Navigation – Plan du site
Articles

L’« agent économique dormant » : enquête sur la capitalisation professionnelle de signalements communautaires

“Sleeper agents”: A survey on the professional capitalisation of community particulars
Cédric Calvignac
p. 217-232

Résumés

Dans cet article, nous montrons que la participation bénévole et désintéressée à des communautés d’innovation n’est pas incompatible avec la poursuite d’objectifs professionnels. Ces deux démarches vont, au contraire, bien souvent de pair. En d’autres termes, nous mettons en évidence le fait que les contributeurs aux projets informatiques libres sont tout à la fois des acteurs communautaires diligents et des agents économiques dormants. En effet, en sus d’une position assumée d’activiste dévoué à la cause, le développeur amateur se positionne professionnellement, met en place des signalements attestant de sa formation communautaire. S’il se définit avant tout comme le défenseur d’un modèle libre et citoyen, il sait aussi s’infiltrer habilement dans les canaux du marché de l’emploi afin d’asseoir son image professionnelle et d’afficher ses prétentions à une mobilité sociale ascendante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nombreux sont les prestataires de services qui assurent l’assemblage, l’installation et la mise à j (...)

1Dans le domaine informatique, de nombreux amateurs s’engagent bénévolement dans la production de services innovants. Mettant à la disposition de tous leurs propres contributions, ils concourent à la promotion collective de solutions techniques accessibles et ouvertes. Ce faisant, ils s’extraient d’une logique propriétaire de rémunération immédiate pour suivre une logique de libre circulation des données et de gratuité du service rendu (Stallman, 1985, 2001). Bien que ces développeurs amateurs se détournent des sentiers battus de la privatisation de leurs découvertes (système de brevets), ils ne rejettent absolument pas l’idée de mettre leurs innovations à profit. Il faut, par conséquent, se garder de croire que de telles pratiques communautaires se déroulent hors du marché ou en opposition à la commercialisation de l’activité innovante. En effet, rien n’empêche les porteurs de projets amateurs de créer des richesses, de générer des bénéfices grâce à la valorisation ex post de leurs solutions libres1. Rien ne les empêche de saisir au cœur de l’espace communautaire les opportunités professionnelles et marchandes qui se présentent à eux ou qu’ils provoquent. Il est donc tout indiqué de rendre à l’espace de développement communautaire sa qualité de place économique où mûrissent des projets d’entreprise et où chacun a la possibilité de se signaler professionnellement parlant.

2Dans cet article, nous montrons que la participation bénévole et désintéressée à des communautés d’innovation n’est pas incompatible avec la poursuite d’objectifs professionnels. Ces deux démarches vont, au contraire, bien souvent de pair. En d’autres termes, nous mettons en évidence le fait que les contributeurs aux projets libres sont tout à la fois des acteurs communautaires diligents et des agents économiques dormants. En effet, en sus d’une position assumée d’activiste dévoué à la cause, le développeur amateur se positionne professionnellement, met en place des signalements attestant de sa formation communautaire. S’il se définit avant tout comme le défenseur d’un modèle libre et citoyen, il sait aussi s’infiltrer habilement dans les canaux du marché de l’emploi afin d’asseoir son image professionnelle et d’afficher ses prétentions à une mobilité sociale ascendante.

3Cette thèse de l’agent économique dormant sera ici étayée à l’aide de matériaux de première et de seconde main. Tout d’abord, nous introduirons notre propos par la convocation de récentes recherches dont les résultats corroborent nos assertions sans que leurs auteurs partagent pour autant l’ensemble de nos analyses. Nous montrerons que les auteurs cités, s’ils ont effectué un remarquable travail de recherche, ont quelque peu sous-estimé l’importance des motivations « carriéristes » qui orientent le parcours des développeurs amateurs. Fort de ce premier enseignement, nous irons plus avant dans l’appréhension du phénomène en présentant nos propres résultats. Ces résultats sont issus d’une enquête quantitative questionnant les membres d’une communauté innovante sur la possible exploitation professionnelle et marchande de leurs activités amatrices. Les matériaux recueillis — de nature déclarative — permettent de prendre en considération les intentions des interviewés et de se faire une idée de leurs futures réactions en situation. Ils donnent des indications précieuses sur le sens de leur démarche, sur les projections professionnelles qu’ils font ou se refusent de faire. Enfin, ces données nous offrent l’opportunité de mettre au jour les différents modes de capitalisation professionnelle des mentions et références amatrices (curriculum vitæ [CV], entretien d’embauche, montage d’entreprise).

  • 2 Les participants à l’enquête ont été contactés via des courriers personnalisés, des messages postés (...)
  • 3 Étant dans l’incapacité de joindre l’ensemble des personnes du réseau, nous nous sommes appuyés sur (...)

4Notre enquête a débuté, en janvier 2008, par la conception et la mise en ligne d’un questionnaire s’adressant aux adhérents des communautés wifi européennes et nord-américaines2(communautés libres de développement informatique). Elle s’est prolongée quatre mois durant pour laisser à nos destinataires le temps de répondre et de transmettre notre invitation à leurs propres contacts. Notre échantillon — il est important de le préciser — se compose essentiellement de responsables, membres fondateurs ou membres actifs des communautés étudiées3. Les porteurs de projet y sont surreprésentés puisque près de la moitié des personnes interrogées assument des responsabilités au sein de leur communauté (46 %). Les répondants sont donc des personnes très impliquées dans le projet. Leur implication s’accompagne d’un volume de travail, de conception et de réalisation élevé, sans doute majoré par rapport à celui de la population dans son ensemble. Gardons bien présent à l’esprit cet état de fait.

1. La motivation carriériste, une motivation sous-estimée

5En sciences économiques et sociales, la littérature portant sur le thème des développements amateurs est devenue, en l’espace de quelques années, très abondante. Différents chercheurs ont apporté leur éclairage sur la question des mobiles des contributeurs bénévoles. D’importantes recherches sur les communautés open source ont été dirigées dans le but de mettre en évidence le fonctionnement interne de tels projets et de saisir le système de récompenses ayant cours en leur sein (Riggs et von Hippel, 1994 ; Flichy, 1995 ; Raymond, 1999 ; Gensollen, 1999 ; Niedner et al., 2000 ; Beuscart, 2002 ; Lakhani et Wolf, 2002 ; Lerner et Tirole, 2002 ; Demazière et al., 2005 ; Hertel et al., 2003 ; Lakhani et von Hippel, 2003, Auray, 2005 ; Auray et Vicente, 2006 ; Auray et Kaminsky, 2007). Ces différents travaux s’accordent sur un point : deux types de motivations président aux engagements communautaires. Les développeurs amateurs sont à la fois guidés par des « motivations intrinsèques » inhérentes à l’activité innovante, et par des « motivations extrinsèques » reposant sur la reconnaissance par autrui des efforts entrepris.

6Pour nombre d’auteurs, la prédominance des motivations intrinsèques dans la participation amatrice est certaine. Comme est certaine l’importance des rétributions immédiates dont le développeur amateur bénéficie au cours de sa pratique ou dans son prolongement immédiat. Selon eux, les savoirs et savoir-faire acquis, le plaisir ressenti lors de la conception du service (Ryan et Deci, 2000 ; Lakhani et Wolf, 2002) ou encore la satisfaction de répondre à ses propres besoins (von Hippel, 2002, 2005 ; Cardon, 2005, 2006) occuperaient une place centrale dans la détermination de nos amateurs. Ceux-ci seraient donc principalement motivés par les retombées imminentes et tangibles de leur action. Nous donnons bien sûr crédit à cette analyse qui considère avec justesse que, sans un minimum de satisfaction à court-terme, l’engagement bénévole devient fragile et volatil.

  • 4 L’exemple de l’assistance entre pairs est l’illustration même de l’instauration tacite d’un princip (...)

7Dans la suite de leurs développements, ces mêmes auteurs précisent que l’exaltation propre à la recherche individuelle de solutions adaptées se double du sentiment mobilisateur de faire groupe autour d’un projet. La nature même du projet, la définition collective d’un faire-ensemble aident à fidéliser les contributeurs. Ainsi, la motivation du développeur amateur peut avoir trait à un fonctionnement collectif qui lui sied et qu’il veut préserver et garantir (Raymond, 1999). Tout participant porte en lui, à des degrés différents, la volonté de faire vivre le projet, et pour cela, il contribue au bon fonctionnement d’ensemble, à l’évolution collective et unifiée des développements4. Apporter sa pierre à l’édifice, huiler la machinerie communautaire pour allonger son espérance de vie et gonfler son potentiel, tel est ce vers quoi tendent de nombreux participants. Ce dernier critère inspire Siegwart Lindenberg (2001) qui décrit deux formes distinctes de motivations « intrinsèques » : « (1) enjoyment-based intrinsic motivation ; (2) obligation/community based motivation ». Siegwart Lindenberg range parmi les motivations relatives aux obligations communautaires, l’entretien d’un mode d’entraide collectif et la volonté d’être reconnu par ses pairs. Selon nous, cette dernière intention relève plutôt d’une motivation « extrinsèque » dépendante de la réaction d’autrui et par-là même aléatoire.

8Le désir de reconnaissance joue assurément un rôle non négligeable dans l’engagement communautaire. Il se décline sous deux formes distinctes : celle de la reconnaissance entre pairs et celle de la considération des professionnels du domaine. D’un côté, le développeur amateur se soucie de l’estime que lui portent ses semblables ; de l’autre, il envisage en fin tacticien les possibilités professionnelles que son gain réputationnel lui procure. Quelle importance ont ces deux déterminants dans l’investissement communautaire ? Sont-ils ou non des issues réellement convoitées ou n’est-ce là que la conséquence heureuse d’un engagement d’une toute autre nature ?

  • 5 Sven Niedner et al. ont réalisé une enquête quantitative auprès des membres de la communauté Linux. (...)

9Les travaux de Sven Niedner et ses collègues et ceux de Karim R. Lakhani et Robert Wolf semblent indiquer que ces considérations carriéristes ne viennent qu’après-coup, qu’elles se trouvent à l’arrière-plan d’une participation qui se justifie d’abord et avant tout par des motivations intrinsèques (Niedner et al., 2000 ; Lakhani et Wolf, 2002). Afin de nous en convaincre, ces deux équipes de recherche présentent des résultats statistiques montrant que les avancements professionnels et la reconnaissance des pairs ont un faible pouvoir incitatif, que ces bénéfices sont modérément attendus puisque relativement peu cités par les acteurs eux-mêmes5. Cette interprétation nous paraît, à vrai dire, peu convaincante. En effet, il nous semble que mettre sur le même plan motivations « intrinsèques » et « extrinsèques » constitue une erreur. Selon nous, il s’agit là de deux registres distincts qui obéissent à des principes d’énonciation hétérogènes. Ainsi, quand l’interviewé déclare sans hésitation pouvoir bénéficier de récompenses directes et immédiates (amélioration du dispositif, plaisir du travail en équipe), il manifeste une plus grande réserve quand il s’agit d’évoquer l’acquisition de récompenses indirectes et différées dans le temps (opportunités de carrière, changement de statut au sein de la communauté). Les personnes interrogées déclarent ainsi, dans leur grande majorité, ambitionner de simples gains immédiats relevant de leur seule volonté plutôt que des gains dépendants de la volonté d’autrui, de la perception d’une audience. En d’autres termes, elles classent ces différents gains par ordre probable de survenance. Dès lors, les opportunités de carrière peuvent être largement espérées mais n’être qu’occasionnellement citées tant elles dépendent d’événements sur lesquels l’acteur n’a pas de prise. Incertitude et modestie confinent donc les développeurs amateurs à la mesure, à l’euphémisation de leurs chances, à la dissimulation de leurs espérances réelles (auto-censure).

  • 6 Ces deux motivations extrinsèques, que nous avons nommé carriéristes, sont décrites par Josh Lerner (...)

10Compte tenu de cette dernière remarque, il nous paraît judicieux d’analyser séparément les deux formes d’incitations identifiées. Il suffit pour cela de distinguer les bénéfices directs dont la délivrance est automatique des bénéfices indirects (ou différés) dont la délivrance est conditionnée et incertaine. Une fois redistribuées selon ce principe dichotomique, les données issues de nos études-témoins peuvent à nouveau être exploitées. En les parcourant pour la deuxième fois, on s’aperçoit alors que, parmi les seules motivations extrinsèques, la capitalisation professionnelle des travaux amateurs est la plus fréquemment souhaitée. Elle devance sensiblement la reconnaissance des pairs (Raymond, 1999 ; Lerner et Tirole, 2002)6. Ce résultat corrigé donne à voir combien les projections professionnelles ont une réelle valeur incitative pour beaucoup de développeurs amateurs.

11Un dernier élément vient parfaitement épouser notre argumentaire. Il s’agit d’une mise en garde formulée par Alvin W. Drake et ses co-auteurs (Drake et al., 1982). Ceux-ci nous rappellent que les données déclaratives mettent en scène des acteurs qui expriment des motivations conventionnelles, normées, « socialement » acceptables. Les répondants sont en effet enclins à répondre selon une ligne discursive reprenant les motivations célébrées par le groupe (principe normatif). Cette forme de conformation à l’opinion collective participe, là encore, de la sous-évaluation des réponses en faveur des gains économiques et professionnels. Il n’est donc pas forcément recommandé d’interroger de façon frontale un individu sur les motivations qui l’ont poussé à prendre part à l’aventure communautaire. Il est sans doute ici préférable de faire un pas de côté pour se déplacer de l’étude des motivations des développeurs amateurs vers l’étude de leurs réactions une fois confrontés à des situations d’ordre professionnel (rédaction d’un CV, préparation d’un entretien d’embauche ou montage d’une entreprise). Ce changement de perspectives consiste à appréhender les enjeux économiques de la participation communautaire, non pas de façon abstraite en interrogeant les développeurs amateurs sur les fondements de leur action (intentions de départ), mais de façon concrète en les faisant réagir à des situations courantes de recherche d’emploi (délibérations à l’arrivée). En suivant ce cheminement, nous verrons qu’il existe un véritable hiatus entre les déclarations de principe de l’acteur communautaire et ses principes d’action. En effet, alors que l’acteur communautaire hésite à afficher au grand jour ses vœux professionnels, il se montre résolu à tirer parti de ses références amatrices lors de ses rencontres professionnelles.

2. Perceptions de la qualité professionnelle du travail communautaire

  • 7 Le mouvement Open Infrastructure s’inscrit dans le prolongement du mouvement Open Source. Après la (...)

12Avant d’examiner les réactions des développeurs amateurs aux mises en situation professionnelles précédemment évoquées, nous sommes tenus d’indiquer en quelques mots ce que sont les communautés wifi et qui sont leurs membres. Les communautés wifi sont des organisations coopératives et citoyennes dont le dessein est de mettre sur pied des infrastructures informatiques libres (Open Infrastructure7). La démarche de ces communautés consiste à promouvoir la création de réseaux sans-fil autonomes, de services de connexion locaux, autogérés et peu coûteux. Cet objectif ambitieux ne peut se réaliser qu’avec le concours d’usagers aguerris (ou « usagers-innovateurs ») qui élaborent les briques logicielles et les éléments matériels adaptés à cette télétransmission de données entre pairs. Il est ainsi nécessaire, pour ces communautés, de compter dans leurs rangs des individus aux solides connaissances informatiques. C’est en effet le cas puisque 65 % des « wifistes » interrogés sont étudiants, diplômés ou salariés dans le domaine de l’informatique et que 40 % d’entre eux travaillent spécifiquement sur les réseaux et technologies sans-fil. Une part importante des participants au mouvement Open Infrastructure travaillent donc, de façon indifférenciée, à l’amélioration des techniques de télétransmission dans et hors du champ professionnel. Deux tiers des répondants peuvent en effet être dépeints sous les traits du « professionnel-amateur » : cet individu qui parvient à marier travail et passion, « vocation professionnelle » et « intérêt personnel » (Cardon, 2005).

13Le professionnel-amateur a la particularité d’aller et venir entre les sphères de « l’innovation par l’usager » et de l’innovation industrielle (Flichy, 2007, 2010 ; Calvignac, 2008). Au cours de ces allées et venues, il établit des correspondances, des points de convergence entre des projets de nature communautaire et marchande (Calvignac, 2010). Dans un contexte où la frontière est à ce point ténue entre amateurisme et professionnalisme, l’activité communautaire peut s’avérer hautement qualifiante sur le marché de l’emploi. L’agent économique dormant ne peut d’ailleurs se manifester — sortir de son état de veille — que dans ces situations singulières où l’expérience communautaire a des chances d’être créditée sur la scène marchande.

14L’usager-innovateur a d’autant moins de difficulté à passer d’un espace de développement informatique à l’autre qu’il se représente ses travaux communautaires comme pouvant rivaliser avec leurs équivalents professionnels. En effet, comme nous le découvrons au travers des Fig. 1 et 2, les personnes interrogées insistent dans le même temps sur l’amateurisme caractérisant leur position et sur le professionnalisme se dégageant de leurs ouvrages communautaires.

Fig. 1. Qualification par les wifistes de leurs activités amatrices.

Fig. 1. Qualification par les wifistes de leurs activités amatrices.

Fig. 2. Professionnalisme des travaux versus professionnalisme des individus.

Fig. 2. Professionnalisme des travaux versus professionnalisme des individus.
  • 8 Hector Postigo parle d’une « foule enthousiaste d’amateurs compétents » (“enthusiastic crowd of ski (...)

15Près de trois quarts des personnes interrogées disent de leurs travaux qu’ils sont « faits par des amateurs » (72 %). Au travers de cette affirmation, les répondants soulignent — non pas leur inexpérience ou leur incompétence — mais le caractère peu contraignant de l’exercice communautaire. Ils font ici référence à une charge de travail modérée (eu égard aux exigences du monde de l’entreprise) pouvant être répartie dans le temps selon leur convenance. Ils rappellent également que les efforts qu’ils consentent ne leur octroient aucune forme de rémunération directe et, qu’à ce titre, il serait inapproprié de les assimiler à des professionnels. Sous de nombreux rapports (temps investi, rémunération, officialisation du statut), ce rapprochement entre amateurs et professionnels ne tient effectivement pas. Finalement, seul un dénominateur commun semble en la matière pouvoir être avancé : les développements communautaires et industriels seraient, selon les interviewés, d’une qualité et d’une sophistication comparables. En effet, 71 % des répondants pensent que les travaux amateurs sont effectués avec tant de sérieux et de minutie que le résultat final est digne d’une offre marchande. Or, qui dit qualité professionnelle des réalisations amatrices dit haut niveau de compétences des contributeurs bénévoles. Ainsi, l’amateurisme, s’il se lit au travers des cadences chaloupées propres au développement libre, s’il traduit un réel désintéressement (financier) des contributeurs, n’en demeure pas moins absent des faits et gestes des wifistes qui, au cœur de l’action, ne cessent de faire la démonstration de leur professionnalisme (Postigo, 2003)8.

16Le statut amateur des contributeurs doit ainsi être mis en perspective avec la stature professionnelle émanant de leurs prouesses techniques. C’est en effet la richesse des travaux communautaires qui ouvre les perspectives de l’amateur sur des possibles applications ou capitalisations marchandes. Si les objets innovants produits sont à la hauteur des attentes d’éventuels employeurs, s’ils sont estimables sur un plan professionnel, les usagers-innovateurs ont tout intérêt à en faire valoir la paternité au cœur du marché de l’emploi.

17Ne reste maintenant qu’à savoir si l’acteur communautaire diligent autorisera ou non l’agent économique dormant à se manifester. Afin de le découvrir, nous avons confronté nos wifistes à l’éventualité d’une accréditation professionnelle de leur parcours amateur. Nous les avons notamment interrogés sur les comportements (effectifs ou présumés) qu’ils ont (ou auraient) adoptés face aux réalités du marché de l’emploi.

3. L’amateurisme qualifié : accréditations professionnelles du parcours amateur

18De façon générale, on constate que, confrontés à une situation de recrutement ou de conversion professionnelle, les wifistes n’hésitent pas à capitaliser leur expérience communautaire, à s’appuyer sur elle pour gagner en considération ou consolider leur projet professionnel. De la rédaction d’un CV à la création d’une entreprise en passant par la passation d’un entretien d’embauche, on enregistre une même constante : les ressources et capitaux communautaires sont fréquemment mobilisés sur le marché du travail.

19À la question : « s’il vous fallait rédiger un CV, y feriez-vous figurer votre participation à la communauté wifi ? », 83 % des personnes interrogées répondent par l’affirmative. Majoritaires sont donc ceux qui feraient connaître leur attachement à un projet informatique extraprofessionnel. Signaler son parcours communautaire, c’est pour le candidat une façon de se montrer enthousiaste vis-à-vis du développement de solutions informatiques, de placer sur le registre de la passion l’activité professionnelle offerte. Pour l’employeur, c’est l’assurance de recruter un individu aux sources d’informations multiples (canaux professionnels et amateurs), autonome car familiarisé avec le port de projet innovant. Le monde amateur s’invite dès lors fréquemment sur la feuille du CV.

20Pour qui a eu l’occasion de feuilleter des CV d’informaticiens, il est frappant de voir systématiquement apparaître, généralement en bas de page, une rubrique listant les systèmes d’exploitation et autres logiciels maîtrisés. La personne examinant cette rubrique n’a aucun moyen de savoir dans quel cadre l’apprentissage du maniement de l’outil s’est effectué. Cette rubrique n’est pas sourcée, on ne sait pas si l’apprentissage en question s’est déroulé sur les bancs de la faculté, en entreprise ou à la maison. Il y a donc, pour tout candidat, la possibilité d’inclure des expériences communautaires et autodidactes — par essence non certifiées — dans la présentation de ses compétences. Les professionnels-amateurs ont alors toute latitude pour mêler savoirs et savoir-faire académiques, professionnels et domestiques.

21Après avoir confectionné son CV, arrive le moment pour le candidat de solliciter une entrevue professionnelle. À nouveau, l’appartenance à une communauté de développement amateur peut être ou non mentionnée. Si l’on porte notre attention sur les antécédents des wifistes en la matière, on s’aperçoit que 53 % d’entre eux n’ont pas fait valoir leur expérience amatrice au cours des entretiens d’embauche auxquels ils se sont présentés. Ils ont sans doute préféré mettre d’autres éléments biographiques en avant. Devons-nous en conclure que les « états de services communautaires » du candidat sont perçus, par le candidat lui-même, comme étant nuls et non avenus dans le cadre formel de l’entretien d’embauche ? Devons-nous penser les références communautaires comme étant inopportunes en pareille situation ?

22Pour en savoir davantage, nous avons demandé aux répondants ayant choisi de taire leurs expériences communautaires, quelles étaient les raisons de leur choix : 45 % d’entre eux ont répondu que le domaine dans lequel ils travaillaient n’avait aucun lien avec le wifi, 41 % ont déclaré ne pas encore avoir passé d’entretien d’embauche, 8 % ont expliqué qu’ils n’avaient pas suffisamment participé à la communauté pour en faire état et enfin seulement 6 % ont affirmé qu’ils ne pensaient pas que cela soit valorisable sur un plan professionnel. Si on rapporte ce chiffre à la population totale, on s’aperçoit que seulement 3 % des répondants pensent qu’évoquer leur carrière amatrice n’est pas une bonne chose lors d’un entretien professionnel. Ainsi donc, ce deuxième indicateur vient confirmer le fait que les candidats abattent sans sourciller leurs cartes amatrices sur le marché de l’emploi. Des cartes abattues afin de faire la démonstration de leurs habiletés, d’accroître l’attrait de leur CV ou de convaincre lors d’un entretien d’embauche que l’on maîtrise telle ou telle dimension du métier.

  • 9 L’intitulé exact de la question posée est : « Envisageriez-vous, un jour, de monter une entreprise (...)

23On le voit, l’agent économique dormant marche dans les pas de l’acteur communautaire diligent. La pratique amatrice est instantanément traduite en termes de signalements professionnels. Elle peut, lorsque le besoin s’en fait sentir, être mobilisée pour mieux étoffer le tableau des compétences du contributeur. L’agent économique dormant peut également prendre le pas sur l’acteur communautaire diligent et entamer une révolution qui le conduira à se défaire du projet amateur pour mieux assouvir ses ambitions professionnelles. Un nombre considérable de contributeurs bénévoles ne voient d’ailleurs aucune objection à revêtir le costume d’entrepreneur, à s’inspirer du contenu communautaire de façon à nourrir leur projet d’entreprise. En effet, travailler à son compte est un désir largement partagé au sein des communautés wifi : 50 % des répondants l’éprouvent9. La moitié des personnes interrogées envisagent donc, dans un avenir plus ou moins proche, de créer une entreprise en lien avec le wifi. Ce chiffre tout à fait considérable illustre parfaitement la volonté des participants d’aller de l’avant, de « tenter des coups », de créer et développer leur solution et d’en tirer profit. Cet appel du large marchand est souvent lointain et tenu secret mais, pour certains, il peut se faire plus insistant et finir par se concrétiser.

24Pour les trois situations examinées (CV, entretien d’embauche et création d’entreprise), nous avons identifié une véritable volonté de la part des développeurs amateurs de tirer avantage de leur expérience communautaire sur la scène professionnelle, de créer des équivalences et des points de comparaison entre les mondes communautaire et marchand. Néanmoins, cette volonté n’est pas également distribuée au sein de la population wifiste. Son expression dépend des traits identitaires de chacun des participants, de la situation dans laquelle chacun se trouve.

4. Identités des amateurs et surbrillance des marqueurs de compétences

25L’identité des contributeurs pèse de façon significative sur la façon d’être à la communauté ainsi que sur la façon de se comporter vis-à-vis du marché du travail. Quand certaines sous-populations n’accordent qu’une faible importance aux « motivations de signalement » (Spence, 1973 ; Holmström, 1999 ; Lerner et Tirole, 2002), d’autres en font une priorité.

4.1. Le port des signes extérieurs de participation communautaire

26Le premier des traits identitaires véritablement discriminant au regard de la question posée est celui de la profession exercée. En effet, on observe chez les informaticiens de formation ou de métier un port exacerbé des signes extérieurs de participation communautaire. Cette sous-population qualifiée se montre extrêmement sensible aux gains réputationnels acquis durant l’exercice amateur, elle cherche par différents moyens à les formaliser pour mieux les rendre visibles. On compte par exemple, au sein de la population informaticienne, 86 % d’individus qui souhaitent inscrire leurs performances communautaires sur leur CV, 56 % qui ont défendu leurs atouts amateurs lors d’entretiens d’embauche et 58 % qui envisageraient de monter une entreprise en lien avec le wifi. Ces pourcentages sont nettement supérieurs à ceux enregistrés pour le reste de la population (78 % ; 31 % ; 37 %).

27Ainsi, les informaticiens ont une plus forte propension à rehausser leur profil professionnel d’accentuations amatrices. Cela leur est à la fois plus facile et plus utile. Plus facile, car les attributs académiques, professionnels et communautaires de l’informaticien-wifiste entrent spontanément en résonance les uns avec les autres. Plus utile, car les opérations amatrices effectuées (développement technique, gestion de l’infrastructure) suscitent l’intérêt d’éventuels employeurs et/ou aident au lancement d’une solution d’entreprise.

28Un grand nombre d’informaticiens se déclarent donc prêts à quérir, au sein de leur communauté, des signalements à visée professionnelle, des opportunités marchandes. La place qu’occupent ces préoccupations carriéristes dans leur esprit est plus importante qu’elle ne l’est chez des participants ayant une relation extraprofessionnelle à l’informatique. En nous concentrant sur cette sous-population d’informaticiens-wifistes, nous accentuons donc nos chances de voir se manifester la figure de l’agent économique dormant, figure qui intervient puissamment dans le cheminement des professionnels-amateurs. Nous choisissons donc, à ce stade de l’enquête, de limiter notre investigation à la seule population des informaticiens de métier ou de formation.

29Au sein de cette sous-population, nous constatons tout d’abord que les « motivations de signalement » sont plus présentes chez les jeunes informaticiens (Fig. 3).

30Les individus en début de carrière ou dans l’attente d’un premier emploi aspirent davantage à s’appuyer sur leurs expériences communautaires pour mettre leur candidature en valeur (66 %). Les professionnels plus aguerris — ayant entre 30 et 45 ans — mentionnent leurs contributions amatrices avec moins de fréquence (51 %). Quant aux séniors et retraités, il va de soi que la nécessité de mettre en forme leur profil professionnel s’amenuise au fil des années et que, par conséquent, la question de l’intégration d’éléments biographiques amateurs au cœur de l’échange ne revêt plus autant de sens qu’autrefois (32 %).

Fig. 3. Signalements amateurs lors d’un entretien d’embauche et générations d’informaticiens. X2 = 6,761 ; degré de liberté = 2 ; signification asymptotique = 0,034. Précisons que nous avons, pour des raisons de représentation statistique, écarté de l’échantillon deux répondants âgés de moins de 20 ans et trois autres âgés de plus de 60 ans.

Fig. 3. Signalements amateurs lors d’un entretien d’embauche et générations d’informaticiens. X2 = 6,761 ; degré de liberté = 2 ; signification asymptotique = 0,034. Précisons que nous avons, pour des raisons de représentation statistique, écarté de l’échantillon deux répondants âgés de moins de 20 ans et trois autres âgés de plus de 60 ans.

Tableau 1 : Type de formation et capitalisation des acquis communautaires.

Type de formation

Avez-vous fait valoir votre expérience communautaire lors d’entretiens d’embauche ?

Oui (%)

Non (%)

Formation universitaire L, M, D

49

51

Formation professionnelle pré-et post-bac (apprentissage, CAP/BEP ou BTS, IUT)

79

21

Pour les types de formation, les équivalences de diplômes dans les pays européens et nord-américains ont bien évidemment été respectées. X2 = 6,967 ; degré de liberté = 1 ; signification asymptotique = 0,008.

31Ce sont finalement ceux qui en éprouvent le plus le besoin qui se signalent, c’est-à-dire les jeunes informaticiens qui ont encore tant à prouver et doivent notamment faire la démonstration d’un véritable esprit d’initiative pour accéder à leur premier emploi. Des jeunes informaticiens dont le CV demande à être étoffé et qui perçoivent les apports communautaires comme un complément d’information pouvant jouer en leur faveur. La convocation d’indicateurs communautaires dans la sphère professionnelle dépend, nous venons de le voir, de l’âge des intéressés mais également du type de formation qu’ils ont suivi ou suivent. En effet, la fréquence des références aux apports communautaires est fonction du type de filière académique emprunté (Tableau 1).

32L’exposé de ces résultats tend à montrer la forte dépendance qui existe entre parcours scolaire, filière suivie et propension à faire de son profil amateur une véritable vitrine de compétences. Il apparaît ici que l’exploitation professionnelle d’attributs communautaires est plus souvent pratiquée par les individus issus de formations professionnelles (79 %) que par ceux issus de formations universitaires (49 %). À quoi peut-on donc attribuer cette différence significative entre ces deux catégories d’acteurs ?

33Cela est principalement dû à la teneur de la formation suivie. Lorsqu’un individu opte pour une formation professionnelle, il fait le choix de mêler étroitement des apprentissages théoriques et appliqués. L’acquisition de savoir-faire en situation fait partie intégrante du contenu pédagogique proposé. Les stages en entreprise y sont primordiaux. L’apprentissage en alternance (CAP/BEP, BTS, IUT) met d’ailleurs particulièrement l’accent sur l’importance des heures passées dans les conditions du futur exercice professionnel. Aussi, les diplômés sortant de ces filières vont, lors de leur entretien d’embauche, miser tant sur la validation des enseignements suivis que sur la validation des expériences professionnelles acquises.

34L’expérience amatrice, la participation au développement technique d’une infrastructure libre, rendent compte d’une forme d’apprentissage appliqué, certes non orthodoxe, mais qui semble parfaitement entrer dans le cadre de la démonstration d’une maîtrise des tâches spécifiques qui seront confiées au futur employé. Cet apprentissage sur le tas pratiqué dans des conditions amatrices est garant du maniement de certains logiciels et outils sur lesquels le titulaire du poste aura à travailler. La mention de l’expérience communautaire peut donc être suivie d’effets positifs venant créditer le parcours de candidats sélectionnés sur le critère du temps de pratique de l’activité.

35Précisons que si certains des wifistes ayant suivi une formation professionnelle n’ont pas signalé leur expérience communautaire lors de leur entretien d’embauche, aucun d’entre eux n’a justifié cette omission par le fait que l’expérience communautaire acquise n’était pas valorisable sur un plan professionnel. Les diplômés de Licence, Master, Doctorat (LMD), au contraire, sont 11 % à penser que ces indicateurs communautaires sont sans effet sur le jugement d’un éventuel employeur.

36Le comportement de chacun en matière d’instrumentalisation professionnelle de l’expérience communautaire varie en fonction du métier exercé, du type de formation reçu, de l’âge et du plan de carrière du contributeur. Nous retiendrons que les contributeurs les plus susceptibles d’afficher les marqueurs d’appartenance à une communauté innovante sont ceux issus des filières professionnelles et ceux qui entament un début de carrière dans le domaine informatique.

4.2. Les marqueurs communautaires les plus valorisants

37Les wifistes occupent différentes positions et responsabilités au sein de leurs communautés respectives, celles-ci correspondent à des titres qui sont présentés sur le marché de l’emploi avec une occurrence et une conviction variables. Des adhérents aux fondateurs en passant par les techniciens émérites, différentes catégories de contributeurs peuvent être recensées. Ces différentes figures de l’organisation communautaire manifestent une ambition plus ou moins soutenue en matière de valorisation professionnelle des acquis communautaires.

38L’un des titres les plus appréciés par les développeurs amateurs est celui de pionnier ou de fondateur. Il s’agit d’un titre prestigieux célébrant l’intuition et l’esprit d’initiative des plus précoces. Ce titre reflète également l’occupation d’une position idéale dans la chaîne des développements communautaires, une position qui permet de diffuser sa solution avant les autres et de la voir être par la suite maintes fois citée, reprise et augmentée. Imposer de la sorte une forme de « patron » technique à ses propres successeurs permet de prolonger et intensifier les signaux de paternité de l’innovation. Ainsi, les pionniers sont à l’origine d’un projet aux multiples ramifications, ce qui accroît leurs chances d’être salué pour leur ouvrage communautaire.

39Les fondateurs et pionniers bénéficient de références distinctives qu’il est très avantageux de consigner sur un CV ou d’énoncer au cours d’un entretien d’embauche. Ainsi, quand 91 % des pionniers souhaitent inscrire sur leur CV une mention communautaire, 76 % des nouveaux venus déclarent vouloir en faire autant. Quand 65 % des précurseurs ont fait valoir leur expérience communautaire lors d’entretiens d’embauche, seulement 42 % des nouveaux venus y ont fait allusion. Aussi, la confiance acquise avec ce titre et l’expérience accumulée depuis l’entame du projet donnent une certaine assurance aux pionniers qui envisagent, plus sereinement que le reste de la population, la perspective d’une création d’entreprise de services informatiques (65 % des pionniers contre 47 % des suiveurs).

  • 10 La plupart des communautés wifi étudiées se sont structurées autour d’une association. Les adhérent (...)

40Outre l’antériorité de l’engagement amateur, il faut prendre en considération l’importance du rôle joué au sein de la communauté. En effet, il apparaît que les responsables communautaires (ceux qui assument des postes d’administrateurs au sein des associations étudiées10) mentionnent plus fréquemment leur participation au mouvement amateur lorsqu’ils candidatent à une offre d’emploi. Les dirigeants des réseaux wifi pensent que leur statut peut faire la différence sur le marché du travail. Il est évident qu’aviser d’éventuels recruteurs d’une simple participation à une communauté innovante n’a pas le même poids que d’en annoncer la présidence ou la gestion. En effet, les marqueurs classiques de « président », « trésorier », « secrétaire » ou « gestionnaire » attirent à eux des gains indirects plus nombreux, notamment des gains en termes de possibilités de carrière. Il est donc avantageux de les faire siens lorsqu’on caresse le dessein d’une promotion ou d’une reconversion professionnelle. Ainsi, le titre de dirigeant enjoint ses possesseurs à faire part de leur engagement communautaire : 95 % des responsables associatifs notifieraient leur titre communautaire par écrit (sous forme de CV), 62 % l’ont mis en balance lors de précédents entretiens d’embauche. Les simples adhérents sont quant à eux bien moins nombreux à rapporter leur parcours amateur, que ce soit par écrit (75 %) ou à l’oral (46 %).

41Parmi les développeurs amateurs, il en est certains qui s’engagent simultanément dans plusieurs projets communautaires. Cette multi-appartenance est une véritable chance pour eux de varier leurs compétences amatrices et de se démarquer de leurs compagnons d’aventure. C’est aussi une façon d’embrasser différentes innovations prometteuses, d’être de toutes les expéditions porteuses d’espoir. Les wifistes pluri-engagés reportent plus fréquemment leurs expériences amatrices sur leur CV que ne le font les wifistes mono-engagés (95 % contre 79 %). Ils sont plus nombreux à avoir évoqué leurs engagements extraprofessionnels lors d’entretiens d’embauche (64 % contre 49 %). Leur faculté à explorer différentes voies communautaires leur donne, de plus, une meilleure vision des possibles créations d’entreprise qu’ils pourraient initier (67 % contre 50 %).

42Fondateurs, pionniers, présidents, gestionnaires, secrétaires ou trésoriers sont clairement disposés à mettre en lumière leurs titres communautaires sur le marché du travail. Les pluri-engagés le sont tout autant, eux qui cumulent les mandats et enrichissent leurs profils de marqueurs communautaires variés. Ces différentes sous-populations informaticiennes sont résolument en prise avec le processus de valorisation professionnelle de leurs expériences amatrices. Leur comportement atteste d’un élargissement du champ d’influence et d’action de l’agent économique dormant.

43Les membres de ces sous-populations informaticiennes investissent beaucoup de temps dans la communauté, ils passent de nombreuses heures à maintenir et améliorer le système technique pour le bénéfice de leurs adhérents. Ils sont assurément guidés par la volonté de faire vivre et progresser le collectif non-marchand qu’ils supportent ou dirigent. Ils sont des acteurs communautaires diligents travaillant pour l’intérêt général. Mais ce qui est intéressant ici, c’est de voir que plus ces participants hors classe s’investissent dans le projet amateur et le font progresser, plus ils gagnent à se faire connaître sur le marché du travail et à initier des projets personnels sur la scène marchande. Dès lors, plus les développeurs amateurs s’impliquent, plus il est nécessaire d’évoquer l’influence de l’agent économique dormant sur l’acteur communautaire diligent.

44Il y a donc une progression parallèle de l’investissement communautaire, du nombre des titres et signalements amateurs glanés et de la mobilisation de ces cautions amatrices sur le marché du travail. Cette progression confirme l’influence de deux forces opposées, l’une centripète qui attache le contributeur à l’aventure collective, l’autre centrifuge qui l’autorise à sortir de la communauté par le haut en présentant des équivalences professionnelles à un futur employeur. Chez chacun des contributeurs, on retrouve une ferme résolution à attiser le feu communautaire et une réelle inclination à y battre le fer de son profil professionnel. Cohabitent donc le souhait d’apporter son tribut à l’ouvrage collaboratif et celui d’acquérir de nouvelles compétences dans une optique de gestion de carrière et de formation tout au long de la vie. Les grades et distinctions communautaires remplissent ainsi deux rôles : ils sont l’illustration de la reconnaissance des pairs (signes méritoires portés avec fierté) mais ils sont également, lorsqu’on les mobilise en ce sens, des instruments de négociation pour un emploi, une chance à saisir en termes de choix de carrière.

5. Conclusion

  • 11 Prenons le cas du plus incivil des participants pour qui la finalité professionnelle est l’unique l (...)

45Au cœur des mouvements Open Source et Open Infrastructure, on assiste à un phénomène de convergence entre les intérêts privés des développeurs amateurs et l’intérêt général des bénéficiaires du service communautaire. En effet, quelle que soit la nature des motivations des contributeurs bénévoles, quelle que soit la finalité de leur engagement, leurs apports alimentent le socle communautaire de connaissance et enrichissent le dispositif sociotechnique sans jamais le mettre en danger. Ce point de l’immunité du dispositif sociotechnique et de l’immuabilité de la philosophie qui l’a vu naître est essentiel à la bonne compréhension des comportements ayant lieu au sein des projets libres. En effet, la force des mouvements libres réside dans le fait que leur devenir n’est pas soumis à l’inconstance des ambitions de leurs promoteurs. Leur force est de rendre indolore toute défection, de ne pas être fragilisés par l’expatriation professionnelle ou marchande de collaborateurs actifs. En définitive, la multiplicité des élans individuels, des buts poursuivis par chacun n’entame en rien la vitalité de la communauté ni n’entraîne la redéfinition du cap initialement fixé11.

46Les projets libres accueillent donc des individus qui, une fois n’est pas coutume, éprouvent une forme de « consonance cognitive » à suivre simultanément, et au cours d’un même projet, des sentiers communautaires — pavés d’amateurisme, d’altruisme et de mutualité — et des sentiers marchands creusés dans la roche du professionnalisme, du calcul et de l’individualisme. Alors qu’hors du monde libre, ces orientations opposées seraient irréconciliables, elles sont ici réunies grâce à une régulation communautaire qui favorise l’enrôlement d’individus aux perspectives diverses. Une telle « consonance cognitive » permet donc de voir cohabiter, chez un grand nombre de participants, deux figures ici complémentaires : celle de l’acteur communautaire diligent et celle de l’agent économique dormant.

  • 12 Ces deux auteurs montrent que les tâches telles la conception d’interfaces simplifiées (easy-to-use (...)
  • 13 Didier Demazière et al. font référence à la notion beckerienne de « carrière » (Becker, 1963) pour (...)

47Cette cohabitation singulière pèse, plus ou moins fortement, sur le parcours de chacun des participants. Un parcours jalonné de différents arbitrages entre des orientations strictement communautaires et d’autres plus ouvertement professionnelles. Ces arbitrages peuvent notamment se lire au travers de la répartition des tâches à effectuer au sein de la communauté. En effet, on sait que les tâches procurant un fort pouvoir de signalement attirent à elles une plus grande proportion d’individus aux objectifs carriéristes (Lerner et Tirole, 2002)12. Les orientations communautaires peuvent ainsi être prises, sans que cela soit clairement énoncé, en fonction d’objectifs professionnels. Autrement dit, les contributeurs bénévoles échafaudent en coulisses un véritable plan de « carrière amateur » (Demazière et al., 2005)13 qui prend ou non en compte des considérations marchandes.

48Nous avons vu qu’il était extrêmement difficile de connaître la proportion de « plans de carrière amateurs » principalement ou partiellement élaborés sous l’empire de motivations professionnelles. Dans la première partie de notre article, nous avons démontré toutefois que les études quantitatives portant sur ce thème sous-estimaient grandement la dimension carriériste de l’engagement communautaire. Ces études se heurtaient au biais insoluble de l’euphémisation, par les personnes interviewées, de l’importance de leurs vœux professionnels sur leur engagement amateur. Nos propres données ne nous permettent pas de dépasser cet écueil, de neutraliser ce biais. Pour autant, elles nous donnent la possibilité de contourner le problème en nous éloignant des déclarations de principe des développeurs amateurs (trop conformistes pour être prises au sérieux) pour mieux appréhender les principes d’action qu’ils mobilisent une fois confrontés aux réalités du marché de l’emploi. Notre travail de recherche ainsi orienté ne nous a pas permis d’identifier ceux qui font communauté pour mieux figurer sur le marché du travail (motivation originelle et surplombante) mais nous a fourni en contrepartie des informations sur la proportion d’individus qui capitalisent leurs expériences communautaires à l’occasion de rendez-vous professionnels. Il s’avère que cette proportion est très importante : la grande majorité des wifistes tirent partie de leurs parcours amateur pour mieux accéder à une mobilité sociale ascendante.

49Cet article a aussi clairement mis en évidence l’inégale diffusion des pratiques de capitalisation professionnelle au sein des différentes sous-populations isolées. Nous avons en effet découvert que les informaticiens de formation ou de métier sont plus susceptibles de mettre à profit leur expérience amatrice sur le marché de l’emploi. Nous avons également vu que les individus ayant suivi des filières professionnelles plutôt qu’universitaires intègrent plus facilement à leur profil professionnel des attributs communautaires. Enfin, nous avons remarqué que les cadres de la communauté, les plus engagés, les plus capés, font plus souvent référence à leurs expériences et réalisations amatrices lors des différentes phases d’un recrutement professionnel. Il nous semble raisonnable de conclure que ces derniers, parce qu’ils ont été témoins du bon accueil que reçoivent les indicateurs communautaires sur la scène marchande, ont pleinement conscience des gains médiats de leur engagement communautaire. Chez les développeurs amateurs les plus aguerris, le dialogue entre acteur communautaire diligent et agent économique dormant s’intensifie donc et pèse plus fortement sur les arbitrages rendus, sur le schéma actanciel adopté.

Haut de page

Bibliographie

Auray, N., 2005. Le sens du juste dans un noyau d’experts. In: Massit-Folléa, F., Proulx, S., Conein, B. (Eds.), Internet. Une utopie limitée. Presses de l’université de Laval, Laval, Canada.

Auray, N., Kaminsky, D., 2007. The Professionalisation Paths of Hackers In IT Security: The Sociology of a Divided Identity. Annals of Telecommunications 62 (11–12), 1313–1327.

Auray, N., Vicente, M., 2006. Free Software and the Double Life of Computing Professionals: Some Biographical Insights in the Life Courses of Some Elder Developers. Working Paper.

Becker, H.S., 1963. Outsiders. Étude de sociologie de la déviance. Métailié, Paris.

Beuscart, J.‑S., 2002. Les usagers de Napster, entre communauté et clientèle. Construction et régulation d’un collectif sociotechnique. Sociologie du travail 44 (4), 461–480.

Calvignac, C., 2008. Socioéconomie d’une innovation par l’usager. Les réseaux wifi communautaires. Réseaux 148–149, 299–334.

Calvignac, C., 2010. Qu’offre la demande ? Socioéconomie d’une innovation par l’usager. Thèse de doctorat, université Toulouse II Le Mirail.

Cardon, D., 2005. Innovation par l’usage. In: Ambrosi, A., Peugeot, V., Pimienta, D. (Eds.), Enjeux de mots. Regards multiculturels sur les sociétés de l’information. C & F Éditions, Paris.

Cardon, D., 2006. La trajectoire des innovations ascendantes : inventivité, coproduction et collectifs sur Internet. Actes du colloque « Innovations, Usages, Réseaux », 17 et 18 novembre 2006, Montpellier. En ligne http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00134904.

Demazière, D., Horn, F., Jullien, N., 2005. Le travail des développeurs de logiciels libres. La mobilisation dans des « communautés distantes ». Cahiers lillois d’économie et de sociologie 46 (2), 171–194.

Drake, A.W., Finkelstein, S.N., Sapolsky, H.M., 1982. The American Blood Supply. The MIT Press, Cambridge, MA.

Ekeh, P., 1974. Social Exchange Theory: The Two Traditions. Harvard University Press, Cambridge, MA.

Flichy, P., 1995. L’innovation technique. La Découverte, Paris.

Flichy, P., 2007. Les innovateurs bilingues. Journées du LATTS, 19–20 mars 2077, Marne-la-Vallée.

Flichy, P., 2010. Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique. La République des idées/Seuil, Paris.

Gensollen, M., 1999. La création de valeur sur Internet. Réseaux 97, 15–76.

Hertel, G., Niedner, S., Herrmann, S., 2003. Motivation of Software Developers in Open Source Projects: An Internet-based Survey of Contributors to the Linux Kernel. Research Policy 32, 1159–1169.

Holmström, B., 1999. The Firm As a Subeconomy. Journal of Law, Economics & Organization 15 (1), 74–102.

Lakhani, K.R., von Hippel, E., 2003. How Open Source Software Works: “Free” User-to-user Assistance. Research Policy 32, 923–943.

Lakhani, K.R., Wolf, 2002. Why Hackers Do What They Do: Understanding Motivation and Effort in Free Software Projects. MIT Sloan School of Management, Cambridge, MA.

Lerner, J., Tirole, J., 2002. Some Simple Economics of Open Source. The Journal of Industrial Economics 52 (2), 197–234.

Lindenberg, S., 2001. Intrinsic Motivation in a New Light. Kyklos 54, 317–342.

Niedner, S., Hertel, G., Hermann, S., 2000. Motivation in Open Source Projects: An Empirical Study Among Linux Developers. Summarized study results available at http:/www.psychologie.uni-kiel.de/linux-study.

Postigo, H., 2003. From Pong to Planet Quake: Post Industrial Transitions from Leisure to Work. Information, Communication & Society 6 (4), 593–607.

Raymond, E., 1999. The Cathedral and the Bazaar: Musings on Linux and Open Source from an Accidental Revolutionary. O’Reilly and Associates, Sebastopol, CA.

Riggs, W., von Hippel, E., 1994. Incentives to Innovate and the Sources of Innovation: The Case of Scientific Instruments. Research Policy 23 (4), 458–469.

Ryan, R.M., Deci, E.L., 2000. Self-determination Theory and the Facilitation of Intrinsic Motivation, Social Development, and Well-being. American Psychologist 55, 68–78.

Spence, M., 1973. Job Market Signaling. Quaterly Journal of Economics 87 (3), 355–374.

Stallman, R.M., 1985. The GNU Manifesto. http://www.gnu.org/gnu/manifesto.html.

Stallman, R.M., 2001. Free Software: Freedom and Cooperation. http://www.gnu.org/events/rms-nyu-2001-transcript.txt.

von Hippel, E., 2002. Horizontal Innovation Networks–By and for Users. Working paper nº 4366‑02, June. MIT Sloan School of Management, Cambridge, MA.

von Hippel, E., 2005. Democratizing Innovation. The MIT Press, Cambridge.

Haut de page

Notes

1 Nombreux sont les prestataires de services qui assurent l’assemblage, l’installation et la mise à jour de solutions libres auprès de leur clientèle. Cette commercialisation de solutions libres est à l’origine de nombreuses créations d’emplois dans le secteur informatique.

2 Les participants à l’enquête ont été contactés via des courriers personnalisés, des messages postés sur des forums et listes de diffusion spécialisés. Le choix des associations et communautés sollicitées s’est effectué à l’aide d’un référencement endogène : ce sont les sites des communautés et associations connues qui nous ont renvoyé vers de nouveaux liens. Nous nous sommes également appuyés sur des listes mondiales de recensement de projets, listes mises à jour par les wifistes eux-mêmes. Un texte de présentation de notre enquête comportant un lien vers notre questionnaire en ligne a été diffusé à 271 reprises. Soixante-quinze courriers ont été envoyés à des responsables associatifs ou à des associations (adresses e-mail de type contact@ville-wireless.net ou president@ville-wifi.org), 143 courriers nominatifs ont été envoyés à des wifistes s’étant fait personnellement connaître. Nous nous sommes inscrits sur 32 listes de diffusion et 21 forums sur lesquels nous avons posté notre message. Sur l’ensemble des envois, nous avons été confrontés à quelques problèmes de mauvais adressage. Une trentaine de courriers nous sont revenus sans que nous ayons atteint nos destinataires. Au terme de l’enquête, nous sommes parvenus à recueillir 208 questionnaires. Notre échantillon se compose donc de 208 membres de communautés wifi : 147 européens et 43 nord-américains.

3 Étant dans l’incapacité de joindre l’ensemble des personnes du réseau, nous nous sommes appuyés sur ces personnes-relais pour transmettre l’information auprès de leur communauté. Si certains ont pleinement joué le jeu en transmettant notre demande à l’ensemble de leurs adhérents, d’autres n’en n’ont pas pris le temps.

4 L’exemple de l’assistance entre pairs est l’illustration même de l’instauration tacite d’un principe de réciprocité sur lequel tout participant compte. La consultation des problèmes rencontrés par d’autres est non seulement instructive mais elle est une astreinte à laquelle on se plie volontiers pour le bon fonctionnement et la progression du projet. En effet, pour beaucoup, le fait d’aider ponctuellement un des participants au projet alimente et légitime le modèle communautaire promu (attachement à l’ethos du groupe). L’assistance entre pairs est un fonctionnement collectif d’entraide régi par un principe de « réciprocité généralisée » (Ekeh, 1974) où le « récipiendaire original de l’aide » ne doit pas nécessairement rendre la pareille à l’individu émetteur du message mais est invité à alimenter le mécanisme d’assistance collectif.

5 Sven Niedner et al. ont réalisé une enquête quantitative auprès des membres de la communauté Linux. Au cours de cette enquête, ils ont demandé aux développeurs d’indiquer le type de gains que leur participation amatrice leur permettait d’espérer et d’attribuer à chacun d’eux une note allant de 1 à 5 : du bénéfice le moins important au plus important. Voici les résultats bruts de l’enquête : « “Facilitating my daily work due to better software” = 4.7 ; Improving my programming skills” and Having fun programming” = 4.6 ; Personal exchange with other software developers” = 4.2 ; Career advantages due to experience gained in Linux projects” = 3.7 ; Gaining a reputation as an experienced programmer inside the Linux community” = 3.5. ». On retrouve bien, en haut du classement, les motivations « intrinsèques » dont le bénéfice immédiat est systématiquement loué, et, en bas du classement, les motivations « extrinsèques » qui nécessitent du temps et le concours d’autrui pour être satisfaites. Les résultats de l’enquête de Karim R. Lakhani et Robert Wolf vont dans le même sens. Ici, les deux auteurs demandent aux répondants de révéler les trois premiers motifs de participation à la communauté. Ils obtiennent les résultats suivants : « Intellectually stimulating (44 %) ; improves skills (41 %) ; code should be open (33 %) ; obligation felt from own use of open source code (29 %) ; work with team (20 %) ; enhance professional status (18 %) ; increase reputation in the open source community (11 %) and beat proprietary software (11 %) ». On voit ici que la valorisation professionnelle (career) est préférée – même si de peu – à la valorisation amatrice. La capitalisation professionnelle occupe une place centrale dans les gains médiats (différés) attendus de l’activité.

6 Ces deux motivations extrinsèques, que nous avons nommé carriéristes, sont décrites par Josh Lerner et Jean Tirole comme appartenant à une même famille de motivations : les « motivations de signalement ». Ces auteurs reprennent ici la notion de « signalement » exploitée en économie par Michael Spence (1973) et Bengt Holmström (1999).

7 Le mouvement Open Infrastructure s’inscrit dans le prolongement du mouvement Open Source. Après la libération de la partie logicielle des équipements informatiques, les militants s’attaquent à la libération de la partie matérielle, infrastructurelle de ceux-ci.

8 Hector Postigo parle d’une « foule enthousiaste d’amateurs compétents » (“enthusiastic crowd of skilled hobbyists”).

9 L’intitulé exact de la question posée est : « Envisageriez-vous, un jour, de monter une entreprise en lien avec les réseaux wifi ? ».

10 La plupart des communautés wifi étudiées se sont structurées autour d’une association. Les adhérents des associations créées ont été amenés à désigner quels seraient les membres du bureau de direction (président, trésorier, secrétaire). Quant aux communautés n’ayant pas fait cette démarche institutionnelle, elles désignent souvent des responsables communautaires qui reçoivent les titres de porte-parole, administrateur ou gestionnaire.

11 Prenons le cas du plus incivil des participants pour qui la finalité professionnelle est l’unique levier motivationnel de son engagement. Pareil participant incivil ne fait peser aucune menace sur le projet, ses efforts même s’ils sont entachés d’un utilitarisme féroce profitent au collectif. Et quand bien même lui prendrait l’idée de violer les conventions en délocalisant la solution communautaire sur un terrain marchand, il serait légalement empêché de mettre un tel plan à exécution. En effet, l’aliénation personnelle de moyens collectifs est ici clairement identifiable et est punie par la loi (copyleft).

12 Ces deux auteurs montrent que les tâches telles la conception d’interfaces simplifiées (easy-to-use interfaces) ou le support technique sont fort peu rémunératrices en termes de signalement et accueillent par conséquent des développeurs faisant peu de cas de la signaling incentive. Au contraire, ceux ouvertement intéressés par la signaling incentive dirigeraient leurs efforts en direction de tâches plus ardues et valorisantes telle l’écriture originale de lignes de codes.

13 Didier Demazière et al. font référence à la notion beckerienne de « carrière » (Becker, 1963) pour analyser le fil biographique d’un ensemble de développeurs amateurs et comprendre les différents niveaux d’engagement communautaire (ou paliers) que ces derniers franchissent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Qualification par les wifistes de leurs activités amatrices.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/5235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2. Professionnalisme des travaux versus professionnalisme des individus.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/5235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3. Signalements amateurs lors d’un entretien d’embauche et générations d’informaticiens. X2 = 6,761 ; degré de liberté = 2 ; signification asymptotique = 0,034. Précisons que nous avons, pour des raisons de représentation statistique, écarté de l’échantillon deux répondants âgés de moins de 20 ans et trois autres âgés de plus de 60 ans.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/5235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Calvignac, « L’« agent économique dormant » : enquête sur la capitalisation professionnelle de signalements communautaires », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 2 | 2012, 217-232.

Référence électronique

Cédric Calvignac, « L’« agent économique dormant » : enquête sur la capitalisation professionnelle de signalements communautaires », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 2 | Avril-Juin 2012, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5235 ; DOI : 10.4000/sdt.5235

Haut de page

Auteur

Cédric Calvignac

CERTOP, université Toulouse II Le Mirail, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France
cedric.calvignac[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals