Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christèle Meilland et François Sarfati (dir.), Accompagner vers l’emploi. Quand les dispositifs publics se mettent en action

Peter Lang, Bruxelles, 2016, 276 p.
Morgane Kuehni
Référence(s) :

Christèle Meilland et François Sarfati (dir.), Accompagner vers l’emploi. Quand les dispositifs publics se mettent en action, Peter Lang, Bruxelles, 2016, 276 p.

Texte intégral

1Poursuivant les réflexions d’un séminaire organisé en 2013, l’ouvrage collectif dirigé par Christèle Meilland et François Sarfati s’attache à analyser les dispositifs d’insertion professionnelle selon les « configurations sociales dans lesquelles ils prennent place » (p. 10) et les publics auxquels ils s’adressent. Le parti pris du livre est d’appréhender « la fabrique de l’action publique en matière d’accès à l’emploi » (Verdier, p. 18) pour analyser finement les interactions, les jeux de conformation, d’appropriation ou de résistance, tant des professionnels que des bénéficiaires. Parce que les dispositifs fonctionnent à la fois au niveau macrosociologique des politiques publiques et au niveau microsociologique des pratiques individuelles, ils constituent une excellente échelle d’observation et sont particulièrement propices à un tel exercice. Sans être nouvelle, la perspective mobilisée dans l’ouvrage témoigne du regain d’intérêt des sociologues pour les institutions, pour ce que l’on pourrait nommer, à la suite de Judith Butler, leur travail d’assujettissement et de subjectivation. La pluralité des points de vue théoriques et méthodologiques mobilisés (sociologie des professions, approche par les « capabilités », analyses qualitatives et quantitatives, etc.) en fait un précieux outil de travail et de réflexion en mettant au jour la fabrication d’une économie morale de l’emploi qui opère par classifications en mobilisant des valeurs et des jugements. Les différentes contributions permettent de faire ressortir la pluralité des enjeux en cause (politiques, professionnels, techniques, cognitifs) selon les contextes nationaux (ou locaux), les techniques d’accompagnement, ou encore les publics visés. Le point fort de l’ouvrage est de livrer une analyse des dispositifs d’insertion qui résiste à la double épreuve de la différence (selon les contextes investigués et les publics concernés) et du changement (selon les révisions législatives et les rapports de force externes). L’ensemble des contributions permet en effet d’éviter une « lecture monolithique » de ces dispositifs (Verdier, p. 13) et de dépasser les attributions du sens commun autour des catégories politiques (gauche-droite) ou épistémologiques (constructivisme-positivisme) affirmant que les professionnels seraient contrôlés par la main invisible de l’État ou que les publics seraient dénués de marge de manœuvre, par exemple. Cet ouvrage livre donc bien une analyse fine de l’insertion en train de se faire, mais aussi de se défaire, puisque les principes d’une logique de requalification basculent parfois vers une logique de disqualification, comme l’écrit Lynda Lavitry dans ce volume (p. 130).

2Après une introduction d’Éric Verdier qui revient sur les différents registres de catégorisations et justifications (idéologiques, politiques, gestionnaires, savantes) des politiques d’accompagnement des personnes au chômage, le livre est organisé en trois parties : activation et catégorisation (avec les contributions de Jean-Michel Bonvin, Jean-Marie Pillon et Claire Vivès, Emilie Rosenstein, Claire Lefrançois, Anne Dietrich et Françoise Lozier, Damien Euzenat et Nicolas Prokovas) ; sélection et structuration (avec les contributions de Lynda Lavitry, Julie Gérard, Laura Beuker et Jean-François Oriane, Frédérique Barnier, Sophie Avarguez et Bernard Gomel) ; individuation (avec les contributions d’Aurélie Gonnet, Olivier Mazade, Mircea Vultur, Didier Demazière, Amparo Serrano Pascual). Ce découpage, rapidement justifié en introduction par les différents niveaux considérés — politiques, professionnels, individus (Verdier, p. 23) —, aurait mérité de plus amples développements pour éviter que l’ouvrage ne souffre du défaut de ses qualités. En effet, la pluralité des questionnements et des cadrages mobilisés fait parfois perdre le fil de l’argument : quels enseignements principaux tirer des contributions ? Quels liens tisser entre les notions d’activation, de catégorisation, de sélection, de structuration et d’individuation ? Si l’exercice est particulièrement périlleux au vu de l’hétérogénéité des réflexions, il n’en est pas moins pertinent pour la discussion scientifique, et un retour à ces concepts manque dans la conclusion générale de l’ouvrage, rédigée par Christèle Meilland et François Sarfati, qui se concentre davantage sur la « refonte des dispositifs existants » (p. 274) dans le contexte français. La lecture transversale des contributions offre plusieurs pistes intéressantes de discussion et permet de relever certains points de tensions entre les logiques de catégorisation (définition de publics cibles par les pouvoirs publics) et d’individuation (accompagnement personnalisé). La logique sélective des politiques d’insertion mise en exergue dans le premier chapitre induit par exemple de fortes tensions entre les principes d’égalité formelle et d’égalité réelle (Lefrançois, p. 82). Les contributions du second chapitre montrent que les professionnels revisitent les catégories établies pour « trier » les bénéficiaires : les arrangements pratiques opérés au quotidien varient selon les contextes institutionnels et « la jurisprudence maison » (Beuker et Oriane, p. 160). La puissance des catégories de l’action publique est clairement démontrée au travers des descriptions fines de ses effets performatifs : les personnes au chômage deviennent des machines à produire des preuves ou à vendre des projets artistiques. Les « vides catégoriels » (Lavitry, p. 127), comme autant de remises en question des efforts de normalisation des parcours biographiques, produisent des formes de violence institutionnelle tant pour les professionnels que pour les bénéficiaires. Loin de surévaluer le pouvoir des législateurs et décideurs politiques en minimisant le pouvoir des acteurs, le troisième chapitre décrit la variété des usages et stratégies mobilisés par les individus pour se (ré)approprier certains dispositifs. Le façonnement des expériences biographiques dépend en partie de l’intériorisation des normes de l’institution et pas seulement de leur degré de formalisation (Demazière, p. 250). Serrano Pascual affirme par ailleurs que la gestion individuelle du risque promue par les politiques d’activation est bien une question idéologique : les dispositifs d’insertion font avant tout un travail rhétorique véhiculant de nouvelles « doxas sur le travail » (p. 258). En remettant en question le séquençage traditionnel (décision, mise en œuvre, évaluation) pour questionner les dispositifs d’insertion, cet ouvrage permet avant tout de sortir de toute forme de déterminisme économique ou politique et d’élargir le champ des possibles en matière d’accompagnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Kuehni, « Christèle Meilland et François Sarfati (dir.), Accompagner vers l’emploi. Quand les dispositifs publics se mettent en action », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/646

Haut de page

Auteur

Morgane Kuehni

Haute école de travail social et de la santé (HETS&Sa)
Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES·SO)
14, Chemin des Abeilles, 1010 Lausanne, Suisse
morgane.kuehni[at]eesp.ch

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals