Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dynamiques de la sociologie économique. Concepts, controverses, chantiers, C. Bourgeois, A. Conchon, M. Lallement, P. Lénel (Eds.)

Octarès, Toulouse (2009). 236 p.
Benoît Lévesque
p. 267-269
Référence(s) :

Catherine Bourgeois, Aline Conchon, Michel Lallement et Pierre Lénel (dir.), Dynamiques de la sociologie économique. Concepts, controverses, chantiers, Octarès, Toulouse, 2009, 236 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage nous donne un aperçu de la sociologie économique telle que pratiquée et réfléchie par un collectif dont la plupart des membres font partie du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE) du CNRS et du CNAM. La sociologie économique dont il est question se veut à dominante institutionaliste et en relation étroite avec ce qui représentait jusqu’à tout récemment la sociologie du travail devenue en partie sociologie des organisations et de l’entreprise voire même sociologie de la régulation sociale comme en témoigne le double héritage que représentent les œuvres de Renaud Sainsaulieu, d'une part, et Jean-Daniel Raynaud, d'autre part (ces fondateurs sont cependant peu cités pour leur apport autrement que sur le mode de la reconnaissance).

2Outre une introduction générale des quatre éditeurs, l'ouvrage est formé de 17 chapitres d'environ dix pages regroupés sous quatre grandes thématiques, soit les fondements de la sociologie économique, les frontières de la sociologie économique, les critiques, les controverses et les ouvertures, et les divers chantiers. Plutôt que de tenter de rendre compte de ces diverses contributions et thématiques, nous nous arrêterons sur deux questions transversales.

3La première question concerne l'encastrement social de l'économie. Cette notion est présente dans la plupart des chapitres de cet ouvrage en référence aux contributions de Karl Polanyi et de Mark Granovetter. Si le premier met l'accent sur la dimension politique d'encadrement de l'économie, le second met en lumière comment une économie apparemment désencastrée (du point de vue de K. Polanyi) n'en repose pas moins sur des réseaux sociaux. Même si cette notion se révèle intéressante d'un point de vue heuristique, certains la questionnent quant à la coupure qu'elle présuppose entre les faits économiques et les faits sociaux (Antoine Bevort et David Charasse, François Sarfati). Ainsi, faire l'hypothèse d'un désencastrement social de l'économie ne donne-t­il pas raison à la théorie économique néoclassique selon laquelle l'économie échappe aux rapports sociaux ? Pour Bernard Eme, cette notion est une métaphore qui traduit une trop grande rigidité et une détermination trop unidirectionnelle de I'encastré par l'encastrant (également Laurence Roulleau-Berger). De plus, le sociologue français se demande aussi si cette notion ne relève pas d'une autre époque, celle du fordisme, de sorte qu'elle nous empêcherait de bien comprendre les transformations relevant d'une seconde modernité caractérisée par des entrelacements de régimes d'existence et non plus par une articulation systémique des sphères économique et politique à l'échelle de ce qu'on appelait jusqu'ici une société.

4La seconde question, celle du rapport entre la sociologie et l'économie, est également présente dans plusieurs des contributions. Quelques-uns des auteurs montrent que cette question se pose différemment en France qu'aux États-Unis, en dépit des liens de proximité que suggèrent les appellations NSÉ (nouvelle sociologie économique) et NES (new economic sociology) (Isabelle Berrebi-Hoffmann et Fabienne Breton). Dans le cas des États-Unis, la sociologie s'est institutionnalisée tardivement, bien après celle de la science économique. En revanche, en France, l'approche néoclassique ne s'est pas diffusée aussi facilement de sorte que les approches hétérodoxes ont pu évoluer sur des terrains proches de ceux de la sociologie. Toutefois, le recentrage des départements d'économie en France pourrait expliquer l'intérêt actuel des économistes hétérodoxes pour la NSÉ, ce qui constituerait une menace pour la sociologie. De plus, alors qu'une partie de l'économie néoclassique prétend rendre compte des divers phénomènes sociaux à partir de la théorie des choix rationnels, la sociologie ne peut espérer un partage plus équitable même en s'équipant de concepts appropriés aux objets économiques surtout si ces derniers sont formatés par cette discipline dominante (Jérôme Gautié). Enfin, la théorie économique néoclassique ne joue pas sur le même terrain que celui de la sociologie. Dans les deux disciplines, la théorie et la question de la méthode ne se posent dans les mêmes termes : pour la science économique, la théorie ne vise pas à être testée par la réalité mais à favoriser la transformation du réel pour que celui-ci devienne conforme à la théorie (d'où une approche normative non explicitement avouée) alors que la sociologie cherche à valider ses théories à partir de la recherche et de l'enquête, quitte à modifier la théorie après coup (paradoxalement, les sociologues sont plus souvent accusés d'être normatifs que ne le sont les économistes).

5Une des points de cet ouvrage, qui mérite d'être souligné, est l'ouverture-fermeture dont les éditeurs ont fait preuve. D'une part, une ouverture bien affirmée avec des contributions qui remettent en cause d’importants concepts de la sociologie économique, y compris l’existence de cette dernière, même si leur objectif était de proposer un manifeste de la sociologie économique à promouvoir. D’autre part, une fermeture sur une « sociologie économique des sociologues » en n’accordant aucune place à la « sociologie économique des économistes » (et cela même si l’on y retrouve des contributions d’autres disciplines dont les sciences de la gestion). De l’extérieur de l’espace franco-français, ces deux sociologies économiques nous semblent bien constituer une des spécificités de la sociologie économique française, comme en témoigne par ailleurs l’ouvrage collectif réalisé sous la direction de l’économiste Philippe Steiner et du sociologue Francois Vatin qui proposent un panorama de la sociologie économique française. Mais, reconnaissons-le, tel n’était pas l’intention de l’ouvrage collectif dont nous avons tenté de rendre compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Lévesque, « Dynamiques de la sociologie économique. Concepts, controverses, chantiers, C. Bourgeois, A. Conchon, M. Lallement, P. Lénel (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 2 | 2012, 267-269.

Référence électronique

Benoît Lévesque, « Dynamiques de la sociologie économique. Concepts, controverses, chantiers, C. Bourgeois, A. Conchon, M. Lallement, P. Lénel (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 2 | Avril-Juin 2012, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5829

Haut de page

Auteur

Benoît Lévesque

Département de sociologie, centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), université du Québec à Montréal (UQAM), CP 8888 Succ Centre-Ville, Montréal (PQ) H3 C 3P8, Canada
levesque.benoit[at]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals