Skip to navigation – Site map
Prix du jeune auteur

Travail salarié, travail domestique, travail au noir : l’économie domestique à l’épreuve de l’accession à la propriété

Work for wages, work in the household, undeclared work : The household economy put to the test of home ownership
Anne Lambert
p. 297-316

Abstracts

A survey conducted in a recent housing development located in an exurban township to the east of Lyon, France, investigated how owning a house affects the work for wages and work in the household of each person in a couple. Though an economic burden, a house can represent a family and occupational resource for low-income households in a context where wage earning is precarious. This is especially true for women with few skills who “choose” to specialize in day-care work, whether declared or not. Home ownership often reinforces the division of labor between men and women. The articulation of the occupational and household spheres also depends on the household’s financial and social resources and on the distance from family networks of exchange and support.

Top of page

Full text

  • 1 Je tiens à remercier tout particulièrement Stéphane Beaud, Catherine Marry ainsi que Sarah Abdelnou (...)

1En France, les politiques d’encouragement à l’accession à la propriété conjuguées à la hausse des prix immobiliers dans les centres urbains ont renforcé l’attrait de la construction neuve dans le périurbain lointain pour les familles modestes et les jeunes ménages (Berger, 2004 ; Briant, 2010)1. Devant l’envolée du marché immobilier sans lien avec la progression des salaires, une grande partie de ces nouveaux accédants recourt à des crédits de plus en plus longs, entre 20 et 30 ans, pour financer l’acquisition du nouveau logement. La maison induit aussi de nombreuses dépenses annexes, qui ne sont pas toujours prévues dans le budget initial : des dépenses conjoncturelles liées à l’aménagement de la maison et du cadre bâti, et des dépenses structurelles liées à son fonctionnement, à la mobilité quotidienne des conjoints, à l’arrivée et la prise en charge des enfants, à la modification du système d’imposition locale, etc. S’inscrivant dans une mobilisation familiale — matérielle et morale — de long terme (Cuturello et Godard, 1982), la mobilité résidentielle génère donc en retour un processus d’adaptation de l’économie domestique afin de faire face à la nouvelle pression budgétaire. Véritable système de « production, de répartition et de circulation des biens et des services [qui existe] hors du marché et des institutions » (Gramain et al., 2005), l’économie domestique se trouve en effet fortement bouleversée par l’achat d’un pavillon dans une commune périurbaine.

  • 2 Voir à cet égard l’ouvrage de Jeanne Lazarus, L’épreuve de l’argent, Banques, banquiers, clients, P (...)
  • 3 Le lecteur pourra se reporter sur ce point à l’ouvrage de J.-Y. Authier, C. Bonvalet et J.-P. Lévy (...)
  • 4 « Le travail domestique est alors défini par contraste avec le travail rémunéré, parfois pénible ma (...)
  • 5 L’Insee définit le ménage comme « l’ensemble des personnes (apparentées ou non) qui partagent de ma (...)

2Notre article ne prend pas pour objet le montage financier de l’acquisition de la maison et la relation bancaire (négociation des conditions d’emprunt, interactions avec les banquiers, etc.2), ni les stratégies d’autoconstruction partielle ou totale du logement, qui sont par ailleurs bien connues (Cuturello et Godard, 1982 ; Topalov, 1987 ; Weber, 1989 ; Gollac, 2011). Il n’envisage pas non plus le processus de formation du choix résidentiel qui préside à l’achat immobilier3. Notre article entend plutôt revenir sur les changements structurels qui affectent, à sa suite, l’économie domestique dans ses aspects les plus pratiques et quotidiens, au regard notamment de la situation d’emploi respective des conjoints et du rapport au travail domestique4. Si le ménage5 apparaît au premier abord comme l’échelle d’observation pertinente (l’achat du pavillon étant financé par les ressources propres du couple en vue de l’occupation par la famille nucléaire), nous montrerons aussi le rôle de la famille élargie et de son ancrage local dans l’organisation de l’économie domestique, à la suite des travaux d’ethnographie économique (Dufy et Weber, 2007). L’enjeu est bien au final d’interroger la diversité des liens qui existent entre les trajectoires résidentielle, professionnelle et familiale de ménages qui accèdent à un même statut résidentiel (propriété du logement) et à un même type de bien immobilier (des maisons sur catalogue situées dans des lotissements périurbains), mais qui mobilisent des ressources sociales très différentes (matérielles, symboliques, familiales, etc.) : si certains ménages s’en sortent apparemment mieux que d’autres face à la nouvelle contrainte économique à laquelle ils sont confrontés en raison de niveaux de revenus supérieurs, d’autres familles ayant des niveaux d’endettement équivalents ont des modes d’organisation domestique très différents.

  • 6 D’autres entretiens ont été réalisés dans des lotissements construits dans les années 1970, afin de (...)
  • 7 Le contexte socio-économique et institutionnel a nettement évolué depuis l’enquête de P. Willmott e (...)
  • 8 L’enquête nationale sur le logement de l’Insee montre que, en 2006, 64 % des acquéreurs récents de (...)

3L’enquête ethnographique que nous avons réalisée dans un lotissement d’une commune péri-urbaine populaire de l’est lyonnais, auprès d’une quarantaine de ménages ayant récemment fait construire leur maison6, et appartenant, soit aux classes populaires (ouvriers et employés), soit aux professions intermédiaires, montre tout d’abord que le coût d’ajustement au nouveau logement pèse plus fortement — mais pas uniquement — sur les femmes. Si Peter Willmott et Mickael Young (1957) mettaient en avant le coût psychologique et affectif de l’isolement des femmes récemment installées dans les nouveaux quartiers pavillonnaires de la banlieue londonienne (les hommes supportant davantage le coût financier), notre enquête entend revenir sur les conséquences économiques et matérielles de la mobilité résidentielle, en particulier ses effets sur le rapport au travail salarié et domestique des conjoints7. Alors que la bi-activité est devenue une condition quasi nécessaire à la souscription d’un crédit immobilier par les ménages modestes8, l’emploi féminin constitue en effet bien souvent la principale variable d’ajustement. Toutefois, les effets apparaissent nettement différenciés d’un groupe social d’accédants à l’autre. En particulier, le niveau respectif de qualification des conjoints, le type de mobilité résidentielle ou encore la composition du ménage et sa position dans le cycle de vie jouent un rôle déterminant.

4Mais l’enquête montre aussi que la maison achetée à crédit peut devenir une ressource matérielle et professionnelle, même relative, pour certains ménages. En effet, malgré la contrainte budgétaire qu’elle implique, la maison peut constituer le support de nouvelles activités productives dans un contexte de précarisation de l’emploi salarié. C’est particulièrement le cas des femmes peu qualifiées qui « choisissent » de se spécialiser dans le travail domestique et la garde d’enfants, au noir (en tant que nourrice) ou déclaré (en tant qu’assistante maternelle). Après avoir rappelé les conditions sociales et les modalités d’entrée dans la « carrière » d’assistante maternelle, nous montrerons ainsi dans la deuxième partie de cet article que cette nouvelle situation reste toutefois précaire du point de vue des revenus, des conditions de travail comme du statut social. Enfin, au niveau de la famille élargie, la maison peut permettre la mutualisation des services de garde et la circulation des ressources entre membres de la parenté, évitant notamment d’externaliser le travail domestique. Cette mutualisation peut être temporaire (vacances scolaires ou temps extrascolaire) ou durable dans le cas de ménages adultes re-cohabitants — une situation qui concerne au premier plan les mères séparées peu diplômées. Au final, la diversité des usages sociaux du pavillon (dans un cadre professionnel et/ou familial), étroitement liée aux ressources des ménages et à leurs trajectoires, permet de nuancer l’image misérabiliste qui pèse habituellement sur les accédants modestes des zones périurbaines et pavillonnaires (Magri, 2008).

  • 9 La commune passe de 2454 habitants en 1968 à 5435 habitants en 2007.

5Méthode et terrain d’enquête
L’enquête de terrain a été effectuée dans une commune périurbaine et populaire située à 35 km à l’est de Lyon. Proche de plusieurs sites industriels et séparée de Lyon par l’aéroport Saint-Exupéry, la commune a connu une forte croissance démographique à partir des années 19709, qui s’est accompagnée du développement de nombreux lotissements pavillonnaires. À cet égard, elle apparaît représentative de la vague de périurbanisation qu’a connue la France au cours des années 1970. Aujourd’hui, l’urbanisation de la commune est imposée par la Directive territoriale d’aménagement (DTA) de l’aire métropolitaine lyonnaise, afin d’organiser le desserrement de l’agglomération. Le lotissement principal dans lequel ont été menés entretiens ethnographiques et observations est l’une des trois principales opérations d’urbanisme réalisées par la municipalité depuis les années 2000. Il s’agit d’un lotissement de 65 lots commencé en 2007 dans le cadre d’une zone d’aménagement concerté (ZAC) — opération qui contraint le lotisseur à des aménagements et participations financières. Réalisé par tranches, il a d’abord attiré des jeunes ménages lyonnais et, après la crise de 2008 et la difficile commercialisation des lots qui s’en est suivie, des ménages de milieux populaires issus de la proche banlieue lyonnaise ou du bourg industriel voisin. Les contraintes architecturales ont en effet été relâchées et des dispositifs d’aide à l’accession (de type Pass foncier) ont été mis en place par les élus locaux, favorisant l’accession de ménages plus modestes.

  • 10 Toutefois, quelques ménages au profil atypique par rapport au reste du lotissement (retraités, chôm (...)

Outre le dépouillement d’archives municipales et l’exploitation de données du recensement, nous avons effectué des entretiens avec des élus locaux et une quarantaine de ménages du lotissement10. Les entretiens approfondis, réalisés au domicile des enquêtés, visent à reconstituer les trajectoires résidentielle, professionnelle et familiale des ménages et à rendre compte de leurs modes d’organisation domestique. La plupart des entretiens ont été réalisés avec les femmes ou en couple, ce qui peut s’expliquer par le sexe de l’enquêtrice mais aussi parce que l’espace domestique continue d’apparaître comme un espace féminin par excellence. Les entretiens réalisés avec les hommes seuls sont plus rares ; ils nous ont permis d’éclairer ou de contrebalancer le point de vue des femmes. Enfin, entretiens et observations se sont révélés complémentaires : alors que les premiers permettent de réinscrire l’achat du pavillon dans le temps biographique long, les secondes donnent à voir les usages que les ménages font de leur logement.

  • 11 L’expression fait ici référence à l’ouvrage de Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une je (...)

On peut dès lors distinguer trois types de ménages au sein du lotissement : les ménages d’ouvriers bi-actifs, ancrés localement ; il s’agit essentiellement d’ouvriers qualifiés qui travaillent dans les usines métallurgiques, textiles ou agroalimentaires « du coin11 » et qui sont fortement insérés dans des réseaux locaux et familiaux de sociabilité. Pour ces ménages plus âgés que la moyenne et déjà constitués, la maison marque l’aboutissement de la trajectoire résidentielle. Les autres ménages de classes populaires du lotissement sont issus des grandes cités d’habitat social de la proche banlieue lyonnaise. Salariés d’exécution dans le tertiaire et l’industrie, ils sont vendeurs, manutentionnaires, ouvriers dans les travaux publics ou encore agents contractuels des collectivités territoriales (pour la Communauté urbaine de Lyon par exemple) ; ils sont aussi plus jeunes et moins qualifiés. La maison constitue une promotion résidentielle mais s’accompagne d’un éloignement considérable des lieux de travail et de sociabilité. Au total, ces deux groupes d’habitants sont majoritaires au sein du lotissement ; ils se caractérisent par l’importance des ménages d’origine étrangère, portugaise et algérienne notamment, mais aussi d’Afrique sub-saharienne et d’Asie du Sud-Est. À leurs côtés, résident enfin des jeunes couples de professions intermédiaires ou de cadres moyens, issus du centre de Lyon, sans enfant (ou avec des enfants en bas âge). Plus diplômés mais d’origine sociale modeste, ils représentent les petites classes moyennes en ascension et travaillent comme infirmiers, professeurs des écoles, éducateurs spécialisés ou encore agents commerciaux. La maison en lotissement périurbain ne constitue, à leurs yeux, qu’une étape résidentielle. Étant donnée leur sous-représentation au sein du lotissement, l’article accordera une plus grande place aux deux premières catégories de ménages.

1. La situation d’emploi comme variable d’ajustement : genre et milieu social

  • 12 Rapport entre la charge de remboursement liée à l’achat de la résidence principale et le revenu dis (...)

6L’accession à la propriété en zone périurbaine a-t-elle un impact sur la division sexuelle du travail au sein du couple, notamment sur le rapport au travail salarié des femmes qui ont aussi habituellement la charge des tâches domestiques et du soin aux enfants (Maruani, 1985 ; Delphy, 1998 ; Bourdieu, 1998) ? Selon des études économétriques récentes, lorsque le taux d’effort12 des ménages accédants dépasse 25 % de leurs revenus, les femmes ont en effet plus de chances d’être actives, toutes choses égales par ailleurs (Houdré, 2009). Toutefois, le niveau de revenu du conjoint, des prestations sociales ou encore du diplôme de la femme restent de puissants déterminants du taux d’activité féminin : les femmes diplômées sont ainsi plus souvent actives que les autres mais la présence d’enfants en bas âge joue dans le sens contraire. D’autres recherches montrent que les choix de localisation périurbaine et l’investissement sur la scène résidentielle qui en découle de la part des ménages de classes moyennes (les « nouvelles classes moyennes salariées ») constituent une forme de compensation symbolique à une position professionnelle incertaine, sans pour autant engager de profondes modifications de l’économie domestique (Bidou, 1984 ; Benoît-Guilbot, 1986 ; Debroux, 2011).

7Interrogeant ces thèses de la « compensation financière et symbolique » du logement, notre enquête en zone périurbaine montre qu’il existe trois modes d’ajustement des carrières professionnelles et résidentielles, selon la nature et le niveau de ressources des ménages et la configuration familiale. En effet, les logiques d’ajustement des ménages qui reposent sur des calculs économiques indigènes, prennent en compte différents éléments tels que le type de travail et le statut social, la composition familiale, la position dans le cycle de vie ou encore la distance géographique au reste de la parenté. En particulier, les modalités de la production domestique et ses réorganisations successives reflètent non seulement le degré de la contrainte financière mais aussi les représentations morales de la famille et des échanges qui prévalent en son sein, qui sont socialement situées et constituent le produit d’expériences socialisatrices antérieures. Les différences observées dans les modes d’ajustement des pratiques domestiques renvoient plus largement à la diversité du peuplement des lotissements périurbains de l’est lyonnais, qui attirent des jeunes couples des centres villes proches, par leur mobilité sociale de faible ampleur, des « petits moyens » étudiés dans le contexte francilien (Cartier et al., 2008), mais aussi des ménages modestes issus du parc HLM de banlieue ou encore des familles ouvrières stables et ancrées localement.

1.1. Les ouvriers « du coin » : les horaires décalés et le travail de nuit comme ressource domestique

  • 13 La périurbanisation de l’emploi industriel est liée à la pression foncière, mais aussi à la politiq (...)

8Près du quart des nouveaux habitants du lotissement résidait précédemment dans le périmètre communal ou dans les environs, majoritairement dans le parc locatif privé et plus rarement dans le secteur social. Pour ce groupe composé de ménages ouvriers bi-actifs, plus âgés que la moyenne, l’installation en pavillon ne constitue pas un éloignement significatif du lieu de travail (des usines implantées dans le secteur de Pont de Chéruy, de la plaine de l’Ain ou de la zone franche de l’Isle d’Abeau13). Si l’économie domestique se trouve mise à l’épreuve, ce n’est donc pas tant du fait de la mobilité géographique de faible ampleur (il s’agit d’une mobilité de proximité), que de la hausse de la pression budgétaire : les mensualités liées aux crédits immobiliers sont toujours plus élevées que les loyers dont ils s’acquittaient précédemment. Quelques points communs se dégagent alors de l’observation de ces familles, dans les modes d’organisation des échanges intrafamiliaux ; ceux-ci reflètent les spécificités du travail ouvrier (production en continu, organisation du travail en équipe, modalurité des horaires) mais aussi des modes d’organisation domestique propres aux milieux populaires (Schwartz, 1990 ; Beaud et Pialoux, 1999).

9En effet, la nouvelle organisation domestique repose en premier lieu sur les horaires de nuit et le travail décalé entre les conjoints. Le plus souvent, les femmes alternent grâce au système des 2 × 8 le travail en matinée et en après-midi d’une semaine à l’autre tandis que les hommes effectuent des horaires en 3 × 8, 2 × 12 (plage de 12 heures de travail consécutives) ou choisissent de travailler le week-end (« faire le SD », selon un enquêté). Mieux payées, les heures de nuit et le travail dominical remplissent une double fonction économique et pratique. Ils permettent tout d’abord d’arrondir les salaires par le sur-tarif appliqué (majoration d’environ 20 % du salaire horaire de base selon les conventions collectives et les accords d’entreprise), au côté des heures supplémentaires régulièrement effectuées. Les ménages s’assurent ainsi des paies plus confortables (quoique irrégulières) qui permettent de financer les crédits immobiliers liés à l’achat de la maison et les dépenses induites par son fonctionnement, parfois plus élevées que prévu, comme la facture de chauffage électrique en hiver. Mais cette organisation temporelle est aussi particulièrement appréciée des femmes parce qu’elle favorise l’articulation entre travail salarié et travail domestique et leur permet d’« exercer une activité professionnelle tout en maintenant la qualité du service domestique qu’elles apportent à leur famille » : soins aux enfants, courses, ménages, etc. (Daune-Richard, 1984). Les hommes aussi disent apprécier cette organisation du travail car le temps libre dégagé en journée leur permet de bricoler et d’avancer dans les travaux d’aménagement de la maison, le pavillon étant souvent livré sans les finitions pour des raisons financières. Assurant la présence quasi permanente d’au moins l’un des conjoints au domicile, cette organisation évite en dernier ressort d’externaliser le travail domestique en recourant aux services marchands de garde par exemple. Aussi, si la répartition des tâches domestiques demeure fortement genrée (courses, cuisine et ménage pour les femmes ; bricolage, jardinage et travaux d’aménagement pour les hommes), le soin aux enfants (accompagnement scolaire, suivi des devoirs, etc.) apparaît davantage partagé.

  • 14 Nous reprenons ici le raisonnement indigène des ménages pour lesquels l’unité de mesure de la mobil (...)

10Ali, 52 ans, est dans cette situation. Ancien agent de maîtrise et fonctionnaire de la compagnie nationale d’électricité algérienne, il a fui l’Algérie en 1998 avec sa femme et ses trois enfants, laissant derrière lui une situation professionnelle stable et un pavillon. À son arrivée en France, il se retrouve ouvrier à la chaîne et cumule les contrats à durée déterminé (CDD) avant de décrocher un contrat à durée indéterminé (CDI) comme opérateur dans une industrie pharmaceutique située à une vingtaine de minutes en voiture de son domicile14. Sa femme qui n’a jamais occupé d’emploi salarié, se consacre à leur quatrième enfant né en 2001, avant de prendre un poste d’ouvrière dans une usine locale d’arachides au tournant de l’année 2005. Ce choix est clairement motivé par la décision d’acheter une maison, alors que les projets de retour s’éloignent ; le statut de locataire du parc HLM représente aussi à leurs yeux une forme de déclassement. Logés par un bailleur social dans la commune industrielle limitrophe, ils entreprennent ainsi les premières démarches de recherche en 2006. Les niveaux de revenus liés à la nouvelle stabilité professionnelle du couple permettent à Ali et sa femme d’obtenir en 2009 un crédit sur 30 ans (mais à taux variable), après avoir essuyé plusieurs refus (le montant de leur apport personnel s’élève alors à 10 000 euros). Si la réalisation d’un lotissement bon marché dans le secteur permet la concrétisation de leur projet résidentiel en 2010, la pression budgétaire liée à la construction de la maison entraîne cependant d’importants ajustements de l’économie domestique. À son installation dans la maison, Ali se porte donc volontaire pour travailler exclusivement de nuit, le week-end, alors que la direction de l’usine procède à des restructurations. Cette nouvelle organisation lui permet d’avancer les travaux dans sa maison (« j’ai tout fait ») et de bricoler dans son garage. Véritable établi où il répare différents appareils électroménagers, c’est aussi là qu’il reçoit les visiteurs occasionnels de la journée, amis, collègues ou ouvriers du chantier (le garage, équipé d’une table et d’une gazinière, sert aussi accessoirement de « cuisine d’été »). Si Ali ne s’occupe jamais du ménage, il prend en charge quotidiennement son fils cadet, en CM2 : outre les trajets en voiture pour l’emmener à l’école, il assure les repas du midi afin d’éviter les frais de cantine. Ce mode d’organisation représente au final des économies substantielles pour le couple :

« A : Ma femme travaille maintenant. Ici, si tu ne travailles pas les deux, ils ne te donnent pas le crédit. Même si tu gagnes 1500 euros, ils ne te donnent pas de crédit. Elle a commencé à travailler en 2005‑2006. Ça s’appelle Ravet à Charvieux, c’est une usine qui fait les cacahouètes, les pistaches. Elle vient à 14 heures, quand elle sort du travail. Moi, je fais que le week-end. Avant j’étais en semaine, mais ça fait une année que j’ai changé avec la maison. Ils ont fait des équipes du week-end, je suis volontaire. Parce que le week-end, ça vous gagne du temps aussi. Je fais 12 heures samedi, 12 heures dimanche. Ça m’arrange beaucoup.
E : C’est mieux payé ?
A : C’est presque pareil... Mais c’est pour le temps pour ici aussi, pour avancer les choses... On calcule tout, ici en France, on calcule tout ! Moi, j’ai pas de week-end, toujours je travaille ! Le week-end, je travaille au boulot, la semaine, je travaille ici. »

  • 15 « L’ancienneté résidentielle, comme la parenté locale, favorisent chacune la création d’un réseau d (...)
  • 16 Les maisons bas de gamme achetées sur catalogue ont une taille modeste (entre 90 et 110 m2) mais le (...)
  • 17 Sibylle Gollac définit la maisonnée comme « un groupe de coopération productive quotidienne, qui ra (...)

11Cette organisation domestique fonctionne d’autant mieux que les ménages ouvriers, ancrés localement, peuvent compter sur l’aide de proches, notamment au sein de la lignée maternelle, rappelant en cela les conclusions des études anglo-saxonnes de la parenté sur l’importance de la matrilocalité dans les milieux populaires15 (Willmott et Young, 1957). En permettant le maintien des réseaux d’entraide et d’échange, la mobilité de proximité augmente en quelque sorte la solvabilité des ménages engagés dans des parcours d’accession immobilière. La maison, par sa situation comme par ses dimensions16, constitue une ressource spatiale et matérielle spécifique. Adeline, 36 ans, d’origine portugaise, est « pilote de ligne » dans une usine de fabrication de sièges automobiles située à 10 minutes en voiture du lotissement. Mère de deux enfants âgés de 13 et 8 ans, elle est mariée à un ouvrier portugais qu’elle a placé chez son ancien employeur. En 2 × 8, elle alterne matinée et après-midi d’une semaine à l’autre. Si Adeline dit apprécier son travail pour l’esprit de camaraderie qu’elle y trouve, elle est aussi satisfaite des horaires qui lui permettent de s’occuper de ses enfants. Et quand l’organisation rôdée et minutée du quotidien est mise à mal par les imprévus du travail, Adeline peut compter sur sa sœur cadette qu’elle a aussi fait entrer chez son employeur, à la chaîne, il y a un an. Leurs enfants fréquentent volontairement la même école classée ZEP, en dépit de la carte scolaire qui rattachait le fils d’Adeline à l’école du village : le recoupement des sphères professionnelle, résidentielle et familiale permet aux sœurs de mutualiser leurs ressources. L’hiver, ce sont les grands-parents maternels qui assurent ce travail de care ainsi qu’une partie des tâches domestiques. Ouvriers dans le secteur, ils sont rentrés au Portugal au moment de leur retraite pour habiter la maison qu’ils ont fait construire, étape par étape. D’octobre à fin janvier, ils vivent chez Adeline, occupant l’une des deux chambres d’enfants à l’étage. S’ils justifient leur présence par « les fêtes de fin d’année », la maison d’Adeline servant de principal lieu de rassemblement familial, leur séjour prolongé assure aussi la continuité des échanges inter-générationnels de biens et services au-delà de la distance géographique qui les sépare. L’espace de la maison, modulable, et du jardin s’avère particulièrement pratique pour ce mode de fonctionnement domestique. En doublant la surface d’habitation par rapport à l’appartement précédemment loué dans le centre ancien du bourg voisin, il permet de loger des membres de la parenté et de prendre en charge les enfants des deux sœurs, le mercredi ou le soir après l’école. Jouant un rôle central dans les milieux populaires, ces activités productives non marchandes, prises dans un circuit d’échanges au sein de la parenté, permettent en définitive de mettre en commun des ressources et de réaliser des économies d’échelle (Weber, 1989). En ce sens, la famille élargie d’Adeline fonctionne comme une véritable « maisonnée17 » (Gollac, 2011).

1.2. Mères et salariées : le privilège des professions intermédiaires

  • 18 Par les revenus du travail, ces jeunes ménages ne sont parfois pas éloignés de certains couples d’o (...)
  • 19 Le montant de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) versée par la caisse d’allocation fami (...)

12À l’opposé de l’échelle sociale du lotissement par leurs statuts socioprofessionnels18, les membres des classes moyennes recourent aussi à la bi-activité. Les logiques d’emploi sous-jacentes sont pourtant bien différentes de celles des ménages ouvriers étudiés précédemment en raison de leurs niveaux de qualification, de leur position dans le cycle de vie et de leur trajectoire résidentielle. En effet, issus des centres urbains (Lyon principalement), ces jeunes ménages, plus petits, plus jeunes et plus qualifiés (ce sont des couples sans enfant ou avec un enfant en bas âge), occupent des emplois à plein temps de professions intermédiaires (infirmier, instituteur, éducateur spécialisé...), de cadres moyens (commercial, informaticien) et plus rarement de cadres supérieurs (inspecteur de la répression des fraudes, vétérinaire) dans l’agglomération lyonnaise. Plus souvent éloignés de leur lieu de travail que les ouvriers (les emplois qualifiés du tertiaire étant plus concentrés dans le centre des agglomérations que l’emploi industriel, davantage situé en périphérie), ces jeunes couples sont aussi plus souvent isolés du reste de la parenté et ne peuvent pas compter sur les réseaux familiaux d’entraide dans l’organisation du quotidien. Ainsi, si la contrainte financière liée à l’endettement encourage les femmes à garder une activité professionnelle (comme dans le cas des familles ouvrières) malgré, parfois, la présence d’enfants en bas âge, c’est d’abord parce que cette activité salariée qualifiée est suffisamment rémunératrice pour permettre de sous-traiter le travail de care. L’embauche d’une assistante maternelle n’engendre pas de perte d’argent par rapport aux revenus des transferts sociaux dont ces femmes pourraient bénéficier en ne travaillant pas (quoique le gain ne soit pas toujours significatif)19.

  • 20 Ils peuvent ainsi, par exemple, passer du statut d’agent commercial à celui de responsable d’agence
  • 21 La plus-value financière réalisée lors de la revente reste toutefois très incertaine.

13Mais si ces ménages aux positions professionnelles intermédiaires valorisent la bi-activité, c’est aussi parce qu’elle constitue un signe d’appartenance aux classes moyennes et représente, à ce titre, un fort enjeu statutaire. En effet, d’origine modeste, ces jeunes couples sont engagés dans des trajectoires inter- et intra-générationnelles ascendantes et cherchent à consolider des positions sociales encore incertaines. Plus diplômés que leurs parents, ils sont en situation de promotion professionnelle, souvent par voie interne20, du fait de leur formation initiale dans les filières courtes du supérieur (DUT, BTS, etc.). En cultivant le travail, l’ascèse et l’épargne, ils augmentent non seulement leur solvabilité et peuvent rembourser plus rapidement la maison achetée à crédit, qualifiée de « tremplin »21, et dont l’occupation est d’emblée envisagée comme temporaire du fait de sa localisation périphérique et de ses caractéristiques architecturales (elle est située dans l’enceinte d’un lotissement bon marché constitué de petites maisons achetées sur catalogue). Mais ces ménages affichent aussi leur aspiration au mode de vie des classes moyennes dont la bi-activité, en tant que symbole d’une économie domestique « moderne » — par opposition à la division traditionnelle du travail entre les sexes — constitue l’un des signes distinctifs.

14Au sein du lotissement, dans les interactions quotidiennes entre voisins, l’activité salariée des femmes à l’extérieur du domicile a ainsi un fort pouvoir de distinction, surtout lorsqu’elle s’accompagne du placement en nourrice des enfants. Aurore, 33 ans, titulaire d’un DESS de statistiques appliquées, est inspectrice de la répression des fraudes (fonctionnaire de catégorie A) après avoir été contrôleuse (catégorie B). Elle travaille quotidiennement à Grenoble, située à une heure trente de voiture. Alors que son mari informaticien, également à plein temps, effectue régulièrement des déplacements professionnels, Aurore a décidé à son arrivée dans le lotissement de recourir aux services d’une assistante maternelle pour son fils, alors âgé d’un an. Pour des raisons pratiques, elle s’est adressée à sa voisine Séverine, mère de trois enfants et ancienne vendeuse, en cours de formation pour l’obtention de l’agrément d’assistante maternelle. L’accord de garde a toutefois éclaté avant d’avoir abouti. Non seulement leurs modes de vie apparaissent antinomiques (Aurore, en retrait de la vie du lotissement, reproche à Séverine bruit et fumée dégagés lors des « soirées barbecue ») mais leur style éducatif semble aussi diverger (Séverine n’aurait pas supporté que le petit garçon « ne se plaise pas à son domicile »). Si le conflit qui oppose les deux femmes renvoie aux différents ethos de classe qui les séparent, les propos de Séverine sur sa nouvelle situation professionnelle trahissent aussi sa difficulté à revendiquer une identité professionnelle valorisante au regard des autres femmes actives du lotissement :

« E : Vous êtes la seule nourrice sur le lotissement ?
S : Oui, elles travaillent toutes à l’extérieur ! Il y a beaucoup de femmes qui travaillent là. La plupart travaillent...
E : Mais vous aussi vous travaillez !
S : Oui mais moi, je suis chez moi donc ça ne me fait pas le même effet. Je travaille et en même temps je garde mes enfants. Et puis Clément, il est quand même grand. Donc il n’a pas besoin de moi... »

15L’absence de lieu de travail spécifique, malgré l’établissement récent d’une structure de relais d’assistantes maternelles dans la commune, et la faible rémunération constituent de puissants vecteurs de domination symbolique. L’usage de compétences maternelles est aussi naturalisé et n’apparaît pas comme un savoir-faire spécifique qui serait valorisé socialement et financièrement. Au final, la comparaison des situations professionnelles des femmes entre elles trahit le degré d’aisance financière respective des ménages et engendre des conflits sur la définition des modes de vie et d’organisation domestique légitimes.

1.3. De la précarité professionnelle à la spécialisation dans le travail domestique : carrières de femmes au foyer

16Le troisième type d’organisation domestique observé au cours de cette enquête est celui des familles de milieux populaires issues du parc HLM de la proche banlieue lyonnaise. Le déménagement dans une commune périurbaine considérée comme la « campagne », parfois de manière péjorative comme un « trou », implique, comme pour les ménages de classes moyennes, un éloignement significatif du lieu de travail et des réseaux familiaux ; mais en l’absence de système de compensation (familial ou monétaire), il pèse plus lourdement sur leur économie domestique. À cet égard, le coût matériel et symbolique de la mobilité résidentielle apparaît plus élevé pour les femmes.

  • 22 Les jeunes couples de professions intermédiaires doivent également parfois s’équiper d’un deuxième (...)

17En effet, avec en moyenne deux ou trois enfants en bas âge, ces ménages trentenaires occupent des emplois peu qualifiés dans les services et l’industrie souvent localisés dans la première couronne de l’agglomération lyonnaise. Pour ces familles, le maintien de la bi-activité impliquerait non seulement de s’équiper d’un deuxième véhicule (la commune est mal desservie par les transports en commun)22, mais aussi de recourir aux services payants de garde pour les enfants. Les membres de la parenté, souvent installés à proximité de l’ancien quartier et peu motorisés, sont trop loin du nouveau lieu de résidence pour être systématiquement mis à contribution. Dans ce contexte, l’activité salariée des femmes à l’extérieur du domicile apparaît d’autant moins rentable qu’elle est peu qualifiée et faiblement rémunératrice. C’est pourquoi le déménagement engendre bien souvent une assignation à domicile de ces dernières, au contraire des ouvrières « du coin ».

18C’est le cas d’Yvonne, 28 ans, ancienne vendeuse dans un grand magasin de la banlieue lyonnaise et mère de deux jeunes enfants (deux et quatre ans). Son mari, 34 ans, est chef du rayon boucherie dans un supermarché d’une autre commune de proche banlieue. Depuis le déménagement, il effectue tous les jours, à 5 heures du matin et 16 heures, les 20 kilomètres qui le séparent de son lieu de travail pour un salaire mensuel de 1800 euros nets. Le couple rembourse 980 euros par mois de crédit pour la maison. En tant que vendeuse, Yvonne touchait le SMIC. L’organisation domestique serrée mise au point dans l’ancien quartier pour gérer les horaires décalés liés au métier de la vente et éviter le recours à une nourrice reposait sur la triple proximité du lieu de travail, du lieu de résidence des enfants et des parents ; elle a volé en éclat avec l’éloignement géographique. Suite à l’achat de la maison, Yvonne a continué à travailler quelques mois en recourant aux services d’une nourrice mais, enceinte de son deuxième enfant, elle a finalement décidé de prendre un congé parental. En plus des frais de transport, l’arrivée du deuxième enfant surenchérissait en effet le coût de la nourrice et rendait son activité professionnelle non rentable. Alors que les chances de retourner sur le marché du travail s’amoindrissent à mesure que se prolonge le congé parental, Yvonne n’envisage plus de reprendre une activité salariée à court terme et souhaite, comme pour reculer l’échéance du « choix » professionnel, un troisième enfant. Elle ne regrette pas les « horaires ingrats » de la vente, même si elle se plaint d’un certain isolement. Ses nouvelles responsabilités familiales semblent compenser la perte d’un statut professionnel peu valorisant (Bozon, 1990). Son mari, lui, appréhende le coût financier et matériel de l’agrandissement de la famille alors que la maison de 90 mètres carrés, avec trois chambres, apparaît déjà trop petite.

19En fait, le renoncement au travail salarié des femmes peu qualifiées issues des grandes cités d’habitat social de l’est lyonnais signifie non seulement la prise en charge totale des soins aux enfants afin de réduire au maximum les dépenses financières (accompagnements scolaires et périscolaires, alimentation au domicile le midi à la place de la cantine, etc.) ; mais il s’accompagne aussi plus largement d’une spécialisation dans le travail domestique, puisque les femmes assument désormais seules l’entretien de la maison, les courses et la cuisine — les abords extérieurs de la maison et le jardin restant encore l’apanage des hommes. Si Yvonne présente cette spécialisation domestique comme le fruit d’un calcul financier rationnel (Yvonne gagnait 700 euros de moins que son mari), cette dernière est aussi vécue comme naturelle, produit de l’intériorisation de la contrainte familiale et du rôle que la femme doit jouer dans ce cadre. Les calculs économiques indigènes effectués par Yvonne montrent d’ailleurs que son travail domestique est clairement invisibilisé : « Quand je travaille, on est à près de 3000 euros et là, en congé parental, on est à 2500 ».

20En définitive, l’accession à la propriété en zone périurbaine a des effets ambivalents pour ces femmes non seulement parce qu’elle favorise l’entrée dans la carrière de mère au foyer, mais aussi parce qu’elle est souvent synonyme de dissension des liens familiaux et d’isolement social. Ce sentiment apparaît très inégalement partagé par les hommes et les femmes du fait des contraintes structurelles différentes qui pèsent désormais sur leur emploi du temps ; il tend à faire apparaître, a posteriori, la décision d’achat de la maison comme une prérogative masculine. L’investissement affectif d’Yvonne dans la maison est ainsi plus limité : contrairement à son mari, elle conçoit la maison uniquement comme une étape dans une trajectoire résidentielle qui la ramènerait vers son ancien quartier, lieu de l’ancrage familial. Yvonne reste en effet très attachée à son ancien lieu de résidence : après « six mois de déprime » et un engouement très limité pour les travaux d’emménagement (sa mère a dû venir l’aider pour faire la décoration), elle passe la plupart des mercredis et de son temps libre chez ses parents ou dans sa belle-famille, multipliant ainsi les allers-retours (« on n’est jamais là »). Le week-end toutefois, le rythme des visites familiales décélère. Son mari apprécie plus qu’elle le calme procuré par la maison ainsi que les travaux de jardinage et d’entretien du bassin de tortues qu’il a spécialement construit à l’occasion.

21Yvonne : de la vente au travail domestique

« Y : Le problème avec la vente, c’était au niveau des horaires en fait : travailler les jours fériés, travailler jusqu’à huit heures le soir, travailler les samedis... pas de vie de famille ! Quand j’ai repris le travail après ma fille, on n’avait que le dimanche en commun. On n’avait pas les mêmes jours de congé parce qu’il fallait qu’on se débrouille pour que le jour de congé de mon mari, il s’occupe d’elle, et le mien, et bien c’est moi, pour que ça évite au maximum qu’on ait la nourrice à payer. [...] Quand je suis arrivée ici, j’étais encore à temps plein, mais je n’avais que ma fille qui était très peu gardée par la nourrice : 20 heures par semaine, parce qu’on essayait avec les horaires de goupiller pour que mon mari soit là, ou que moi je sois là. Maintenant, avec deux enfants, ce n’est pas pareil. Et puis est-ce que les horaires vont être pareils ? Au niveau du boulot, en trois ans, ça a changé au niveau des responsables. Je ne vais peut-être pas avoir des horaires arrangeants comme je l’avais avant... Je n’aurais pas mon mercredi... Donc si c’est pour retravailler mais qu’au final la nourrice me coûte plus cher que ce que je touche si je restais chez moi ! Il va falloir voir, recalculer, si je fais un mi-temps, si je ne fais pas un mi-temps. Tout se calcule, tout ça. Par rapport aux aides qu’ils nous donnent, il faut voir avec la CAF, calculer combien vaut une nourrice, parce que j’ai déjà eu une nourrice. Aujourd’hui, avec la CAF, l’aide... l’aide aux jeunes enfants ou je ne sais plus, et les allocations familiales — il y a trois choses, je sais. Au total, ça fait 650 euros par mois. Et comme j’ai un revenu pas élevé avec mon mari, et qu’on a un crédit de 900 euros par mois, on a le droit à l’APL : 120 euros. [...]
E : Et l’entretien de la maison, c’est plutôt vous ou votre conjoint ?
Y : Non, c’est moi. Les femmes, elles font le ménage et les hommes, ils travaillent à l’extérieur [rires] ! En fait, je le fais deux fois par semaine. Il ne faut pas rentrer dans la maniaquerie. Mais comme je ne travaille pas, c’est logique que je ne lui demande pas. Il a un métier difficile, étant à la maison, ce serait déplacé de ma part. [...]
E : Et vous avez d’autres projets résidentiels ?
Y : Ici c’est une étape. Le but c’est de repartir sur Mions, Meyzieux, parce que là on est quand même bien éloigné de la famille, ça fait 20‑25 minutes. Et puis nos boulots sont restés là-bas. Tous les matins, il y a les bouchons, ce n’est pas comme pour aller sur Lyon mais quand même il y a 20 minutes qu’il faut se faire. Avant, à Saint-Priest, on avait 5 minutes, 5 à 10 minutes de voiture, c’est tout. Moi j’étais sur Saint Bonnet, j’étais vendeuse en puériculture. Mon mari il est boucher à Décines, il est responsable du rayon Leclerc. [...] Mais c’est vrai que moi j’aurais bien aimé reprendre un appartement plus grand dans une résidence plus luxueuse fermée avec code et tout et puis lui, il m’a dit “non, je veux un jardin”. Il voulait son petit espace vert. Il avait raison, avec les enfants. Ils s’éclatent ! Mais c’est vrai que moi un appart, ça ne m’aurait pas dérangé... À Mions, ou à Meyzieux, il y a des résidences sympas.
E : Et lui ? Il se plait ici ?
Y : C’est lui qui la voulait la maison ! Il ne s’en plaint pas, au contraire. Il a son petit potager, ses tomates l’été... »

22En ce sens, le pavillon renforce pour ces ménages les inégalités liées à la division du travail domestique. Les « captifs du périurbain » (Rougé, 2005) sont ici des « captives » qui peinent à recréer des réseaux locaux de sociabilité alors que les principales instances de socialisation que constituaient le travail et la famille sont soudainement éloignées. Si cette organisation répond manifestement à une logique financière (faire face à la contrainte de crédit et aux frais de fonctionnement de la maison), elle renvoie aussi de manière latente à des modes traditionnels d’organisation domestique et des représentations de la famille socialement situées qui associent projet familial et maison individuelle, d’une part (Haumont, 1966 ; Bourdieu et Saint Martin, 1990), et univers domestique et espace féminin, d’autre part (Schwartz, 1990). Dès lors, « l’économie domestique ne peut se penser indépendamment d’une certaine conception du ménage, et plus exactement des relations et des échanges qui prévalent au sein de l’unité domestique » (Perrin-Heredia, 2011).

2. La maison comme ressource : le cas des nourrices et des assistantes maternelles

23La question de l’articulation entre sphère domestique et sphère professionnelle a donc d’autant plus d’acuité que l’accession à la propriété en zone péri-urbaine renforce la pression budgétaire qui pèse sur les ménages en même temps qu’elle conduit, pour une partie de ces accédants, à l’éloignement des bassins d’emplois et des circuits familiaux d’entraide et d’échange. Dans certains cas, les ajustements de l’économie domestique consécutifs à l’achat du logement passent par le brouillage des frontières entre travail domestique et travail salarié. La maison, espace de reproduction par excellence, est alors partiellement transformée en espace de production. Si le cas de l’autoconstruction de leur logement par les ménages ouvriers constitue un fait social bien documenté, nous avons choisi de nous attarder ici sur le cas des femmes peu qualifiées et mères de famille qui se spécialisent dans le travail domestique et en font une source de revenus, directe (par la marchandisation de services de garde et, plus rarement, de ménage) et indirecte (par les économies réalisées au quotidien dans le budget familial). Au sein du lotissement, cette situation concerne essentiellement les femmes peu diplômées qui occupaient des emplois non qualifiés dans les services, et qui étaient majoritairement issues des cités d’habitat social de la proche banlieue lyonnaise. Si les ressorts de la spécialisation domestique répondent à des logiques économiques et familiales spécifiques, cette activité, souvent liée à la recherche d’un revenu d’appoint, recouvre un dégradé de situations qui va du travail au noir (nourrice) au travail déclaré (assistante maternelle), et de la pratique occasionnelle à la pratique régulière. D’un coût symbolique et matériel parfois élevé, cette activité n’est rendue possible que grâce à la nouvelle ressource que constitue la maison. L’analyse des usages familiaux du pavillon en matière de production domestique montre plus largement que ce dernier peut constituer une véritable ressource pour l’ensemble de la parenté.

2.1. Faire du care son métier : la maison comme ressource professionnelle

  • 23 Prestation sociale versée par la caisse d’allocation familiale (CAF) et accordée à tout salarié à l (...)
  • 24 Seul un emploi d’un an minimum permet l’ouverture de droit au congé parental d’éducation.

24L’éloignement du marché du travail des mères peu diplômées se fait par étapes successives dont la rupture avec l’emploi salarié constitue l’aboutissement. C’est l’exercice d’un ou plusieurs congés parentaux qui en constitue souvent la première étape. Si, pendant la durée du congé parental d’éducation23, le contrat de travail avec le dernier employeur est « suspendu »24, le lien juridique et symbolique à ce dernier est maintenu. À l’issue de cette période, les femmes peuvent en effet choisir de reprendre leur activité salariée ou de percevoir les allocations chômage selon la durée de cotisation. La période du congé parental est ainsi souvent marquée par un statut social ambigu. La création de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) en 2003, dans la continuité de l’allocation parentale d’éducation (APE) qui avait été étendue aux familles de deux enfants en 1994, a contribué à renforcer l’attrait du congé parental pour les femmes peu diplômées exerçant des métiers peu qualifiés et précaires. Pour certains auteurs, cette politique familiale visait précisément au retrait du marché du travail de ses bénéficiaires en lien avec les politiques de l’emploi (Commaille et al., 2002). Dans le lotissement, peu de femmes faiblement qualifiées ayant épuisé leurs droits au congé parental d’éducation ont repris leur ancien emploi. La nouvelle configuration familiale et résidentielle (présence d’enfants en bas âge, éloignement des anciens bassins d’emplois, contraintes de crédit) modifie les coûts et les avantages liés à l’exercice d’un emploi salarié peu qualifié à l’extérieur du domicile. Pour autant, la pression budgétaire et la diminution des prestations sociales poussent les ménages à rechercher de nouvelles sources de revenus.

25Séverine, 43 ans, titulaire d’un CAP d’employée de bureau, a exercé plusieurs années dans la vente à Lyon, avant de suivre son mari à Marseille, muté dans le cadre de son emploi de téléconseiller chez EDF. L’éloignement géographique et l’arrivée rapprochée de trois enfants l’amènent à quitter son emploi. De retour dans la région lyonnaise, le couple, dont les parents ont eux-mêmes « fait construire », décide d’acheter une maison : « Ils nous disaient que c’était une caisse d’épargne, on ne paie pas pour rien. Et puis c’était vite fait, quand on voit les prix des maisons en location ! A cinq il faut de la place, le crédit c’est quasi le prix d’un loyer ». Malgré son statut professionnel stable, les revenus du mari suffisent à peine à obtenir un crédit, qui sera finalement accordé à raison de 950 euros par mois pendant trente ans par un établissement spécialisé de crédit (ESC). En vue de son installation en lotissement, et eu égard aux fortes contraintes budgétaires qui s’exercent sur le couple, Séverine choisit dès lors de suivre une formation d’assistante maternelle afin d’exercer à son domicile. Le travail d’assistante maternelle apparaît comme un « bon compromis », selon ses termes, non seulement parce que le coût d’entrée dans le métier est faible (la formation de 120 heures peut être effectuée à distance et mobilise des compétences acquises par ailleurs, dans l’exercice des fonctions parentales), mais aussi parce que la superposition des lieux et temps de travail salarié et domestique permet de limiter les dépenses quotidiennes (aucun frais de déplacement ni de garde d’enfant par exemple). L’achat de la maison a donc aussi contribué à façonner son choix professionnel. Le jardin et la présence d’un grand garage en partie aménagé en salle de jeu par son mari lui auraient, selon elle, facilité l’obtention de l’agrément des services départementaux de protection maternelle et infantile (PMI) lors de la visite effectuée pour vérifier les conditions d’accueil des jeunes enfants.

26Séverine : assistante maternelle, « un bon compromis »

« S : Avant quand j’habitais à Villeurbanne, je travaillais à la Part-Dieu dans le commerce. Et après quand on est parti sur Marseille, je n’ai pas travaillé parce que j’ai eu mon premier enfant et après ça s’est tout enchaîné, les deux autres sont arrivés peu de temps après. [...] Mais on a vraiment eu du mal pour avoir un crédit. À l’époque, moi je ne travaillais pas. J’étais en congé parental mais ils ne prenaient pas en compte le congé parental dans les revenus. Et comme j’avais quitté le magasin où je travaillais pour partir sur Marseille, je n’avais pas un employeur qui m’attendait. Donc j’étais en recherche d’emploi en fait. On ne pouvait pas justifier d’un salaire. Même si je ramenais de l’argent d’une certaine façon, ils ne prenaient que le salaire de mon mari en compte. Donc c’était vraiment très juste.
E : Et donc là, c’est nouveau que vous ayez repris une activité ?
N : Oui. Je rentre dans ma troisième année [d’assistante maternelle].
E : Qu’est-ce qui vous a poussé à reprendre ? N : Financièrement. [silence]
E : Pour la maison ?
N : Oui. Pour la maison. Pour avoir une vie plus agréable on va dire. Pouvoir se faire plaisir, faire plaisir aux enfants, partir en vacances... Je savais que j’allais reprendre une activité professionnelle. Je pouvais reprendre dans le commerce mais sur Lyon, ça n’allait pas être trop possible : les enfants, les amener chez la nourrice... et puis bon j’ai mis du temps à les avoir, je voulais m’occuper d’eux aussi ; ça me faisait mal au cœur de les laisser. Quand les magasins se sont montés ici, je me suis renseignée, mais c’est beaucoup des petits contrats en fait, des 25 heures, des 30 heures. Donc ça fait vraiment des tout petits salaires. Et puis là j’ai trouvé un bon compromis : je m’occupe de mes enfants et j’ai un salaire. Je m’occupe aussi des enfants des autres. »

2.2. Échanges marchands et non marchands entre voisins : entre services, travail au noir et travail déclaré

27Le cas de Séverine témoigne du brouillage des frontières entre travail salarié et travail domestique fréquent dans les activités de « nourrice » (Mozère, 1995) mais aussi dans les services de proximité liés à la prise en charge des personnes dépendantes (Ténédos et Weber, 2006). Cette frontière est d’autant plus ténue que l’activité est irrégulière et/ou non déclarée. En effet, la recherche de sources complémentaires de revenus pour faire face à la contrainte de crédit, aux frais de fonctionnement de la maison et à l’éducation des enfants, peut aussi conduire à l’exercice d’activités non déclarées au domicile ou dans le voisinage immédiat, la maison et le lotissement constituant alors de nouvelles ressources pour l’organisation domestique des ménages. Si la situation de travail au noir répond à des logiques matérielles (contrainte résidentielle) et sociales (le travail à-côté constitue d’abord une forme d’entraide et de troc), la paupérisation des ménages renforce la dimension économique de l’échange. En effet, le travail au noir permet tout d’abord de préserver un certain nombre de droits sociaux acquis par le retrait du marché du travail (le congé parental notamment), indispensables à l’équilibre budgétaire précaire de ces ménages. Il permet aussi d’exercer une activité rémunérée en dehors du registre qui encadre l’activité des indépendants (y compris des assistantes maternelles qui font l’objet d’un contrôle de la part des services départementaux) et ainsi faire l’économie temporelle et matérielle d’une éventuelle qualification. Il apparaît en outre particulièrement adapté à l’exercice d’activités irrégulières dans un cadre domestique, en lien avec une demande fluctuante (horaires de travail flexibles des parents d’une semaine à l’autre, départ des enfants du lotissement, etc.). Parce que ces échanges de services ont souvent lieu dans le cadre du lotissement, le travail au noir constitue enfin une forme de prolongement de la sociabilité de voisinage, souvent vécue sur le mode du « dépannage » ; il permet d’atténuer la violence symbolique inhérente à la formalisation et à la contractualisation des échanges marchands.

  • 25 Le travail au noir pose de nombreux problèmes de définition auxquels s’est heurté le législateur. A (...)

28Dans l’ensemble toutefois, si ces services rémunérés constituent du point de vue juridique une forme de « travail dissimulé25 » (eu égard notamment au fisc et à la sécurité sociale), les ménages eux-mêmes n’ont pas forcément conscience d’agir dans l’illégalité : non seulement la nature du travail apparaît légale, mais les sommes engagées sont faibles (de l’ordre de dizaines d’euros) et irrégulières ; les échanges marchands sont en outre peu marqués du sceau des relations hiérarchiques. Ainsi, si les ménages ne mentionnent pas facilement en entretien l’existence de tels arrangements financiers, c’est davantage pour éviter les histoires de voisinage et par sentiment d’illégitimité devant les montants en jeu et la précarité de leur budget que par peur de la répression fiscale.

29Séverine est ainsi la seule nourrice déclarée du lotissement. D’autres voisines, plus précaires, ont renoncé à suivre la formation d’assistante maternelle, mais pas à exercer une activité d’appoint. Prise par les contraintes économiques et familiales, Zora, 28 ans, mère de quatre garçons âgés de deux à onze ans, n’a jamais envisagé sérieusement d’obtenir l’agrément. Elle est tout d’abord trop occupée par la gestion du quotidien : outre l’entretien du domicile, elle conduit ses enfants à l’école quatre fois par jours et refuse de les mettre à la cantine ou au centre aéré pour des raisons financières (« il faut encore payer ! »). Mais la formation d’assistante maternelle lui apparaît aussi trop sélective et lui rappelle sa propre distance au système scolaire. Fille d’immigrés algériens, Zora s’est en effet mariée « au bled » à l’âge de 16 ans après avoir arrêté ses études en seconde. Son mari, lui, travaille comme ouvrier en CDI dans une entreprise régionale de travaux publics depuis son arrivée en France en 1998 ; mais, non diplômé (il a quitté l’école en primaire), son salaire ne permet pas de subvenir aux besoins du ménage. Zora affirme en effet que la maison ponctionne lourdement le budget familial : le crédit représente plus du double du loyer HLM dont elle s’acquittait précédemment. Elle est ainsi fortement contrainte sur ses dépenses alimentaires et limite à contrecœur les déplacements automobiles dans son ancien quartier, une cité HLM de la proche banlieue lyonnaise où résident encore sa mère et une partie de ses huit frères et sœurs. Durablement éloignée du marché du travail, Zora effectue quelques ménages au noir chez des particuliers de la commune. Au sein du lotissement, elle a trouvé des gardes d’enfants, d’abord irrégulières, sur le mode du « dépannage », avant d’être instituées et faire l’objet de transactions marchandes. Les ressources sont modestes mais précieuses : elles permettent à Zora quelques extras alimentaires et parfois, de donner un peu d’argent de poche à ses enfants.

30Zora accompagne ainsi régulièrement le fils cadet de sa voisine béninoise, Simone, à l’école ; en échange, elle perçoit une rémunération d’une dizaine d’euros par semaine. En effet, les garçons fréquentent le même établissement scolaire mais, du fait de la distance et de leur jeune âge, ils ne peuvent s’y rendre seuls. Simone, divorcée, qui élève seule ses trois enfants, peine à assumer le travail domestique depuis son déménagement. Infirmière dans un hôpital à Lyon, elle a pourtant privilégié les horaires de nuit pour éviter de faire garder ses enfants et augmenter ses revenus. Mais, alors que son fils cadet n’est qu’en primaire, l’aîné, handicapé et placé en institution, demande une surveillance particulière le week-end. Après quelques mois de cohabitation, Simone et Zora ont donc fini par trouver un accord concernant l’accompagnement scolaire des enfants. C’est aussi Zora qui veille à l’extinction des feux les soirs où Simone travaille, les maisons étant quasi mitoyennes. L’accord a pourtant éclaté au bout de quelques mois du fait d’un conflit concernant les limites de propriété (le constructeur de Simone n’a pas dégagé la terre évacuée pour l’implantation de la maison, « enterrant » ainsi la maison de Zora).

31D’autres voisines, peu diplômées, ont entrepris la formation d’assistante maternelle sans jamais l’achever. C’est le cas de Samia, d’origine algérienne, 32 ans, mère de deux garçons qui a arrêté ses études après un bac STT. Si le faible capital culturel explique dans un premier temps le renoncement de Samia à obtenir l’agrément, le sens de la trajectoire sociale du ménage montre aussi que l’opportunité d’un complément de revenu avec le travail de garde n’est pas systématique. Ayant entamé une formation d’assistante maternelle dans un centre de la banlieue lyonnaise deux ans auparavant, après un long congé parental, Samia n’a toujours pas fait valider son agrément auprès des services départementaux de la PMI. Cette formation, qu’elle considère comme relativement dévalorisée (« je n’ai rien appris. Quand on a déjà des enfants, c’est du blabla. ») et peu qualifiante (« c’est juste une petite feuille comme quoi j’ai passé une formation. C’est pas comme le CAP ! »), aurait dû permettre de constituer un salaire d’appoint pour le couple. Mais avec la progression salariale et statutaire de son mari, régulière depuis quelques années, la pression économique se détend (titulaire d’un BTS action commerciale, il a débuté comme agent commercial et est aujourd’hui responsable d’un service de vente chez un opérateur de téléphonie). Ainsi, si Samia pensait un temps chercher du travail en secrétariat « et même en usine », elle n’envisage désormais plus que de façon distante son retour vers l’emploi salarié. D’ailleurs, Samia, qui avait prévu avec son mari de consacrer une pièce de la nouvelle maison à la garde d’enfants, ne souhaite pas exercer cette activité à plein temps, contrairement à d’autres assistantes maternelles (« moi le périscolaire, ça me suffit, je n’en ai pas besoin toute la journée »). Signe ultime du retournement du projet professionnel, la pièce du bas réservée dans les plans initiaux à l’accueil des enfants lors des gardes est toujours encombrée et le poêle du salon n’a pas reçu de barrière protectrice, ce qui serait rédhibitoire pour recevoir l’agrément selon elle :

« S : Normalement il y a cette pièce qui était prévue pour les enfants, mais dans cette pièce il y a encore des cartons. C’est pour ça aussi que je voulais faire cette pièce : comme ça, les enfants ne vont pas dans la chambre de mes enfants, c’est bien séparé. Mais le problème, c’est le poêle. Je pense qu’il faut que je mette quelque chose devant... [Continuant, comme pour elle-même] En fait, j’aurais du faire un BTS en alternance, je suis bête, je n’ai pas pensé avant... »

32Samia qui apparaissait peu mobilisée par la perspective de devenir assistante maternelle, un travail qu’elle trouve peu gratifiant et physiquement éprouvant, est désormais enceinte de son troisième enfant. Comme pour Yvonne, le projet de maternité a permis d’évacuer au moins temporairement la question du « retour »à l’emploi salarié.

33Au final, l’offre de services de garde au sein du voisinage, qui peut prendre la forme de travail au noir, est facilitée par la morphologie du lotissement et son mode de peuplement. Relativement dense en comparaison des constructions en secteur diffus par exemple, le lotissement assure aussi un recrutement démographique homogène (des familles avec enfants) alors que l’espace de la maison facilite l’accueil de ces derniers (salle de jeu, jardin, etc.). Toutefois, la fragilité des accords, sans cesse menacés d’éclatement au gré des conflits de voisinage, n’en fait pas une source pérenne de revenus, d’autant plus que les enfants du lotissement sont amenés à partir à leur tour. En outre, la proximité spatiale de familles aux niveaux de revenus et aux styles éducatifs parfois très différents génère des confits de voisinage (Chamboredon et Lemaire, 1970), comme dans le cas d’Aurore précédemment évoqué. Cette dernière n’a pas souhaité poursuivre l’expérience de garde avec Séverine, soupçonnant dans le faible investissement éducatif de celle-ci à l’égard de son fils, l’expression d’une forme de jalousie sociale. Alors qu’Aurore et son mari, plus jeunes de dix ans, sont plus haut placés dans la hiérarchie salariale et professionnelle (fonctionnaire de catégorie A et informaticien), la pente de leur trajectoire sociale apparaît également clairement ascendante : l’écart ne cesse alors de se creuser avec Séverine dont les perspectives d’évolution professionnelle sont minces. La garde d’enfants à domicile représente enfin pour une partie de ces nourrices reconverties sur le tard un relatif isolement social, que seule l’organisation de la profession peut partiellement combler. La création d’un relais pour assistantes maternelles sur la commune a ainsi permis à Séverine de « sortir de [sa] cuisine une demi-journée par semaine ».

2.3. La mutualisation du travail domestique au sein de la parenté : la maison comme ressource familiale

34L’enquête de terrain révèle plus largement l’importance de la maison dans l’économie domestique de la parenté, dans un contexte de précarité économique grandissante. La maison permet notamment la mutualisation des services de garde pendant l’année scolaire si les familles habitent à proximité, comme dans le cas d’Adeline précédemment évoqué, ou lors des vacances scolaires, la maison servant alors de lieu de villégiature pour les cousins. Monsieur et Madame Tsai sont par exemple dans ce cas. Ayant fui le Laos avec leur famille au début des années 1980, ils ont été relogés dans le secteur HLM grâce à une association de la banlieue lyonnaise. Travaillant comme ouvriers depuis leur arrivée en France, ils ont progressivement reconstitué un capital financier leur permettant d’acheter à crédit un petit pavillon en 2009. Très proches de leur famille qu’ils continuent de fréquenter tous les week-ends, ils ont accueilli en juillet et août derniers plusieurs de leurs neveux et nièces logés en HLM. En plus de compenser partiellement l’absence de départ en vacances par le changement de cadre de vie, ils assurent aussi un service informel de garde, étant légèrement plus âgés. La maison, encore peu meublée (la pièce principale, un salon-cuisine, ne comporte qu’un canapé, une table de cuisine en plastique et un aquarium) permet ainsi de loger, même sommairement, l’ensemble des apparentés. Rita, leur voisine congolaise, ne s’est pas plainte de la sur-occupation temporaire du logement. Si elle se dit aussi heureuse de pouvoir accueillir lors des fêtes ou des vacances scolaires certains de ses proches, elle a également placé sa fille aînée chez sa belle-sœur, locataire à Lyon, afin qu’elle puisse poursuivre sa scolarité dans le bon lycée privé de centre ville. Au contraire des thèses sur la nucléarisation de la famille (Parsons, 1955 ; de Singly, 2010), l’enquête montre ainsi que l’installation en maison n’empêche pas la formation d’un système résidentiel multi-situé au sein de la famille élargie et le maintien de solidarités familiales.

  • 26 Société de construction de maisons individuelles à bas prix.

35L’usage partagé de la maison n’est pas l’apanage des ménages immigrés et peut, dans certains cas, s’inscrire dans des situations beaucoup plus durables. Le pavillon semble dès lors jouer un rôle assurantiel croissant pour la famille élargie face à l’augmentation des risques sociaux (chômage, divorce, etc.). Ainsi, les ruptures conjugales plus fréquentes conduisent une partie des mères de famille peu diplômées et surexposées au chômage à une cohabitation intergénérationnelle contrainte avec leurs ascendants. Si le seul couple retraité du lotissement, originaire « du coin », qui hébergeait deux enfants quadragénaires n’a pas souhaité se prêter à l’entretien sociologique, sans doute par peur du jugement moral, d’autres ménages ouvriers retraités installés dans un ancien lotissement de la commune ont témoigné de cette situation de recohabitation intergénérationnelle contrainte. Une veuve a ainsi réaménagé le garage de son pavillon Phénix26 acheté dans les années 1970, pour héberger sa fille et son petit-fils suite au divorce de cette dernière. Bien que l’accès au logement soit indépendant, la cuisine reste toujours partagée et les repas sont pris en commun. Au côté des difficultés de décohabitation des jeunes liées à leurs conditions d’insertion sur le marché du travail, cette situation de re-cohabitation contrainte au cours de la vie adulte constitue un véritable symptôme de la précarisation des classes populaires. La mutualisation d’une partie des ressources et les économies d’échelle engendrées par cette organisation familiale et permises par le pavillon constituent, du point de vue des individus, une limite à leur autonomie.

3. Conclusion

  • 27 Cet article est issu d’un travail de thèse sur l’habitat pavillonnaire périurbain, réalisé à partir (...)

36L’acquisition d’une maison induit de nouvelles dépenses et génère certaines aspirations à la consommation qui pèsent sur l’organisation quotidienne des ménages modestes, surtout lorsqu’elle s’accompagne d’une forte mobilité géographique et d’un éloignement des anciens réseaux de sociabilité et d’entraide. Néanmoins, l’accueil durable ou temporaire de membres de la parenté soumis au durcissement des conditions de vie montre que le pavillon assure aussi une fonction sociale de solidarité et de redistribution, à l’opposé des thèses sur la nucléarisation de la famille et de repli sur la sphère domestique généralement associées à ce type d’habitat (Bourdieu et Saint Martin, 1990). Le pavillon peut en outre constituer une ressource professionnelle nouvelle et fournir le support d’activités productives, comment en témoigne la transformation partielle du garage en établi ou en salle de jeux pour les nourrices, ou encore l’usage du jardin d’agrément en jardin potager. Certains cadres industriels ou informaticiens de la région parisienne licenciés au cours des années 1990 y ont également trouvé le support de nouvelles activités de conseil, dans un cadre indépendant et, aujourd’hui, de plus en plus fréquemment, d’auto-entrepreneur27. Le développement des services à la personne combiné aux politiques d’encouragement à l’auto-entrepreneuriat (un régime créé en 2009) pourrait ainsi renforcer les liens entre travail salarié et travail domestique, d’autant plus que l’accession à la propriété pavillonnaire permet bien souvent aux primo-accédants de disposer d’un espace de vie plus grand.

37Mais l’achat d’une maison en zone périurbaine pourrait aussi contribuer à renforcer les inégalités observées entre classes sociales dans la division sexuelle du travail. En effet, si les enquêtes statistiques de l’Insee (Dumontier et al., 2002) soulignent la plus grande contribution des hommes aux tâches ménagères et parentales, le rattrapage relatif du temps de travail domestique des hommes sur celui des femmes concerne davantage les classes moyennes supérieures, pour lesquelles l’égalité des rôles au sein du couple constitue une norme sociale valorisée. Pour les ménages modestes, notamment ouvriers, la répartition du travail domestique reste d’autant plus inégale que les femmes ne travaillent pas. Par la pression financière qu’il engendre et devant l’inégale mobilité des ménages, l’habitat pavillonnaire pourrait ainsi renforcer le retrait des femmes peu qualifiées du marché du travail salarié et, in fine, accentuer leur spécialisation domestique.

Top of page

Bibliography

Beaud, S., Pialoux, M., 1999. Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard. Fayard, Paris.

Benoît-Guilbot, O., 1986. in Collectif, L’esprit des lieux, Localité et changement social en France (Programme Observation du changement social). CNRS, Paris, pp. 127–156.

Berger, M., 2004. Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ? CNRS, Paris.

Bidou, C., 1984. Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes. Puf, Paris.

Bourdieu, P., 1998. La domination masculine. Seuil, Paris.

Bourdieu, P., Saint Martin, M., 1990. Le sens de la propriété. La genèse sociale des systèmes de préférences. Actes de la recherche en sciences sociales 81–82, 52–64.

Bozon, M., 1990. Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints. Une domination consentie. II. Modes d’entrée dans la vie adulte et représentations du conjoint. Population 45 (3), 565–602.

Briant, P., 2010. L’accession à la propriété dans les années 2000, 1‑4. Insee Première 1291.

Cartier, M., Coutant, I., Masclet, O., Siblot, Y., 2008. La France des « petits-moyens » : enquête sur la banlieue pavillonnaire. La Découverte, Paris.

Chamboredon, J.C., Lemaire, M., 1970. Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement. Revue française de sociologie 11 (1), 3–33.

Commaille, J., Strobel, P., Villac, M., 2002. La politique de la famille. La Découverte, Paris.

Cuturello, P., Godard, F., 1982. Familles mobilisées. Accession à la propriété du logement et notion de l’effort des ménages. Plan Construction et Architecture, Paris.

Daune-Richard, A.M., 1984. Activité professionnelle, travail domestique et lignées féminines. Le sexe du travail. Structures familiales et système productif. Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, pp. 45–56.

de Singly, 2010 (1993). Sociologie de la famille contemporaine. Nathan, Paris.

Debroux, J., 2011. Stratégies résidentielles et position sociale : l’exemple des localisations périurbaines. Espaces et sociétés 144–145 (1), 121–139.

Delphy, C., 1998. L’ennemi principal. Économie politique du patriarcat. Syllepse, Paris.

Dufy, C., Weber, F., 2007. L’ethnographie économique. La Découverte, Paris.

Dumontier, F., Guillemot, D., Méda, D., 2002. L’évolution des temps sociaux au travers des enquêtes. Emploi du temps. Économie et statistique 352–353, 1–12.

Girard, V., 2009. Un territoire périurbain, industriel et ouvrier. Promotions résidentielles de ménages des classes populaires et trajectoires d’élus salariés intermédiaires de l’industrie dans la Plaine de l’Ain. Thèse de l’EHESS, Paris.

Gollac, S., 2011. La pierre de discorde. Stratégies immobilières familiales dans la France contemporaine. Thèse de l’EHESS, Paris.

Gramain, A., Lacan, L., Weber, F., Wittwer, J., 2005. Économie domestique et décisions familiales dans la prise en charge des personnes dépendantes. De l’ethnographie à la formalisation micro-économique. Revue économique 56 (2), 465–484.

Haumont, N., 1966. Les pavillonnaires. Étude psychosociologique d’un mode d’habitat. CRU, Paris.

Houdré, C., 2009. Offre de travail et accession à la propriété : l’impact des contraintes d’emprunt sur l’activité des femmes en France. Économie et statistiques 417–418, 153–172.

Magri, S., 2008. Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologie des années 1950 à 1970. L’Année sociologique 58 (1), 171–202.

Maruani, M., 1985. Mais qui a peur du travail des femmes ? Syros, Paris.

Mozère, L., 1995. Agrément ou désagrément. Le statut des assistantes maternelles : ambiguïtés et réticences. Ethnologie française 25 (4), 640–649.

Parsons, T., 1955 [1943]. Le système de parenté dans les États-Unis d’aujourd’hui. Éléments pour une sociologie de l’action. Plon, Paris, pp. 129–150.

Perrin-Heredia, A., 2011. Faire les comptes : normes comptables, normes sociales. Genèses 84 (3), 69–92.

Rougé, L., 2005. Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain. Les « captifs » du périurbain ? Thèse de l’université Toulouse-Le Mirail, Toulouse.

Roy, D., 2011. La contribution du travail domestique au bien-être matériel des ménages : une quantification à partir de l’enquête Emploi du temps. Insee, Documents de travail no F1104, 1‑50.

Schwartz, O., 2002 [1990]. Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord. Puf, Paris.

Ténédos, J., Weber, F., 2006. L’économie domestique. Entretien avec Florence Weber. Aux lieux d’être, Paris.

Topalov, C., 1987. Le logement en France. Histoire d’une marchandise impossible. Presses de la FNSP, Paris.

Weber, F., 2001 [1989]. Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière. EHESS, Paris.

Weber, F., 2008. Le travail au noir : une fraude parfois vitale ? ENS/Rue d’Ulm, Paris.

Willmott, P., Young, M., 2010 [1957]. Le village dans la ville. Famille et parenté dans l’Est londonien. Puf, Paris.

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier tout particulièrement Stéphane Beaud, Catherine Marry ainsi que Sarah Abdelnour pour leur relecture attentive de ce texte et leurs remarques avisées. Je remercie également les évaluateurs de la revue Sociologie du travail.

2 Voir à cet égard l’ouvrage de Jeanne Lazarus, L’épreuve de l’argent, Banques, banquiers, clients, Paris, Calman-Lévy, 2012, qui porte principalement sur le crédit à la consommation et les effets du système d’évaluation du risque bancaire, au travers de procédures informatiques (le scoring).

3 Le lecteur pourra se reporter sur ce point à l’ouvrage de J.-Y. Authier, C. Bonvalet et J.-P. Lévy (Eds.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, PUL, Lyon, 2010.

4 « Le travail domestique est alors défini par contraste avec le travail rémunéré, parfois pénible mais dont la contrepartie est le salaire, et avec le loisir, où l’usage du temps est librement choisi » (Roy, 2011).

5 L’Insee définit le ménage comme « l’ensemble des personnes (apparentées ou non) qui partagent de manière habituelle un même logement (que celui-ci soit ou non leur résidence principale) et qui ont un budget en commun ».

6 D’autres entretiens ont été réalisés dans des lotissements construits dans les années 1970, afin de « mesurer » les effets de génération et comparer les conditions d’accession.

7 Le contexte socio-économique et institutionnel a nettement évolué depuis l’enquête de P. Willmott et M. Young, en particulier avec la très nette progression du taux d’emploi des femmes. En outre, l’étude Willmott et Young porte sur un contexte de mobilité résidentielle sans changement de statut d’occupation du logement (il s’agit de locataires).

8 L’enquête nationale sur le logement de l’Insee montre que, en 2006, 64 % des acquéreurs récents de maison neuve appartiennent à des ménages bi-actifs. Ce taux est maximal dans les ménages où la personne de référence est ouvrière. En comparaison, la part des ménages bi-actifs en France métropolitaine est d’environ 27 %.

9 La commune passe de 2454 habitants en 1968 à 5435 habitants en 2007.

10 Toutefois, quelques ménages au profil atypique par rapport au reste du lotissement (retraités, chômeurs) ont refusé le principe de l’entretien, ne permettant pas la constitution d’une population d’enquête exhaustive.

11 L’expression fait ici référence à l’ouvrage de Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, La Découverte, Paris, 2005.

12 Rapport entre la charge de remboursement liée à l’achat de la résidence principale et le revenu disponible du ménage.

13 La périurbanisation de l’emploi industriel est liée à la pression foncière, mais aussi à la politique industrielle de l’État et aux stratégies patronales de gestion de la main d’œuvre (Girard, 2009).

14 Nous reprenons ici le raisonnement indigène des ménages pour lesquels l’unité de mesure de la mobilité est le temps plutôt que la distance. Ce système de calcul rappelle la dépendance automobile des ménages dans les zones périurbaines.

15 « L’ancienneté résidentielle, comme la parenté locale, favorisent chacune la création d’un réseau d’attaches locales, mais lorsqu’elles se combinent l’une l’autre, comme à Bethnal Green, elles exercent une force autrement plus puissance que lorsqu’elles agissent séparément » (Willmott et Young, 2010 [1957], p. 100).

16 Les maisons bas de gamme achetées sur catalogue ont une taille modeste (entre 90 et 110 m2) mais leur superficie reste plus grande que celle des précédents logements occupés.

17 Sibylle Gollac définit la maisonnée comme « un groupe de coopération productive quotidienne, qui rassemble des personnes éventuellement apparentées et souvent corésidentes qui assurent ensemble la production nécessaire à la survie quotidienne de ses membres et se mobilisent autour de “causes communes” plus ou moins lourdes et exceptionnelles » (Gollac, 2011, p. 131).

18 Par les revenus du travail, ces jeunes ménages ne sont parfois pas éloignés de certains couples d’ouvriers bi-actifs et stables, en fin de carrière. C’est particulièrement le cas des couples hétérogames (employé-e et cadre intermédiaire) qui gagnent entre 2500 et 3000 euros nets par mois et bénéficient peu des revenus des transferts socio-fiscaux. En effet, même les allocations familiales, qui sont versées sans condition de ressources, le sont uniquement aux personnes ayant au moins deux enfants à charge.

19 Le montant de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) versée par la caisse d’allocation familiale (CAF) aux familles est soumis à conditions de ressources.

20 Ils peuvent ainsi, par exemple, passer du statut d’agent commercial à celui de responsable d’agence.

21 La plus-value financière réalisée lors de la revente reste toutefois très incertaine.

22 Les jeunes couples de professions intermédiaires doivent également parfois s’équiper d’un deuxième véhicule ; mais ils sont plus nombreux à pratiquer le covoiturage entre conjoints parce que les lieux de travail sont proches et les horaires de bureau, plus réguliers. Au contraire, les travailleurs peu qualifiés de l’industrie et des services sont soumis à des horaires de travail décalés et irréguliers qui empêchent la mise en place de telles stratégies de mobilité quotidienne.

23 Prestation sociale versée par la caisse d’allocation familiale (CAF) et accordée à tout salarié à la naissance d’un enfant ; elle est valable jusqu’au trois ans de celui-ci.

24 Seul un emploi d’un an minimum permet l’ouverture de droit au congé parental d’éducation.

25 Le travail au noir pose de nombreux problèmes de définition auxquels s’est heurté le législateur. Appelé « travail dissimulé » dans la loi 1997, il constitue en fait une infraction à différents codes : vis-à-vis du fisc (les revenus du travail ne sont pas déclarés et taxés) ; vis-à-vis de la Sécurité sociale (l’employé — ou le patron — ne paie pas de charges sociales et continue de percevoir des droits sociaux sous conditions de ressources) ; vis-à-vis du droit du travail (ce qui peut avoir des effets sur les conditions de travail) ; parfois enfin, vis-à-vis du code pénal (quand l’activité est illégale, ce qui n’est pas le cas de la garde d’enfant) (Weber, 2008).

26 Société de construction de maisons individuelles à bas prix.

27 Cet article est issu d’un travail de thèse sur l’habitat pavillonnaire périurbain, réalisé à partir d’un terrain comparatif mené dans les régions lyonnaise et parisienne.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Lambert, « Travail salarié, travail domestique, travail au noir : l’économie domestique à l’épreuve de l’accession à la propriété », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 3 | 2012, 297-316.

Electronic reference

Anne Lambert, « Travail salarié, travail domestique, travail au noir : l’économie domestique à l’épreuve de l’accession à la propriété », Sociologie du travail [Online], Vol. 54 - n° 3 | Juillet-Septembre 2012, Online since 15 November 2018, connection on 16 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/5915 ; DOI : 10.4000/sdt.5915

Top of page

About the author

Anne Lambert

Centre Maurice Halbwachs, École normale supérieure, École des hautes études en sciences sociales, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
anne.lambert[at]ens.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals