres. C (...)
  • 13 Cet éventail de prix s’explique non seulement par la mise en concurrence des entreprises, mais égal (...)

44Introduite en France au début des années 1960 (Marette, 1999), la thanatopraxie s’est rapidement développée : 40 % des défunts font aujourd’hui l’objet d’un soin de conservation (Lemonnier et Pesquera, 2007). La profession compte près de 1000 thanatopracteurs12 qui pratiquent 200 000 soins de conservation par an (Guez-Chailloux et al., 2005). Le métier, à l’origine presque exclusivement masculin, connaît une féminisation rapide ; le pourcentage de femmes thanatopracteurs est ainsi passé de 11 % en 2004 à 30 % en 2007 (Hardy, 2007). Le prix d’un soin varie entre 150 et 500 euros13.

  • 14 Cette appellation, qui reprend le sigle du premier institut de formation des thanatopracteurs (l’In (...)
  • 15 C’est ainsi, par exemple, que les opérateurs de pompes funèbres peuvent évoquer ce traitement par e (...)

45Le soin de thanatopraxie, également appelé « soin de conservation », « IFT »14 ou, plus allusivement, « soin »15, est un procédé qui consiste à substituer au sang une solution antiseptique à base de formol qui retarde le processus de décomposition du corps. Le sang est drainé tandis que six à huit litres de produit conservateur sont injectés par voie artérielle dans le système vasculaire. Les cavités thoraciques et abdominales sont ponctionnées. Ce traitement du corps n’est pas un embaumement ; les viscères ne sont pas retirés. Le corps n’est ainsi préservé de la dégradation que pendant une durée limitée (de quelques jours à quelques semaines).

46Les thanatopracteurs interviennent ponctuellement en chambre mortuaire. Ils travaillent en solitaire, se déplacent avec leur matériel — contenu dans deux grosses valises métalliques — et repartent, une heure et demie après environ, une fois le soin effectué.

47Les thanatopracteurs occupent une place à part dans l’univers funéraire. Ils sont les premiers acteurs du milieu mortuaire à avoir un diplôme d’État, ce qui leur confère une reconnaissance que les autres n’ont pas. Dans cet univers dans lequel on entre bien souvent sans qualification et où l’on exerce des activités diverses (il faut parfois être polyvalent), le métier de thanatopracteur, très précisément circonscrit, apparaît comme une profession noble. La profession est récente, elle ne porte pas le poids de l’héritage des dissections anatomiques (Le Breton, 2008 ; Mandressi, 2003). Résolument ancrée du côté des pratiques funéraires et non dans le monde médical, elle s’inscrit, de manière symbolique, dans la filiation de la civilisation égyptienne et de ses embaumements, c’est-à-dire d’une société où les morts tenaient une place privilégiée. Elle concilie donc à la fois une image de modernité (celle de morts « propres », de techniques spécifiques qui élèvent cette pratique au rang de science) et un héritage antique qui lui confère une certaine grandeur.

48Théoriquement, l’intervention d’un thanatopracteur marque la limite de celles des agents puisqu’ils n’auront plus alors ni à habiller le défunt ni à le maquiller : c’est le thanatopracteur — et, à travers lui, l’entreprise de pompes funèbres qui l’emploie — qui est responsable de l’état du corps. En pratique, cependant, les échanges entre thanatopracteurs et agents de chambre mortuaire sont nombreux : non seulement parce qu’il est fréquent que les agents prêtent main-forte au thanatopracteur — qui travaille seul — dans les moments de manutention du corps, mais surtout parce que ce dernier leur enseigne certaines techniques. Auprès des thanatopracteurs, les agents, qui n’ont pas de formation spécifique et se transmettent leurs savoir-faire par compagnonnage, apprennent ainsi à utiliser des couvre-œil, à suturer les lèvres en faisant passer le fil sous la mâchoire pour qu’il ne soit pas visible (ils disent ensuite qu’ils appliquent « la couture thanato ») ou encore à maquiller le visage en utilisant diverses poudres ou fonds de teint ainsi que du matériel spécialisé (pinces, pinceaux...) dont ils peuvent ensuite passer commande auprès de l’hôpital.

2.4. La prise en charge funéraire : les employés des pompes funèbres

49Les employés des pompes funèbres sont chargés de l’organisation des obsèques. C’est avec eux que les agents de la chambre mortuaire collaborent le plus étroitement. Si l’entreprise funéraire est seule responsable de négocier avec les familles le choix des obsèques, en pratique, celles-ci impliquent la participation active des agents hospitaliers. Les deux groupes professionnels sont donc en relation permanente pour régler un certain nombre de détails. Ainsi, pour un défunt donné, l’entreprise téléphonera plusieurs fois à la chambre mortuaire pour les informer des spécificités d’une prise en charge (passage d’un thanatopracteur, date et heure de la levée de corps, cérémonie religieuse à prévoir, etc.), mais aussi pour prendre certains renseignements (notamment la taille du défunt — bien qu’il incombe officiellement aux entreprises funéraires de prendre les mesures du corps afin de définir la taille du cercueil qui convient, dans les faits, pour éviter qu’ils aient à se déplacer, ce sont les agents de la chambre mortuaire qui les leur communiquent par téléphone). Le brouillage des frontières que l’on observe souvent dans la manière dont se fait le partage des tâches entre ces deux groupes ne tient pas seulement aux effets d’une étroite coordination ; il provient également du fait qu’une partie de l’activité est commune à ces deux métiers. De fait, un certain nombre d’agents des chambres mortuaires sont d’anciens employés des pompes funèbres.

  • 16 La « chambre funéraire » relève des services privés d’une entreprise de pompes funèbres. Le séjour (...)
  • 17 Le prix d’une mise en bière varie, en fonction des entreprises funéraires, entre 80 et 250 euros.

50En dehors des actes médicotechniques (prélèvements et autopsies), le traitement des défunts est, en effet, le même en chambre mortuaire et dans une chambre funéraire16. Les agents des pompes funèbres et les agents des chambres mortuaires sont donc amenés à avoir toute une panoplie de gestes en commun. Un certain nombre de tâches relèvent du domaine de compétences des uns comme des autres : la toilette mortuaire, l’habillage, la présentation des corps, la mise en bière peuvent ainsi être effectués indifféremment par les deux groupes professionnels. Le partage du travail lorsque l’on se situe dans une chambre mortuaire dépend des habitudes locales. Ainsi, dans les petites chambres mortuaires où l’équipe se réduit à deux, voire à une seule personne, il est courant que la mise en bière soit faite par les employés des pompes funèbres. Dans les chambres mortuaires plus grandes, ce sont les agents hospitaliers qui en ont la charge. Le fait que la délimitation des tâches ne soit pas fixe peut parfois engendrer des situations ambiguës, notamment vis-à-vis des familles qui ne savent pas toujours clairement qui fait quoi. Certains agents considèrent qu’ils doivent aux familles une information complète : « On précise aux familles, indique un responsable de chambre mortuaire, que c’est nous qui faisons la mise en bière, c’est-à-dire pas les Pompes Funèbres et que donc ça ne leur est pas facturé ». L’information permet aux familles, qui le plus souvent n’assistent pas à la mise en cercueil, de contester, le cas échéant, une facturation indue17.

  • 18 La loi différencie la corruption active, pratiquée par les entreprises funéraires qui versent les p (...)

51Dans certains cas, les agents se font donc les adjuvants des familles en les aidant à défendre leurs intérêts vis-à-vis des entreprises funéraires. Cependant, toute intervention qui pourrait être vue comme une forme d’ingérence dans les relations entre les entreprises et leurs clients est extrêmement délicate pour ces agents qui ont souvent été (et risquent toujours d’être) en position de se voir proposer de percevoir des avantages financiers par les entreprises de pompes funèbres qui se verraient recommandées. Ces pratiques, très sévèrement condamnées (les sanctions pénales prévoient plusieurs années de prison et une forte amende18) ont, de plus, contribué à jeter le discrédit sur des métiers déjà fort dépréciés. Dans ce contexte, toute intervention de la part des agents hospitaliers dans les questions funéraires est très vite suspecte. Certains agents s’autocensurent à tel point qu’ils s’interdisent de dire aux familles qu’elles ont la possibilité de demander des devis avant de faire leur choix.

  • 19 Arrêté du 16 juillet 2009 relatif à la formation d’adaptation à l’emploi des aides-soignants et des (...)
  • 20 Décret nº 2007‑1188 du 3 août 2007 portant statut particulier du corps des aides-soignants et des a (...)
  • 21 Sur la construction différenciée des identités professionnelles selon les générations, voir (Wolf, (...)

52Depuis la fin du monopole des pompes funèbres, en janvier 1993 (Boissin et Trompette, 2000, 2002 ; Trompette, 2008), toute l’attention des pouvoirs publics s’est concentrée sur le moyen de rendre le marché qui s’ouvrait équitable, afin de favoriser le jeu de la libre concurrence entre les entreprises. Dans cette perspective, les agents des chambres mortuaires sont apparus comme un groupe potentiellement « dangereux » parce que plus susceptible que d’autres de fausser la concurrence. Situés entre ville et hôpital, à la frontière entre monde soignant et monde funéraire, les agents occupent, en effet, une zone charnière, se placent dans une sorte d’entre-deux qui favorisent des arrangements illicites. Dès lors, l’effort a consisté à séparer nettement les deux univers. C’est ainsi, par exemple, qu’il est interdit à un agent de chambre mortuaire, même s’il possède le diplôme requis, de pratiquer des soins de thanatopraxie. Ces délimitations de territoires ne se font cependant pas sans heurt, notamment parce que la ligne de démarcation qui est clairement tracée par le législateur et qui renvoie chacun des deux groupes à des univers d’appartenance bien distincts (le marché funéraire/l’hôpital) ne se superpose pas exactement à ce qui se vit dans la pratique. Au quotidien, en effet, les agents des chambres mortuaires entretiennent plus de relations avec les employés des pompes funèbres qu’avec leurs collègues hospitaliers travaillant dans les services de soins. Les échanges sont quotidiens, réguliers. Les deux groupes partagent une forme d’appartenance à un milieu commun, ne serait-ce que parce que les employés de pompes funèbres, qui circulent en permanence d’un hôpital à un autre, d’un funérarium à un autre, rapportent des anecdotes, donnant même parfois à des agents des nouvelles d’un collègue hospitalier affecté ailleurs, font circuler des informations qui finissent par constituer une sorte d’univers partagé. Pour certains agents, il est très net qu’ils se sentent appartenir à ce qu’ils définissent comme « le milieu mortuaire ». À leurs yeux, la ligne de partage n’est pas d’ordre institutionnel, mais renvoie à la nature du travail et passe donc entre ceux qui s’occupent des vivants et ceux qui s’occupent des morts. Depuis une vingtaine d’années cependant, les frontières entre les deux groupes ont été réaffirmées. Dans un premier temps, la fin du monopole des pompes funèbres a ouvert un processus de professionnalisation du secteur funéraire marqué par une redéfinition des métiers et la mise en place de formations. Dans un deuxième temps, à la suite de la survenue d’événements qui ont fait scandale (les 15 000 décès liés à la canicule de l’été 2003 et la découverte, en août 2005, de fœtus indûment conservés dans une chambre mortuaire), le statut des agents de chambre mortuaire a été réévalué : il revient désormais à des aides-soignants, ayant suivi une formation spécifique19, d’assurer cette fonction20. La revalorisation de la condition de ces agents passe donc par une affirmation de leur statut de soignant. Ce modèle qui prolonge en quelque sorte au-delà du décès l’idée, héritée des soins palliatifs, qu’un patient doit être traité « jusqu’au bout » et impose de penser le traitement des morts en l’inscrivant dans la « continuité des soins » (Dupont et Macrez, 2007 [1998] ; Hirsch, 2009 [2004]) ne va pas de soi et divise les agents. Si certains revendiquent effectivement une identité de soignant, d’autres, au contraire, en général parmi les plus anciens dans le métier, refusent de laisser se perdre une part de ce qui faisait leur spécificité et qui a trait au fait qu’ils manipulent (et parfois recousent) des cadavres21. L’arrivée dans les équipes d’agents (aides-soignants ou infirmiers) venant de services de soins n’est pas toujours bien vécue. Ainsi, une infirmière affectée depuis quelques semaines en chambre mortuaire, s’est-elle vue reprocher par un de ses collègues ayant passé sa vie professionnelle en chambre mortuaire de ne pas comprendre le métier : « le milieu mortuaire et le milieu du soin, c’est pas la même chose ! ». Aujourd’hui coexistent donc, au sein des équipes, des agents qui ont de leur identité professionnelle des conceptions divergentes, voire opposées.

53La chambre mortuaire étant une espèce de sas entre le monde médical et le monde funéraire, les agents sont placés dans un entre-deux. On le voit, la spécificité de leur travail, ce qui ferait de leurs tâches un métier, se laisse malaisément définir, circonscrire. Qu’est-ce qui leur appartient en propre ? Quand on les observe, en action, au sein de leur univers de travail, on constate que ces agents — dont on peut dire qu’ils sont des acteurs centraux de l’accueil de la mort dans notre société — ont, par opposition aux autres groupes professionnels avec lesquels ils collaborent, une identité professionnelle problématique, presque fragile.

54À travers eux, ce sont toutes les ambiguïtés sociales et politiques de la gestion de la mort qui se trouvent en quelque sorte incarnées.

55On retrouve là un trait que E. Hughes avait clairement mis en lumière dans son analyse des métiers : la nécessité, pour décrire un travail, pour comprendre toute la portée d’un rôle social, de ne pas « occulter une partie du système d’interactions » et de prendre en compte le système social dont il fait partie en étant conscient que celui-ci « ne se réduit pas au cadre institutionnel reconnu, mais comprend aussi des ramifications lointaines et profondes dans la société » (Hughes, 1996b [1971], p. 66).

3. Portée sociale et politique du travail mortuaire hospitalier : la part oubliée ?

3.1. Agents en chambre mortuaire : la part invisible du travail

56Si l’on reprend, à présent, notre question de départ, où en est-on ? Pour analyser le travail mortuaire hospitalier, qui repose en grande partie sur le groupe des agents en chambre mortuaire, il nous a paru judicieux, suivant en cela les recommandations de E. Hughes, de commencer par rendre compte de l’ensemble dans lequel il s’insérait, du système d’interactions et de collaborations dans lequel il prenait place. Il apparaît, à présent, que cette manière de faire était d’autant plus pertinente qu’elle permet de mettre au jour toute une part du travail qui a tendance à ne pas être vue et prise en compte comme telle et qui est liée à la gestion du caractère partagé du travail.

57Dans le collectif composé par les divers groupes professionnels qui prennent en charge les défunts, les agents de la chambre mortuaire occupent une place à part. Ils sont, en effet, les seuls à être présents d’un bout à l’autre de la chaîne des interventions, à rester en permanence dans la chambre mortuaire. De ce fait, un certain nombre de responsabilités, en général jamais théorisées comme telles parce qu’elles se situent dans les interstices du travail des uns et des autres, leur revient. En plus de leurs tâches propres (préparer les corps et accueillir les familles), ils coordonnent les interventions qui ont lieu dans cet espace : ils accueillent les professionnels venus de l’extérieur et leur aménagent les meilleures conditions de travail possibles. Ils sont ainsi placés au centre d’un ensemble d’activités qui déterminent la façon dont leur propre travail sera amené à se dérouler.

58Toute une part de leur travail — qui reste souvent largement invisible (Acker et Bourret, 2011 ; Star et Strauss, 1999), y compris à leurs propres yeux — consiste à gérer ces interactions, à faire en sorte que les mises en relation des individus qui se croisent à la chambre mortuaire (professionnels et non-professionnels) se passent au mieux (par exemple, en s’arrangeant pour que trois entreprises de pompes funèbres ne programment pas des levées de corps à la même heure). Ils sont fréquemment amenés à jouer un rôle « tampon » entre les uns et les autres, à intervenir pour désamorcer des situations de crise (quand il faut retarder une levée de corps du fait du retard d’un policier, par exemple, ou quand il faut reprendre le maquillage d’un thanatopracteur qui ne convient pas à une famille).

59Leur travail se construit ainsi dans la prise en compte du travail des autres. Il faut savoir agir, en permanence, en fonction d’une myriade de contraintes, d’ordre divers, qui scandent et même dictent l’effectuation des différents actes. L’aptitude à intégrer ces contraintes, la faculté à entremêler avec souplesse différentes dimensions de l’activité (manuelle, relationnelle) font partie intégrante du travail. Celui-ci est fait d’une série de micro-relations. Il faut savoir passer instantanément d’un interlocuteur à un autre, d’une boutade entre collègues à l’accueil d’une famille en passant par les relations, plus ou moins suivies, établies avec les équipes des pompes funèbres. L’exercice contraint à une sorte de « polyvalence interactionnelle ». À chaque fois, il faut s’adapter rapidement, quitter, plusieurs fois par jour, un habit pour un autre, rester pleinement disponible, que ce soit pour régler les problèmes pratiques posés par des levées de corps concomitantes ou pour accueillir un rituel religieux. Au sein d’une chambre mortuaire, chacun prend part à un travail partagé. Mais, sans que cet aspect soit formalisé d’une quelconque manière, c’est aux agents du service qu’il revient de superviser cette gestion collective. On peut dès lors s’interroger : comment se fait-il que toute une part de leur travail puisse ainsi être laissée dans l’ombre ?

3.2. Le travail d’articulation

60En analysant l’organisation du travail médical, Anselm Strauss note que celui-ci ne peut se réaliser sans que soit mis en œuvre un travail d’articulation dont les figures centrales sont celle du médecin d’une part, qui, en décidant du traitement à prodiguer, établit un plan d’ensemble, « une sorte de schéma directeur de la trajectoire » (Strauss, 1992, p. 191) et celle de la surveillante générale, de l’autre, qui supervise le déroulement et l’exécution des actions commandées par le médecin en s’assurant que les agents accomplissent les tâches qui leur reviennent. À ces deux niveaux d’articulation s’ajoute un troisième — qualifié de « travail d’articulation opérationnel » — qui concerne l’effectuation même des séquences de tâches et qui est réalisé par les agents eux-mêmes. Ces trois niveaux d’articulation s’emboîtent les uns dans les autres, à la manière de poupées russes, selon une hiérarchie descendante, le premier chapeautant le deuxième qui lui-même chapeaute le troisième. S’il arrive qu’un médecin puisse s’engager dans le deuxième ou même dans le troisième niveau ou qu’une surveillante s’engage dans des tâches opérationnelles, en revanche, les agents qui exécutent ces tâches ne prendront pas en charge un travail d’articulation qui se situe au niveau supérieur d’une supervision ou d’une direction de trajectoire.

61La prise en charge des défunts à l’hôpital ne s’inscrit pas dans ce mode d’organisation. Une de ses particularités est, en effet, de ne pas disposer d’un niveau d’encadrement chapeautant l’ensemble du travail. Il n’y a pas de « maître d’œuvre » qui aurait la responsabilité de diriger ou de superviser les séquences d’action qui le constitue. Nulle instance comparable à celle que représente la figure du médecin pour le patient ne vient présider au déroulement de cette prise en charge et faire de la série de tâches, qui en forme le contenu, une action continue.

62Cette caractéristique rend ambigus le rôle et les responsabilités de chacun ainsi que le sens de leur action. On observe ainsi que les agents de la chambre mortuaire sont régulièrement amenés à passer, imperceptiblement, d’un niveau de responsabilité à un autre, c’est-à-dire à faire eux-mêmes un travail qui, si la division des rôles respectait la structure hiérarchique, relèverait d’une instance encadrante. Il en est ainsi, par exemple, lorsqu’il faut faire face à des situations inédites ou conflictuelles (lorsque des membres d’une famille n’ont pas les mêmes demandes pour leur défunt, par exemple) : les agents sont placés en situation de répondre par eux-mêmes, de décider seuls de l’attitude à adopter sans avoir d’autre recours que de consulter les autres membres de l’équipe.

  • 22 C’est ainsi, par exemple, que des inspecteurs de l’IGAS chargés d’enquêter, à la suite de l’affaire (...)

63Il y a là une gestion en huis clos de l’activité, particulièrement surprenante au sein d’un monde aussi hiérarchisé que l’hôpital. On se trouve face à une situation atypique qui doit sans doute sa longévité au fait que ce service fonctionne, bien souvent, à l’écart des regards, y compris de ceux des directions hospitalières22.

64Les agents en chambre mortuaire se situent, dans l’échelle hiérarchique, au niveau des agents exécutants (infirmiers, aides-soignants ou agents hospitaliers), mais ne s’adossent à aucune autorité supérieure qui aurait la charge de définir, de circonscrire leur rôle et d’encadrer leur intervention ; ils ne sont pas inscrits dans une action plus vaste qui aurait sa propre cohérence. D’une certaine façon, ils sont seuls responsables de ce qui est mis en œuvre en chambre mortuaire, de ce qu’ils effectuent sur et pour les défunts, seuls aux commandes de leurs pratiques ; celles-ci ne sont « téléguidées » par aucun projet, n’entrent dans aucune ligne de travail collectivement définie qui ferait l’objet de négociations entre des professionnels occupant des positions différentes dans la mise en œuvre de ce travail, comme cela peut être le cas entre infirmières et médecins, par exemple.

65Ils sont placés dans une position hiérarchique de subordonnés, non pas parce que ce qu’ils font serait subordonné à un travail réalisé à un échelon d’intervention supérieur, mais parce que ce qu’ils font n’entre pas en ligne de compte, n’est pas pris en considération, n’a pas d’existence en tant que telle pour l’institution à laquelle ils appartiennent.

66Tout se passe comme s’ils travaillaient dans une sorte de « désancrage institutionnel » qui fait d’eux des « subalternes autonomes ». Placés en situation d’être des exécutants, ils sont tributaires de quelque chose qui n’est pas formalisé à un niveau supérieur. Ils sont ainsi amenés à effectuer un travail qui n’est souvent défini et évalué que par eux-mêmes.

67Ce qui tient lieu de prescription, de cadre de régulation, ce sont les textes législatifs et réglementaires qui dictent le devenir des corps, donne son cadre juridique au traitement des cadavres. C’est à ce cadre — le seul qui soit formalisé et édicte des règles auxquelles se plier — que les agents se réfèrent en permanence, comme s’il n’y avait entre eux et la loi aucune instance intermédiaire à travers laquelle leur activité prendrait chair, serait repensée, réinterprétée, traduite.

68Si l’on peut dire de la communauté hospitalière qu’elle œuvre, dans son ensemble, à un objectif commun de « préservation de la santé », il n’en va pas de même pour les agents en chambre mortuaire. Par opposition, il n’y a pas de « projet » d’accueil des morts, aucun objectif défini vers lequel œuvrer, si abstrait ou général soit-il. Qu’est-ce qui est produit par leur travail ? La question reste en suspens.

69Il y a là une absence qui traverse tout le travail mortuaire hospitalier, qui le marque en creux.

70L’absence de définition, de formalisation de ce qu’est le travail des agents en chambre mortuaire se traduit notamment par un encadrement qui ne le saisit qu’en le morcelant. Celui-ci est, bien souvent, le vestige d’une situation historique aujourd’hui transformée, mais dont l’héritage continue de peser.

3.3. D’hier à aujourd’hui...

  • 23 Ce phénomène n’est pas tout à fait le même que celui-ci que décrit E. Hughes sous le terme de « sal (...)
  • 24 Cette situation se manifeste notamment par le fait que les agents exercent souvent leurs fonctions (...)

71Quand on cherche à comprendre comment est structuré le travail des agents, on s’aperçoit qu’il se laisse malaisément définir en lui-même. On commence à en percevoir la dynamique propre lorsque l’on prend la mesure du fait qu’il résulte presque entièrement de sa situation de « carrefour », qu’il se construit dans la place que lui laissent les autres. Pour forcer un peu le trait, on pourrait dire qu’il est d’abord « le reste » du travail des autres — le « reste » du travail médical lorsqu’il s’agit d’assister les médecins pratiquant les autopsies, le « reste » du travail des services de soins lorsque les toilettes mortuaires n’ont pas été faites, le « reste » du travail funéraire lorsque les familles sont insuffisamment informées, etc. Non seulement, on l’a vu, une part importante du travail des agents consiste à s’adapter aux rythmes et à la présence des autres, mais leur travail même résulte, pour une large part, de ce que les autres font ou ne font pas23. C’est donc la substance même de leur travail, le cœur de celui-ci qui est défini, non pas « en propre », mais comme la part restante du travail des autres. Celui-ci apparaît comme perpétuellement « décentré », comme s’il était constitué, non pas d’un noyau central, mais de l’agglomération de tout ce qui n’est pas pris en charge par les autres groupes professionnels. Cet ensemble de tâches, qui se construit à la jonction des services soignants de l’hôpital, des services administratifs (de l’hôpital, mais aussi de la mairie et de la préfecture) et des entreprises de pompes funèbres, n’est, de plus, souvent pas encadré pour lui-même, mais par parties, en fonction de certaines de ses composantes. C’est ainsi que l’activité médico-technique des agents — qui consiste à préparer les autopsies et à recoudre les corps — s’effectue la plupart du temps sous l’autorité hiérarchique du service d’anatomo-pathologie, tandis que, dans leurs autres actions, les agents dépendent soit d’un autre service de l’hôpital (de l’accueil ou de la direction financière, par exemple) soit directement du directeur d’établissement. À aucun moment, le travail de ces agents n’est pensé comme un tout. Et bien souvent, cette scission de l’encadrement se traduit finalement par un déficit d’encadrement — chacune des instances hiérarchiques (médicale et administrative) s’appuyant sur l’autre pour assumer des responsabilités mal définies24.

72Cette situation est directement liée à l’évolution du rôle des morgues au sein des hôpitaux au cours des deux derniers siècles. Les agents de chambre mortuaire sont, en effet, le fruit des transformations du travail médical hospitalier sur le corps mort. Historiquement, cette catégorie de personnels est apparue à la fin du xviiie siècle au moment où les autopsies se multipliaient et où s’imposait la méthode anatomo-clinique (Ackercknecht, 1986 [1967] ; Foucault, 1963). Les « salles des morts », jusque-là réduites à une ou deux pièces, se sont agrandies pour devenir de véritables services hospitaliers (dotés notamment de salles d’autopsie et de salles de cours) et ont nécessité la présence d’un personnel permanent : les « garçons d’amphithéâtre » (Wolf, 2010). Ceux-ci avaient pour principale mission d’aider les médecins à faire leurs « ouvertures de corps ». Avec la quasi-disparition des autopsies, ce qui faisait le cœur de leur travail a été vidé de sa substance. Les morgues hospitalières — rebaptisées chambres mortuaires — ont progressivement et insensiblement changé de fonction au cours du xxe siècle, sans que le travail du personnel qui y était affecté ne soit repensé.

73Dès lors, ces agents se trouvent placés en porte à faux, aux prises avec une identité sociale et professionnelle difficile à construire. Il y a, en effet, une discordance entre ce qui pourrait être attendu d’eux eu égard à la place qu’ils occupent et la façon dont leur travail se trouve construit par l’institution hospitalière. En étant « gardiens » de ce qui constitue le premier espace de la mort en France, ces agents occupent de fait une position centrale tout en étant dépossédés de tout ce qui pourrait leur conférer un rôle propre. Les morgues hospitalières du xixe siècle — ces anciennes coulisses du travail médico-scientifique fondé sur la dissection des cadavres — sont aujourd’hui devenues un des principaux lieux dans lequel la mort s’accompagne et se vit. En s’ouvrant largement sur la cité, les chambres mortuaires ont pris une tout autre dimension sociale. Or, l’hôpital — et, à travers lui, la société — ne semble pas avoir pris la mesure de cette évolution. On aurait pu s’attendre à ce que cette transformation des conditions d’accueil des morts par sa population fasse l’objet d’une importante prise en charge politique. Qu’en est-il ?

3.4. Un entre-deux silencieux

74Lorsque l’on s’intéresse à la manière dont les pouvoirs publics ont traité la question de la mort au sein de la société, on s’aperçoit qu’ils ont été portés, d’une part, à se préoccuper de la fin de vie, d’autre part, à organiser la gestion du devenir des corps, autrement dit, à légiférer dans le domaine funéraire. Entre les deux, le moment de transition pendant lequel les morts sont encore présents dans le « sas » de la chambre mortuaire hospitalière n’a pas fait l’objet d’une réflexion publique ; ce temps-là, pris entre l’action soignante et l’action funéraire, est curieusement resté largement absent des débats et des préoccupations qui ont conduit à construire une politique de gestion des décès, c’est-à-dire à aménager le cadre dans lequel la population vit cet événement, à penser la manière dont elle se sépare de ses défunts.

  • 25 Je pense notamment aux rapports qui furent confiés à Marie de Hennezel qui avaient pourtant explici (...)
  • 26 Loi nº 93‑23 du 8 janvier 1993 relative à la législation dans le domaine funéraire.
  • 27 Rapport du CNOF 1998–2002, p. 13.

75Le travail réalisé dans les espaces mortuaires hospitaliers n’apparaît nulle part. Il n’est pris en compte ni dans les politiques régissant la gestion des fins de vie ni dans celles qui structurent le secteur du marché funéraire. Ainsi, ni les nombreux rapports, débats et auditions qui ont servi à préparer la Loi du 22 avril 2005 sur la fin de vie, dite Loi Léonetti, ni les rapports plus spécialisés portant sur la problématique spécifique des soins palliatifs25 (mouvement pourtant attentif à garantir un accompagnement suivi du défunt et de sa famille) ne font mention de ce qui se passe en chambre mortuaire. Et l’on peut faire le même constat lorsque l’on se tourne vers les politiques régissant le secteur funéraire. Pourtant, avant le vote de la Loi du 8 janvier 1993 qui institue la fin du monopole des pompes funèbres26, la mission interministérielle, dont l’objet était de dresser un état des lieux de l’organisation de la prise en charge des défunts afin d’ouvrir la voie à une réforme des services funéraires, s’était intéressée au problème de ces espaces mortuaires hospitaliers — on parlait alors de « morgues » ou d’« amphithéâtres des morts », le terme de « chambre mortuaire » étant précisément apparu avec la loi de 1993. Le Conseil national des opérations funéraires (CNOF), organisme consultatif créé par la loi du 8 janvier 1993 et conçu pour faire évoluer le cadre législatif et réglementaire du domaine funéraire, avait initialement prévu d’avoir un groupe de travail consacré aux chambres mortuaires des établissements hospitaliers. Mais dans son rapport de 1998–2002 dans lequel le CNOF fait le bilan de ses activités, il est précisé que : « ce groupe n’a pas encore été réuni »27. Il n’existera que sur le papier.

  • 28 Il est possible que les soins palliatifs (dont la revendication première était, pour lutter contre (...)

76S’il est intéressant de suivre la progression des politiques qui se sont élaborées autour de la question de la fin de vie et de celle du traitement des cadavres, il est tout aussi intéressant de voir apparaître ce qui fut laissé de côté. Tout se passe comme si le double mouvement de médicalisation et de professionnalisation de la prise en charge de la mort qui caractérise la seconde partie du xxe siècle s’était institué en opérant une rupture dans le processus d’appréhension de l’événement mort, en séparant matériellement les espaces de prise en charge de l’avant et de l’après décès28. Aux institutions de soins la gestion de l’avant, aux pompes funèbres la gestion de l’après. Entre les deux, les familles doivent s’adapter, réinstaurer tant bien que mal l’unité d’un événement dont la gestion est séquencée. La ligne de partage entre prise en charge médicale et prise en charge funéraire passe dans le temps de veillée des corps. Le travail en chambre mortuaire recouvre précisément ce laps de temps. Il est situé à la jonction entre deux mondes — celui de la médecine et celui du funéraire. C’est sans doute cette particularité (il n’appartient ni pleinement à l’un ni pleinement à l’autre) qui le rend partiellement invisible, qui fait qu’il disparaît si aisément aussi bien du regard qui se focalise sur les organisations hospitalières que de celui qui s’attache à appréhender le secteur du marché funéraire.

77Une part importante de la question de la gestion des morts (celle qui concerne le déroulement de l’après-décès dans les hôpitaux) se trouve ainsi constituée comme un impensé de la politique funéraire. Au cours de la seconde partie du xxe siècle, l’hôpital a progressivement absorbé un nombre croissant de défunts sans pour autant réformer ses dispositifs de prise en charge (l’accueil de la mort continue à ne représenter qu’un pan secondaire dans les missions d’un établissement de soins). La manière qu’a eu l’institution hospitalière de traiter ce phénomène a été en quelque sorte de le diluer à l’intérieur de ses propres contraintes de fonctionnement et, ce faisant, de l’absorber et, d’une certaine manière, de le faire disparaître, de rendre invisible tout ce qui avait trait à cette activité. Cette absorption, cette « désintégration » a été très largement favorisée, relayée par l’absence de traitement de la question à une échelle politique plus large.

78On peut cependant s’interroger sur les effets de ce déficit de gestion politique, notamment lorsque l’on considère que le nombre de morts est amené à augmenter de façon conséquente. Dans les années à venir, en effet, la situation démographique va se modifier. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au début du xxie siècle, le nombre annuel de morts est resté remarquablement stable : le chiffre de 530 000 décès annuels est resté relativement constant. Dans les années à venir, il faudra, au contraire, s’attendre à une hausse importante du nombre des morts. Les projections démographiques prévoient, en effet, qu’en 2050, la France devrait compter plus de 770 000 décès annuels. Le nombre de morts augmenterait donc de 50 %. Cette augmentation va nécessiter un réaménagement des structures d’accueil existantes. Dans ce contexte, une réelle réflexion politique concernant les espaces mortuaires hospitaliers et la nature du travail qui s’y déploie s’avère incontournable.

Haut de page

Bibliographie

Acker, F., Bourret, P., 2011. De quelques dimensions de l’invisibilité des soins. Pratiques, les cahiers de la médecine utopique 52, 12–15.

Ackercknecht, E., 1986 [1967]. La médecine hospitalière à Paris (1794–1848). Payot, Paris.

Arborio, A.M., 1995. Quand le « sale boulot » fait le métier : les aides-soignantes dans le monde professionnalisé de l’hôpital. Sciences sociales et santé 13 (3), 93–125.

Arborio, A.M., Cohen, Y., Fournier, P., Hatzfeld, N., Lomba, C. (Eds.), 2008. Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées. La Découverte, Paris.

Ariès, P., 1975. Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours. Seuil, Paris.

Ariès, P., 1977. L’homme devant la mort. Seuil, Paris.

Barrau, A., 1992. Quelle mort pour demain ? L’Harmattan, Paris.

Baszanger, I., 2000. Entre traitement de la dernière chance et palliatif pur : les frontières invisibles des innovations thérapeutiques. Sciences sociales et santé 18 (2), 67–93.

Baszanger, I., 2002. La fin de la vie : de nouvelles frontières entre curatif et palliatif. In: Baszanger, I., Bungener, M., Paillet, A. (Eds.), Quelle médecine voulons-nous ? La Dispute, Paris, pp. 211–233.

Baszanger, I., One More Chemo or One Too Many. Defining the Limits of Treatment and Innovation in Medical Oncology. Social Science and Medicine, à paraître.

Baszanger, I., Salamagne, M., 2004. Soins palliatifs. In: Lecourt, D. (Ed.), Dictionnaire de la pensée médicale. Quadrige/Puf, Paris, pp. 1058–1063.

Bernard, J., 2009. Croquemort. Une anthropologie des émotions. Métailié, Paris.

Bidet, A., 2004. Retour sur la sociologie du travail : un impensé technique ? Revue de l’IRES 44 (1), 157–169.

Bidet, A., 2011. L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? Puf, Paris.

Bidet, A., Borzeix, A., Pillon, T., Rot, G., Vatin, F. (Eds.), 2006. Sociologie du travail et activité. Octarès, Toulouse.

Boissin, O., Trompette, P., 2000. Entre les vivants et les morts : les pompes funèbres aux portes du marché. Sociologie du travail 42 (3), 483–504.

Boissin, O., Trompette, P., 2002. Les services funéraires. Du monopole public au marché concurrentiel. Étude pour la DARES, Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité, Paris.

Cahill, S., 1999. Emotional Capital and Professional Socialization: The Case of Mortuary Science Students (and Me). Social Psychology Quarterly 62 (2), 101–116.

Castra, M., 2003. Bien mourir. Sociologie des soins palliatifs. Puf, Paris.

Cussins, C., 1996. Ontological Choreography : Agency through Objectification in Infertility Clinics. Social Studies of Science 26 (3), 575–610.

De Hennezel, M., 2003. Fin de vie : le devoir d’accompagnement. Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées. La Documentation française, Paris.

De Hennezel, M., 2005. La France palliative. Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées. La Documentation française, Paris.

Déchaux, J.H., 2001. La mort dans les sociétés modernes : la thèse de Norbert Elias à l’épreuve. L’Année sociologique 51 (1), 161–183.

Dupont, M., Macrez, A., 2007 [1998]. Le décès à l’hôpital. Doin/AP-HP, Paris. Elias, N., 1987 [1982]. La solitude des mourants. Christian Bourgois Éditeur, Paris.

Foucault, M., 1963. Naissance de la clinique. Puf, Paris.

Foucault, M., 2001. La naissance de la médecine sociale. Dits et écrits, tome II, 1976‑1988. Quarto/Gallimard, Paris, pp. 207‑228.

Fox, R., 1988 [1979]. L’autopsie : son rôle dans la formation des étudiants de seconde année. L’incertitude médicale. L’Harmattan/Ciaco, Paris/Louvain-la-Neuve, pp. 117‑147.

Genyk, I., 2005. Les espaces de la mort à l’hôpital, entre réinvention et persistance. Thèse d’architecture de l’Université de Paris VIII, Saint-Denis.

Glaser, B., Strauss, A., 1965. Awareness of Dying. Aldine, Chicago.

Glaser, B., Strauss, A., 1968. Time for Dying. Aldine, Chicago.

Guez-Chailloux, M., Puymérail, P., Le Bâcle, C., 2005. Thanatopraxie : état des pratiques et risques professionnels. Documents pour le médecin du travail, no 104, INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), Paris.

Hardy, L., 2007. De la toiletteuse au thanatopracteur. Prendre soin des corps après la mort. Cahiers du Genre 42, 141–158.

Hirsch, E., 2009 [2004]. Face aux fins de vie et à la mort. Éthique, pratiques professionnelles, enjeux de société. Vuibert, Paris.

Hughes, E., 1996a. Le drame social du travail. Actes de la recherche en sciences sociales 115, 94–99.

Hughes, E., 1996 [1971]. Le regard sociologique. EHESS, Paris.

Lalande, F., Veber, O., 2009. La mort à l’hôpital. IGAS RM, Paris.

Lavigne, C., Vernerey, M., Vienne, P., Geoffroy, J., Ollivier, M., 2006. Pratiques hospitalières concernant les fœtus mort-nés et les nouveau-nés décédés. Rapport de synthèse (CHU de Paris, Lyon et Marseille), Rapport IGAS no 2006 024 et Rapport IGAENR no 2006‑016, Paris.

Le Breton, D., 2008. La chair à vif. De la leçon d’anatomie aux greffes d’organes. Métailié, Paris.

Lemonnier, M., 2003. Complément d’étude : la thanatopraxie. In: Caroly, S., Rocchi, V., Trompette, P., Dominique Vinck, D., Les services au défunt. Acteurs, territoires de compétences et dynamiques professionnelles. Rapport Convention MiRe-DRESS, no 22/01, pp. 271‑283.

Lemonnier, M., Pesquera, K., 2007. Thanatopraxie : technique, histoire et pratique au quotidien. Sauramps, Montpellier.

Mandressi, R., 2003. Le regard de l’anatomiste : dissections et invention du corps en Occident. Seuil, Paris.

Marette, J., 1999. Mémoires d’un embaumeur. Le Cherche Midi Éditeur, Paris.

Michaud-Nérard, F., 2007. La révolution de la mort. Vuibert, Paris.

Mino, J.C., Frattini, M.O., 2007. Les soins palliatifs en France : « mettre en pratiques » une politique de santé. Revue française des affaires sociales 2 (2), 137–156.

Monnier, A., Pennec, S., 2004. L’expérience de la mort. Une approche démographique. In: Caselli, G., Vallin, J., Wunsch, G. (Eds.), Démographie : analyse et synthèse, vol. VI. INED, Paris, pp. 283–306.

Moulin, P., 2000. Les soins palliatifs en France : un mouvement paradoxal de médicalisation du mourir contemporain. Cahiers internationaux de sociologie 108, 125–159.

Star, S., Strauss, A., 1999. Layers of Silence, Arenas of Voice : the Ecology of Visible and Invisible Work. Computer Supported Cooperative Work 8 (1), 9–30.

Strauss, A., 1992. La Trame de la négociation. L’Harmattan, Paris.

Sudnow, D., 1967. Passing on. The Social Organization of Dying. Englewood Cliffs, New York.

Thomas, L.V., 1975. Anthropologie de la mort. Payot, Paris.

Thomas, L.V., 1980. Le cadavre. De la biologie à l’anthropologie. Complexe, Bruxelles.

Trompette, P., 2008. Le marché des défunts. Presses des Sciences Po, Paris.

Vovelle, M., 1974. Mourir autrefois. Attitudes collectives devant la mort au xviie et xviiie siècles. Gallimard/Julliard, Paris.

Vovelle, M., 1983. La mort et l’Occident de 1300 à nos jours. Gallimard, Paris.

Wolf, J., 2006. Les émotions dans le travail en milieu mortuaire : obstacle ou privilège ? Face à face, Regards sur la santé 8, 58–64.

Wolf, J., 2008. De la négation à la valorisation : quelques enjeux de la prise en charge des émotions en chambre mortuaire. In: Fernandez, F., Lézé, S., Marche, H. (Eds.), Le langage social des émotions. Études sur les rapports au corps et à la santé. Anthropos-Economica, Paris, pp. 188–235.

Wolf, J., 2010. Des corps morts à l’hôpital. Transformations des pratiques professionnelles et enjeux anthropologiques. Thèse de l’EHESS, Paris.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier vivement Isabelle Baszanger pour ses relectures successives, attentives et exigeantes qui m’ont été particulièrement précieuses.

2 C’est ainsi qu’un grand hôpital parisien récemment construit avait tout simplement omis, dans son architecture, l’emplacement de la chambre mortuaire (celle-ci fut finalement intégrée au parking).

3 La législation impose, en effet, que toute chambre mortuaire soit divisée en deux zones distinctes, une zone publique destinée aux familles et une zone technique réservée aux professionnels.

4 Pour reprendre une expression utilisée par Danièle Hervieu-Léger, lors de son audition dans le cadre de la préparation de la loi sur la prise en charge de la fin de vie (Loi du 22 avril 2005 dite « Loi Leonetti ») (Audition du 19 novembre 2003).

5 À l’exception de quelques entretiens, ce travail d’enquête a été entièrement réalisé en région parisienne.

6 Tous les prénoms ont été changés.

7 Si ces deux interventions sont, dans l’esprit des familles qui y ont recours, antagonistes, il arrive cependant qu’elles soient, au moins officiellement, pratiquées en parallèle. Le problème se pose, en effet, lorsqu’un défunt, appartenant à la communauté juive ou musulmane et qui reçoit une toilette religieuse, doit être inhumé à l’étranger. Un certain nombre de pays imposent, en effet, comme condition de transport, que le corps ait reçu un soin de thanatopraxie. En pratique, cette situation donne lieu à des compromis et des arrangements (un thanatopracteur pourra, par exemple, remplir un certificat de soin alors que celui-ci n’aura pas été complet).

8 C’est progressivement, par la lecture du bulletin d’identification puis lors de la rencontre avec la famille et des contacts téléphoniques avec l’entreprise de pompes funèbres, que le patient perdra son anonymat et se verra réinscrit dans son histoire.

9 Les défunts qui sont porteurs d’une maladie infectieuse sont placés dans une housse en plastique.

10 D’où, par exemple, le retrait systématique des prothèses cardiaques — le lithium contenu dans certaines étant susceptible de faire exploser les fours lorsqu’il y a crémation.

11 Ces toilettes relèvent d’une pratique religieuse et ne peuvent être accomplies que par un membre reconnu de la communauté mandaté par les instances religieuses représentatives ; elles se distinguent des « toilettes mortuaires » effectuées par un personnel hospitalier sur tous les corps sans distinction.

12 La plupart des thanatopracteurs commencent par être salariés d’une entreprise de pompes funèbres. Certains, ensuite, se mettent à leur compte.

13 Cet éventail de prix s’explique non seulement par la mise en concurrence des entreprises, mais également par le fait qu’un soin de thanatopraxie peut recouvrir des actes allant du soin simple à une véritable restauration du corps au moyen de matériaux spécialisés (cires, latex, perruques, etc.) lorsque l’état d’un défunt le nécessite.

14 Cette appellation, qui reprend le sigle du premier institut de formation des thanatopracteurs (l’Institut français de thanatopraxie), sert communément de diminutif pour désigner l’acte proprement dit.

15 C’est ainsi, par exemple, que les opérateurs de pompes funèbres peuvent évoquer ce traitement par euphémisme lorsqu’ils en parlent aux familles : « Souhaitez-vous que le défunt reçoive des soins ? ». Sur les enjeux de ces différentes dénominations (Lemonnier, 2003 ; Lemonnier et Pesquera, 2007).

16 La « chambre funéraire » relève des services privés d’une entreprise de pompes funèbres. Le séjour y est payant. La « chambre mortuaire » appartient à un établissement hospitalier. Le séjour en chambre mortuaire est gratuit pendant les trois premiers jours. Dans les établissements de l’Assistance publique–Hôpitaux de Paris (l’AP–HP), la gratuité de l’ensemble du séjour est de mise. Selon l’Association française d’information funéraire (AFIF), c’est également le cas dans de nombreux autres établissements de santé.

17 Le prix d’une mise en bière varie, en fonction des entreprises funéraires, entre 80 et 250 euros.

18 La loi différencie la corruption active, pratiquée par les entreprises funéraires qui versent les pots-de-vin, de la corruption passive, dont se rendent coupables les agents hospitaliers qui reçoivent ces pots-de-vin.

19 Arrêté du 16 juillet 2009 relatif à la formation d’adaptation à l’emploi des aides-soignants et des agents de service mortuaire chargés du service des personnes décédées.

20 Décret nº 2007‑1188 du 3 août 2007 portant statut particulier du corps des aides-soignants et des agents des services hospitaliers qualifiés de la fonction publique hospitalière.

21 Sur la construction différenciée des identités professionnelles selon les générations, voir (Wolf, 2008).

22 C’est ainsi, par exemple, que des inspecteurs de l’IGAS chargés d’enquêter, à la suite de l’affaire des fœtus de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul restés non inhumés, sur les conditions de prise en charge des fœtus et enfants mort-nés, ont constaté que certains directeurs d’établissement ignoraient jusqu’à la présence même du service de la chambre mortuaire dont ils ont « découvert l’existence lors de la canicule de 2003 » (Lavigne et al., 2006, p. 17).

23 Ce phénomène n’est pas tout à fait le même que celui-ci que décrit E. Hughes sous le terme de « sale boulot » (Hughes, 1996b [1971] ; Arborio, 1995) ; dans ce cas, en effet, ce geste de délégation de certaines tâches d’un groupe professionnel à un autre ne s’inscrit pas dans un rapport hiérarchique (il ne s’agit pas, pour un groupe donné, de déléguer la part jugée la plus inintéressante de son travail au groupe qui se trouve situé en dessous de lui dans l’échelle hiérarchique).

24 Cette situation se manifeste notamment par le fait que les agents exercent souvent leurs fonctions en dehors de tout contrôle. Cet état de fait ne devient visible que lorsqu’il débouche sur des dysfonctionnements, comme ce fut le cas, par exemple, lors de l’affaire des hormones de croissance où des patients, traités avec des hormones fabriquées à partir d’hypophyses contaminées, développèrent la maladie de Creutzfeldt Jakob. Les conditions dans lesquelles des agents de morgues avaient pu très facilement — et parfois sans avoir l’impression d’agir illégalement — faire ces prélèvements à l’insu des directions d’hôpitaux furent alors mises au jour et dénoncées.

25 Je pense notamment aux rapports qui furent confiés à Marie de Hennezel qui avaient pourtant explicitement pour objet, comme le précise Jean-François Mattéi dans sa lettre de mission, d’aider à développer une « culture de l’accompagnement » (De Hennezel, 2003, 2005).

26 Loi nº 93‑23 du 8 janvier 1993 relative à la législation dans le domaine funéraire.

27 Rapport du CNOF 1998–2002, p. 13.

28 Il est possible que les soins palliatifs (dont la revendication première était, pour lutter contre l’abandon médical dont ils faisaient l’objet, de faire reconnaître les malades mourant non comme des « mourants » mais comme des « personnes en fin de vie », comme des vivants à part entière) aient contribué à accentuer cette scission (Baszanger, à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Wolf, « Le travail en chambre mortuaire : invisibilité et gestion en huis clos », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 2 | 2012, 157-177.

Référence électronique

Judith Wolf, « Le travail en chambre mortuaire : invisibilité et gestion en huis clos », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 2 | Avril-Juin 2012, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/4986 ; DOI : 10.4000/sdt.4986

Haut de page

Auteur

Judith Wolf

Cermès 3, centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale et société (CNRS/Inserm), site CNRS, 7, rue Guy-Môquet, 94801 Villejuif cedex, France
wolf.judith[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals