Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Choisir son école, stratégies familiales et médiations locales, A. van Zanten

Presses universitaires de France, Paris (2012). 283 p.
Marianne Blanchard
p. 279-281
Référence(s) :

Agnès van Zanten, Choisir son école, stratégies familiales et médiations locales, Presses universitaires de France, Paris, 2012, 283 p.

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage s’appuie notamment sur deux recherches menées en collaboration avec Marco Oberti, Marou (...)

1L’ouvrage d’Agnès van Zanten peut être considéré à plusieurs niveaux comme une importante synthèse autour de la question des choix scolaires. Il s’agit tout d’abord d’une synthèse de travaux empiriques menés sur dix ans, par l’auteur et de nombreux collaborateurs1. À partir d’entretiens auprès de familles de classes moyennes — ici entendues dans un sens très large allant de cadre aux ouvriers qualifiés — menés dans quatre villes de la banlieue parisienne, l’auteur cherche à comprendre comment se font les choix d’établissements au moment de l’entrée au collège.

2C’est aussi une synthèse théorique, dans la mesure où ce travail entend concilier les apports de différents courants et traditions sociologiques. On y retrouve aussi bien habitus que « bonnes raisons » et de nombreuses références à des travaux anglo-saxons. Néanmoins, la volonté d’intégrer différents apports ne signifie pas absence de partis pris théoriques et méthodologiques. L’ouvrage s’organise à travers une série de typologies et d’idéaux types. Les 147 familles de classe moyenne étudiées sont ainsi réparties en quatre sous-groupes : les technocrates (strate supérieure, pôle privé, plus doté en capital économique), les intellectuels (strate supérieure, pôle public, capital culturel), les médiateurs (strate inférieure, pôle public, capital culturel) et les techniciens (strate inférieure, pôle privé, capital économique). Si l’auteur privilégie ce type d’analyse qui lisse les rugosités du réel, c’est qu’elle entend présenter un « modèle théorique des choix scolaires et non pas étudier finement des choix localisés » (p. 12).

3L’ambition du projet nous rappelle alors qu’il s’agit de bien plus qu’une synthèse. Agnès van Zanten se propose de renouveler l’approche des choix scolaires et d’en élargir le cadre d’analyse traditionnel. Elle donne tout d’abord un sens plus large au terme même de « choix », puisqu’elle en distingue quatre types. Aux choix entre les établissements publics et choix entre public et privé, qui sont le plus fréquemment étudiés, elle ajoute ainsi les choix résidentiels, qui peuvent être motivés par l’offre scolaire, et le choix de la prise de parole au sein de l’établissement de quartier.

4L’analyse de ces choix se déroule en deux temps, qui correspondent aux deux parties de l’ouvrage. En premier lieu, l’auteur s’intéresse aux « stratégies » des familles, et plus précisément aux « déterminants individuels des choix », analyse qui emprunte ici aux travaux de Raymond Boudon. En termes de rationalité axiologique, les familles de classes moyennes cherchent à réaliser certaines visées individuelles, comme le développement intellectuel, la réussite et le bonheur de leurs enfants mais aussi à défendre des visées collectives, comme l’égalité ou l’intégration. Toutefois, en fonction du sous-groupe d’appartenance ces visées s’articulent différemment. Les « technocrates » et dans une moindre mesure les « techniciens » tendent ainsi à favoriser à la fois l’intégration, liée à l’imposition de pratiques et de valeurs traditionnelles nationales (p. 73) et la réussite individuelle, ce qui renvoie à une vision méritocratique et hiérarchique de la société et à une recherche de l’entre-soi. Inversement, les « intellectuels » et « médiateurs » mettent l’accent sur l’égale dignité de tous et l’atténuation des barrières intergroupe, tout en valorisant le bien-être des enfants et un « brassage contrôlé » au sein de l’école.

5Après les valeurs, l’auteur considère la rationalité cognitive des familles, invitant à repenser la division « trop stricte » entre catégories savantes et indigènes. De fait, les parents mobilisent spontanément des modèles proches de ceux développés par les chercheurs sur la question scolaire. Pluralisme théorique oblige, le rôle du capital culturel et économique dans la construction de ces choix est ensuite considéré, avec une insistance sur l’important travail de mobilisation de ces ressources par les parents, particulièrement les mères.

6Mettant l’accent sur la dimension individuelle des choix, les premiers chapitres font ainsi abstraction des médiations collectives, qui sont réintroduites dans la seconde partie. L’auteur analyse alors le rôle des négociations au sein de la famille nucléaire. Elle souligne notamment que si la quasi-totalité des familles met en avant l’autonomie de l’enfant, ce terme renvoie à des réalités différentes selon les groupes sans pour autant analyser les raisons de ces différences. La ligne d’opposition sépare ici les classes moyennes supérieures (« technocrates » et « intellectuels »), qui tout en valorisant le libre-arbitre de l’enfant modèlent dans la durée ses préférences, et les classes moyennes intermédiaires (« techniciens » et « médiateurs) qui délèguent presque totalement le choix aux enfants.

7Autre « médiation », les réseaux locaux, et essentiellement le voisinage peuvent influer sur les choix scolaires dans la mesure où ils sont une source d’information utile sur les établissements mais aussi où ils exercent un effet propre sur les valeurs, contribuant par exemple à renforcer certains comportements de clôture sociale. Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à des formes de médiations plus abstraites : l’offre scolaire locale, analysée à travers les comparaisons entre les établissements mises en œuvre par les parents et la régulation politique. Ce terme désigne à la fois la prise en compte de l’intérêt général dans le choix des parents et les modes de coordination — notamment les réseaux de parents d’élèves — à l’échelle locale.

8Agnès van Zanten explique avoir construit son ouvrage autour de trois visées théoriques : construire un modèle des choix scolaire, étayer l’idée que les choix scolaires sont utilisés comme un instrument de clôture sociale par les parents de classe moyenne, et enfin enrichir l’analyse en terme de classes sociales des choix. Si l’objectif semble atteint pour les deux premières visées, l’approche modélisante rencontre quelques limites quand il s’agit d’analyser les rapports entre appartenance de classe et choix d’établissement. De fait, la volonté de « dégager des orientations typiques » (p. 127) se fait parfois au détriment d’une analyse détaillée de la genèse des représentations et des comportements, en articulation avec la trajectoire sociale et les conditions de vie. On pourrait ainsi souhaiter que cet ouvrage ouvre la voie à des travaux plus ethnographiques, qui viendraient enrichir l’étude des relations entre appartenance sociale et choix d’établissement.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage s’appuie notamment sur deux recherches menées en collaboration avec Marco Oberti, Maroussia Raveaud et Stephen Ball. Les entretiens ont été pour partie réalisés par des étudiants de Sciences Po.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Blanchard, « Choisir son école, stratégies familiales et médiations locales, A. van Zanten », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 2 | 2012, 279-281.

Référence électronique

Marianne Blanchard, « Choisir son école, stratégies familiales et médiations locales, A. van Zanten », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 2 | Avril-Juin 2012, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 21 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5737

Haut de page

Auteur

Marianne Blanchard

Centre Maurice Halbwachs (CNRS, EHESS, ENS), 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
marianne.blanchard[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals