Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The Labor of Luck. Casino Capitalism in the United States and South Africa, J. J. Sallaz

University of California Press, Berkeley (2009). 344 p.
Jens Beckert
p. 263-265
Référence(s) :

Jeffrey J. Sallaz, The Labor of Luck. Casino Capitalism in the United States and South Africa, University of California Press, Berkeley, 2009, 344 p.

Texte intégral

1L’industrie des jeux de hasard est une industrie importante d’un point de vue économique et social. En 2000, son chiffre d’affaire à l’échelle mondiale était de 300 milliards de dollars. Aujourd’hui, les États-Unis comptent plus d’employés dans les casinos que dans l’industrie automobile, alors que la moitié de la population adulte des pays industrialisés participe aux jeux de hasard dont la majorité aux loteries. Malgré l’importance du phénomène, les sciences sociales lui ont accordé peu d’attention. On ne peut que conjecturer sur les raisons de cette situation. Peut-être parce que l’industrie des jeux de hasard est considérée comme moralement douteuse ou parce que les casinos sont associés au divertissement plutôt qu’au monde du travail.

2Dans un tel contexte, le livre sur l’industrie des casinos, publié par le sociologue américain Jeffrey J. Sallaz, trouve toute sa pertinence. L’étude de Jeffrey J. Sallaz est un traité comparatif sur l’organisation des conditions de travail dans deux grands casinos à Las Vegas et dans la province de Gauteng en Afrique du Sud. L’auteur utilise des méthodes ethnographiques et historiques. Pour mener à bien ce projet, il a suivi une formation de croupier à Las Vegas et a ensuite travaillé comme tel pendant quelques mois dans un casino américain et dans un casino du même modèle en Afrique du Sud. Le jeu sur lequel Jeffrey J. Sallaz s’est concentré est le Black Jack. Le but de son étude est de comprendre l’organisation du travail dans les casinos et d’expliquer les différences profondes entre les deux lieux qu’il compare, malgré leur activité identique.

3Le livre consiste en deux parties principales. Dans la première partie, Jeffrey J. Sallaz analyse l’organisation du travail de croupier. Dans un casino, les croupiers sont des acteurs centraux : ceux qui assurent le service directement auprès des clients. On pourrait penser que l’activité du croupier est complètement mécanique, mais l’auteur montre que c’est faux. Les croupiers peuvent aider les joueurs en leur donnant des tuyaux, ils peuvent également changer les probabilités, par exemple, en mélangeant les cartes plus tôt. Ces manœuvres peuvent attirer les joueurs, mais elles comprennent aussi un risque pour le casino qui risque de perdre de l’argent et pour les croupiers eux-mêmes. Si ces derniers donnent l’impression de pouvoir influencer les résultats, les joueurs peuvent les rendre responsables de leurs gains mais aussi de leurs pertes.

4Dans son étude, Jeffrey J. Sallaz a identifié deux solutions très différentes à ces problèmes dans les deux pays investigués. Aux États-Unis, la direction a établi un « régime hégémonique de service ». Cela signifie que le management accepte l’autonomie du croupier dans certaines limites. Le contrôle du comportement existe mais est limité. Il est, par exemple, plus strict pour les tables où les mises sont très importantes et où le casino peut perdre plus d’argent. Un aspect important de cette politique est l’autorisation pour les croupiers de garder les pourboires. En Afrique du Sud, en revanche, la politique est celle d’un contrôle maximum des croupiers. Jeffrey J. Sallaz utilise le terme foucauldien de « panopticum » pour décrire le « régime despotique de service » qui caractérise le casino d’Afrique du Sud. L’idée principale de ce système est un contrôle total des croupiers. Ceux-ci sont observés pratiquement en permanence par des caméras de surveillance. Ils doivent montrer leurs mains aux caméras beaucoup plus fréquemment que dans le casino américain, ils n’ont pas le droit de garder les pourboires et doivent porter un micro afin que les conversations avec les clients puissent être écoutées. En bref, le casino d’Afrique du Sud a institutionnalisé un régime de contrôle total où les travailleurs perdent toute marge de manœuvre.

5La différenciation de ces deux régimes d’organisation du travail est déjà un résultat très intéressant. Dans la deuxième partie du livre, Jeffrey J. Sallaz propose en outre une explication aux différences observées ; c’est là la contribution la plus importante du livre. Il y raconte l’histoire de l’industrie du casino dans les deux pays et montre que les origines des casinos aux États-Unis et en Afrique du Sud ont beaucoup de points communs, avec pendant un temps une organisation du travail des croupiers très similaire. Jusqu’à la fin du régime de l’apartheid, les casinos en Afrique du Sud étaient aussi organisés sous le système hégémonique. Mais pourquoi ce système a-t-il changé en Afrique du Sud tandis qu’il est resté stable aux États-Unis ?

6Pour Jeffrey J. Sallaz, l’explication réside dans le changement de facteurs au niveau macro et plus particulièrement dans l’introduction de nouvelles institutions de régulation du marché du travail. Aux États-Unis, les réformes politiques depuis les années 1970 ont affecté les structures de propriété de l’industrie du jeu. Las Vegas a été épuré de l’influence de la Mafia ; aujourd’hui ce sont les grandes chaines hôtelières qui sont les propriétaires des casinos. En même temps, les casinos aux États-Unis ont réussi à garder leur autonomie au niveau de leur politique de travail. Même si les lois de l’« Affirmative Action » ont transformé le marché du travail aux États-Unis, les casinos ont trouvé des moyens de les contourner et de garder un système néo-libéral. Cela permet aux entreprises de continuer une politique d’emploi des croupiers fondée sur la construction d’un réseau de confiance. Le régime hégémonique a donc pu continuer — un régime sans protection des salaires, mais avec une certaine autonomie dans les conditions de travail.

7En Afrique du Sud, en revanche, les structures de propriété de l’industrie ont survécu au changement du régime de l’apartheid. Mais les propriétaires ont perdu leur autonomie au niveau de la réglementation du travail. De nouvelles régulations exigent l’emploi prioritaire des groupes discriminés pendant l’apartheid. Les concessions pour les casinos sont ainsi soumises à des conditions portant sur l’emploi de personnes noires habitant dans les environs du casino. En conséquence, la composition de la structure socio-démographique des croupiers a profondément changé. Les propriétaires et les cadres ne font plus confiance à leurs salariés et ont établi un système de contrôle total. Ce sont dès lors les spécificités des structures institutionnelles et de l’histoire socio-économique qui expliquent les régimes différenciés d’organisation du travail des croupiers.

8Le livre de Jeffrey J. Sallaz est un très bon livre sur un sujet clairement sous investi en sociologie. L’argument est présenté de façon claire et fondé sur une recherche empirique détaillée. Malgré mon jugement très positif, je souhaite faire une remarque sur deux points que l’auteur aurait pu approfondir. Le premier est la situation sociale des travailleurs dans deux régimes qui ne prévoient pratiquement aucune protection. L’analyse de Jeffrey J. Sallaz est concentrée sur l’organisation du travail et l’interaction entre les différents groupes d’acteurs, mais le lecteur n’apprend presque rien sur la vie des salariés à l’extérieur du casino. Le deuxième point se rapporte au rôle des facteurs culturels. Jeffrey J. Sallaz fait sur ce point une observation très intéressante : les joueurs de Black Jack aux États-Unis jouent de façon individuelle contre le croupier. En Afrique du Sud, les différents joueurs à une table pensent qu’ils sont un groupe qui joue ensemble contre le croupier. Cela signifie que l’identité d’un jeu dépend non seulement de ses règles, mais aussi du contexte culturel des joueurs.

9Il me semble que l’apport principal du livre de Jeffrey J. Sallaz réside dans la connexion qu’il établit entre le niveau micro de la première partie et le niveau macro de la deuxième partie. La description du travail des croupiers, des interactions entre les joueurs et les croupiers, entre les croupiers et leurs managers révèle une remarquable capacité analytique. Mais l’auteur ne s’en tient pas là. Il démontre dans un deuxième temps, en quoi une étude ethnographique gagne à ne pas se limiter aux interactions concrètes et à intégrer une analyse de la structure macro comme facteur explicatif du micro. Même pour les chercheurs qui n’ont pas d’intérêt direct pour les casinos, le livre de Jeffrey J. Sallaz est un très bon modèle sur la façon de faire une recherche ethnographique comparative qui connecte les niveaux micro et macro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jens Beckert, « The Labor of Luck. Casino Capitalism in the United States and South Africa, J. J. Sallaz », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 2 | 2012, 263-265.

Référence électronique

Jens Beckert, « The Labor of Luck. Casino Capitalism in the United States and South Africa, J. J. Sallaz », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 2 | Avril-Juin 2012, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5635

Haut de page

Auteur

Jens Beckert

Max Planck Institut für Gesellschaftsforschung, Paulstrasse 3, 50676 Köln, Allemagne
beckert[at]mpifg.de

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals