Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Annie Thébaud-Mony, Philippe Davezies, Laurent Vogel et Serge Volkoff (dir.), Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner

La Découverte, Paris, 2015, 608 p.
Arnaud Mias
Référence(s) :

Annie Thébaud-Mony, Philippe Davezies, Laurent Vogel et Serge Volkoff (dir.), Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, La Découverte, Paris, 2015, 608 p.

Texte intégral

1Trente ans après un ouvrage homonyme paru chez le même éditeur (Cassou et al., 1985), Les risques du travail actualise le projet d’une diffusion la plus large possible des « connaissances nécessaires pour agir sur les conditions de travail » (p. 8). L’ouvrage parent fut largement précurseur sur les problématiques de santé au travail. Trois décennies plus tard, le contexte a changé : le cadre réglementaire a été profondément remanié, la question des conditions de travail s’impose depuis dix ans comme une préoccupation de premier plan pour les salariés et leurs représentants, et la santé au travail est devenue un champ de recherche plus souvent exploré, tout en gardant son caractère engagé. C’est dire l’intérêt et l’actualité d’un tel ouvrage. Dressant un état des savoirs, il peut être lu d’au moins deux façons : comme un inventaire des problématiques de santé dans les mondes du travail contemporains et comme une synthèse des productions scientifiques les plus récentes.

2L’inventaire est impressionnant. 94 contributions (alternativement de quatre pages pour porter la focale sur une situation, un risque ou une mobilisation et de dix pages pour explorer une thématique) sont rangées en quatre grandes parties qui marquent les temps d’une argumentation générale. La mondialisation sert d’abord de fil conducteur pour interpréter la transformation des contextes de travail, marquée par une mise en concurrence exacerbée des travailleurs et par une division internationale du travail et des risques, qui accentue les inégalités sociales en matière de santé au travail. Dans cette partie comme dans les autres sont proposées plusieurs mises en perspective européenne, le plus souvent de nature statistique, et quelques incursions ponctuelles hors d’Europe, principalement en Asie et en Amérique du Nord. L’ouvrage aborde également une vingtaine de secteurs d’activité différents et une petite dizaine de cas d’entreprise. La deuxième partie décrit les multiples facettes de l’évolution des conditions de travail, avec une insistance sur l’intensification du travail, le cumul des contraintes et la flexibilisation des rythmes de travail. Les pathologies professionnelles et les risques du travail en tant que tels sont abordés dans une troisième partie. L’ouvrage s’achève sur un ensemble de notices consacrées aux acteurs (médecins, inspecteurs du travail, CHSCT, syndicats), aux leviers d’action et aux mobilisations collectives en faveur de la santé au travail. Alors que plusieurs notices ont précédemment fait ressortir les mécanismes d’invisibilisation des risques et des atteintes à la santé, cette dernière partie insiste sur le rôle des savoirs (d’expertise et d’expérience) — de leur production et de leur circulation — dans les luttes sociales et les controverses publiques, évoquant au passage des expériences de collaboration entre syndicats et chercheurs.

3Une telle structuration de l’ouvrage affiche l’ambition transformatrice de ses auteurs et le projet de transmettre les savoirs utiles pour l’action. D’autres éléments en témoignent : les bibliographies comptent exceptionnellement plus de quatre références ; de nombreuses notices ménagent un temps pour des recommandations d’action ; « prévention » est l’entrée de l’index la plus référencée ; les cas étrangers sont alternativement sources d’inspiration et de repoussoir. Mais cette ambition est la plus affirmée dans la dernière partie, dont les notices dessinent des stratégies d’action, notamment dans l’usage du droit. Relevons également que les « praticiens », témoins et relais d’une connaissance utile fondée sur l’expérience, représentent plus du quart des contributeurs, tout en témoignant de points de vue très différents sur le champ.

4Si l’ouvrage est résolument tourné vers les acteurs du travail et de la santé au travail, il peut aussi être lu comme une précieuse synthèse scientifique, qui entend fournir à son lecteur « des outils pour une lecture critique de l’abondante littérature consacrée à la santé au travail » (p. 9). Mobilisant 115 contributeurs et une quinzaine de disciplines (parmi lesquelles la sociologie, l’ergonomie, la médecine et l’épidémiologie sont les plus représentées), cet état des savoirs s’inscrit dans la foulée de nombreux ouvrages collectifs (issus de colloques ou de programmes de recherche collective) et dictionnaires (du travail, des risques psychosociaux) parus ces dernières années. Il les complète par son ambition d’embrasser l’ensemble des problématiques de santé au travail, qui fait son intérêt et sa richesse, et par son ton résolument militant, qui fait sa saveur.

5L’ouvrage se prête à des lectures partielles, thématiques, par butinage, qui se défont facilement de l’ordonnancement des contributions. Un précieux index de 437 entrées y invite. Une lecture linéaire fait pour sa part ressortir un tableau d’ensemble dont quelques traits retiennent particulièrement l’attention. Il s’en dégage notamment l’essoufflement d’un modèle de réparation et de prévention des accidents et pathologies professionnels centré sur des causalités univoques et des risques objectivables. Plusieurs contributions soulignent les apories d’une conception des risques comme préexistant aux situations et à l’activité de travail et valant également pour tous et à tout moment. Comme le suggère Yves Schwartz à la fin de la troisième partie, parler aujourd’hui des risques du travail, c’est poser « l’énigme du travail », c’est viser non pas la prévention de conditions de travail tels des facteurs externes, mais « une prévention instruite en permanence par l’activité, [attentive aux] risques locaux réellement encourus, liés aux négociations des personnes et des collectifs de dimensions variables avec des “conditions”, toujours peu ou prou retravaillées » (p. 378-379). L’enjeu n’est dès lors plus tellement de rechercher une maîtrise experte des procédés et risques professionnels que de revitaliser des collectifs de travail particulièrement ébranlés par les transformations organisationnelles récentes. Paradoxalement peu présente dans la quatrième partie de l’ouvrage (si ce n’est à travers les mobilisations collectives ou l’action des syndicats et des représentants du personnel), cette ressource négligée et fragilisée des collectifs de travail est plus directement abordée dans la deuxième partie. Parmi d’autres contributeurs, Yves Clot et Yvon Miossec en font une « ressource primordiale pour la santé au travail » et pour éviter le « face-à-face direct et solitaire avec l’organisation » (p. 147 et 149). Cette revitalisation des collectifs de travail est un défi de taille, quand on constate dans le même temps, comme le fait Serge Volkoff dans l’introduction de cette deuxième partie, qu’une grande partie des troubles de santé liés au travail prennent aujourd’hui des formes de plus en plus individualisées, dont la gestion repose sur des compromis individuels plus ou moins tenables dans le temps. Espérons que, comme son aïeul, cet ouvrage paraîtra bientôt précurseur, dans cet appel à la revitalisation des collectifs de travail comme sur d’autres plans.

Haut de page

Bibliographie

Cassou, B., Huez, D., Mousel, M.-L., Spitzer, C., Touranchet-Hébrard, A. (dir.), 1985, Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, La Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Mias, « Annie Thébaud-Mony, Philippe Davezies, Laurent Vogel et Serge Volkoff (dir.), Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/680

Haut de page

Auteur

Arnaud Mias

Université Paris Dauphine – PSL Research University, IRISSO (UMR CNRS 7170)
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris, France
arnaud.mias[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals