Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le business franco-nigérian à l’heure de l’Afrique émergente, M. Paris. Karthala, Paris (2012). 372 p.

Mohamed Madoui
p. 155-157
Référence(s) :

Marjolaine Paris, Le business franco-nigérian à l’heure de l’Afrique émergente, Karthala, Paris, 2012, 372 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en sociologie, l’ouvrage de Marjolaine Paris sur le business franco-nigérian vient combler les lacunes de la recherche française sur l’Afrique anglophone. En dépit de difficultés d’accès au terrain dues aux conflits interconfessionnels et ethniques, l’auteur nous conduit au cœur de la capitale nigériane pour observer et analyser les formes d’organisation sociale qui structurent les relations entre milieux commerciaux français et nigérians. Dans une perspective de sociologie économique et anthropologique, l’ouvrage de nous donne à voir la façon dont se construisent les dynamiques d’échange et les soubassements sociaux qui sous-tendent les liens existant entre entrepreneurs locaux et étrangers. Ces rapports sont non seulement marqués par des logiques marchandes et non marchandes, mais aussi par des logiques de pouvoir et de domination où les considérations identitaires et d’altérité viennent croiser les préoccupations d’ordre politique et sécuritaire. Sur le plan méthodologique, l’ouvrage s’appuie sur un important matériau empirique constitué d’une cinquantaine d’entretiens ethnographiques (avec des cadres, managers, entrepreneurs français et nigérians, ainsi que dans des ONG, des ambassades, au Medef, etc.) et d’une observation participante dans une grande entreprise nigériane où l’auteur était embauchée comme « auditrice qualité ».

2L’ouvrage est bien documenté et structuré autour de dix chapitres. Le premier met en évidence, dans une perspective socio-historique, les liens politiques spécifiques entre le Nigéria et la France. Les relations commerciales remontent à 1902, date de l’installation au Nigéria de la première compagnie française — le distributeur CFAO : Compagnie française de l’Afrique occidentale —, qui ouvre un comptoir à Lagos. Le commerce franco-nigérian va connaître des hauts et des bas entre 1960 et 1990, mais atteindra des sommets historiques à partir de 2000. Cent trente entreprises françaises, pour la plupart des TPE/PME, sont installées depuis 2008 au Nigéria qui est le premier partenaire économique de la France en Afrique subsaharienne devant l’Afrique du Sud — la France étant le cinquième client du Nigéria après les USA, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud. Si le Nigéria est un marché prometteur aux énormes potentialités économiques — avec une croissance de près de 9%, un système éducatif de bonne qualité, une élite bien formée ouverte sur l’international, une forte croissance des secteurs des télécommunications, du BTP et de l’industrie électrique —, il n’en demeure pas moins que l’activité des entreprises françaises, et étrangères d’une manière générale, est rendue difficile par le climat de violence et d’insécurité qui règne dans ce grand pays africain.

3Les chapitres deux et trois s’attardent justement sur les jeux d’acteurs et d’institutions dans un contexte économique, politique et social marqué par la violence, l’insécurité et la corruption généralisée. « Réussir », au Nigéria, cela suppose d’entretenir de très bonnes relations avec le pouvoir ; il existe donc un lien fort entre la réussite économique des entrepreneurs locaux et les pouvoirs publics. M. Paris montre ici comment les entrepreneurs français essaient de tirer leur épingle du jeu en adoptant une stratégie de pénétration, c'est-à-dire en s’efforçant d’avoir au sein de leurs entreprises des relais nigérians (des facilitateurs) dont la fonction principale est d’entretenir de bonnes relations avec le gouvernement. Cela implique d’intégrer, dans leur gestion des affaires, des pratiques corruptives sous forme de don d’argent ou de cadeaux en échange de services rendus comme l’attribution des marchés publics, le traitement rapide d’un dossier, etc.

4Les chapitres quatre et cinq tentent de caractériser la population concernée par l’enquête et s’interrogent, dans une perspective wébérienne, sur les valeurs partagées par les acteurs économiques franco-nigérians. L’auteur rappelle que le choix des catégories est loin d’être anodin et résulte tout à la fois des classifications sociales et des usages des acteurs. En reprenant à son compte la notion de « carrefour social » développée par les Pinçon-Charlot (1999), M. Paris tente de décrire les liens unissant des acteurs venant d’horizons sociaux divers (cadres et entrepreneurs expatriés français, riches hommes d’affaires nigérians, cadres nigérians employés dans des entreprises françaises...) que seule l’activité économique et commerciale réunit. Le discours de ces acteurs est totalement saturé de références à l’éthique du commerce et des affaires. Ainsi, gagner de l’argent apparaît comme la motivation essentielle qui a poussé nombre d’expatriés à s’installer au Nigéria. De la même façon, certains hommes d’affaires nigérians font profiter leurs réseaux familiaux et même l’Église de leurs richesses. Le travail apparaît ainsi comme une valeur-clé, tant pour les Français et les Occidentaux en général que pour les Nigérians. Les entretiens conduits par M. Paris montrent à quel point le travail est fortement valorisé et est au fondement de la reconnaissance et de la dignité sociales.

5Les chapitres six, sept et huit examinent les modalités d’organisation des partenariats commerciaux et la façon dont circulent les biens et services à travers différents types de configurations commerciales. Le contexte politique, la stabilité des rapports entre les États, la confiance et les valeurs partagées par les cadres et entrepreneurs français et nigérians sont importants pour le bon déroulement des interactions commerciales. Les cadres intermédiaires locaux jouent également un rôle central dans la structuration des relations commerciales. Ce sont des personnes de terrain, dotées de compétences techniques et qui osent se confronter aux problèmes d’insécurité, de corruption et de violence parfois. Ils apportent aux cadres et entrepreneurs expatriés une aide et une expertise précieuses et c’est eux qui font face, souvent, aux différences culturelles et aux crispations identitaires avec lesquelles ils ont appris à composer. Et pourtant ils sont sous-payés, marginalisés, dominés, et n’arrivent pas à se constituer en collectif de travail capable de porter leur revendication.

6Enfin, les deux derniers chapitres s’intéressent aux modalités de recrutement et de gestion des salariés par les entreprises françaises installées au Nigéria. Le recrutement des cadres devant travailler au Nigéria obéit à deux critères : la compétence technique et humaine, d’un côté, et une forte capacité d’adaptation à l’environnement nigérian, de l’autre. L’auteur met l’accent sur la pénurie de cadres nigérians qualifiés et sur l’absence de structures comme Pôle emploi, qui pousse les entreprises françaises à recourir aux chasseurs de tête et aux cabinets privés de recrutement. M. Paris se demande en quoi les modalités de recrutement ont un impact sur les relations salariales. Nigérians et Français expatriés ne sont pas soumis aux mêmes contrats de travail. Les cadres expatriés occupent le plus souvent les postes de direction et de pouvoir, contrairement aux cadres locaux que l’on retrouve sur des contrats de consultants ou de détachement et, essentiellement, dans des fonctions intermédiaires et subalternes. Cela crée des différenciations en termes de salaires, d’évolution professionnelle et de protection sociale qui sont à l’origine de conflits potentiels entre cadres locaux et expatriés. L’absence de syndicats, encouragée par la direction, ne permet pas non plus de porter certaines revendications sur les conditions de travail des salariés nigérians.

7La quantité des informations présentées dans cet ouvrage, la finesse des analyses et la clarté de l’exposé rendent sa lecture aisée. Son principal apport réside dans la compréhension, à différents niveaux, des interactions commerciales encastrées dans des rapports de pouvoir, de domination, de conflit mais aussi de coopération. Toutefois, en dépit de son intérêt, et à trop vouloir tout aborder (sociologie des élites, sociologie des stratifications sociales, sciences politiques et sociologie des institutions africaines, sociologie des relations interethniques, etc.), l’ouvrage donne un sentiment d’éclectisme et de dispersion qui peut faire perdre le fil conducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Madoui, « Le business franco-nigérian à l’heure de l’Afrique émergente, M. Paris. Karthala, Paris (2012). 372 p. », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 1 | 2014, 155-157.

Référence électronique

Mohamed Madoui, « Le business franco-nigérian à l’heure de l’Afrique émergente, M. Paris. Karthala, Paris (2012). 372 p. », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 1 | Janvier-Mars 2014, mis en ligne le 13 janvier 2014, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5482

Haut de page

Auteur

Mohamed Madoui

Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (LISE, UMR 3320 CNRS et CNAM), 2 rue Conté, 75003 Paris, France
mohamed.madoui[at]cnam.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals