Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 4Comptes rendusCalcul et morale. Coûts de l’escl...

Comptes rendus

Calcul et morale. Coûts de l’esclavage et valeur de l’émancipation (XVIIIe-XIXe siècle), C. Oudin-Bastide, P. Steiner

Albin Michel, Paris (2015). 304 p.
Alessandro Stanziani
p. 465-467
Référence(s) :

Caroline Oudin-Bastide et Philippe Steiner, Calcul et morale. Coûts de l’esclavage et valeur de l’émancipation (XVIIIe-XIXe siècle), Albin Michel, Paris, 2015, 304 p.

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, la rentabilité de l’esclavage a fait l’objet d’un vaste débat historiographique, en particulier depuis la parution de Time on the Cross de Fogel et Engerman (1974), montrant qu’au moment de l’abolition, l’esclavage américain n’était nullement improductif et déficitaire comme certains abolitionnistes l’affirmaient. Il ne s’agissait pas là de légitimer l’esclavage mais, au contraire, de faire ressortir l’hypothèse que, contrairement aux thèses d’Adam Smith et de Karl Marx, le travail contraint est parfaitement compatible avec le capitalisme et les marchés en général. Depuis lors, ce même argument a été avancé par une série d’auteurs travaillant tout aussi bien sur l’esclavage américain que sur le servage russe, sans oublier les formes actuelles du travail forcé.

2À cet égard, le cas français est paradigmatique. Nettement moins étudiée que l’abolitionnisme anglo-américain, la trajectoire française en matière d’esclavage se distingue par au moins deux éléments : une abolition tardive — après la parenthèse révolutionnaire et la restauration de l’esclavage par Napoléon, il faut attendre 1848 pour qu’il soit formellement aboli — et un mouvement abolitionniste quasi-inexistant.

3Le bel ouvrage de Caroline Oudin-Bastide et Philippe Steiner n’a pour ambition ni de produire une histoire économique de la rentabilité de l’esclavage dans les colonies françaises, ni d’évaluer la faiblesse du mouvement abolitionniste en France. En revanche, les auteurs mettent en avant un aspect central et relativement négligé dans la littérature : la manière dont le calcul de la rentabilité de l’esclavage et du travail libre est pensé par certains auteurs des XVIIIe et XIXe siècles.

4Ils discutent tout d’abord de la pensée et du rôle de Dupont au sein des Lumières et de la pensée physiocrate en particulier, puis analysent les débats que cet auteur a eus avec Turgot d’une part et avec Condorcet d’autre part. Ils rappellent les tensions entre abolitionnistes convaincus et partisans de réformes graduelles de l’esclavage dans les colonies. Dans le troisième chapitre, les auteurs montrent comment les élites coloniales et les planteurs calculaient la rentabilité de l’esclavage, avant de souligner (chapitre 5) l’emprise institutionnelle du calcul en tant qu’outil de discussion sur le bien-fondé de l’esclavage.

5La seconde partie de l’ouvrage discute de la productivité et des manières de la calculer, ainsi que des hypothèses avancées par les auteurs de l’époque à propos de l’intérêt de l’esclavage pour le gain et l’intérêt personnels ; à ce propos, les partisans de l’esclavage soulignent le caractère indolent des esclaves et leur incapacité à se nourrir et à contribuer au progrès du pays une fois libérés. Le dernier chapitre examine les tensions qu’introduit l’esclavage entre le juste, l’utile et l’identité de la nation.

6Des annexes fort utiles présentent des extraits des textes discutés dans l’ouvrage.

7S’appuyant en bonne partie sur les sources de l’époque, l’intérêt de cet ouvrage est évident pour tous ceux qui s’intéressent aux Lumières et à l’esclavage ; il apporte des synthèses pertinentes des principaux courants de pensée et auteurs. Mais la plupart des questions traitées dans cet ouvrage ont donné lieu à une immense bibliographie, en français comme en anglais. Or, à quelques exceptions près, cette bibliographie, en particulier sa composante anglophone, n’est guère mobilisée, ce qui est bien dommage. Cette même remarque concerne aussi la littérature de l’époque : cet ouvrage s’intéresse finalement à une poignée d’auteurs et d’ouvrages au sein d’un vaste océan d’articles, de pamphlets, de débats, etc. Cette double sélection d’auteurs et d’œuvres n’est jamais justifiée et, de ce fait, des connexions importantes ne sont pas restituées. Ainsi, les calculs de Dupont répondent aux travaux d’autres auteurs qu’ils contribuent ensuite à influencer ; or, les protagonistes de ces débats ne discutent jamais de l’esclavage en soi, mais l’inscrivent dans une problématique philosophique générale relative aux principes de liberté, de dignité et de travail.

8Ainsi, ils mettent en relation esclavage, servage en Europe orientale et en Russie, et corporations en France. À leurs yeux, dans toutes ces configurations, la question de la liberté et de la contrainte au travail se pose. L’une et l’autre sont liées et relèvent, ensemble, d’un débat qui est à la fois philosophique et politique avant même d’être économique. Au fond, c’est précisément la possibilité d’isoler une discipline appelée « économie » de la philosophie politique et morale, ainsi que des sciences sociales, qui est ici en débat. De ce point de vue, l’opposition ne s’établit pas vraiment entre calcul et morale, dans la mesure où le premier vise à accorder une assise « objective » à la seconde. C’est là que se situe la question primordiale : quand et pour quelles raisons le calcul devient-il un élément central de l’argumentaire économique et, plus encore, de l’usage politique de l’économie politique ? Dans quelle mesure le débat sur l’esclavage a-t-il contribué à ce tournant paradigmatique ?

9Ces éléments sont indispensables pour répondre à une question centrale mais que les auteurs esquivent, à savoir l’impact de ce débat relatif à l’esclavage sur les politiques réellement adoptées. Au fond, les auteurs discutés ici n’ont jamais été au cœur d’un mouvement abolitionniste comparable à celui qui s’est développé à la même époque en Grande-Bretagne. Il faudrait comprendre pourquoi.

10C. Oudin-Bastide et P. Steiner s’en prennent essentiellement à l’économie politique qui chercherait partout l’homo oeconomicus et qui serait par là même incapable de comprendre les motivations et l’insertion sociale des esclaves et ex-esclaves. Certes. Cependant ce débat, si central pour la sociologie économique de nos jours, oublie de préciser qu’aux XVIIIe et XIXe siècles, les hypothèses de rationalité économique relatives aux différences entre européens et esclaves africains s’appuyaient fortement sur l’argument « racial ». C’est ce dernier, plutôt que l’hypothèse de rationalité en tant que telle, qui est au cœur de l’analyse de l’époque.

Haut de page

Bibliographie

Fogel, R., Engerman, S., 1974. Time on the Cross: The Economics of American Slavery. Norton, New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Stanziani, « Calcul et morale. Coûts de l’esclavage et valeur de l’émancipation (XVIIIe-XIXe siècle), C. Oudin-Bastide, P. Steiner », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 4 | 2016, 465-467.

Référence électronique

Alessandro Stanziani, « Calcul et morale. Coûts de l’esclavage et valeur de l’émancipation (XVIIIe-XIXe siècle), C. Oudin-Bastide, P. Steiner », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.624

Haut de page

Auteur

Alessandro Stanziani

Centre de recherches historiques (CRH), UMR 8558 EHESS et CNRS, 190, avenue de France, 75013 Paris, France
alessandro.stanziani[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search