Navigation – Plan du site
Articles

Du « zèle » à l’autogestion : retour sur les usines récupérées d’Argentine

From “zeal” to self-management: Looking back on the factories “recuperated” in Argentina
Maxime Quijoux
p. 178-196

Résumés

Depuis le début des années 2000, l’Argentine est le théâtre d’un certain renouveau autogestionnaire. Plus de 20 ans après la fin de « l’expérience yougoslave », ce pays connaît en effet une vague d’occupations et de « récupérations » d’usines par leurs salariés qui suscite l’intérêt des altermondialistes : ces mobilisations incarneraient l’une des alternatives majeures à la globalisation « néolibérale ». En revenant de façon exhaustive sur l’un des cas emblématiques de ces récupérations, cet article montre à l’inverse que ses acteurs agissent au nom d’une relation privilégiée aux dirigeants et d’un « ethos du zèle ». En ce sens, leur lutte et la mise en place de l’autogestion constituent un cas riche d’enseignements pour l’analyse des mobilisations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Paul Bouffartigue, Christophe Brochier, Gwenaële Rot, Polymnia (...)
  • 2 Le terme même d’autogestion proviendrait du serbo-croate (Arvon, 1980).
  • 3 La principale revue éponyme de l’époque représente bien cette variété politique en réunissant des i (...)
  • 4 Mais elle est loin d’être la seule. Voir (Georgi, 2003).
  • 5 Précisons que la question de la participation salariale à la gestion de l’entreprise n’a pas été le (...)

1Dans les années 1960, en marge de l’affrontement Est-Ouest, la Yougoslavie suscite un engouement singulier en France dans certains milieux de gauche1. À cette époque, cette République socialiste s’illustre en effet par sa décision d’instaurer le « socialisme autogestionnaire ». Dans ce pays à parti unique, Tito décide que les communes, les écoles, les usines, les exploitations agricoles seront dorénavant organisées et dirigées par un comité élu et composé par leur personnel (Guézennec, 1991). Pour certains marxistes et catholiques de gauche opposés à l’URSS, « l’expérience yougoslave » constitue alors un modèle précurseur de développement pour les pays du tiers-monde ; dans un contexte international marqué à la fois par la guerre froide et la décolonisation, la réussite d’un tel modèle permettrait d’industrialiser ces pays pauvres, évitant à la fois les travers respectifs de l’exploitation capitaliste et de la bureaucratie soviétique (Meister, 1964 ; Desroche et Rambaud, 1971). Au lendemain de mai 1968, l’intérêt pour la Yougoslavie s’élargit considérablement parmi les tenants de la gauche française : certains courants trotskistes ou libertaires (Pattieu, 2001), mais aussi des syndicalistes chrétiens — la CFDT — (Détraz et al., 1973 ; Georgi, 1995) et des socialistes (Rosanvallon, 1976 ; Georgi, 2003) partagent désormais un même attachement à ses principes autogestionnaires2. Face à « l’aliénation économique » et « technocratique » du capitalisme d’un côté (Chauvey, 1970 ; Corpet, 1978), à la « dégénérescence bureaucratique et autoritaire » de l’URSS de l’autre (Maire, 1976 ; Arvon, 1980), beaucoup3considèrent que l’autogestion yougoslave incarne alors « une réalité bien vivante » face à ces deux modèles dominants (Chauvey, 1970, p. 41). Au milieu des années 1970, au moment où l’industrie française commence à décliner, elle inspire même certaines mobilisations hexagonales, l’histoire de Lip étant sans doute la plus emblématique4. Néanmoins, l’euphorie suscitée par « l’utopie réalisée » (Dezes, 2003) est rapidement contrariée : l’absence d’une « autogestion généralisée » (Bourdet, 1978), associée à une montée des inégalités puis à un raidissement soudain du régime (Meister, 1970 ; Naville, 1980), contribuent à une désaffection progressive du modèle, annonçant au final, le déclin du projet autogestionnaire en France5.

  • 6 Ces initiatives sont nombreuses et difficiles à répertorier. Signalons, entre autres, des pétitions (...)
  • 7 Entre autres, les documentaires : « the Take » de Klein et Lewis, en 2004 ; « Recuperadas » de Last (...)
  • 8 Aux côtés de Lutte Ouvrière (nº 1812 et 1841), Lutte de Classe (nº 64), Rouge (nº 2112), Rouge et V (...)
  • 9 Une page Facebook française est même dédiée à la question : « Récupération de nos entreprises, Auto (...)
  • 10 La quasi-totalité des articles de presse cités mentionnent ou concernent Brukman.

2Vingt ans après la fin de la République socialiste des Balkans, un autre pays du « tiers-monde » semble ressusciter en partie l’engouement pour l’autogestion en France : il s’agit des entreprises « récupérées » d’Argentine. Suite à près de 30 ans de privatisation et de flexibilisation du marché du travail (Kosacoff, 2008a, b), des milliers d’entreprises argentines ferment au début des années 2000. Partout dans le pays, des salariés refusent toutefois de perdre leur emploi : dans un contexte de grande mobilisation sociale, ils occupent leur lieu de travail puis remettent progressivement leur entreprise en route. Aujourd’hui, ce phénomène social rassemble encore environ 10 000 personnes (Ruggeri, 2010), issues principalement de petites et moyennes entreprises (PME) de l’industrie (Fajn, 2003). À l’instar de la république titiste d’autrefois, la multiplication depuis 2002 de conférences, débats6, documentaires7et articles8témoigne d’un regain d’intérêt pour ces mobilisations sociales9. Dix ans après la fin du communisme, un certain anticapitalisme contemporain revendique de « changer le monde sans prendre le pouvoir » (Holloway, 2008), par l’intermédiaire de « luttes innombrables » allant « de la rébellion ouverte aux luttes pour conquérir ou défendre le contrôle sur le processus de travail ou l’accès à l’éducation ou aux services de santé, ou encore celles pour l’affirmation de la dignité » (Holloway, 2003, p. 43). Dans ce contexte, nombreux sont ceux qui partagent l’idée que les usines récupérées « épousent les idées des nouveaux mouvements sociaux quant à leur organisation interne » (Canovas, 2008, p. 150). Parmi les 205 entreprises récupérées en Argentine (Ruggeri, 2010), l’usine Brukman incarne de façon exemplaire cette vision militante. Composée essentiellement de femmes, cette entreprise connaît en effet une lutte intense qui suscite une large médiatisation de sa « récupération », faisant d’elle une icône de l’autogestion argentine10. Elle doit notamment cette notoriété à sa revendication « d’étatisation sous contrôle ouvrier », qui lui confère une dimension idéologique très marquée.

3Cet article se propose de revenir sur ce phénomène d’entreprises récupérées en Argentine. En dépit d’une abondante littérature militante, ce phénomène reste encore insuffisamment exploré par les chercheurs en sciences sociales. Certains sociologues argentins en ont dessiné les contours, notamment grâce à des enquêtes nationales (Fajn, 2003 ; Ruggeri, 2010) et à quelques monographies (Fernandez Alvarez, 2006 ; Balladares, 2009). Ces productions restent néanmoins partielles et souvent dominées par une lecture marxiste dogmatique (Rebon, 2004), même si certains ont bien montré la dimension morale de ces mobilisations (Fernandez Alvarez, 2006 ; Balladares, 2009). Car ce phénomène ne correspond ni aux modèles autogestionnaires d’antan, produit d’un gouvernement socialiste, ni aux lectures altermondialistes qui l’associent hâtivement à sa cause.

4L’étude du cas emblématique de Brukman nous offre justement l’opportunité de mettre en lumière ces décalages, mais aussi d’apporter une contribution originale à la sociologie des mobilisations salariales. Au cours des dix mois passés au sein de cette usine entre 2004 et 2008, l’enquête met en lumière un phénomène social tout à fait spécifique : loin de l’image combative diffusée par les médias, les ouvrières de Brukman se caractérisent par l’absence de prédispositions apparentes pour un tel modèle de lutte et d’organisation. Issues des positions les plus subalternes de la division sociale du travail, elles se distinguent au cours de leur carrière par une conduite individualiste, productiviste et disciplinée.

  • 11 Cette contribution est le résultat d’une enquête menée de 2003 à 2009. Dans le cadre de travaux uni (...)

5Comment ces salariées sont-elles alors amenées à occuper puis autogérer leur entreprise ? À partir de la reconstitution de leurs parcours, nous montrerons que cette mobilisation participe d’une socialisation professionnelle spécifique, dans la mesure où elle ne surgit pas en opposition au patron, mais à l’inverse, grâce à des dispositions acquises à ses côtés au cours de leur carrière. Cette socialisation a construit de puissantes sources d’identification et de catégorisation (Brubaker, 2001) qui, menacées par l’abandon de l’usine, mobilisent des ouvrières pourtant fragiles et inexpérimentées. Il s’agira donc de montrer que cette mobilisation provient des bouleversements subis par un « ethos du zèle », en revenant, en premier lieu, sur sa construction, puis dans un deuxième temps, sur les raisons de son déclin. On s’intéressera enfin, dans une dernière partie, à l’instauration du projet autogestionnaire. Nous verrons comment le groupe oscille entre anciennes et nouvelles valeurs salariales, cherchant à donner du sens à un mode d’organisation qui lui a largement été imposé11.

1. Genèse d’une socialisation professionnelle

  • 12 Les confections Brukman ont été créées par trois frères — les Brukman — au début des années 1950. S (...)

6L’industrie textile est traditionnellement composée d’un personnel féminin. À Brukman12, huit salariées sur dix sont des femmes. Le monde de la confection est aussi connu pour sa précarité : travail au noir, sweating-system et emploi de sans-papiers, les ouvrières de ce secteur connaissent de nombreuses contraintes (Schweitzer, 2002) qui se vérifient ici. En reconstituant leurs trajectoires professionnelles, cette première partie mettra en évidence la formation d’un ethos singulier, issu de milieux de travail à la fois très précaires et très individualisés. Brukman apparaît alors comme un élément central dans ces parcours incertains : après des années d’insécurité professionnelle et de pénibilité, l’usine leur assure une relative stabilité économique ainsi que de puissantes sources d’identification et de valorisation.

1.1. Des débuts précaires et éprouvants

  • 13 Formosa, Corrientes, Chaco ou Misiones pour les régions ; Bolivie, Pérou et Paraguay pour les pays.
  • 14 Confrontées à la mécanisation, au développement de l’industrie agroalimentaire ainsi qu’aux fréquen (...)

7L’Argentine est historiquement une terre de migrations. Connu pour ses descendants européens, venus principalement d’Espagne et d’Italie, le pays accueille aussi depuis les années 1950 des populations issues des régions et nations septentrionales d’Amérique latine13. La grande majorité des futures salariées de Brukman provient de ces différentes migrations. Dans un contexte de fort développement industriel (Kosacoff, 2008a, b), la plupart d’entre elles participent à l’exode rural des années 1960 et 197014.

8Nées ou arrivées très jeunes dans la capitale, ces femmes connaissent souvent des trajectoires similaires : à une époque où l’école n’est pas un préalable à l’emploi, rares sont celles qui connaissent une scolarité dépassant le collège ; elles préfèrent le marché du travail, afin de participer, entre autres, à l’économie domestique. Sans capital scolaire ni social, elles rejoignent alors souvent le secteur sous-qualifié et précaire de la confection. À partir de connaissances rudimentaires en couture, elles viennent assister une voisine ou un proche travaillant à son compte ou pour celui d’un petit atelier de quartier, comme en témoigne Abi (57 ans, 17 ans à Brukman, ouvrière qualifiée) :

« — Tu savais coudre ?
— Je savais quelques trucs, à la maison j’avais appris à coudre des trucs avec la machine de ma belle-mère, tu vois ? Mon père travaillait et ma belle-mère aussi, moi je restais les samedis comme ça [sur la machine], tu vois ? [...] Donc, j’avais appris un peu à la manier, et quand j’ai connu cette fille [une voisine qui lui propose de travailler], j’avais 15 ans et j’ai commencé à travailler dans cet atelier, dans une lingerie. [...] J’ai travaillé un temps, j’ai appris et étudié. Après, une voisine du quartier qui arrivait du centre [de la capitale] m’a donné quelques trucs de couture, elle m’a montré comment travailler, à coudre des chemises, les cols de chemise, des parties de la chemise. Bon, après j’ai trouvé dans un autre atelier, et je suis restée là-bas. [...] Par la suite, une autre voisine m’a recommandée pour une autre usine de la capitale, mais là, j’avais 17 ans. »

9Au gré des séquences d’emploi chez ces petits sous-traitants, ces adolescentes vont progressivement se former au métier de la couture. Elles y apprennent techniques et savoir-faire, mais sont aussi façonnées par cet univers confiné et individualisé. Conditionnées par un salaire informel, précaire et à la tâche, elles acquièrent à la fois un sens marqué de la productivité et un rapport très personnalisé au revenu : elles incorporent un modèle salarial caractérisé autant par une autonomie professionnelle qu’économique (Mottez, 1966).

10Au bout de quelques années, elles réussissent à épargner suffisamment pour acheter leur machine à coudre et trouvent ainsi leur place dans le monde de la sous-traitance. Les années passées dans les différents ateliers leur ont permis de construire un réseau réduit, mais efficace, de clients potentiels, comme le montre l’entretien précédent : constamment recommandées, elles ont gagné une respectabilité qui au moment de lancer leur « entreprise » facilite les commandes. D’autant que le secteur de la confection est friand de cette « armée de réserve » que constitue le travail à domicile. Autrefois très fréquent en France (Fourcault, 1982) comme en Argentine (Lobato, 2007), celui-ci permettait aux entreprises d’externaliser une partie de leur production en période de suractivité. Sous-traitance non déclarée, cette formule optimise leur offre à moindres frais, d’autant plus que ces ouvrières de casa connaissent une forte productivité : elles ignorent en effet souvent leurs droits ainsi que les logiques de résistances collectives. Enfin, elles sont généralement payées à la tâche, ce mode de rémunération les incitant à travailler vite. Caractérisée par un équipement rudimentaire et une absence de capital, leur activité s’apparente davantage, en définitive, à une « affaire » plutôt qu’à une « entreprise » (Mottez, 1966).

11Pour ces ouvrières débutant leur carrière, entre 15 et 20 ans, à un âge où elles se mettent généralement en ménage et ont leur premier enfant, le travail à domicile apparaît aussi comme une solution pour réaliser des projets d’envergure, tout en respectant une certaine division sexuelle du travail : toutes ces jeunes familles rêvent en effet de construire leur logement, mais tiennent tout autant au maintien des rôles sexués dans leur groupe. Le travail à domicile leur « offre » ainsi la possibilité de continuer une activité rémunérée tout en assumant les devoirs de femmes au foyer qu’exige leur statut de mère et d’épouse. Il leur permet par exemple de suivre la scolarité de leur enfant tout en travaillant, comme s’en souvient Béa (50 ans, dix ans à Brukman) :

« Même si j’avais perdu la rentrée en maternelle [de mon fils car je travaillais dans un atelier], je ne voulais pas perdre l’école primaire qui était essentielle. C’est pourquoi j’ai trouvé du travail chez moi. Jusqu’à son entrée en sixième, j’ai travaillé chez moi. »

12Il n’est donc pas rare que ces couturières accomplissent des journées de travail où la production le dispute constamment aux tâches domestiques : entre le soin de la maison — et du mari —, l’éducation des enfants et le respect des délais des commandes, elles connaissent des journées de travail souvent très éprouvantes.

1.2. Salariat et constructions culturelles

  • 15 Le salariat argentin bénéficie à la fois des congés payés, des cotisations pour les retraites, mais (...)

13Au bout de quelques années de sous-traitance, la qualité du travail de ces ouvrières suscite l’intérêt de certains clients, notamment des directeurs d’usines qui les invitent à rejoindre leur entreprise. Cette fois-ci, la question de la division sexuelle du travail s’avère plus délicate : elles sont amenées à quitter leur domicile toute la journée, dérogeant par conséquent à leurs obligations domestiques. Après concertation avec leur mari, elles acceptent pourtant cette proposition d’emploi. Certains avantages liés au salariat finissent en effet par les convaincre : elles peuvent désormais compter sur des protections sociales15 — pour elles et leur famille —, une plus grande stabilité d’emploi et des revenus plus substantiels. Elles s’étonnent aussi d’une amélioration significative des conditions de travail, liée aux faibles cadences de la production :

« [À mon arrivée à l’usine] ça allait. Je ne pouvais pas me plaindre. Je ne me stressais pas sur la machine, parce que le travail que je faisais était assez facile et rapide. [...] c’est même plus, je crois que je m’auto-exploitais [quand elle travaillait chez elle], pour le salaire que j’avais, aujourd’hui tu te rends compte que c’était moi qui m’auto-exploitais. Je me levais à cinq heures du matin et à sept heures du soir, j’étais encore sur la machine. C’était incohérent. Et tout en m’occupant du gosse, en faisant les choses parce qu’en étant là-bas [chez elle] une heure et demie, deux heures, tu mets le lave-linge en route, tu t’occupes du linge, tu t’assois, c’est déjà midi moins le quart, “aïe, je dois aller chercher Santiago”, je m’en vais, je récupère Santiago, je lui donne à manger... j’étais un vrai robot. Donc, après quand je suis arrivée ici, je n’ai pas senti qu’on m’exploitait. Parce que chez moi [c’était] le travail, plus la maison, plus le gosse. Et je me disais : “le salaire n’est pas mal pour ce que je fais ici”. »

14Le travail salarié libère donc des femmes prises en étau entre la participation à l’économie familiale et la responsabilité du foyer. Elles y découvrent un univers qui rompt l’isolement et l’exploitation fréquents dans le travail à domicile. Mais elles n’y trouvent pas pour autant une socialisation de pairs, faite par exemple de solidarité et de camaraderie. Toutes admettent que leurs échanges sont plutôt froids ou du moins courtois, mais souvent emprunts d’une certaine rivalité entre les ouvrières. Le monde de la confection est souvent constitué de conduites concurrentielles et individualistes (Gadrey, 1992). Mais loin d’être intimidées, ces nouvelles ouvrières témoignent à l’inverse d’une adaptation très rapide à l’entreprise, quitte à renforcer parfois les tensions entre salariés. Marta (57 ans, 17 ans à Brukman) nous décrit par exemple l’un de ces multiples conflits, signes de l’intense « compétition » qui anime alors le personnel :

« Je gagnais beaucoup en production. Le truc c’est qu’après, je me suis rendue compte qu’il y avait un problème avec les responsables. Les contremaîtres avaient un salaire full time. Nous on restait à faire des heures supplémentaires, on était payé en heures sup’ mais pas elles. Donc, c’est là que le problème a commencé. Elles ont commencé à nous trouver des fautes et elles, elles allaient directement en haut [dans les bureaux des patrons]. Moi, je parlais avec les gens d’en haut pour en discuter. Mais non, les contremaîtres continuaient à se plaindre, à cause de leur temps plein, et du fait qu’elles devaient venir le samedi.
— Et elles gagnaient la même chose ?
— Pareil, et nous non. »

15Plus que la stabilité de l’emploi ou des conditions de travail satisfaisantes, ces anciennes tâcheronnes trouvent avant tout un système de rémunération qui consacre leur discipline et leur habileté : grille de salaires fondée sur les qualifications et l’ancienneté, regroupées par catégories de spécialisation, l’usine Brukman connaît aussi un système de primes fondé tant sur la ponctualité, l’assiduité que sur la productivité. Versées au moment de leur salaire (tous les 15 jours), elles sont doublées au bout de six mois, puis triplées en fin d’année, selon la régularité de chaque ouvrière. Primes auxquelles s’ajoutent des heures supplémentaires jalousées, accordées aux plus dévouées, qu’elles incarnent d’ailleurs le plus souvent : ex-travailleuses à domicile et patrons partagent en effet une confiance réciproque, parfois ancienne, consolidée d’un côté par une fidélité dans l’offre de travail, et, de l’autre, par la qualité du rendement. Les nombreuses années à l’usine qui suivent ne font, en définitive, que perpétuer cette loyauté, faisant d’elle la principale composante de leur relation salariale.

16De nombreux sociologues ont montré le rôle central de la hiérarchie des salaires dans l’existence sociale des salariés (Mottez, 1966 ; Paugam, 2000 ; Dubet, 2006), y compris chez les ouvriers (Herard, 2001). À Brukman, plus qu’un revenu subsidiaire, primes et heures supplémentaires sont les signes de reconnaissance de leur aptitude à produire vite et bien, faisant d’elles des ouvrières d’exception. Au fil du temps l’usine améliore à la fois significativement leurs conditions de travail et de salaire, mais constitue aussi les supports matériels et symboliques d’une existence sociale valorisée. Autrefois prisonnières de leur domicile et de leur double journée de travail, elles se distinguent désormais par leur discipline et leur virtuosité.

17Jusqu’à la fin des années 1980, ces ouvrières modèles mettront à profit cette réputation. Elles connaîtront ainsi les mêmes patrons : au gré des opportunités de salaires et des avantages qui s’offrent à elles, ces dernières changeront fréquemment d’entreprises, mais au sein du même secteur — et souvent du même quartier —, constituant au final un circuit bien défini d’employeurs. La décennie suivante tendra à en diminuer le nombre, cristallisant le lien des ouvrières à certains patrons, notamment à ceux des textiles Brukman.

2. Les formes d’une autogestion « spontanée »

18À l’aube du nouveau millénaire, nul n’est capable d’envisager que les ouvrières de Brukman les plus dévouées aux patrons vont occuper puis autogérer l’usine. Bien intégrées sur le marché du travail, elles semblent en parfaite adéquation avec « l’esprit » de leurs employeurs. Comment ces ouvrières en viennent-elles alors à occuper leur usine ? Comment vont-elles ensuite adhérer à des revendications égalitaires, aux antipodes de leurs pratiques professionnelles ? À partir des modèles d’identification de Rogers Brubaker (2001) et d’économie morale d’Edward P. Thompson (1988), nous verrons que c’est l’effondrement du modèle patronal qui fait basculer ces salariées vers un projet autogestionnaire. Dans un contexte de crise, en abandonnant l’usine, ce projet met en péril un ordre social et un ethos qu’il a en partie construit, sinon alimenté.

2.1. Destruction d’un monde social, menace sur l’identité et économie morale

  • 16 L’Argentine connaît en effet depuis les années 1970 un processus de privatisation, d’ouverture du c (...)

19À partir des années 1990, l’économie argentine connaît de grands chambardements. Cette décennie constitue une étape cruciale dans le processus de libéralisation dans lequel est entré le pays depuis les années 197016. Elle est incarnée paradoxalement par Carlos Menem, président péroniste élu à la fin des années 1980. Malgré un projet social ambitieux, ce nouveau gouvernement s’engage très rapidement sur la voie des privatisations et de la flexibilisation du marché du travail. Dans un contexte post-guerre froide où triomphe le capitalisme, la période ménémiste représente un tournant idéologique et la scène d’une véritable métamorphose économique et sociale du pays. Dans cet État providence historique qu’est l’Argentine, de grandes entreprises publiques sont cédées à des groupes financiers tandis que l’État subit de drastiques réductions de personnel (Sidicaro, 2002). Le monde du travail connaît aussi des transformations structurelles qui affectent en profondeur les relations professionnelles : l’heure est à la maximisation des profits et aux gains de productivité pour les entreprises. Sur fond de divisions syndicales (Di Tella, 1998 ; Godio, 2000), de nombreuses mesures législatives et fiscales en faveur du patronat (exonération de charges, essor des contrats partiels et des facilités de licenciements) vont créer les termes d’un nouveau climat social. Le démembrement des conventions collectives constitue une véritable incitation aux fraudes et aux écarts en tout genre au Code du travail, auxquelles participent le patronat, mais aussi les syndicats majoritaires, ainsi que certains salariés. En ce sens, l’usine Brukman semble particulièrement sujette à ces transformations des pratiques salariales. Dès le début des années 1990, les patrons de cette entreprise semblent profiter de ces nouvelles opportunités, comme nous le raconte de nouveau Marta :

« [On avait] beaucoup de travail, beaucoup d’heures sup’, moi je n’ai jamais dit non à des heures sup’. Comme c’était la seule machine [dont je m’occupais dans l’usine], il fallait produire en quantité pour tous [.] Mais je touchais bien. Jusqu’au jour où ça a commencé à diminuer. Qu’est-ce qu’ils font ? Ils me licencient ici. Ils me licencient sur le papier, et je passe au noir. Mais je continue à travailler, un “accord” disons. On te licencie ou tu l’acceptes ou... »

  • 17 Privatisation d’entreprises publiques et déréglementation du marché du travail ont en effet été acc (...)
  • 18 Une ouvrière m’a expliqué par exemple comment le patron lui avait gardé son emploi le temps qu’elle (...)

20À partir de 1995, une grave crise spéculative touche l’Argentine. Loin de ralentir les transformations économiques en cours, elle tend à les accélérer17. En quelques années, les conditions de travail et de rémunérations se dégradent profondément à Brukman : passage au travail informel, licenciements et baisses des revenus. Le patron contracte des dettes auprès de ses salariées et les cotisations et salaires connaissent des arriérés qui ne cesseront d’augmenter jusqu’à sa fuite en 2001. Pourtant, les ouvrières continuent de lui accorder leur confiance. Certaines travaillent avec lui depuis 20 ou 30 ans et entretiennent depuis le début de bonnes relations avec lui. Il a parfois rendu « service »18 et la crise qui touche alors le pays « explique » ces écarts.

21C’est pourquoi, lorsqu’il abandonne l’usine fin 2001, il ruine une économie morale fondée sur une confiance historique tout en détruisant un ordre économique et social (Thompson, 1988) constitutif d’identités singulières. Pendant dix, 20 ou 30 ans, sa conduite auprès des ouvrières les plus investies a en effet participé à la construction d’un sentiment d’appartenance très puissant à l’entreprise. Leur proximité « réciproque » a favorisé une fierté professionnelle qui, au moment de l’abandon de l’usine, est brutalement mise à mal. Il fait aussi peser une menace sans précédent sur les acquis matériels de toute une vie. Dans un contexte politique singulier, la remise en cause soudaine de cet « ethos du zèle » ouvrira la voie, en définitive, à la construction de nouvelles catégories culturelles pour ces ouvrières.

2.2. L’irruption de l’autogestion

  • 19 Au début du mois de décembre 2001, face à la fuite massive des capitaux du pays, le gouvernement im (...)

22Le 18 décembre 2001, après plus de six ans de licenciements, de baisse de revenus et de cotisations impayées, le patron des textiles Brukman propose à ses ouvrières deux pesos (deux dollars à l’époque) en guise de salaire hebdomadaire. Parmi la centaine d’ouvrières présente ce jour-là, une vingtaine d’entre elles s’indigne et réclame une meilleure rémunération. À quelques jours de Noël, cette somme ne leur permet même pas de rentrer chez elles. Surpris, le patron semble s’exécuter. Il quitte l’usine, au prétexte d’aller chercher un complément. La majorité du personnel lui emboîte le pas, cadres et salariés compris. En réalité, dans l’incapacité d’obtenir des liquidités19 ce jour-là, le patron organise sa fuite.

  • 20 Organisations politiques de chômeurs. Pour plus d’informations voir (Merklen, 2005).

23Ce différend est alors le prélude d’un événement national majeur. Le lendemain, le pays entre dans une période de très vive contestation sociale, les cacerolazos. Les 19 et 20 décembre 2001, des milliers d’Argentins descendent spontanément dans les rues pour réclamer le départ du gouvernement. Aussitôt, l’état de siège est déclaré et la répression fait plus de 30 morts et des centaines de blessés. Celle-ci est toutefois incapable d’enrayer une lame d’agitation qui durera jusqu’en avril 2003, date de l’élection de Nestor Kirchner. Pendant un an et demi, en parallèle des manifestations quotidiennes, les assemblées de quartiers, les piqueteros20 et les mouvements d’extrême gauche connaissent une audience inédite et organisent des mobilisations sans précédent (Quattrochi-Woisson, 2003).

  • 21 Les trotskistes en question sont des membres du « Parti des Travailleurs Socialistes ». Il s’agit d (...)

24Depuis leurs fenêtres, les ouvrières de Brukman assistent effrayées à la répression des cacerolazos. Malgré la gravité de la situation, elles restent néanmoins persuadées du retour imminent du patron (Magnani, 2003). Au même moment, des militants de partis trotskistes21prennent connaissance de leur « lutte » et viennent à leur contact. Ces militants découvrent alors des ouvrières terrées sur leur lieu de travail. Isolées, elles craignent qu’on les réprime, comme se souvient Magda :

« Mais il n’était pas question d’occuper l’usine. Ils [les patrons] ont été bêtes de ne pas revenir. Parce que s’ils étaient revenus, deux, trois tours plus tard, avec la peur qu’on avait à cause des cacerolazos, ils nous auraient donné 50 pesos et on serait parties en courant ! »

25L’arrivée de ces militants est donc bien accueillie par le petit groupe d’occupantes. Dans un contexte national chaotique, leur présence quotidienne et leur expérience politique rassurent des ouvrières en proie au désarroi. De fait, ces militants endossent rapidement un rôle moteur dans cette mobilisation embryonnaire. Après un mois d’attente sans aucune nouvelle du patron, ces militants convainquent les ouvrières que celui-ci ne reviendra plus. Elles accusent le coup, mais semblent disposées à accepter des pratiques et discours jusque-là inconnus. Dans un contexte social où un Argentin sur trois est sans emploi, ces « entrepreneurs » de mobilisations arrivent en effet à « requalifier » (Lagroye, 2003) leur « attente » initiale en « récupération ». Ainsi, le jour où un client réclame sa commande, elles décident de l’honorer seules et vendent le stock afin de former un capital. La production est relancée.

  • 22 En plus d’avoir mis à leur disposition un groupe d’avocats, ces militants réalisent un vrai travail (...)
  • 23 On ne peut que s’étonner des similitudes stratégiques entre la logique d’occupation défendue par la (...)

26Dès lors, l’influence de ces militants trotskistes devient déterminante. Ils se substituent rapidement au syndicat et apportent un capital singulier (Matonti et Poupeau, 2004) indispensable à l’organisation de la lutte et de l’autogestion. Face à ces militants expérimentés, issus pour certains d’usines récupérées, les couturières sont très vite conquises par le dévouement qu’ils accordent à leur cause22. De fait, ils réussissent à médiatiser leur conflit, et la lutte de Brukman bénéficie rapidement d’un large soutien populaire. Des centaines puis des milliers de personnes répondent à leur appel à manifester23. Les ouvrières reprennent alors confiance en elles, encouragées par le retour de quelques clients. En quelques mois, elles deviennent les emblèmes de « la nationalisation sous contrôle ouvrier ». Elles rejettent le statut de coopérative, incapable, selon elles, de pérenniser l’emploi, au profit d’une prise en charge de l’usine par l’État, mais dont la direction resterait sous leur contrôle. Or, cette disposition législative n’existe pas. Par ailleurs, dès mars 2002, l’ancien patron Brukman manifeste sa volonté de reprendre possession des lieux. Les autorités tentent donc d’expulser à plusieurs reprises les ouvrières de l’usine. En vain : soutenues à chaque fois par des centaines de personnes, ces expulsions avortées galvanisent le groupe de couturières ; la « lâcheté » de leur patron, associée à l’absence de solidarité des élus, les conforte dans leur nouvelle radicalité politique. Certains leaders se rapprochent d’ailleurs ouvertement de leurs soutiens trotskistes, devenant des membres actifs du PTS.

2.3. Une adhésion inégale à une nouvelle radicalité politique

27Au quotidien, cette radicalité s’affiche par un égalitarisme qui semble se distinguer drastiquement de l’ancien système de rémunération. Dans un contexte socioprofessionnel nouveau, dominé par l’urgence et l’incertitude, toutes les ouvrières gagnent désormais le même salaire indépendamment des responsabilités hiérarchiques. De fait, elles s’efforcent de partager l’ensemble des responsabilités. Chaque semaine, elles sont toutes, sans exception, censées participer à l’organisation de la vie productive et administrative de l’entreprise. De la répartition des tâches de ménage aux problèmes posés par la production « à façon », toutes les décisions sont discutées et votées à la majorité. L’organisation du travail est également gérée par l’assemblée. En son sein, chaque secteur détermine ses responsables. Leur révocation est possible également par vote de l’assemblée. Le projet autogestionnaire semble donc se concrétiser.

  • 24 De nouveau, la comparaison avec l’usine Lip est intéressante. Grâce au travail récent d’une histori (...)

28La réalité est pourtant plus nuancée. Dès les premiers mois, une division se crée au sein du collectif. Les leaders, proches des soutiens trotskistes, deviennent progressivement des militantes professionnelles. À leurs côtés, ces ouvrières gagnent en effet en compétence politique. Elles participent aux débats et aux réunions publiques, aussi bien en Argentine qu’à l’étranger. Très valorisées au cours de ces déplacements, elles sont habitées par une très grande conviction. En revanche, le reste de l’usine fait preuve de beaucoup plus de circonspection à l’égard de la lutte et de la politique. La plupart d’entre elles se replient sur leur travail et se désintéressent de la mobilisation24. À l’instar de Miriam et Norma, beaucoup expliquent cette conduite en invoquant une certaine nonchalance. Elles assument parfaitement leur attentisme, quitte à apparaître comme des « passagers clandestins » (Olson, 1978) :

« N : c’était un petit groupe qui y croyait [à l’étatisation sous contrôle ouvrier] et nous les autres, on se laissait aller par commodité, pour ne pas y aller, tu vois ? [...] On bossait et du coup ça ne nous dérangeait pas...
M : On est la majorité et on a toujours été la majorité. On s’est juste fait entraîner... par commodité. »

29En avril 2003, les ouvrières de Brukman se font expulser. Quelques jours plus tard, soutenues par des milliers de personnes, elles tentent de reprendre l’usine. Elles subissent alors une répression policière aussi violente qu’inattendue. Indignées, elles installent un campement de fortune dans un parc à quelques encablures de l’usine, en signe de protestation. Mais cette expulsion a surtout pour effet d’accentuer les divisions dans le groupe. Les leaders, ainsi que les soutiens trotskistes sont tenus pour responsables de cette expulsion, accusés de jusqu’au-boutisme. Dès lors, la situation ne cesse de se dégrader. La lutte stagne dans ce parc, qui plus est au moment où sévit l’hiver austral. Trois mois plus tard, incapables de trouver une solution, les militants trotskistes sont finalement évincés de la lutte au profit d’un avocat péroniste, qui convainc les ouvrières d’abandonner la nationalisation de l’usine. En trois semaines, le conflit est résolu. L’avocat obtient l’expropriation temporaire de l’usine, ainsi que le statut de coopérative.

30Le 31 décembre 2003, les ouvrières retrouvent triomphalement leur usine. En un an et demi, elles ont connu une lutte qui a profondément bousculé leurs valeurs et leurs représentations du monde du travail. Désormais associées, leur implication dans la coopérative reste néanmoins disparate et l’adhésion à l’autogestion parfois confuse. À cet égard, confrontée à de multiples contraintes, la coopérative va redéfinir les responsabilités individuelles en imposant un nouveau contrôle social.

3. Autogestion spontanée et « bricolage communautaire »

31La dimension politique a souvent été la principale revendication des défenseurs de l’autogestion. Cette dernière est censée « libérer » le travailleur des dérives de l’organisation scientifique du travail (Bourdet, 1970 ; Mothé, 1976). Or, au lendemain de la récupération, une autre motivation essentielle apparaît chez les ouvrières, omise par les penseurs de la gestion collective : la dimension matérielle. Dans un contexte de renouveau économique, les ouvrières prennent conscience en effet de l’opportunité financière que constitue la gestion de l’entreprise. Elles ignorent néanmoins les responsabilités qu’implique leur nouveau statut d’associées. Entre fortes attentes et réalité prosaïque, les ouvrières produisent alors un nouveau type de contrôle social, réponse à des situations menaçantes et incertaines.

3.1. Naissance de la coopérative : des enjeux sous-estimés

  • 25 La première expropriation est « temporaire » et concerne l’immeuble. Celui-ci fait l’objet d’une ex (...)

32Fin décembre 2003, les ouvrières de Brukman retrouvent donc l’usine. Elles détiennent désormais officiellement cette entreprise grâce à l’expropriation du bâtiment et des machines par la ville de Buenos Aires25. Pour le collectif, l’heure est donc au soulagement. La menace du chômage semble en grande partie écartée. Mais aussitôt la coopérative créée, le groupe d’ouvrières est confronté à certaines contraintes qui compliquent profondément la relance de l’activité. Le manque patent de personnel constitue la première de ces difficultés. Sur les 115 ouvrières présentes au début de « l’occupation », les deux tiers ne reviendront jamais. Cette défection massive constitue une difficulté d’autant plus grande qu’elle concerne généralement les ouvrières les plus qualifiées. Or, au moment de son lancement, la coopérative n’a aucun moyen de faire revenir cette main d’œuvre performante. Sur un marché national revigoré par la dévaluation, ces ouvrières sont très convoitées, et peuvent se permettre d’exiger des conditions de travail et de rémunération que les Brukman sont incapables de proposer. Le témoignage de Marta est, à cet égard, tout à fait illustratif :

« Sortir faire du porte-à-porte avec notre produit, ça, ça nous coûte [...] le prêt-à-porter, ce n’est pas un sujet facile, ce n’est pas comme vendre des casseroles, [...] c’est quelque chose de très spécifique. Au minimum, si le client le demande, il faut dire par exemple : “pourquoi cette manche est sinueuse”. [...] Donc, on a mis une annonce dans le journal [...], mais quand j’ai vu le journal, [...] il y avait des annonces grandes comme ça, et en couleurs “on a besoin de vendeurs de prêt-à-porter”. C’est là qu’on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de vendeurs. »

33Les ouvrières se retrouvent donc à recruter par défaut. Elles privilégient en effet leurs proches, notamment leurs enfants, main d’œuvre immédiatement disponible, mais dont les compétences et la motivation sont souvent limitées. Claudia, jeune ouvrière de l’usine, constate, indignée, la passivité et l’indifférence de ces recrues au sort de l’usine qui se joue, exacerbant un « drame social » (Hughes, 1996) entre anciens et nouveaux membres de la coopérative :

« Le fils de Bea, quand il est arrivé, il prenait le temps de regarder, de s’asseoir, et de regarder le tableau, en pleine production. [...] Moi, ça me rendait dingue, parce qu’à cette époque, on avait plein de boulot et je voyais qu’il n’y mettait aucune bonne volonté. Mais si on prend des gens [qui ne savent pas], c’est pour apprendre. Lui, il était supposé savoir repasser des manches, mais par la suite, les filles du second étage disaient qu’elles étaient toutes mal repassées. »

34Le second défi lancé aux nouvelles associées est la reconstitution d’un capital suffisant pour honorer les différentes responsabilités financières qui désormais leur incombent. Celles-ci sont nombreuses. Elles doivent tout d’abord épargner afin de pouvoir racheter l’immeuble. Or, elles n’ont que deux ans pour réunir la somme nécessaire. Les ouvrières doivent faire face ensuite à de nombreux frais liés à la réparation des machines ainsi qu’à la rénovation du bâtiment. Au cours de la lutte, l’usine a connu de nombreuses dégradations qui coûtent cher à remettre en état. Enfin, les ouvrières s’aperçoivent du coût non négligeable du fonctionnement de l’usine : les factures d’eau, d’électricité, de gaz d’un immeuble de six étages s’élèvent rapidement à plusieurs milliers de dollars.

35La somme totale de ces dépenses constitue un poids considérable au moment de relancer la production. Incapables d’attirer un personnel qualifié, les ouvrières sont également obligées de produire « à façon ». Sans capital, elles ne peuvent acheter les matières premières nécessaires à la production des costumes. Elles sont donc contraintes d’obtenir les tissus directement auprès de leurs clients, réduisant leurs marges en conséquence. Ainsi, les ouvrières estiment que la production « à façon » ne leur rapporte que 10 à 20 % d’une vente ordinaire. Par ailleurs, l’usine semble invariablement cantonnée à un rôle très marginal de sous-traitant. Elle produit pour des boutiques qui obtiennent d’importants contrats en lieu et place de la coopérative.

36L’intensité de la lutte n’a pas permis aux ouvrières de se préparer à une réalité économique aussi contraignante. Mises bout à bout, toutes ces dépenses constituent donc une première grande désillusion pour le collectif. Face au manque de personnel qualifié, elles sont soumises à une productivité très élevée qui aggrave considérablement leur stress et leurs conditions de travail. Compensée dans un premier temps par l’enthousiasme du retour à l’usine, l’euphorie du collectif va progressivement s’épuiser, à mesure que la coopérative tarde à accomplir ses promesses d’abondance financière.

3.2. Une autogestion formaliste

  • 26 Instituto Nacional de Asociativismo y de Economía Social, http://www.inaes.gov.ar/es/
  • 27 Ibidem.
  • 28 Ibidem.

37Le retour officiel à l’usine ne signifie pas seulement la remise en route légale de la production. Elle implique également l’adoption d’un cadre législatif imposant des normes de fonctionnement. En devenant une coopérative, l’usine Brukman passe en effet sous l’égide de l’Inaes26, institution qui a pour fonction d’encadrer les organisations relevant de l’économie sociale du pays. Ainsi, l’usine Brukman s’engage à respecter les principes du coopérativisme international, notamment l’élection démocratique d’un conseil d’administration par l’ensemble des associés, formé d’un président, d’un secrétaire, d’un syndic et d’un trésorier27. La gestion démocratique de l’usine s’organise alors à partir de deux assemblées, l’une ordinaire, l’autre extraordinaire. La première a lieu une fois par an, au moment du bilan annuel des activités de l’entreprise ; la seconde est convoquée autant de fois que nécessaire par le conseil d’administration, le syndic ou 10 % minimum des associés, afin de régler les points qui ne peuvent être traités par l’assemblée ordinaire28. La législation impose donc l’existence d’un certain formalisme, exigé aussi par les banques et les clients qui réclament un interlocuteur officiel.

  • 29 Suite au dénouement de leur lutte, l’usine Brukman rejoint le Mouvement national des fabriques récu (...)
  • 30 C’est un cas unique également dans l’histoire de l’autogestion : les grandes expériences comme Lip (...)

38Mais en dépit de ces nouvelles exigences, les ouvrières de Brukman continuent d’adopter des pratiques de gestion très horizontales acquises au cours de la lutte et confortées par leur nouveau soutien péroniste29. Les associées outrepassent à la fois les prérogatives du conseil d’administration et la distinction des deux types d’assemblée. Chaque lundi, l’ensemble des décisions est soumis à discussion et au vote de la majorité de l’assemblée. Un conseil d’administration a bien été élu, mais ses membres, soumis chaque semaine au contrôle des pairs, ont très peu d’autonomie décisionnelle et risque la réprobation du collectif en cas d’initiatives autoritaires ou isolées. Il existe donc un consensus très fort autour de la démocratie directe et de l’égalité salariale qui, à ce jour (septembre 2010), est toujours maintenue. En ce sens, par son exigence et sa longévité, l’usine Brukman constitue un cas unique parmi les usines récupérées du pays30.

39Cette exigence démocratique n’est pourtant pas exempte de contradictions. Tout d’abord, la participation au jeu démocratique de l’entreprise est très aléatoire. Désormais associées, les ouvrières semblent peu concernées par les nouvelles tâches qu’impose leur statut et les responsabilités administratives reviennent aux mêmes depuis le début de la lutte. Productrices avant tout, les ouvrières peinent à s’investir dans de nouvelles fonctions. Celles qui sont âgées de plus de 50 ans, peu scolarisées, s’estiment incapables d’apprendre ces nouvelles tâches. Quant aux plus jeunes, mères d’enfants en bas âge, elles n’ont pas la disponibilité suffisante pour envisager un tel engagement : la gestion de l’usine suppose une présence supplémentaire dans les locaux difficilement conciliable avec la vie de famille. Entre sentiment d’incompétence et manque de temps, les seules en mesure d’assumer des responsabilités ont donc souvent des enfants déjà âgés, sont célibataires ou divorcées et possèdent parfois des qualifications spécifiques.

40Néanmoins, cette persistance d’une division du travail n’explique pas à elle seule la conduite d’une majorité d’ouvrières face à leurs responsabilités. La rigueur démocratique, incarnée par l’assemblée, suscite aussi de multiples désaffections. D’une durée moyenne de deux à trois heures, sa tenue hebdomadaire épuise des ouvrières déjà surmenées par d’harassantes journées de travail. Ayant conservé les horaires « d’autrefois », elles pointent de 6 heures à 15 heures, sans compter les deux à quatre heures de trajet entre leur domicile et l’usine. Critiquée pour sa durée, l’assemblée l’est surtout pour son inefficacité. En effet, beaucoup considèrent moins cet espace comme un lieu d’échange et de prise de décisions que comme un lieu d’interminables tergiversations et de confrontations personnelles. Michel (ouvrier de 70 ans) exprime bien ce sentiment partagé à propos de l’assemblée :

« Ça me plait pas beaucoup l’assemblée. On se dispute beaucoup. [...] On donne pas la solution, et c’est pas la solution de se disputer. Par exemple, je me dispute avec toi, je dis que toi tu travailles pas et je dis que je travaille, qui peut savoir ? »

41En somme, les ouvrières de Brukman font preuve d’une fidélité exemplaire à l’égard des principes autogestionnaires. Plus horizontales que le modèle dominant du coopérativisme, leurs pratiques se distinguent aussi par leur longévité. Mais cette rigueur alourdit des conditions de travail déjà éprouvantes et provoque la désertion partielle des ouvrières. Désertion qui s’explique aussi par l’incapacité de l’assemblée à créer les conditions nécessaires à une négociation, donc à une régulation sociale (Reynaud, 1989). Mais au moment où les difficultés s’accumulent, auxquelles s’ajoutent des périodes de chômage technique, un nouveau contrôle social s’impose. Entre source d’identification ancienne et nouvelles valeurs autogestionnaires, ce contrôle se substitue à la régulation sociale et incarne la recherche d’un nouvel équilibre pour le groupe.

3.3. Les formes d’un nouveau contrôle social

42Dans son ouvrage Les règles du jeu, Jean-Daniel Reynaud souligne que la création d’une communauté nouvelle n’est jamais « une belle construction cohérente, [mais plutôt] un bricolage communautaire [...] réutilisant à des fins nouvelles des morceaux de charpentes anciens » (Reynaud, 1989, p. 86). En dépit de leurs fortes aspirations autogestionnaires, les ouvrières de Brukman n’échappent pas à ce principe. La coopérative participe de structures anciennes qui ont une incidence sur sa construction sociale. En ce sens, les associées ont été fortement marquées par des valeurs patronales telles que la discipline, la rigueur et le profit personnel. C’est d’ailleurs la menace qui pèse sur cet « éthos du zèle » — le chômage — qui provoque la récupération. Au final, la reprise de l’usine constitue même une forme de consécration. Après une lutte ardue et des années de « galère », leur victoire entérine à la fois leur appartenance spécifique à l’usine et leur suprématie en son sein. Cette vision se traduit alors par une forte attente matérielle. Pour toutes, il est en effet légitime d’espérer gagner rapidement de confortables rémunérations. Ouvrières d’exception, fortifiées par une lutte flamboyante, elles vont pouvoir désormais jouir intégralement des fruits de leur travail, confirmant ainsi leur nouvelle qualité distinctive de « productrices associées ».

43Mais au bout d’un an, ces espoirs s’enlisent au profit de l’aigreur et de l’incompréhension. Entre deux périodes de chômage technique, les ouvrières cumulent de nombreuses heures de production qui suffisent à peine à couvrir les multiples frais de la coopérative, leur laissant au final une maigre rétribution. Autrement dit, après l’urgence de la lutte imposant une gestion à « courte vue », la coopérative impose une temporalité de long terme au goût étrange. Autrefois synonyme d’ascension sociale et promettant d’abondantes rétributions, l’usine devient au contraire source de précarité, d’obligations et d’anxiété :

  • 31 Le salaire minimum argentin est équivalent à 400 pesos mensuels.

« Voilà trois jours que l’usine tourne à bas régime, créant un climat de déprime et de tensions au sein des ouvrières. Alors que la saison estivale est terminée, les commandes devraient logiquement repartir. Or, il n’en est rien. La semaine passée, les ouvrières de l’usine n’ont touché comme salaire hebdomadaire que 80 pesos31, une somme ridicule vu le nombre d’heures travaillées qui varie entre 40 et 45 heures hebdomadaires. » (Extrait de notes, mars 2005)

44Alors que la coopérative était censée consacrer leur victoire, c’est l’inverse qui se produit. En gagnant, dorénavant, un salaire peu élevé et identique pour tous, le travail des ouvrières n’est plus rétribué à sa juste valeur. En contradiction avec leur « éthos du zèle » et leurs attentes, il leur est impossible d’endosser la responsabilité de cette précarité. Conscient des contraintes extérieures pesant sur l’usine, le collectif reste pourtant persuadé que leur malheur provient de conduites ouvrières improductives. On se surveille pendant les heures de travail, provoquant à l’envi des conflits au cours desquels on s’accuse de tirer au flanc. La pratique rigoriste de l’autogestion renforce alors la suspicion. L’égalité des salaires accentue en effet le risque du « passager clandestin » associé profitant d’une rémunération sans contribuer suffisamment à l’effort collectif. Progressivement, les règles se durcissent. La coopérative ne rétribue plus désormais les absences ou retards injustifiés — la pointeuse est par exemple rétablie — tandis que la surveillance collective se généralise pendant les heures de travail. La productivité individuelle devient alors un sujet central, cristallisant les discussions au cours des assemblées. Michel y faisait allusion précédemment, mais le témoignage de Béa illustre encore mieux ces mécanismes :

« L’un des cas les plus votés en assemblée est à propos du niveau de production de chacun. Car il y a toujours un collègue qui traîne la patte [...] Ou parce qu’il n’est pas venu. Par exemple, on a le cas d’un collègue qui n’est pas venu pendant un mois. [...] Maintenant, il est revenu depuis lundi. Mais ça faisait un mois qu’il ne venait pas. Il s’est fait accrocher par une collègue au cours d’une assemblée. Ce qui s’est passé c’est que la production était coincée, mais on ne savait pas où. Bon, cette collègue a convoqué une assemblée et le problème venait de la machine du collègue. Il avait un tas de travail empilé à faire, tu comprends ? Entre allers et venues, cette collègue a dit : “ce qui se passe, c’est que le collègue untel a du retard dans le travail, là-bas dans le fond... et ne fait rien de toute la journée”. Donc, lui s’est fâché et n’est plus venu pendant un mois. »

45Renaud Sainsaulieu, Pierre-Eric Tixier et Marie-Odile Marty ont montré que l’autogestion est tributaire « d’une régulation sociale normative puisque chacun est en permanence sous le contrôle d’autrui, à travers le travail, les réunions et souvent les relations amicales. » (Sainsaulieu et al., 1983, p. 197). Ils précisent que celle-ci dépend de « cultures héritées » (Sainsaulieu et al., 1983, p. 190). Combinant anciennes valeurs patronales — ici la productivité individuelle — et nouvelles valeurs issues de la lutte — l’égalité —, la coopérative confirme partiellement ici leurs propos. Car sous l’effet cumulé d’une gestion à courte vue et de la précarisation, cette régulation sociale est plus imposée que négociée. Elle s’assimile davantage à un contrôle social spontané, réponse improvisée sous la menace d’une situation aussi inconnue qu’incertaine. D’ailleurs, ce nouveau contrôle social cherche encore à se consolider. En l’absence de hiérarchies formelles, la légitimité des sanctions est parfois volatile et facilement disqualifiée. L’emploi étant assuré, il suffit, le cas échéant, de manifester son désaccord par son absence prolongée. Mais ce procédé reste coûteux pour le travailleur incriminé puisqu’il n’est pas payé. D’autres solutions sont plus facilement mobilisables. La première consiste à discréditer la parole de l’accusateur en le taxant de « patron ». L’autre relève d’une stratégie plus connue, à savoir le freinage. Mais ici, il est affiché. Il arrive en effet d’exprimer son mécontentement en montrant ostensiblement à tous sa nonchalance pendant leurs heures de travail, renversant le stigmate en source de contestation contre le collectif.

46Mais ces formes de protestations restent des tentatives individuelles souvent dérisoires face au consensus grandissant sur les nouvelles normes de productivité. Ce nouveau contrôle social apporte un soupçon d’intelligibilité au collectif et rassure les plus investies. Ces dernières réussissent ainsi à se trouver des marges de différenciation. Jamais absentes ni en retard, elles connaissent des salaires légèrement supérieurs à celles aux écarts plus fréquents. Cette rigueur a surtout un prix symbolique. Dans un contexte d’incertitude et de précarité, elle constitue un rempart psychologique pour les plus dévouées, les confortant dans leur appartenance à une suprématie ouvrière, et leur permettant, en définitive, de ne pas perdre la face.

4. Conclusion

47Depuis une quinzaine d’années, l’altermondialisme a fait siennes certaines mobilisations internationales dont les caractéristiques — acteurs « dominés », discours « antisystème » et mode de luttes radicales — impliquaient per se visions et convictions communes. Aux côtés de la lutte des zapatistes mexicains ou des sans-terres brésiliens, les entreprises récupérées d’Argentine ont compté parmi les principaux acteurs de cette galaxie politique, Brukman en tête (Klein, 2004). Pourtant, à l’instar de la majorité des entreprises récupérées du pays (Fajn, 2003 ; Rebon, 2004), l’histoire de cette coopérative a peu à voir avec ces constructions politiques souvent essentialistes. En l’occurrence, force est de constater que les ouvrières de Brukman sont plus proches des valeurs patronales que celles de leur propre « classe ». Des petits ateliers de quartiers jusqu’à leur arrivée à Brukman, leur trajectoire professionnelle se caractérise en effet par une forte incorporation des normes et des valeurs patronales, leur permettant au final d’obtenir la garantie d’un emploi bien rémunéré. Mieux : grâce à cet « ethos du zèle », elles se sont progressivement construites une position privilégiée dans l’entreprise, incarnant de cette façon une certaine « élite » ouvrière.

48Loin des interprétations altermondialistes, cette mobilisation provient donc de dispositions issues d’un système patronal qui a abandonné ses ouvrières les plus dévouées. Car cette « récupération » fait sens dans la mesure où la menace soudaine de l’inactivité jette l’opprobre sur une population qui a construit son identité sociale en prenant fait et cause pour son entreprise. En ce sens, elle en tire une fierté et une appartenance singulières qui rendent insupportable son licenciement. Le contexte national chaotique dans lequel surgit ce conflit donne alors une dimension nouvelle à ce « contentieux » salarial — aucun appel à la grève, ni à l’occupation au départ — en la traduisant en revendications autogestionnaires.

49Mais l’examen attentif de la lutte et du quotidien de la coopérative indique à quel point cette adhésion à l’autogestion est fragile : en dépit d’un attachement à certaines formes d’horizontalité, l’imposition d’un nouveau contrôle social parfois virulent montre les difficultés du collectif à penser un mode d’organisation dont il ne sait vraiment que faire. Car, en définitive, la formule autogestionnaire s’est imposée faute de mieux, comme un accident de parcours, avec lequel il faut désormais composer et cela, coûte que coûte.

Haut de page

Bibliographie

Arvon, H., 1980. L’autogestion. Puf, Paris.

Balladares, C., 2009. Sobre la Idea de Familia Como Símbolo en el Proceso de Toma de una Fábrica. Cuadernos de Investigaciones Etnográficas 2, 5–25.

Beurier, J., 2003. La mémoire Lip ou la fin d’un mythe autogestionnaire ? In: Georgi, F. (Ed.), L’autogestion, la dernière utopie ? La Sorbonne, Paris, pp. 451–467.

Bourdet, Y., 1970. La délivrance de Promothée. Anthropos, Paris.

Bourdet, Y., 1978. Autogestion, programme peu commun de la gauche. In: Bourdet, Y., et al. (Eds.), Qui a peur de l’autogestion ? Liberté ou terreur, 10/18. Union générale d’éditions, Paris, pp. 35–82.

Brubaker, R., 2001. Au-delà de l’« identité ». Actes de la recherche en sciences sociales 139 (3), 66–85.

Canovas, J., 2008. Nouveaux mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine des alternatives à un système globalisé ? L’Harmattan, Paris.

Chauvey, D., 1970. Autogestion. Seuil, Paris.

Corpet, O., 1978. Sur l’autogestion : commentaires bibliographiques. In: Bourdet, Y., et al. (Eds.), Qui a peur de l’autogestion ? Liberté ou terreur, 10/18. Union générale d’éditions, Paris.

Desroche, H., Rambaud, P., 1971. Villages en développement. Mouton, Paris.

Détraz, A., Krunmnow, A., Maire, E., 1973. La CFDT et l’autogestion. Éditions du cerf, Paris.

Dezes, M.‑G., 2003. L’utopie réalisée : les modèles étrangers mythiques des autogestionnaires français. In: Georgi, F. (Ed.), L’autogestion la dernière utopie ? La Sorbonne, Paris, pp. 29–55.

Di Tella, T.S., 1998. Historia Social de la Argentina Contemporánea. Troquel, Buenos Aires.

Dubet, F., 2006. Injustices, expérience des inégalités au travail. Seuil, Paris.

Fajn, G. (Ed.), 2003. Fábricas y Empresas Recuperadas, Protesta Social, Autogestión y Rupturas en la Subjectividad. Centro Cultural de la Cooperación, Buenos Aires.

Fernandez Alvarez, M.‑I., 2006. De la Supervivencia a la Dignidad. Una Etnografía de los Procesos de “Recuperación” de Fabricas en la Ciudad de Buenos Aires. Thèse de la UBA et de l’EHESS.

Fourcault, A., 1982. Femmes à l’usine en France dans l’entre-deux-guerres. Maspero, Paris.

Gadrey, N., 1992. Hommes et femmes au travail, inégalités, différences et identités. L’Harmattan, Paris.

Georgi, F., 1995. L’invention de la CFDT. Les Éditions de l’atelier, Paris.

Georgi, F. (Ed.), 2003. Autogestion, la dernière utopie ? La Sorbonne, Paris.

Godio, J., 2000. Historia del Movimiento Obrero Argentino : 1870–2000. Corregidor, Buenos Aires. Guézennec, G., 1991. La Yougoslavie autogestionnaire : bilan critique d’une époque prestigieuse. Créer, Paris.

Herard, M., 2001. Que pensent les ouvriers de leur salaire ? Ethnologie française 37 (2), 431–439.

Holloway, J., 2003. Douze thèses sur l’anti-pouvoir. Contretemps 6, 38–45.

Holloway, J., 2008. Changer le monde sans prendre le pouvoir. Syllepse, Paris.

Hughes, E., 1996. Le drame social du travail. Actes de la recherche en sciences sociales 115, 94–99.

Klein, N., 2004. Las Fabricas Recuperadas Urbanizaron la Propuesta de los Sin Tierra. In: Lavaca (Ed.), Sin patrón, Fábricas y empresas recuperadas por sus trabajadores. Lavaca editora, Buenos Aires, pp. 26–32.

Kosacoff, B., 2008a. Les va-et-vient du développement industriel argentin 1890–1990. La Nouvelle revue argentine 1, 58–68.

Kosacoff, B., 2008b. La crise de 2001, causes et conséquences économiques. La Nouvelle revue argentine 2, 53–64.

Lagroye, J., 2003. La politisation. Belin, Paris.

Lobato, M.Z., 2007. Historia de las Trabajadoras en la Argentina (1869–1960). Edhasa, Buenos Aires.

Magnani, E., 2003. El Cambio Silencioso, Empresas y Fábricas Recuperadas por los Trabajadores en la Argentina. Promoteo libros, Buenos Aires.

Maire, E., 1976. Demain l’autogestion. Seghers, Vichy.

Matonti, F., Poupeau, F., 2004. Le capital militant. Essai de définition. Actes de la recherche en sciences sociales 155, 4–11.

Meister, A., 1964. Socialisme et autogestion. Seuil, Paris.

Meister, A., 1970. Où va l’autogestion yougoslave ? Anthropos, Paris.

Merklen, D., 2005. Pobres ciudadanos. Gorla, Buenos Aires.

Mothé, D., 1976. Autogestion et conditions de travail. Éditions du cerf, Paris.

Mottez, B., 1966. Système de salaires et politiques patronales. CNRS, Paris.

Naville, P., 1980. Le temps, la technique, l’autogestion. Syros, Paris.

Olson, M., 1978. Logique de l’action collective. Puf, Paris.

Pattieu, S., 2001. Le « camarade » Pablo, la IVe Internationale, et la guerre d’Algérie. Revue historique 619 (3), 695–729.

Paugam, S., 2000. Le salarié de la précarité. Puf, Paris.

Penissat, É., 2005. Les occupations de locaux dans les années 1960–1970 : Processus sociohistoriques de « réinvention » d’un mode d’action. Genèses 59 (2), 71–93.

Quattrochi-Woisson, D. (Ed.), 2003. Argentine, enjeux et racines d’une société en crise. Tiempo éditions, Paris.

Quijoux, M., 2011. Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine. Éditions de l’IHEAL, Paris.

Rapoport, M., 2007. Historia Económica, Social y Política de Argentina. Emece, Buenos Aires.

Rebon, J., 2004. Desobedeciendo al Desempleo. PICASO/la Rosa Blindada, Buenos Aires.

Reynaud, J.‑D., 1989. Les règles du jeu. Armand Colin, Paris. Rosanvallon, P., 1976. L’âge de l’autogestion. Seuil, Paris.

Ruggeri, A., 2010. Informe del Tercer Relevamiento de Empresas Recuperadas por los Trabajadores. Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires.

Sainsaulieu, R., Tixier, P.‑E., Marty, M.‑O., 1983. La démocratie en organisation. Librairie des méridiens, Paris.

Sawicki, F., Siméant, J., 2009. Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français. Sociologie du travail 51 (1), 97–126.

Schweitzer, S., 2002. Les femmes ont toujours travaillé, une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles. Odile Jacob, Paris.

Sidicaro, R., 2002. Los Tres Peronismos. Siglo veintiuno, Buenos Aires.

Thompson, E., 1988. La formation de la classe ouvrière anglaise. Seuil, Paris.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Paul Bouffartigue, Christophe Brochier, Gwenaële Rot, Polymnia Zagefka ainsi que les relecteurs de la revue Sociologie du travail pour leurs judicieux commentaires.

2 Le terme même d’autogestion proviendrait du serbo-croate (Arvon, 1980).

3 La principale revue éponyme de l’époque représente bien cette variété politique en réunissant des intellectuels comme Daniel Guérin, Georges Gurvitch, Yvon Bourdet, Pierre Naville, Jean Duvignaud, sans oublier Henri Desroche et Albert Meister.

4 Mais elle est loin d’être la seule. Voir (Georgi, 2003).

5 Précisons que la question de la participation salariale à la gestion de l’entreprise n’a pas été le seul apanage de l’extrême gauche. Ainsi, dès les années 1960, le gaullisme a proposé un système de cogestion proche du modèle allemand. Vingt ans plus tard, les lois Auroux instaurées sous la présidence de François Mitterrand auront pour ambition de stimuler la démocratie industrielle.

6 Ces initiatives sont nombreuses et difficiles à répertorier. Signalons, entre autres, des pétitions (CALPA, le 23 novembre 2002), des conférences (« France Amérique Latine », le 25 mai 2010), mais surtout des films-débats (CIALN, le 29 septembre 2006 ; « Voir & Agir », les 6 mai 2009 et 20 octobre 2010 ; ATTAC, le 18 mai 2009 ; Peuple et Culture, le 26 avril 2009 ; les Bobines Sociales, le 29 janvier 2010).

7 Entre autres, les documentaires : « the Take » de Klein et Lewis, en 2004 ; « Recuperadas » de Lastmann, en 2004 ; « Grissinopoli » de Daria, en 2004 ; « Les femmes de la Brukman » de Isitan, en 2008 ; « Nosotros del Bauen » de Zyserman et Reichenbach, en 2010.

8 Aux côtés de Lutte Ouvrière (nº 1812 et 1841), Lutte de Classe (nº 64), Rouge (nº 2112), Rouge et Vert (nº 206), Le Monde libertaire (nº 1337 ; nº 1452 ; nº 1582), Alternative Libertaire (nº 142), Le Monde Diplomatique (septembre 2005) et Contretemps (avril 2011), des journaux plus consensuels comme La Croix (1er avril 2004) ou le Nouvel Observateur (10 juillet 2003), font également écho au phénomène.

9 Une page Facebook française est même dédiée à la question : « Récupération de nos entreprises, Autogestion, Scop, Coopératives » Facebook.com.

10 La quasi-totalité des articles de presse cités mentionnent ou concernent Brukman.

11 Cette contribution est le résultat d’une enquête menée de 2003 à 2009. Dans le cadre de travaux universitaires successifs (maîtrise, DEA, thèse), les textiles Brukman puis l’entreprise Global, producteur de ballons de baudruche situé à Buenos Aires, ont constitué les deux cas de notre étude : durant 18 mois, nous avons réalisé près de 60 entretiens formels, mais surtout une observation, notamment participante à Global, des activités de travail. À Brukman, les observations se sont prolongées pendant des manifestations ou dans le « monde privé » de certaines ouvrières (Quijoux, 2011).

12 Les confections Brukman ont été créées par trois frères — les Brukman — au début des années 1950. Située en plein cœur de Buenos Aires, dans le quartier historique du textile argentin Once, l’usine produit des costumes pour hommes à destination des boutiques de la capitale et de sa province. Elle est composée de six étages correspondant initialement aux différents secteurs de production (design, découpe, secteurs veste et pantalons, repassage, stockage, administration) pouvant réunir jusqu’à 600 salariés. En réalité, selon les ouvrières, l’entreprise n’a jamais dépassé les 300 opérateurs. La coopérative compte aujourd’hui environ 80 associées.

13 Formosa, Corrientes, Chaco ou Misiones pour les régions ; Bolivie, Pérou et Paraguay pour les pays.

14 Confrontées à la mécanisation, au développement de l’industrie agroalimentaire ainsi qu’aux fréquentes crises de surproduction, ces contrées rurales ne peuvent fournir suffisamment d’emplois. Jeunes, souvent peu scolarisés et parfois déjà en ménage, ces immigrés internes ou externes au pays, viennent alors grossir les rangs de la construction, du nettoyage, du textile ou du service à la personne (Rapoport, 2007).

15 Le salariat argentin bénéficie à la fois des congés payés, des cotisations pour les retraites, mais aussi et surtout de l’accès à la sécurité sociale (obras), pour le travailleur ainsi que pour sa famille.

16 L’Argentine connaît en effet depuis les années 1970 un processus de privatisation, d’ouverture du capital et de gel des salaires en rupture avec des décennies d’État Providence et d’industrialisation nationale (Kosacoff, 2008a, b). Instaurée par la junte militaire en vu d’affaiblir la classe ouvrière, cette nouvelle politique aura surtout pour conséquence de faire émerger chômage et précarité jusque-là très faibles (Rapoport, 2007). Le retour à la démocratie en 1983 ne répond pas aux espoirs qu’il soulève alors : miné par des crises hyperinflationnistes, le gouvernement de Raúl Alfonsin est incapable d’endiguer la croissance du chômage et de la pauvreté (Rapoport, 2007). L’arrivée de Carlos Menem au pouvoir, en 1989, est censée répondre à ces problèmes endémiques du pays.

17 Privatisation d’entreprises publiques et déréglementation du marché du travail ont en effet été accentuées (Sidicaro, 2002).

18 Une ouvrière m’a expliqué par exemple comment le patron lui avait gardé son emploi le temps qu’elle s’occupe de son mari, atteint d’un cancer. Il avait même accepté « d’embaucher » son mari en contre partie du travail au « noir » qu’elle effectuait pour lui, afin que son époux puisse cotiser pour la retraite.

19 Au début du mois de décembre 2001, face à la fuite massive des capitaux du pays, le gouvernement impose le corralito (l’enclos) : cette mesure interdit à quiconque des retraits hebdomadaires supérieurs à 250 dollars. Sachant qu’une majorité des salariées de Brukman était alors rémunérée au « noir », on peut donc supposer qu’un tel contexte explique, en tout cas partiellement, une telle réduction de salaires puis l’incapacité de répondre aux exigences de ces quelques ouvrières.

20 Organisations politiques de chômeurs. Pour plus d’informations voir (Merklen, 2005).

21 Les trotskistes en question sont des membres du « Parti des Travailleurs Socialistes ». Il s’agit d’un groupuscule composé d’étudiants de l’université de Buenos Aires et de quelques ouvriers, dont certains sont issus d’usines récupérées. Provenant d’une scission, en 1988, de l’ancien principal parti trotskiste, le MAS (Movimiento al Socialismo), ils se définissent comme « une organisation marxiste révolutionnaire dont les bases théoriques, programmatiques et de principes, se trouvent [entre autres] [...] dans le Manifeste Communiste, les critiques au Programme de Gotha et d’Erfurt, [ou encore] de la théorie – programme de la Révolution Permanente [...] fondée par León Trotsky » (Source : pts.org.ar). Très présents pendant les mobilisations ayant suivi les cacerolazos, ils représentent aujourd’hui moins d’un pour cent des votes aux différentes élections.

22 En plus d’avoir mis à leur disposition un groupe d’avocats, ces militants réalisent un vrai travail social auprès de certaines ouvrières ; ainsi, une ouvrière malade du cancer m’a raconté comment les militants se sont occupés d’elle tout le temps de sa chimiothérapie. Comme le rappelaient encore récemment Frédéric Sawicki et Johanna Simeant, les relations interpersonnelles et positives entre militants et ouvrières peuvent activement participer à l’engagement et à la politisation de ces dernières (Sawicki et Siméant, 2009).

23 On ne peut que s’étonner des similitudes stratégiques entre la logique d’occupation défendue par la CFDT dans les années 1970 et le PTS argentin des années 2000. Ainsi, comme le décrit Etienne Penissat (2005), la lutte de Lip dirigée par les cédétistes, comme celle de Brukman par les trotskistes, relèvent d’une démarche délibérée de produire des « effets symboliques » afin de sensibiliser le plus grand nombre au combat local, mais aussi à la diffusion de l’autogestion.

24 De nouveau, la comparaison avec l’usine Lip est intéressante. Grâce au travail récent d’une historienne (Beurier, 2003), on s’est aperçu à quel point cette usine était elle aussi clivée entre syndicalistes proches des milieux politiques et travailleurs qui n’espéraient « que » reprendre leur emploi.

25 La première expropriation est « temporaire » et concerne l’immeuble. Celui-ci fait l’objet d’une expropriation par la municipalité de Buenos Aires au nom de l’article 17 de la constitution nationale, justifié par des dettes contractées par le patron Brukman auprès de la ville. Le bâtiment devient la propriété de cette dernière, et il doit donc être racheté par les ouvrières. En revanche, la seconde expropriation concerne les machines qui sont directement léguées à la coopérative, sans remboursement particulier à la municipalité.

26 Instituto Nacional de Asociativismo y de Economía Social, http://www.inaes.gov.ar/es/

27 Ibidem.

28 Ibidem.

29 Suite au dénouement de leur lutte, l’usine Brukman rejoint le Mouvement national des fabriques récupérées par les travailleurs (MNFRT) dont le président n’est autre que leur nouvel avocat péroniste. Au sein de son organisation, il revendique et impose une gestion de l’usine très horizontale, notamment par la suprématie de l’assemblée ordinaire. C’est pourquoi, en dépit du départ des soutiens trotskistes, les ouvrières restent attachées à une organisation démocratique perpétuée par un homme et un mouvement pour qui elles ont une grande admiration.

30 C’est un cas unique également dans l’histoire de l’autogestion : les grandes expériences comme Lip ou celles de Yougoslavie n’ont pas connu une horizontalité aussi poussée et ni une durée aussi longue. À titre d’exemple, Albert Meister (1964) nous rapporte qu’en Yougoslavie les décisions n’étaient prises que par le « conseil ouvrier », sorte de conseil d’administration aux pouvoirs discrétionnaires.

31 Le salaire minimum argentin est équivalent à 400 pesos mensuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Quijoux, « Du « zèle » à l’autogestion : retour sur les usines récupérées d’Argentine », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 2 | 2012, 178-196.

Référence électronique

Maxime Quijoux, « Du « zèle » à l’autogestion : retour sur les usines récupérées d’Argentine », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 2 | Avril-Juin 2012, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5059 ; DOI : 10.4000/sdt.5059

Haut de page

Auteur

Maxime Quijoux

Laboratoire Sophiapol, université Paris-Ouest, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre cedex, France
mquijoux[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals