Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florence Eloy, Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire

Presses universitaires de France, Paris, 2015, 210 p.
Anne Barrère
Référence(s) :

Florence Eloy, Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire, Presses universitaires de France, Paris, 2015, 210 p.

Texte intégral

1Dans ce livre, Florence Eloy nous fait part des résultats de sa recherche doctorale concernant l’enseignement de la musique au collège. Cet objet d’étude circonscrit porte des enjeux beaucoup plus globaux, comme elle l’explique bien dès le début de l’ouvrage. Même si ceux qui l’enseignent la disent souvent considérée comme annexe, la musique est en effet au confluent de problématiques importantes, à cause de sa centralité dans l’expérience juvénile, mais aussi en raison de l’ouverture des programmes scolaires à des types de musiques autrefois bannis des curricula. Cela permet à l’auteure de s’interroger, à la croisée de la sociologie de l’école et de la sociologie de la culture, sur l’évolution de la culture scolaire et de ses rapports avec les pratiques culturelles des adolescents. Pour ce faire, Florence Eloy emploie un matériel qualitatif conséquent et varié, dans plusieurs contextes de scolarisation, du prestigieux collège parisien à des collèges dits « difficiles », en passant par des collèges hétérogènes : observations de séquences en classe, entretiens avec des enseignants de musique (n = 10) et des élèves (n = 70), mais aussi examen des corpus de textes de programmes, de 1937 à 2008, de manuels, et de playlists de collégiens sur leur téléphone portable.

2Une première partie montre comment l’enseignement de la musique au collège est la rencontre de trois acteurs dont chacun fait l’objet d’un chapitre. D’une part, les enseignants de musique et leurs pratiques professionnelles, dans l’ensemble assez favorables aux instructions officielles qui vont dans ce sens, prônent l’ouverture à la diversité des registres musicaux, et insistent sur l’acquisition d’une « disposition esthétique » d’écoute des œuvres, transversale à ces registres. D’autre part, les collégiens, dont le rapport à la musique est très fortement conditionné par des normes d’âge (la musique classique étant largement considérée comme une musique de « vieux » et certaines variétés pouvant être considérées comme des « enfantillages »), articulent très étroitement leurs usages avec les sociabilités juvéniles. Enfin, l’institution scolaire fait de la musique une petite matière jugée par nombre d’élèves comme une simple détente bien davantage que comme un investissement scolaire ou même comme une occasion d’apprentissages. Du coup, les enseignants de musique, avec leurs nombreuses classes et leur faible nombre d’heures, ont des conditions de travail particulièrement difficiles.

3La deuxième partie du livre, le cœur de l’analyse, montre précisément comment les enseignants, pour faire face à cette situation, réalisent un important travail de construction de leur légitimité, au travers d’un double mouvement. Le premier est une « esthétisation du populaire », due à l’ouverture et aux métissages des musiques étudiées, et jugée par l’ensemble des enseignants nécessaire à la motivation des élèves. L’enseignement a tendance à se structurer au travers d’un souci formel (composition des œuvres, techniques employées) ou historique (genèse et évolution des courants musicaux), évitant la question des hiérarchies culturelles. Ce mouvement n’est d’ailleurs pas sans risque : enfermer les jeunes plus encore dans leurs pratiques habituelles, ou bien n’être qu’une fausse ouverture à des formes musicales dont les adultes pensent, parfois à tort, qu’ils les apprécient (comme le slam). Le second mouvement, inverse, consiste à « populariser le savant », en l’occurrence les musiques les plus étrangères aux adolescents, soit en les replaçant dans des registres narratifs (faisant en quelque sorte « parler » des musiques sans paroles), soit en les humanisant par des relations à l’auteur et à sa biographie, soit encore en se servant de diverses « prises » musicales dans des supports plus accessibles aux jeunes (chansons, musiques de film ou sonneries de téléphone portable).

4La troisième partie montre ce qui en découle sur le plan des pratiques musicales juvéniles. Sur le plan des usages sociaux des prescriptions scolaires, on retrouve en partie des résultats connus, les dispositions esthétiques étant mieux reçues par des élèves de milieux favorisés, mais ne se traduisant pas pour autant par un éloge explicite des cours de musique. Le rapport plus positif des filles à l’enseignement renvoie à leur adhésion générale à l’école mais sans doute aussi aux moindres tensions qu’elles vivent avec leurs goûts et pratiques musicales amateurs extrascolaires. Le dernier chapitre construit un dégradé d’attitudes face à l’enseignement musical, au travers de portraits d’adolescents. Trois types émergent : des élèves résistent à l’enseignement de ce qui est considéré comme de la « fausse musique », la vraie étant celle qu’ils écoutent ; d’autres sont favorables à l’éclectisme culturel actuel des enseignants et d’autres encore, y compris peu préparés par leur milieu social ou leurs parents, se convertissent véritablement à la disposition esthétique. Beaucoup d’élèves concilient une acceptation de l’enseignement de musique et une absence d’importation dans leurs pratiques des dispositions prônées au collège, dans ce que l’auteure nomme une « schizophrénie heureuse ».

5Le livre, découpé en chapitres nerveux, se lit très bien, progresse constamment dans sa réflexion, et s’avère très convaincant. La plongée, très vivante, dans les classes de musique, est constamment prise en charge par l’analyse des tensions structurelles qui les parcourent. Peut-être aurait-on apprécié des investigations plus denses sur l’influence des pratiques musicales amateurs sur le rapport des élèves à l’enseignement (c’est la seule écoute qui est très majoritairement évoquée), qu’elles se fassent à l’intérieur d’enseignements formels (conservatoires, cours municipaux, écoles de musique) ou informels (groupes de rock, de rap, etc.). D’autre part, si l’opposition des registres esthétique et éthico-pratique, empruntée aux travaux de Pierre Bourdieu, fonctionne bien, on peut se demander si les usages musicaux par les jeunes ne renvoient pas à un autre registre (ou à une déclinaison originale du registre éthico-pratique), de par leur caractère englobant et leur importance dans l’univers juvénile. Mais au bout du compte, l’articulation entre l’objet d’étude particulier qu’est « l’enseignement de la musique au collège » et l’évolution de savoirs scolaires, désormais sous influence des industries culturelles de masse et des expériences juvéniles, relance des interrogations sur les curricula, et sur les pratiques pédagogiques quotidiennes, dont le livre montre aussi la très grande diversité actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Barrère, « Florence Eloy, Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/687

Haut de page

Auteur

Anne Barrère

Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS)
UMR 8070 CNRS, Sorbonne Paris Cités, Université Paris Descartes
45, rue des Saints-Pères, 75006 Paris, France
anne.barrere[at]parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals