Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4In MemoriamRaymond Boudon (1934-2013)

In Memoriam

Raymond Boudon (1934-2013)

In Memoriam
François Chazel
p. 427-430

Texte intégral

1La brillante carrière de Raymond Boudon a tout entière été marquée par une inlassable et persévérante activité au service de la sociologie, entendue et pratiquée « comme science ». Accédant très tôt à une position éminente (il a été nommé professeur à l’ancienne Sorbonne dès 1967), il a été en mesure de contribuer de maintes manières et de façon durable au développement de la discipline. En 1971, il a fondé un centre de recherche influent, le Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS) et en a assuré la direction jusqu’en 1999. Il a également présidé pendant de nombreuses années aux destinées de L’Année sociologique, n’y achevant son mandat qu’en 2002. Il a encore dirigé, à partir de 1977 et jusqu’à une période récente, la collection bleue des Presses universitaires de France, « Sociologies » (le pluriel est ici intentionnel) : avec ses 150 ouvrages parus, elle reste aujourd’hui sans équivalent dans le monde francophone. Enfin, il nous laisse une œuvre abondante, riche et originale, qui lui a valu une reconnaissance internationale, comme en attestent la traduction de ses livres majeurs et les nombreuses distinctions académiques dont il a fait l’objet (il a été notamment élu, à titre de membre étranger, à la British Academy et à l’American Academy of Arts and Sciences).

2Cette œuvre multiple peut être appréhendée sous une pluralité d’aspects. Nous nous bornerons ici à en faire ressortir quelques caractéristiques saillantes. Deux observations de portée générale nous serviront de point de départ : d’une part, les écrits de Raymond Boudon portent la marque d’une pensée en mouvement, donc en constant approfondissement et renouvellement ; d’autre part, l’épistémologue des sciences sociales cohabite dans sa personnalité intellectuelle avec le théoricien, et quelquefois même le précède.

  • 1 R. Boudon (1973). L’inégalité des chances. Armand Colin, Paris.
  • 2 R. Boudon (1976). Comment on Hauser’s review of Education, Opportunity, and Social Inequality. Amer (...)

3Dans une première phase, ses travaux ont une forte coloration méthodologique et doivent beaucoup à l’influence de Paul Lazarsfeld pour lequel il gardera, sa vie durant, beaucoup de respect. Paul Lazarsfeld a en particulier attiré son attention sur le fait que la méthodologie, en tant que mise en œuvre réfléchie d’un mode d’analyse, va bien au-delà de la pure application d’une technique savante. Son grand livre sur L’inégalité des chances (1973)1 n’en marque pas moins un dépassement de cette première étape, dans le sens d’une plus grande ambition explicative : la mise en évidence des relations entre « variables » reste en effet d’ordre descriptif, sans proposer de véritable explication de celles-ci. Il faut donc se tourner vers la construction de modèles théoriques, c’est-à-dire rechercher « le mécanisme générateur » susceptible de rendre compte des résultats observés, pour reprendre la formulation même de Raymond Boudon dans sa réponse aux critiques de Robert Hauser2.

4Dans son modèle de simulation, Raymond Boudon part du choix des acteurs sociaux qui se différencient — par leurs attentes et leurs groupes de référence propres et en fonction de leur situation initiale —, et dégage les conséquences qui découlent de cet ensemble de décisions conjuguées : elles ne peuvent consister qu’en un renforcement des inégalités au niveau macrosociologique. Point n’est donc besoin de faire appel à d’obscures forces sociales pour expliquer un tel résultat : la logique des choix scolaires et les effets de « composition » suffisent à le produire. Une réflexion en termes de politique publique aurait peut-être pu être entreprise en exploitant les pistes ouvertes par L’inégalité des chances, mais ni Raymond Boudon ni aucun autre sociologue ne se sont, à notre connaissance, sérieusement engagés dans cette voie.

  • 3 R. Boudon (1977). Effets pervers et ordre social. Presses universitaires de France, Paris.
  • 4 R. Boudon (1979). La logique du social. Hachette, Paris.
  • 5 R. Boudon, F. Bourricaud (1982). Dictionnaire critique de la sociologie. Presses universitaires de (...)
  • 6 R. Boudon (1984). La Place du désordre. Critique des théories du changement social. Presses univers (...)

5Après L’inégalité des chances, même si la reconnaissance de son importance fut, au moins en France, très progressive, Raymond Boudon s’est senti assez sûr pour défendre ses orientations et sa conception de la sociologie dans deux livres successifs, Effets pervers et ordre social (1977)3 et La logique du social (1979)4, dont le premier représente la version « combative » de ses idées et le second correspond plutôt à leur expression « tempérée », ce qui le fit plus facilement accepter. Ce n’est rien moins que dans l’affirmation d’un paradigme, l’individualisme méthodologique, que Raymond Boudon est désormais engagé : le Dictionnaire critique de la sociologie (1982), rédigé avec François Bourricaud5, avait à cet égard la portée et la signification d’un manifeste. C’est à l’un des traits majeurs de ce paradigme, la défiance marquée vis-à-vis de tout postulat d’un déterminisme massif, qu’est consacré l’ouvrage de 1984 significativement intitulé La place du désordre6 : les prétentions nomothétiques de la sociologie doivent être à la fois réduites et redéfinies ; le sociologue ne peut, dans les cas les plus favorables, parvenir qu’à l’établissement de « lois » purement locales.

6Pris conjointement, ces livres, audacieux dans leur visée par-delà leur tonalité éventuellement polémique, ont contribué à modifier de façon positive le climat intellectuel des années 1980 ; ils ont ouvert de nouvelles voies de recherche à la jeune génération et favorisé l’instauration d’un salutaire pluralisme, en permettant de rompre avec le « prêt-à-porter » de l’orthodoxie « structuraliste et anti-humaniste » si répandue dans la décennie précédente.

  • 7 R. Boudon (1986). L’Idéologie, ou l’origine des idées reçues. Fayard, Paris.

7L’exposition du paradigme restait pourtant incomplète dans la mesure où deux questions majeures n’avaient pas été véritablement tranchées. La première touche à une éventuelle distinction entre paradigmes ou variantes d’un même paradigme : quel rapport l’individualisme méthodologique prôné par Raymond Boudon entretient-il avec le modèle du choix rationnel forgé par les économistes, qui s’inscrivent dans la même tradition paradigmatique ? La seconde est encore plus cruciale : elle concerne la place à attribuer à la rationalité dans l’explication des conduites sociales. Ces deux questions sont en fait intimement liées dans la mesure où ce qui est ici fondamentalement en jeu, c’est la conception même que l’on se fait de la rationalité. Raymond Boudon pouvait d’autant moins éluder ces questions, et tout particulièrement la seconde, qu’elles étaient en quelque sorte inscrites au cœur de son programme de recherche relatif aux idéologies et plus largement aux croyances. Dans L’idéologie ou l’origine des idées reçues (1986)7, il inverse les priorités généralement adoptées pour cet objet d’étude : il ne part pas en effet des passions, mais bien de la rationalité, pour expliquer l’adhésion aux idéologies. Ce faisant, il ne nie pas l’existence des passions ; il pose seulement le primat méthodologique de la rationalité, en retrouvant ainsi la démarche générale de Max Weber. La rationalité ne peut, dans ce cadre, être entendue que d’une façon large, puisqu’il s’agit de dégager les « bonnes raisons » qu’ont des acteurs, compte tenu de leur position ou plus globalement du contexte social dans lequel ils évoluent, d’adhérer à des idées fragiles ou fausses. Mais Raymond Boudon ne tire pas encore de son argument une redéfinition explicite de la rationalité.

  • 8 R. Boudon (2007). Essais sur la théorie générale de la rationalité. Presses universitaires de Franc (...)
  • 9 R. Boudon (1995). Le juste et le vrai. Études sur l’objectivité des valeurs et de la connaissance. (...)

8À ce défi théorique et conceptuel, il n’a cependant pas tardé à formuler une réponse conforme à son tempérament intellectuel, c’est-à-dire audacieuse et ambitieuse, en proposant une conception élargie et renouvelée de la rationalité, qui en constitue « la théorie générale » (Essais sur la théorie générale de la rationalité, 2007)8. Celle-ci comporte trois propositions essentielles. D’abord, il convient de dépasser la vision étroite de la rationalité adoptée par les tenants du modèle du choix rationnel, qui la réduit à une pure rationalité instrumentale. Il nous paraît donc inexact d’affirmer que la perspective boudonienne est inspirée par le « choix rationnel », alors que Raymond Boudon en souligne les limites, tout en rappelant, avec notamment des exemples empruntés à Mancur Olson, son utilité. Deuxièmement, il convient de reconnaître une seconde forme de rationalité, la rationalité cognitive, mettant en évidence l’ensemble des raisons fortes, perçues comme valides par les acteurs, compte tenu de leur contexte cognitif, et fondant leur adhésion à des croyances éventuellement fausses. Enfin le même principe vaut, selon Boudon, pour les croyances prescriptives ou normatives : on est en présence de la rationalité axiologique quand des croyances de ce type sont sous-tendues, dans l’esprit des individus, par des raisons fortes. Il ne faut pas dissocier à cet égard Le juste et le vrai, pour reprendre le titre de l’ouvrage paru en 19959 ; c’est en effet une interprétation « cognitiviste » de la rationalité axiologique qu’a défendue Raymond Boudon.

9Cette perspective générale trouve ainsi un développement immédiat dans le champ de la sociologie des croyances et des valeurs ; elle s’accompagne d’une ouverture sur la dimension cognitive des conduites sociales, sans pour autant verser dans le réductionnisme ; enfin, elle aboutit à une réhabilitation de la notion de rationalité axiologique. Elle est donc intellectuellement stimulante, même si son ambition l’expose à un certain nombre d’interrogations. Il est en particulier permis de se demander si le point de vue « cognitiviste » est le seul pertinent pour rendre compte de la rationalité axiologique. Par ailleurs, alors que Raymond Boudon ne fait appel, dans son argumentation, qu’au transsubjectif (chacun se persuade individuellement et la croyance se généralise quand elle est plausible), il conviendrait de faire également une place à l’intersubjectif.

  • 10 R. Boudon (2008). Le relativisme. « Que sais-je ? », Presses universitaires de France, Paris.

10La perspective adoptée par Raymond Boudon l’a conduit à pourfendre résolument le relativisme, sous ses deux formes principales : le relativisme normatif et le relativisme cognitif (Le relativisme, 2008)10. Mais c’est peut-être au second qu’il réserve ses flèches les plus acérées, le constructivisme radical représentant à ses yeux, plus encore que le culturalisme, le danger ultime.

11Raymond Boudon nous invite ainsi à avoir confiance dans notre capacité à accéder à une connaissance scientifique des phénomènes sociaux. La vision de la sociologie comme science triste lui est tout à fait étrangère. Certes, la réalité sociale est souvent loin d’être idyllique, comme on l’a vu avec L’inégalité des chances. Mais la sociologie nous offre les outils théoriques pour la déchiffrer : elle s’appuie sur une riche tradition, dont l’ambition intellectuelle des « classiques » porte témoignage et dont le renouveau est assuré par les plus exigeantes des formations universitaires. Peut-être même nous aidera-t-elle à construire à l’avenir une société plus juste ; son humanisme hérité des Lumières l’inclinait en tout cas à le penser. Quoiqu’il en soit de cette espérance ultime, Raymond Boudon nous laisse un héritage à faire fructifier.

12Il est temps maintenant d’en revenir à sa personne même : tous ceux qui l’ont connu ont été sensibles à la simplicité de son abord. S’il détestait « l’esbroufe », il écoutait avec bienveillance tout interlocuteur qui était porteur d’un véritable projet intellectuel, quels que soient son âge et son statut ; ses anciens doctorants, avec lesquels il entretenait des relations cordiales, pourraient en témoigner. S’il avait le sentiment légitime qu’il avait une perspective originale à défendre et à offrir à la communauté sociologique, il était prêt à répondre aux objections de bonne foi et à tempérer ses formulations comme à approfondir ses analyses. Il a été profondément un homme de dialogue.

Haut de page

Notes

1 R. Boudon (1973). L’inégalité des chances. Armand Colin, Paris.

2 R. Boudon (1976). Comment on Hauser’s review of Education, Opportunity, and Social Inequality. American Journal of Sociology, 81(5), p. 1175-1187.

3 R. Boudon (1977). Effets pervers et ordre social. Presses universitaires de France, Paris.

4 R. Boudon (1979). La logique du social. Hachette, Paris.

5 R. Boudon, F. Bourricaud (1982). Dictionnaire critique de la sociologie. Presses universitaires de France, Paris.

6 R. Boudon (1984). La Place du désordre. Critique des théories du changement social. Presses universitaires de France, Paris.

7 R. Boudon (1986). L’Idéologie, ou l’origine des idées reçues. Fayard, Paris.

8 R. Boudon (2007). Essais sur la théorie générale de la rationalité. Presses universitaires de France, Paris.

9 R. Boudon (1995). Le juste et le vrai. Études sur l’objectivité des valeurs et de la connaissance. Fayard, Paris.

10 R. Boudon (2008). Le relativisme. « Que sais-je ? », Presses universitaires de France, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Chazel, « Raymond Boudon (1934-2013) », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 427-430.

Référence électronique

François Chazel, « Raymond Boudon (1934-2013) », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 16 octobre 2013, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/6450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.6450

Haut de page

Auteur

François Chazel

Professeur émérite de sociologie à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV)
Chercheur associé au Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne
190, avenue de France, 75648 Paris cedex 13, France
francois.chazel[at]paris-sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search