Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le temps fractionné. Multiactivité et création de soi, P. Cingolani. Armand Colin, Paris (2012). 224 p.

Caroline Datchary
p. 141-142
Référence(s) :

Patrick Cingolani, Le temps fractionné. Multiactivité et création de soi, Armand Colin, Paris, 2012, 224 p.

Texte intégral

  • 1 N. Elias, 1984. Du temps. Fayard, Paris.
  • 2 H. Rosa, 2010. Accélération : une critique sociale du temps. La Découverte, Paris.

1Il n’est pas rare que la modernité soit analysée au travers des transformations de l’expérience du temps, ne serait-ce que pour montrer que celle-ci est construite socialement1. Ainsi récemment, Harmut Rosa a fait de l’accélération du temps une expérience majeure de la modernité2. Patrick Cingolani opère ici un pas de côté, offrant une analyse complémentaire sur le sujet, réalisée à partir de nombreuses recherches menées ou coordonnées par lui. En effet, il ne décrit pas tant une accélération du temps qu’un enchevêtrement des différentes activités, qui « éclate » l’expérience temporelle de l’individu moderne et affecte sa construction identitaire.

2La première partie de l’ouvrage montre comment le rapport à la précarité et à la flexibilité qu’elle suppose dépend de la socialisation et de la construction identitaire. Pour l’auteur, on assiste à un changement de « style identitaire » dû au fait que « le travail s’excentre, et dans la construction des sociabilités et dans la construction des luttes » (p. 17). Il confronte les expériences de précarité des travailleurs du bâtiment et celles des salariés de la grande distribution culturelle. Pour ces derniers, l’auteur met en avant que leur socialisation scolaire et l’importance qu’ils accordent à la culture et à l’urbain leur permet de se construire une identité multiactive, par opposition à une identité qui serait centrée principalement sur le travail — le travail ayant dès lors pour eux tendance à devenir une activité comme les autres (loisirs, formation, vie familiale, etc.). Ceci constitue un contrepoint intéressant et complémentaire aux travaux qui analysent les phénomènes de multiactivité dans un cadre strictement professionnel. Pour expliquer ce phénomène, P. Cingolani ne se contente pas d’invoquer la scolarisation de masse et ses effets en termes de socialisation alternative à la socialisation primaire. Les activités périscolaires jouent également un grand rôle, tant en termes de socialisation que de construction identitaire : elles sont l’occasion non seulement d’un « épanouissement périphérique aux études » mais aussi de l’apprentissage d’une « capacité de repérage dans le temps » et d’une capacité à organiser ces temps pluriels. Il existe de profondes inégalités devant ces activités scolaires et périscolaires, qui peuvent préfigurer des divergences entre ceux qui arrivent à retourner de manière positive l’expérience de la flexibilité et ceux qui l’éprouvent sur le mode de l’aliénation.

3Les deux autres parties de l’ouvrage sont construites autour de trois expériences biographiques fondamentales de la multiactivité : celles de l’étudiant, du jeune parent et du retraité. Ces trois figures permettent de mettre en évidence la construction progressive et située des rapports individuels au temps. Dans ces moments de la vie où le travail perd de sa centralité, les personnes doivent composer avec d’autres régimes de temporalité aux exigences propres et parfois contradictoires avec celles du travail. L’auteur montre également que la charge accrue de rationalisation du temps qui pèse sur les individus n’est pas le seul fait de l’extension des rapports marchands, mais qu’elle est également liée à la crise des contraintes normatives et des communautés (p. 125).

4Toutes ces analyses, à l’argumentation fine et souvent originale, sont au service de la critique d’une société fondée uniquement sur le travail et la consommation (p. 198). L’auteur propose alors la mise en perspective politique de certains faits sociaux, expliquant par exemple combien les activités de loisirs peuvent constituer un nouveau ressort d’inégalité (p. 84), et appelle le syndicalisme à s’engager davantage sur les questions de l’aménagement pratique des temps (p. 161). Parfois les plaidoyers se font plus pratiques, comme lorsque P. Cingolani revendique une égalité genrée pour les aménagements consentis par les entreprises en faveur des temps familiaux (p. 150). Il est d’ailleurs important de noter que, à côté de la variable de l’âge, les deux variables les plus régulièrement convoquées dans l’analyse sont le genre et la classe sociale. Cet ouvrage remplit sans conteste les prétentions de la collection dans laquelle il est publié, puisqu’il intéressera tant le grand public que la communauté scientifique — d’autant que son écriture, émaillée de références, est d’une lecture tout à fait agréable.

Haut de page

Notes

1 N. Elias, 1984. Du temps. Fayard, Paris.

2 H. Rosa, 2010. Accélération : une critique sociale du temps. La Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Datchary, « Le temps fractionné. Multiactivité et création de soi, P. Cingolani. Armand Colin, Paris (2012). 224 p. », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 1 | 2014, 141-142.

Référence électronique

Caroline Datchary, « Le temps fractionné. Multiactivité et création de soi, P. Cingolani. Armand Colin, Paris (2012). 224 p. », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 1 | Janvier-Mars 2014, mis en ligne le 13 janvier 2014, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5389

Haut de page

Auteur

Caroline Datchary

Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) - UMR 5193, Université Toulouse II - Le Mirail, Maison de la Recherche, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, France
caroline.datchary[at]univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals