Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 4Comptes rendusRester bourgeois. Les quartiers p...

Comptes rendus

Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, A. Collet

La Découverte, Paris (2015). 256 p.
Élise Palomares
p. 467-469
Référence(s) :

Anaïs Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, La Découverte, Paris, 2015, 256 p.

Texte intégral

1Au terme d’une enquête sociologique menée entre 2005 et 2007, dans le cadre de sa thèse de doctorat, mobilisant données statistiques nationales et localisées, entretiens et observations dans le Bas-Montreuil à Montreuil et dans le quartier des Pentes de la Croix Rousse à Lyon, ainsi qu’une vaste revue de l’abondante littérature sur le sujet, Anaïs Collet affirme que la gentrification ne saurait être lue comme la résultante d’une stratégie de conquête cohérente d’un groupe social mobilisé. Elle montre que les processus de gentrification interviennent dans des contextes urbains singuliers ; ils apparaissent davantage comme la conjonction d’actions et de trajectoires contrastées, éparses, inachevées, semées de déconvenues et d’échecs, dans lesquelles les réseaux d’interconnaissance initiaux ou constitués sur place jouent néanmoins un rôle crucial. En combinant différents outils méthodologiques, cet ouvrage explore avec finesse les différentes facettes d’un phénomène complexe.

2Par un processus d’extension contrainte hors de Paris, précisément disséqué et périodisé dans l’ouvrage, le Bas-Montreuil est ainsi devenu un lieu emblématique de « l’archipel » des lieux de référence où les « nouvelles classes moyennes supérieures » vivent, sortent, rendent visite à des amis, militent et travaillent dans certains cas — archipel « qui donne une assise à leur groupe social et ancre leur existence dans des espaces identifiés » (p. 252).

3À la Croix-Rousse et dans le Bas-Montreuil, l’autrice dresse des portraits des « pionniers » des années 1970 et 1980, baby-boomers journalistes, cinéastes, plasticiens, enseignants, cadres de la santé publique qui, au-delà de leur hétérogénéité, se définissent collectivement en rupture avec la (petite et grande) bourgeoisie traditionnelle. Parmi les gentrifieurs des années 1990 et 2000, qui se situent davantage dans une recherche d’affiliation avec les « nouvelles classes moyennes » qui les ont précédées, l’autrice distingue deux groupes : d’un côté, des cadres du public et du secteur associatif ; de l’autre, des professionnels de l’information, des arts et du spectacle. Ils sont davantage exposés à la précarité que leurs aînés. Le chapitre 2 est consacré aux héritages et aux recompositions complexes entre ces trois idéaux-types de gentrifieurs. Dans tous les cas, la mobilité sociale constitue l’enjeu de leurs trajectoires, qu’il s’agit « de prolonger ou de rétablir » en investissant (dans) ces quartiers populaires.

4Avec beaucoup de justesse, le chapitre 3 décrit les conditions politiques, urbaines et sociales propices qu’offrent les anciennes banlieues rouges, et les ressources multidimensionnelles (réseau, temps, argent hérité, maîtrise des dispositifs administratifs, rapport aux normes, solidarités familiales et amicales, soutien d’élus locaux et d’agents immobiliers) pour réhabiliter, transformer et convertir des locaux industriels en logements. La gentrification apparaît finalement comme un « processus permettant de monnayer ailleurs que sur le marché du travail un capital culturel qui s’y est dévalorisé » (p. 255). Ces résultats justifient pleinement le sous-titre de l’ouvrage — les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction — dont le projet consiste à revisiter et prolonger une problématique héritée de la sociologie de Pierre Bourdieu avec les outils de la sociologie urbaine. Ainsi, dans le prolongement des actions des « convertisseurs », les chapitres 4 et 5 dessinent les contours de ce groupe social complexe et hétérogène qui s’invente — non sans tensions — « à la faveur du travail sur les lieux ».

5Telle la sociologie urbaine saisie par M. Amiot dans les années 1980, le travail symbolique et militant des gentrifieurs sur les lieux se situe (tout) contre l’intervention des pouvoirs publics. Ainsi qu’A. Collet l’écrit en conclusion, ces actions éparses d’habitants n’en finissent pas moins par produire des classements institutionnels — tels que le classement en zone d’éducation prioritaire (ZEP) ou des inscriptions au patrimoine —, des formes matérielles — le « canut » lyonnais, les lofts, les quartiers transformés — et des effets de seuil et d’entraînement — dans le secteur immobilier de toute évidence, mais aussi à travers des changements d’équipe municipale. En somme, des « effets d’appropriation et de reclassement » considérables.

6L’enquêtrice, le beau-père sociologue d’une enquêtée, l’autrice de ces lignes, le photographe montreuillois qui a pris le cliché illustrant la couverture de l’ouvrage sont parties prenantes de cet « archipel » de lieux de référence des nouvelles classes moyennes supérieures. Cela représente une difficulté particulière pour constituer le travail des gentrifieurs en objet sociologique, et un intérêt singulier pour effectuer un retour réflexif sur la discipline, ses productrices et ses producteurs. Dans cet ouvrage, la distanciation méthodique d’avec les images, les valeurs, les évidences, les réflexes de l’entre-soi est une constante, et s’accompagne d’une déconstruction systématique des emballements médiatiques. De la même façon, l’autrice évite prudemment les chausse-trappes de la dénonciation ou de l’ironie. Ses investigations débouchent néanmoins sur un triple constat critique : la première génération de gentrifieurs a déployé des actions sur le quartier, sur l’école et auprès des familles mal logées qui ont in fine principalement servi les intérêts des classes moyennes supérieures, tandis que nombreux sont ceux, parmi la deuxième génération de gentrifieurs, qui au contraire « assument l’homogénéité de leurs relations sociales comme une fatalité sociologique » (p. 234) et optent pour l’évitement scolaire. Enfin, ces gentrifieurs qui ont modifié en profondeur leurs quartiers peuvent connaître ensuite le sentiment amer d’avoir « préparé le terrain » à l’arrivée d’autres groupes sociaux dominants.

7De cette contribution remarquable à la sociologie des transformations concomitantes de la structure sociale et de la structure spatiale en France, on peut regretter néanmoins qu’aux côtés de celui de Pierre Bourdieu, l’héritage de Colette Guillaumin soit si peu mobilisé (dettes critiques incluses), soit la sociologie des rapports de genre et des rapports ethniques, qui apparaissent comme les deux grands absents-présents de l’ouvrage. La question « raciale » et son imbrication singulière avec la question sociale restent hors-champ, alors qu’elles se posent de façon singulière dans ce département de la Seine-Saint-Denis où se sont concentrés migrants et emplois industriels tout au long du siècle de l’industrialisation. Dans l’enquête que j’ai moi-même menée entre 1999 et 2001, le Bas-Montreuil était pourtant considéré comme un « sas d’entrée » des immigrés dans la ville, et la conception ethnicisée du « problème public à traiter » traversait tout le projet de réhabilitation emmené par les pouvoirs publics locaux et les associations locales. Le caractère mouvant des projets artistiques qui se tissent au gré des relations et des rencontres et participent d’un « district industrieux » fragile, décrit par l’autrice, a une dimension genrée structurante. Il en va de même quand il s’agit de rénover sa maison, d’y faire faire des travaux par des ouvriers non déclarés, de la décorer, d’y accueillir les autres, de contourner la réglementation, de faire garder ses enfants à domicile ou de s’engager dans des activités militantes auprès des autres habitants.

8Les opportunités de croiser les regards sociologiques foisonnent sur les terrains montreuillois et lyonnais. En l’occurrence, cet ouvrage engage à poursuivre les débats engagés sur les approches intersectionnelles des rapports sociaux. Dans cette perspective, sans doute serait-il heuristique de redéfinir la catégorie de gentrifieur, entendue par l’autrice comme une position dans la structure sociale et un rôle dans la ville, en y incorporant l’emprise des rapports ethniques et de genre. Un tel choix transforme singulièrement l’analyse du processus de gentrification et de ses conséquences sur la dynamique de (dé)ségrégation urbaine et, au-delà, la définition et l’analyse même de l’évolution des nouvelles classes moyennes supérieures dans nos sociétés pluriethniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Palomares, « Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, A. Collet », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 4 | 2016, 467-469.

Référence électronique

Élise Palomares, « Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, A. Collet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.628

Haut de page

Auteur

Élise Palomares

Dynamiques sociales et langagières (DySoLa), Université de Rouen Normandie, 1, rue Lavoisier, 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex, France
elise.palomares[at]univ-rouen.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search