Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 3Comptes rendusCe qui tue le travail, F. Ginsbou...

Comptes rendus

Ce qui tue le travail, F. Ginsbourger

Michalon, Paris (2010). 188 p.
Arnaud Mias
p. 403-405
Référence(s) :

Francis Ginsbourger, Ce qui tue le travail, Michalon, Paris, 2010, 188 p.

Texte intégral

1« Jamais les spécialistes du travail n’ont eu l’audience qu’ils ont aujourd’hui sur la scène publique. Ils sont tout occupés à expliquer le comment, analyser les raisons ou à disséquer les causes de ce qu’ils voient comme une “crise du travail”. Or, simultanément, jamais les acteurs des organisations n’ont eu aussi peu d’emprise sur ce qui organise, ou plus exactement sur ce qui leur permettrait d’organiser leur travail et à travers lui leur relation, directe ou indirecte, d’utilité et à Autrui » (p. 23). C’est ainsi que peut se résumer la thèse défendue par Francis Ginsbourger dans cet essai stimulant paru au début de l’année 2010. Le paradoxe interpelle observateurs comme acteurs des relations de travail. La justesse du diagnostic se fonde sur l’expérience de l’auteur comme consultant et expert auprès des instances de représentation du personnel, véritable passeur entre le monde du savoir et celui de l’action. La portée de l’argumentation tient d’ailleurs au fait que l’ouvrage emprunte simultanément à deux registres d’écriture : le témoignage, ce que l’auteur nomme « retour d’expériences » et qui s’illustre par les cas présentés dans les sept chapitres qui le composent, et l’essai, marqué par la vigueur des interpellations et les nombreuses questions qui émaillent le texte. Il convient de parler ici d’essai incarné.

2Francis Ginsbourger entend dénoncer les effets délétères d’un ensemble de catégories de pensée avec lesquelles le travail est aujourd’hui appréhendé. En ligne de mire, deux notions sont suffisamment fondamentales pour asseoir l’ambition du propos : le coût du travail et la souffrance au travail. Ces notions, qui connaissent un succès incontestable dans les publications scientifiques, les médias et parmi les acteurs sociaux eux-mêmes, fonctionnent dans la pratique comme des prêt-à-penser universels. Elles empêchent d’agir sur les problèmes rencontrés dans les relations de travail, tout en donnant le sentiment d’avoir agi. Elles ne disent rien de la singularité des situations de travail rencontrées, quand elles donnent l’impression d’avoir identifié les causes du problème. Bref, elles opèrent des « réductions du travail » (p. 15) qui aboutissent à un aveuglement généralisé et à une « gestion catégorique » (p. 25) pétrie d’effets pervers quand les solutions apportées conduisent à renforcer les causes du mal. Pour le dire brièvement, ces différentes catégorisations, théoriques et pratiques, conduisent, sur un plan cognitif, à un oubli du travail, de ses exigences et de son organisation et, sur le plan pratique, à ne pas modifier le « pouvoir d’organisation », en faisant comme si le travail n’était pas objet de débats et de controverses. L’hypertechnicisation de la prévention des risques psychosociaux est ici dénoncée. Les gestionnaires font encore comme s’il n’existait qu’une seule solution rationnelle qui devrait s’imposer à tous, à partir du moment où elle se fonde sur des théories, des catégorisations, des outils de mesure et des modes d’intervention cohérents.

3Si les notions de coût et de souffrance entretiennent les effets pervers de la gestion catégorique, elles conduisent aussi la critique qui s’en inspire à des impasses pratiques. La première amène, selon l’auteur, à se perdre dans une dénonciation stérile de la financiarisation du capitalisme contemporain et une négociation des indemnités de licenciement. La seconde aboutit à la mise en cause de l’aliénation dans le travail et à une appréhension des relations de travail à travers le prisme individualisant du couple personnalité perverse/victime. Francis Ginsbourger développe ainsi une critique de la critique dont l’objectif est suggéré par le titre de l’ouvrage : substituer à l’apocalyptique « travailler tue » une déconstruction pragmatique de « ce qui tue le travail ». Un tel renversement de perspectives stimule la réflexion à un moment où le registre de la plainte et de la dénonciation, tant apprécié des médias, s’impose progressivement comme une forme légitime de production du savoir en sciences sociales. Il faut ici saluer une initiative qui interpelle les chercheurs académiques — si prompts à investir l’espace public quand ils croient y déceler un intérêt croissant pour les problématiques du travail — sur un certain nombre de catégories (souffrance, prescription...) qu’ils ont vite fait de vulgariser, avec tout ce que cela comporte de traduction et de réduction du sens que l’on peut donner aux situations singulières du travail.

4La critique est excessive parfois, comme à propos des approches en termes d’intensification du travail. L’auteur s’attaque à ce qui lui semble relever de la dénonciation stérile, en négligeant les apports de la mesure et de l’objectivation de l’intensité du travail. À différents moments de la lecture, le lecteur ne sait plus quelle est la cible de la critique. Est-ce une école de pensée (comme la psychodynamique du travail), les travaux scientifiques qui portent sur la thématique traitée (comme ceux sur l’intensification du travail ou la pénibilité) ou l’usage qui en est fait dans les relations professionnelles, les conflits sociaux et les négociations collectives ? La critique de la critique est stimulante, mais les registres argumentatifs étant clairement hétérogènes, il n’est pas sûr qu’elle ait véritablement prise sur les perspectives théoriques qu’elle prend pour cible. Elle ne paraît interroger que les conséquences — ou plutôt l’inconséquence — des postures pratiques et interventionnistes qui disent s’en inspirer (l’identification puis l’accompagnement des personnes étiquetées « fragiles », par exemple). Plus largement, le lecteur peut être parfois désappointé par un positionnement théorique qui fait peu de cas de la littérature existante. Les références bibliographiques sont rares. La convergence avec la perspective développée par Yves Clot, si elle se laisse deviner au cours de la lecture, n’est véritablement assumée qu’à la fin de l’ouvrage (p. 159). Mais les références, si elles restent souvent implicites, affleurent dans de nombreuses pages et sont souvent maîtrisées. Ainsi en est-il notamment de la sociologie des organisations et de la théorie de la régulation sociale.

5C’est aussi que Francis Ginsbourger se veut essentiellement pragmatique. Il invite à reprendre pied dans une approche contextualisée des situations de travail et, à ce niveau, à travailler sur les catégories de perception et de pensée qui leur donnent sens. Si la posture peut paraître évidente pour un sociologue du travail, l’originalité du propos tient aux apports de l’expérience du consultant intervenant dans des situations de travail très variées, évoquées au fil du texte, qui a pu constater à quel point sont décisives les prémisses à partir desquelles ces situations sont définies. D’où sa volonté de n’intervenir que par co-mandatement (de l’employeur et des représentants du personnel) et son choix d’axer l’analyse et le dialogue sur les compétences. Dans ces pages où se révèle une authentique démarche réflexive du consultant, Francis Ginsbourger convainc de la justesse et de la pertinence des propositions qu’il avance, à la fois pragmatiques (situées et contextualisées) et collectives (ouvertes à la controverse et sans nier les rapports de pouvoir structurants dans lesquels elles s’inscrivent). Le lecteur est toutefois surpris d’observer la relative, et paradoxale, absence des instances de représentation du personnel et des syndicats dans le propos. Partie-prenantes, interlocuteurs ou commanditaires, ils sont plutôt les destinataires de cet ouvrage, comme en témoigne la postface confiée à un syndicaliste. Cette absence est peut-être aussi le résultat d’une focalisation sur les catégories de pensée, qui laisse dans l’ombre la question des leviers d’action pour engager et soutenir la démarche à laquelle invite l’auteur.

6Il reste la force d’une conviction : substituer à la gestion catégorique une « gestion instituante » (p. 173), qui n’opère pas de réduction de la complexité. Cette « gestion instituante » produit ses grilles de lecture collectivement et en situation, et fait ainsi porter la discussion sur les finalités, sans se laisser emprisonner par les outils et les indicateurs. Elle devrait renforcer un pouvoir d’organisation si mal en point, non parce qu’elle évite, mais parce qu’elle légitime au contraire la controverse. Elle est, pour Francis Ginsbourger, la seule démarche à même de redonner des prises sérieuses sur les situations de travail et de rendre les salariés pleinement acteurs de leur travail et de leur destin professionnel. Un tel essai incarné ne peut laisser indifférents les sociologues du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Mias, « Ce qui tue le travail, F. Ginsbourger », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 3 | 2012, 403-405.

Référence électronique

Arnaud Mias, « Ce qui tue le travail, F. Ginsbourger », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 3 | Juillet-Septembre 2012, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/6857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.6857

Haut de page

Auteur

Arnaud Mias

Université de Rouen, DYSOLA, rue Lavoisier, 76821 Mont Saint-Aignan cedex, France
arnaud.mias@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search