Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 4Comptes rendusFace à Gaïa. Huit conférences sur...

Comptes rendus

Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, B. Latour

La Découverte, Paris (2015). 400 p.
Philippe Hamman
p. 483-485
Référence(s) :

Bruno Latour, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, La Découverte, Paris, 2015, 400 p.

Texte intégral

1Bruno Latour, professeur à Sciences Po Paris, inscrit sa réflexion dans un questionnement écologique de pleine actualité, celui du réchauffement climatique — qu’il s’agisse des « débats » climatosceptiques concernant la preuve des impacts de l’action humaine sur la Terre elle-même, ou de la tenue de la COP 21 à Paris en décembre 2015. Il propose une réflexion philosophique sur le « nouveau régime climatique », en réinterrogeant « l’hypothèse Gaïa », énoncée dans les années 1970 par un scientifique britannique, James Lovelock, dont on a retenu l’idée que la Terre serait un organisme vivant unissant l’ensemble des êtres en son sein. Pour B. Latour, Gaïa est d’abord un concept, qui permet de penser les problématiques écologiques dans un rapport à l’action, autrement que par la dualité nature/culture.

2C’est à un lecteur un peu familier de la « question écologique » que l’ouvrage s’adresse prioritairement : il y a quelques sous-entendus, par exemple des allusions à l’écologie profonde. Ce propos, décliné sur 400 pages dont plus de 20 pages de bibliographie, s’accommode bien du format retenu : la publication remaniée de huit conférences prononcées par B. Latour en 2013 à Édimbourg dans le cadre des Conférences Gifford. L’on voit étayé, au fil des chapitres, le fait de ne pas s’illusionner d’une possible échappatoire à l’affrontement avec Gaïa, y compris pour le chercheur, non pas en surplomb, mais devant s’accepter avec « une autorité pleinement politique » (pp. 325-327).

3Les conférences 1 à 4 sont consacrées aux notions de nature et d’Anthropocène, et à la figure de Gaïa. B. Latour interroge l’entrée de la nature et des sciences en politique, et s’intéresse aux controverses environnementales dans une période de l’histoire, dite Anthropocène, qui est à la fois géologique et humaine : les activités humaines ont désormais un impact global significatif sur l’écosystème terrestre. L’auteur distingue ainsi les « Humains » — caractéristiques de l’époque précédente, l’Holocène — en conflit avec ceux qu’il nomme les « Terrestres » de l’Anthropocène, « lorsque le décor monte sur scène » (p. 11), c’est-à-dire lorsqu’il est impossible de séparer nature et culture, tout comme de les réconcilier. On ne peut donc aller par-delà nature et culture, comme l’a énoncé Philippe Descola (2005). Pour B. Latour il y a là un seul concept, appelé Nature/Culture, et la nature est un élément d’un complexe de trois termes au moins : nature, culture et « celui qui répartit les traits entre les deux » (p. 29). C’est avec cette matrice qu’il propose de sortir des catégories codées : Anthropocène, Globe/global, mais aussi crise écologique, principe de précaution ou catastrophisme. Pour ce faire, Gaïa vaut comme « l’anti-système » (p. 117).

4Autrement dit, et l’on aborde les conférences 5 à 8, Gaïa n’est pas la Nature, l’ancienne Mère-Nature, pas un organisme, pas plus un arbitre ou une protectrice, mais le nom donné à un état de guerre, à la composition de « puissances d’agir », dans le but de saisir un changement dans « la définition-même de ce que signifie avoir, tenir ou occuper un espace », « être approprié par une terre » (p. 372). Pour B. Latour, la vision scientifique et la vision religieuse sont deux façons de ne rien voir du monde, parce qu’il est soit désanimé, soit suranimé. La Modernité a fait que science, politique et religion se sont mélangées, et les Modernes se sentent pour toujours modernisés, devant aller continuellement de l’avant (d’où, par exemple, le climatoscepticisme) : se pensant vivre après l’Apocalypse (à l’instar de l’American Way of Life), ils seraient immunisés de toute crainte, donc insensibles aux questions écologiques. Au contraire, Gaïa se veut une injonction de rematérialiser l’existence au monde, de « prendre au sérieux le présent » (p. 283), c’est-à-dire aussi de repolitiser la conception de l’écologie. Gaïa n’occupe pas la posture d’arbitre qui a été associée à la Nature par les Modernes : sans instance souveraine, il n’y a plus ni objet (désanimé) ni sujet (suranimé), et l’on se retrouve en situation de guerre. Les humains doivent devenir capables de répondre, c’est-à-dire en finir avec la négligence et « vivre au temps de la fin » (p. 366), appréhender notre monde de façon renouvelée : « accepter de peser moins lourd sur le dos de ce qui nous porte à travers le gué du temps, à savoir Gaïa » (p. 373).

5Séquence après séquence, un style oral (travaillé !) met le lecteur en situation, que ce soit à partir de l’exécution d’une danse, d’un tableau de Caspar David Friedrich, de pages célèbres du Léviathan de Thomas Hobbes ou de séries télévisées (Star Trek, Game of Thrones…), voire de la pièce de théâtre Gaïa Global Circus, ou d’un exercice de simulation de la COP 21 tenu par des étudiants de Sciences Po en mai 2015, sans oublier la mobilisation du juriste contesté Carl Schmitt pour nous faire comprendre que Gaïa et les Terrestres peuvent se traiter en ennemis, une fois que ces derniers ont accepté de vivre face à la finitude. Pour B. Latour, on ne peut se contenter d’être un simple spectateur : « ce n’est plus un spectacle que l’on puisse apprécier à distance ; nous en faisons partie » (p. 145). Y a-t-il toutefois un risque d’« oubli » du social et de ses stratifications par rapport à la réalité d’inégalités qui sont fréquemment à la fois économiques et écologiques ? Pour B. Latour, « l’Humain (avec un grand H) comme agent de l’histoire a été démobilisé et débandé » ; il suggère ici de ne pas s’enfermer dans la quête d’un nouvel acteur héroïque qui prendrait la place du prolétariat révolutionnaire (p. 318).

6Cette thèse convoque en permanence les précédents travaux de l’auteur, de la théorie de l’acteur-réseau à la problématique des Modernes, en passant par la sociologie des sciences, et s’appuie sur un solide appareil de références « classiques » (Michel Serres, Philippe Descola, James Lovelock — un peu moins Catherine et Raphaël Larrère, avec lesquels l’entrée en débat pouvait inclure l’opus paru en 2015), mais est également très attentive à la littérature la plus récente. Un livre important, en somme.

Haut de page

Bibliographie

Descola, P., 2005. Par-delà nature et culture. Gallimard, Paris.

Larrère, C., Larrère, R., 2015. Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique. La Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, B. Latour », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 4 | 2016, 483-485.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, B. Latour », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.612

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE), UMR 7363 CNRS et Université de Strasbourg, Faculté des Sciences sociales, 22, rue René Descartes, 67084 Strasbourg Cedex, France
phamman[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search