Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, A. Bidet

Presses universitaires de France, Paris (2011). 418 p.
Nicolas Dodier
p. 396-399
Référence(s) :

Alexandra Bidet, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Presses universitaires de France, Paris, 2011, 418 p.

Texte intégral

1Le livre d’Alexandra Bidet n’est pas simplement une enquête sur les agents de supervision du trafic téléphonique dans une grande entreprise de télécommunications. C’est un véritable programme pour renouveler la sociologie du travail. Je suggère de le résumer ici en quatre propositions :

  • l’objectif général est d’examiner, en repartant d’une étude attentive des situations de travail, comment sont susceptibles d’émerger de nouvelles « figures sociales du travail », c’est-à-dire des manières partagées de formuler ce que l’on peut attendre de celui-ci. Alexandra Bidet souhaite, par une démarche qui se situe au plus près du travail en train de se faire, ouvrir le regard vers « le fil de la critique indigène », afin de « déceler un rapport plus réflexif au travail et l’affirmation d’une forme de vie redessinant le travail lui-même » ;

  • dans cette perspective, il est proposé d’appréhender comment et jusqu’à quel point les travailleurs sont en mesure de donner de la valeur au travail. D’où la notion centrale de « vrai boulot », manière de pointer ces moments « vrais » du travail, lorsqu’un sens est véritablement attribué à celui-ci ;

  • le programme souhaite revenir, en amont des innombrables travaux existants sur les identités, les statuts, les rhétoriques professionnelles, ou les relations entre groupes professionnels, au regard que le travailleur porte sur son travail en train de se faire, regard en quelque sorte émancipé des jugements réciproques des travailleurs les uns sur les autres. Alexandra Bidet souhaite ainsi marquer l’importance qu’il y a à saisir, dans un premier temps, ce niveau de valorisation du travail, avant même d’examiner le jeu des jugements réciproques ;

  • tout en s’inscrivant dans l’ensemble des recherches qui, depuis une quinzaine d’années, s’attachent à développer les potentialités d’une observation « naturaliste » du travail « en train de se faire » (les workplace studies, une partie de la sociologie pragmatique, les recherches post-STS, la cognition située, etc.), Alexandra Bidet invite à un déplacement sensible de la démarche. Elle promeut, beaucoup plus que ne l’ont fait jusqu’à présent ces recherches, l’étude du travail « en personne » en mettant au centre de la recherche la relation que chaque travailleur entretient, dans la durée, avec son environnement.

2Deux évolutions du monde du travail actuel donnent toute son actualité à un tel programme. Tout d’abord, celui-ci questionne le développement de nouvelles formes de travail au sein d’ensembles techniques abstraits. Sans revenir d’une façon nostalgique, comme trop souvent dans la sociologie du travail, sur une valorisation de l’œuvre, au sens d’Hannah Arendt, ou du geste artisanal, on peut s’interroger en effet sur les nouvelles formes de valorisation du travail lorsque l’agir « se distribue de façon inédite entre l’homme et ses artefacts, au point de menacer la possibilité d’un intervention humaine, donc toute épreuve de réalité ». C’est tout le sens d’une enquête sur la manière dont des agents interviennent à distance depuis leurs ordinateurs pour surveiller et réguler le trafic téléphonique à l’échelle d’une région ou d’un pays. Ensuite, ce programme participe de ces recherches qui, depuis quelques années, tentent de redonner des appuis théoriques et pratiques nouveaux pour une critique du travail moins dépendante de figures sociales élaborées pour des formes de vie en partie obsolètes.

3Le programme s’ancre enfin dans un retour très approfondi sur l’évolution de la sociologie du travail elle-même. C’est un point important de l’ouvrage. De longs développements sont, notamment consacrés au travail descriptif et critique entrepris par Georges Friedmann. Figure centrale pour Alexandra Bidet, dans la mesure où il a cherché toute sa vie, lui aussi, à articuler une description précise du travail, une attention à la technologie, et une volonté d’identifier ce qui, dans le travail, est susceptible d’être valorisé. Mais point de départ critique, dans la mesure où Alexandra Bidet envisage de construire tout autrement cette articulation. Car si le but du programme est bien de relancer, en revenant à des auteurs comme Georges Friedmann, l’étude de « l’acte de travail », préoccupation qui avait disparu de la sociologie au début des années 1990 — et je renvoie ici à la lecture extrêmement fouillée et compréhensive de ses collègues sociologues du travail à laquelle nous invite l’auteur — il s’appuie sur un rapport totalement différent à la technique. La confusion générée, pendant des années, par les retours permanents de balanciers entre déterminisme technologique et effet sociétal, s’estompe enfin, au profit d’une étude précise des situations de travail qui décrypte concrètement comment le travailleur explore en même temps la plasticité et les contraintes propres à ces ensembles techniques qui constituent désormais l’essentiel de son environnement.

  • 1 Voir Dodier N., Les hommes et les machines, Éditions Métailié, Paris, 1995.

4J’ai plaidé pour une position qui n’est pas sans convergences1. Mais sans l’ampleur de ce retour sur la tradition de la sociologie du travail. Et sans l’étage important qu’y ajoute Alexandra Bidet : l’explicitation de l’anthropologie de l’homme qui puisse fonder son programme. Celle-ci se situe au carrefour de trois sources. Du travail de Gilbert Simondon sur « l’individuation », Alexandra Bidet retient une démarche qui s’attache à étudier ce que devient l’humain plutôt que ce qui le définit et qui met l’accent sur le rôle que joue, chez l’être humain, la formulation réflexive de « problèmes » pour régler les dimensions conflictuelles de la relation de l’individu et de son milieu. L’anthropologie d’André Leroi-Gourhan fournit des outils pour montrer comment s’articulent symboles et objets techniques dans l’interaction homme/milieu. Enfin, John Dewey offre un contrepoint pragmatiste intéressant au travail de Gilbert Simondon, en appréhendant, à travers les notions de « problème » et « d’enquête », le travailleur en « professionnel réflexif ».

5L’efficacité du programme est patente dans l’enquête sur la supervision du réseau téléphonique. L’ouvrage procède à la genèse de ce milieu de travail, en revenant sur la naissance et les transformations de la gestion du trafic téléphonique. On suit l’émergence d’une « visualisation » du trafic, on comprend le déplacement des contraintes, l’exploration de nouveaux possibles par les agents, les nouveaux liens qui se tissent entre les superviseurs et les commutants (les agents locaux sur sites, qui interviennent plus directement sur les équipements). La transformation des superviseurs qui, de spécialistes d’alarmes en tout genre, supposés « appeler au secours » en cas de problème, en viennent à optimiser de façon sophistiquée, dans un sens également économique, les flux d’appels, est tout à fait spectaculaire. L’ouvrage montre ensuite comment ont émergé, parmi ces agents, deux grands styles de professionnels. Pour les uns (les agents « explorateurs »), le vrai boulot est associé à la capacité de saisir et d’intervenir sur un « monde-écran » constitué par des courbes auxquelles est attribuée la possibilité non seulement de montrer « ce qui se passe », mais de donner à ces agents le sentiment d’avoir une vue « imprenable » sur le réseau, et d’intervenir par eux-mêmes. C’est alors sur le mode de l’enquête continuelle que ces explorateurs établissent le contact avec le réseau. Pour les autres (les agents « guetteurs »), les mêmes écrans sont insuffisants pour « comprendre » ce qui se passe dans le réseau. Ceux-ci critiquent une formation insuffisante. Mais également cette forme d’illusion qui préside selon eux au fait que l’on puisse croire que ce sont ces interventions à distance qui font marcher le réseau. Les « guetteurs » se tiennent beaucoup plus à distance du monde-écran. Ils privilégient le fait d’intervenir directement sur les machines pour réparer les défaillances. Ils ont ainsi le sentiment d’être confrontés à du palpable. Ils sont enfin critiques vis-à-vis des agents « explorateurs » qui travaillent selon eux dans une logique économique de court terme. Alexandra Bidet montre bien en quoi ces styles de travail renvoient à des trajectoires individuelles différentes : en fonction du poste préalablement occupé (selon que l’on a été d’emblée superviseur, ou auparavant commutant), en fonction de la première socialisation à la technologie (en particulier si les agents ont été élevés dans l’électromécanique, comme tendent à l’être les guetteurs, ou d’emblée dans les nouvelles techniques, comme le sont les explorateurs). Et elle observe de façon très intéressante comment, entre ces deux groupes, s’opère une sorte de distribution spontanée du travail, chacun des deux groupes ayant une conception du « vrai boulot » (et du « sale boulot ») qui lui est propre mais complémentaire de l’autre.

6J’aimerais, autour de ce remarquable ouvrage, ambitieux et complet, ouvrir la discussion sur trois points. La place accordée au « vrai boulot » me paraît utile, mais un peu déséquilibrée. La notion a certes le mérite d’inciter les sociologues à appréhender ce que les individus investissent de positif dans l’activité de travail, non pas globalement, mais dans certaines séquences. Mais, seule, elle risque de laisser dans l’ombre les moments critiques. Je plaiderais pour une approche plus équilibrée de la dynamique formée par l’alternance du vrai boulot et des moments critiques, et du langage qui permet aux travailleurs de les penser les uns et les autres. Ce serait en outre plus cohérent avec une perspective qui, dans le prolongement revendiqué de Gilbert Simondon et de John Dewey, met l’accent sur l’identification des « problèmes » qui émergent de la relation individu/milieu.

7Il semble qu’il manque dans le programme un niveau d’analyse important. Celui-ci est actuellement construit sur trois niveaux. D’un côté, le cadre anthropologique très général : propriétés générales de « l’individuation », de la dynamique générale des « problèmes » et de « l’enquête ». De l’autre, le niveau des « styles » de travail, manière de pointer des formes d’engagement dans le travail rattachées à des catégories au demeurant assez stables d’individus (explorateurs/guetteurs). Enfin, le niveau du type de technique dont on étudie les effets spécifiques : ici les ensembles techniques « abstraits ». Il manque à mon sens des outils pour caractériser les différentes manières d’organiser le travail, dans un type de technique donné. Non pas au niveau des styles générés par les individus, mais au niveau des investissements réalisés par l’entreprise pour orienter, voire contraindre, les travailleurs dans leur façon d’identifier des problèmes et de procéder à des enquêtes. L’introduction d’un niveau de ce type aurait par ailleurs un effet très bénéfique, dans la logique même du programme. Il permettrait d’établir des médiations beaucoup plus palpables entre le « vrai boulot », au niveau où il est appréhendé ici (celui d’un travailleur revenant sur son travail en train de se faire), et ces fameuses « figures sociales du travail ». Au-delà de ces figures un peu vagues, on comprendrait mieux comment les travailleurs sont confrontés à des références normatives qui leur viennent de l’extérieur, et comment celles-ci jouent en retour dans la manière pour chacun de s’engager dans le travail.

8Enfin, ce qui est lié à la critique précédente, le langage de la relation individu/milieu laisse transparaître quelques limites. Certes, il présente des avantages pour montrer le travail « en personne ». On voit bien les individus au travail au-delà même des situations, on suit ces individus, on en comprend les trajectoires. On appréhende très bien, chez ces agents de supervision, le mélange subtil de besoin de sécurité et d’engagement dans l’exploration. Enfin, se dégage tout un langage qui, en dehors des jugements réciproques des individus les uns vis-à-vis des autres, se construit effectivement pour parler du travail lui-même. Par contre, on voit beaucoup moins bien les outils, et plus généralement l’ensemble des appuis, qui permettent aux individus de se positionner les uns vis-à-vis des autres (pour se coordonner, se lier, s’affronter, régler des conflits, partager des territoires, etc.). Certes, dans le cas d’espèce, la distribution des tâches, pour prendre ce point précis, semble se faire harmonieusement, par une division « spontanée » entre les deux catégories d’agents. Mais cela ne peut tenir lieu de cadre pour le programme d’ensemble que dessine l’ouvrage. Ici également, l’absence d’un niveau d’analyse plus proprement organisationnel fait sentir ses effets. Il serait intéressant de voir comment il peut s’articuler aux autres niveaux, dans une « extension de programme » qui ne me paraît pas incompatible avec les grandes lignes de celui-ci. C’est un point me semble-t-il important, dès lors que l’on ne souhaite pas assister à un déconnexion entre d’un côté des recherches qui traitent avec précision du travail en train de se faire (y compris dans la version « travail en personne » que propose Alexandra Bidet, et avec toute l’ampleur, en arrière-plan, d’une anthropologie de l’homme), et de l’autre côté des recherches qui traitent des transformations des organisations et du management.

Haut de page

Notes

1 Voir Dodier N., Les hommes et les machines, Éditions Métailié, Paris, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Dodier, « L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, A. Bidet », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 3 | 2012, 396-399.

Référence électronique

Nicolas Dodier, « L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, A. Bidet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 3 | Juillet-Septembre 2012, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/6767

Haut de page

Auteur

Nicolas Dodier

GSPM-IMM, 10, rue Monsieur-Le-Prince, 75006 Paris, France
dodier[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals